Close

Tag Archive for: Événement sportif

100 km, 5 jours et 4 nuits dans le froid abitibien, c’est plus qu’un événement sportif

100 km, 5 jours et 4 nuits dans le froid abitibien, c’est plus qu’un événement sportif

Si je vous demande de penser à un événement sportif de grande distance, vous pensez probablement à un marathon ou à un Iron Man. Puis, si je vous demande de penser à un événement sportif d’hiver, c’est un peu plus difficile d’avoir des idées, non? Pourtant, il en existe plusieurs et de toutes sortes. Simplement au Québec, comme événement sportif, il y a la course de canot à glace ou bien les triathlons d’hiver qui se déroulent un peu partout au Québec, comme le Triathlon Cmac-Thyssen de Val-d’Or. Toutefois, il existe un événement de longue distance peu connu en Abitibi-Témiscamingue, pourtant tout aussi exceptionnel que les autres, si ce n’est pas plus. La Traversée du lac Abitibi, c’est un événement sportif, pour ne pas dire un exploit, de 100 km en 5 jours sur un lac gelé. L’expédition de ski nordique débute à l’ouest de la frontière de l’Ontario en Abitibi-Témiscamingue et se termine à La Sarre. Découvrez comment cet événement sportif pousse les participants à se dépasser et à sortir de leur zone de confort. Puis permettez-vous de vivre cette même expérience à travers des Voyages virtuels Abitibi 360.

Que représente le tourisme sportif au Québec?

Dans les dernières années, nous avons vu une tendance chez certains voyageurs. Plusieurs optent pour le tourisme sportif plutôt que pour le tourisme d’agrément. Plusieurs choisissent le voyage sportif pour le dépassement de soi et pour la découverte d’une région autrement. Au Canada, ce sont 19,8 millions de personnes qui voyagent pour participer à un événement sportif. La majorité provient de l’intérieur du pays, c’est-à-dire que les Canadiens voyagent beaucoup entre les villes ou les provinces pour participer à des événements sportifs. Le Québec, après l’Ontario, est la deuxième province qui contribue le plus à ce type de tourisme. En 2017, au Québec ce sont 4,89 millions de personnes qui se sont déplacées et cela a engendré 1,27 milliard de dollars. C’est donc un marché touristique très important.

La traversée du lac Abitibi : l’événement sportif de l’Abitibi-Ouest

La Traversée du lac Abitibi, comme événement sportif, existe depuis 26 ans maintenant. Auparavant, cette expédition de ski nordique était de nature touristique. Les participants se faisaient accompagner par des guides avec des tentes de prospecteurs. C’était offert aux gens de partout dans le monde. Par contre, depuis 26 ans, l’expédition se fait de façon autonome. Il n’y a plus de guide qui accompagne les skieurs. Chacun doit être conscient lorsqu’il s’embarque dans l’aventure que c’est un événement qui rassemble des sportifs autonomes à 100%. L’aventure de la Traversée du lac Abitibi permet simplement à chacun de vivre une expédition solitaire, tout en étant entouré d’un groupe qui vit la même chose que soi.

Pourquoi le lac Abitibi?

Si l’on regarde la carte du Québec, peu de lacs possèdent une aussi grande distance. Pour ce type d’expédition, il fallait bien évidemment un lac avec une superficie étendue pour permettre aux skieurs de glisser sur la neige pendant 5 jours sans repasser au même endroit deux fois. Aussi, un autre critère important, il fallait avoir une étendue d’eau gelée à 100%. En raison de sa position géographique, le lac Abitibi, en Abitibi-Ouest, était une étendue d’eau parfaite pour ce genre d’activité.

Le lac Abitibi se rapproche aussi beaucoup des conditions et du décor que l’on retrouve en Arctique. Tout est blanc, on ne voit presque rien à l’horizon, seulement quelques îles qui apparaissent une fois de temps en temps. L’expédition sur le lac Abitibi sert donc parfois d’entraînement à ceux qui souhaitent pousser leurs limites vers de plus grandes expéditions à la Baie-James ou sur les Terres de Baffin par exemple. La Traversée du lac Abitibi donne un bon avant-goût de ce qui les attend.

On n’est jamais prêt à 100%, chaque expédition est unique et repousse les limites personnelles

Chaque année, l’expédition en ski nordique est à la merci de la météo. C’est donc une expérience différente chaque fois. Ça motive les participants à revenir année après année, mais cela crée aussi beaucoup d’incertitude. Une année, c’est la tempête. Les skieurs doivent avancer avec un GPS puisque c’est le néant total. Ils ne voient rien devant eux, la tempête est trop forte. Une autre année, c’est sur la glace, pas de neige pour aider à la traction. Avec de forts vents, le traîneau glisse et les participants peinent à avancer. Une autre année, le lac peut être parsemé de ‘’slush’’ (neige fondante) qui empêche les skis et les traîneaux d’avancer.  Le ski de fond c’est difficile, mais ce n’est certainement pas le plus gros défi de cette expédition. La partie à ne surtout pas sous-estimer, c’est le camping d’hiver. Des nuits de -40 degrés Celsius c’est possible et même fréquent. Il ne doit donc pas avoir de dépense énergétique inutile si l’on souhaite garder sa chaleur corporelle.

Le campement des skieurs lors de la traversée du Lac Abitibi lors du tournage des voyages virtuels Abitibi 360

Photo | Guillaume Rivest

Le caractère exceptionnel de la Traversée du lac Abitibi : le dépassement de soi

La Traversée du lac Abitibi n’est pas seulement un événement sportif. C’est beaucoup plus que ça. C’est d’ailleurs pourquoi autant de gens s’intéressent au tourisme sportif. Ce n’est pas simplement le fait de pratiquer un sport.  C’est  la découverte d’un territoire sous un tout nouveau point de vue. C’est se sentir libre comme jamais et apprendre à se connaître puisque la seule personne de qui tu dépends c’est de toi-même. C’est aussi beaucoup de rencontre unique. Les liens qui se créent lors d’expédition comme celle-ci sont forts. Tous les participants vivent la même chose et cela crée des échanges intéressants. Ils s’entraident lorsqu’il le faut. Ils développent tous un lien particulier qui les unit.

Cependant, ce qui rend le tourisme sportif aussi exceptionnel, c’est le dépassement de soi. En faisant des expériences comme la Traversée du lac Abitibi, on se rend compte qu’on peut vivre avec peu de chose. La maison des participants pour une semaine se résume à ce qui peut tenir dans un seul traîneau. Une maison que l’on traîne avec soi sur une distance de 100km. Ça remet en perspective nos valeurs et nos besoins. Lors d’événement sportif de longue distance, on réalise qu’avec les besoins de base, on peut très bien survivre dans des environnements hostiles et même trouver un certain réconfort. C’est en allant vers des situations qui nous rendent inconfortables qu’on se sent par la suite à l’aise dans plusieurs autres facettes de nos vies. C’est grâce à ce type de moment-là qu’on se sent capable de toujours aller plus loin et de repousser nos limites.

Seriez-vous prêts à vivre une expérience sportive comme celle de la Traversée du lac Abitibi?

Permettez-vous de la vivre à travers le premier épisode Froid des Voyages virtuels Abitibi 360. Maintenant disponible sur YouTube et à notre bureau d’information touristique.

Les voyages virtuels Abitibi 360 sont

Produit avec la participation du :

Fonds Bell

Fonds d’aide au rayonnement des régions

Présenté par :

Beside

Une production de :

Nadagam films

En collaboration avec :

Tourisme Val-d’Or

La Fabrique culturelle

 

Sources :

Réseau de veille en tourisme – Les événements sportifs, un atout pour la destination

Article écrit à l’aide d’une entrevue avec M. Patrick Girouard, membre du comité organisateur de la Traversée du lac Abitibi, il a aidé à faire la relance de l’événement depuis 4 ans, il en est à sa cinquième traversée.

 

Image de couverture | Guillaume Rivest

La raversée du lac abitibi c'Est plus qu'un événement sportif, c'est du dépassement de soi à voir dans les voyages virtuels Abitibi 360
Anecdotes croustillantes sur le Tour de l’Abitibi – Partie 2

Anecdotes croustillantes sur le Tour de l’Abitibi – Partie 2

Du 16 au 22 juillet se déroule la cinquantième édition du Tour de l’Abitibi à Val-d’Or. La semaine dernière, on a recueilli pour l’occasion plein d’anecdotes croustillantes racontées par des gens qui se sont impliqués dans le Tour. Tu peux d’ailleurs les lire ici : Anecdotes croustillantes sur le Tour de l’Abitibi – Partie 1.  On en voulait encore plus, alors voici la partie 2!

Des années légendaires

Léandre Normand fondateur Tour Abitibi

Léandre Normand, le fondateur du Tour de l’Abitibi.

Pour la deuxième partie de cet article, j’ai pu communiquer avec Léandre Normand, le fondateur du Tour de l’Abitibi. Tu peux t’en douter, il ne manquait pas d’anecdotes à me raconter. Il s’en est passé des moments marquants pendant les cinquante années d’existence du Tour! Il me racontait entre autres qu’en 2014, le titre de meilleur champion aux points a failli être donné au mauvais coureur. Chaque année, Léandre fait sa propre compilation des résultats du Tour de l’Abitibi et cette fois-là, son résultat ne correspondait pas avec celui des commissaires. Selon lui, c’était un autre coureur qui se méritait le titre avec seulement une seconde d’avance. Alors que la remise des maillots était sur le point de se faire, il est allé avertir les juges. Une autre vérification a été faite, et les commissaires lui ont finalement donné raison!

Léandre me parlait aussi de certaines éditions qui ont marqué l’histoire du Tour de l’Abitibi. Par exemple, c’est en 1977 qu’a eu lieu la première participation d’une cycliste féminine. À l’époque, Carole Vanier faisait partie d’une équipe masculine québécoise. Quelques années plus tard, en 1980, ce fut la première fois qu’une femme occupa la fonction de commissaire en chef. Puis, ce n’est qu’en 1990 que la première équipe entièrement féminine participa au Tour de l’Abitibi.

Il faut aussi savoir que l’événement a un grand impact au niveau international. C’est même la plus importante course par étapes au monde dans la catégorie Junior. Depuis ses tout débuts, ce sont 45 pays qui y ont participé. En 1981, ce fut la première fois qu’une équipe européenne participa au Tour de l’Abitibi. Comme me disait Léandre, les européens « ont tout balayé » cette année-là.

Équipe féminine tour de l'abitibi

L’une des premières équipes féminines à avoir participé au Tour de l’Abitibi.

équipe France tour de l'abitibi

L’un des cyclistes de l’équipe de France en 1981. C’est la première équipe européenne à avoir participé au Tour de l’Abitibi.

Des courses hors du commun

Lorsqu’on parle du Tour de l’Abitibi, on ne peut pas passer à côté de Marc Lemay, qui a été coureur pendant trois années consécutives ainsi que directeur technique pendant cinq ans. Lui aussi avait donc beaucoup de choses à me raconter.

Il m’a d’abord parlé de la course des serveurs, qui a eu lieu il y a quelques années de cela. Comme son nom l’indique, les participants de cette activité étaient des serveurs qui devaient se rendre d’un point à un autre avec un cabaret sur lequel ils transportaient des bières. L’objectif était de ne pas en échapper par terre. Le trajet se faisait au même endroit où les cyclistes devaient passer peu de temps après. Le seul problème : les bières étaient dans des bouteilles de verre. Lorsque quelqu’un en échappait, le verre se cassait et ce n’était pas facile à ramasser. Tu peux imaginer la suite… Quand les coureurs arrivaient à toute vitesse, plusieurs d’entre eux faisaient des crevaisons. On peut supposer que les organisateurs de la course des serveurs ont regretté le choix des bouteilles en verre!

Marc m’a aussi parlé d’une ancienne étape qui faisait anciennement partie du Tour de l’Abitibi, le trajet La Sarre – Amos. Sur cette route, les cyclistes croisaient plusieurs voies ferrées, dont une qui était en diagonale. C’était l’un des endroits où il y avait le plus de chutes. La décision de recouvrir la voie ferrée d’un tapis a donc été prise, pour la sécurité des coureurs. Toutefois, le tapis a été oublié sur le chemin de fer après la course… Lorsqu’un train est ensuite passé par là, il a dû réagir rapidement pour freiner à temps! Heureusement, il a réussi à s’arrêter et aucun déraillement n’a eu lieu. Ce fut tout de même la dernière fois qu’un tapis fut placé sur une voie ferrée pendant une course.

Marc Lemay tour de l'abitibi

Marc Lemay, du temps où il était cycliste au Tour de l’Abitibi.

course des serveurs tour de l'abitibi

Une participante à la course des serveurs.

course tour de l'abitibi chemin de fer

Des cyclistes passant sur un chemin de fer lors d’une course.

Crédits photos | Société d’histoire d’Amos – Fonds Tour de l’Abitibi

Anecdotes croustillantes sur le Tour de l’Abitibi – Partie 1

Anecdotes croustillantes sur le Tour de l’Abitibi – Partie 1

Du 16 au 22 juillet 2018 se déroulera la cinquantième édition du Tour de l’Abitibi, et c’est Val-d’Or qui en est la ville hôtesse. Pour l’occasion, on a voulu en savoir un peu plus sur l’envers du décor : trois personnes impliquées dans le Tour de l’Abitibi m’ont raconté des anecdotes ou encore des moments marquants qu’ils ont vécus au cours des éditions passées. Prépare-toi, tu ne manqueras pas d’être surpris!

L’équipe médicale, adeptes d’adrénaline et joueurs de tours

Équipe médicale Tour de l'Abitibi

L’équipe médicale du Tour de l’Abitibi. Marie-Ève est la deuxième personne en partant de la gauche.

À la recherche d’anecdotes, j’ai d’abord discuté avec Marie-Ève Dionne. Elle est infirmière dans l’équipe médicale du Tour de l’Abitibi depuis quelques années.

On ne s’en doute pas, être dans cette équipe là, ça veut souvent dire être sur l’adrénaline. Et quand il est question d’adrénaline, on pourrait prendre en exemple chacun des accidents pris en charge par l’équipe au fil des années. Il paraîtrait qu’un cycliste en pleine course est déjà rentré dans une fenêtre de pare-brise… Plus de cent points de suture dans le visage s’en sont suivi. Marie-Ève m’expliquait aussi que puisqu’elle doit toujours être prête à intervenir, la voiture de l’équipe médicale se tient toujours près du peloton de cyclistes. Après qu’un accident se soit produit, l’auto doit réussir à retourner se positionner derrière le peloton. Tu parles d’adrénaline!

L’équipe médicale a aussi sa petite tradition : la « Course Kentucky ». À chaque course de Preissac à Val-d’Or, les membres de l’équipe s’arrêtent au PFK avant de se rendre à Preissac. Arrivés à destination, ils s’installent sur une civière comme ils le feraient sur une table pour déguster leur festin. C’est reconnu, le poulet Kentucky est au menu à chaque course Preissac – Val-d’Or, et l’équipe médicale fait toujours des jaloux!

Marie-Ève s’est aussi tout de suite mise à rire en me racontant les tours que son équipe avait l’habitude de jouer à l’ancien président du Tour de l’Abitibi. Après avoir donné le coup de départ, celui-ci devait se dépêcher à rejoindre la voiture du président, qu’il conduit à la suite des cyclistes. Histoire de lui compliquer la tâche, l’équipe a déjà mis de l’eau sur le siège conducteur. Pas le choix, le président devait continuer sa route avec les deux fesses mouillées!

Des années marquantes pour le Tour de l’Abitibi

Directeur technique du Tour de l’Abitibi depuis de nombreuses années, Bruno Gauthier ne manquait pas d’histoires surprenantes à me raconter. L’une des éditions qui l’a le plus marqué est celle de 2008, qu’il appelle « l’année marathon ».

Il y a dix ans, la décision de faire du Tour de l’Abitibi l’une des étapes de la Coupe des Nations a été prise avec l’Union Cycliste Internationale (UCI). Cela ne pouvait malheureusement pas permettre aux équipes régionales de participer, comme l’équipe du Québec ou celle d’IAMGOLD.  On ne voulait pas les mettre de côté, car le Tour de l’Abitibi représente depuis toujours une belle opportunité pour ces équipes. L’événement s’est donc fait en deux parties : la Coupe des Nations a eu lieu, sans les équipes régionales, puis le Tour de l’Abitibi s’est produit dans sa formule habituelle. Les courses se sont étirées sur dix jours! Un gros défi pour Bruno, qui en était à sa première année comme directeur technique.

Par ailleurs, puisqu’il s’occupe entres autres de la préparation des courses et des tracés, Bruno travaille beaucoup avec les équipes. Il a donc plusieurs instructions à leur donner, mais comme il l’a appris, la communication n’est pas toujours facile.

En 2007, l’une des étapes du Tour consistait à une course contre la montre individuel avec un départ dans les galeries souterraines de l’Ancienne-mine-Lamaque à la Cité de l’Or. Oui, oui, sous terre! Toutes les équipes étaient bien occupées à s’assurer que leurs vélos allaient être descendus au bon endroit… sauf une. Alors que tout le monde s’était mis à la tâche, les membres de l’équipe de l’Ouzbékistan étaient introuvables. Imagine la surprise de Bruno en trouvant finalement l’entraîneur de l’équipe en train de relaxer, une bière à la main. Impossible de lui expliquer qu’il faut descendre les vélos de son équipe sous terre : il ne parlait ni français, ni anglais. Même après avoir essayé de lui expliquer la situation avec des dessins, l’entraîneur ouzbek était toujours confus. Il a fallu que Bruno et ses collègues le fasse monter dans leur voiture jusqu’à la Cité de l’Or pour réussir à lui faire comprendre qu’il devait préparer les vélos de son équipe sous terre. Surmonter la barrière du langage, c’est parfois plus difficile que l’on croit!

Tour de l'Abitibi CLMI épreuve

L’épreuve du contre-la-montre-individuel du Tour de l’Abitibi s’est faite de nombreuses fois avec un départ à 300 pieds sous-terre.

Tour de l'Abitibi départ sous terre

Le Tour de l’Abitibi a eu longtemps une épreuve dont le départ se faisait à la Cité de l’Or dans les galeries souterraines d’une ancienne mine d’or.

Tour de l'Abitibi Val-d'Or Cité de l'Or

Pour de nombreux cyclistes, le départ du contre-la-montre-individuel à 300 pieds sous terre représentait leur première expérience dans une mine.

Tour de l'Abitibi compétition cycliste UCI

Suzanne Fortin, présidente du Tour de l’Abitibi accompagnée de Bruno Gauthier, vice-président et directeur technique lors du Gala Mérite cycliste québécois 2015 au cours duquel Bruno a remporté le Mérite cycliste québécois de bénévole de l’année dans la section route et piste.

Une première expérience hors du commun

Caravane Tour de l'Abitibi

La caravane est le nom utilisé pour désigner l’ensemble des voitures qui suivent les cyclistes lors du Tour de l’Abitibi : voiture du président, juge, équipes, etc.

J’ai finalement parlé avec Suzanne Fortin, présidente du conseil d’administration du Tour de l’Abitibi depuis 2011. Elle avait toute une mésaventure à me raconter, et elle s’est produite lors de sa première année en tant que présidente.

À chaque année, la voiture du président ou de la présidente est la première en avant du peloton. On y amène certains des partenaires financiers importants du Tour dans l’objectif de leur faire vivre la course. Suzanne Fortin m’expliquait que c’est une façon de leur donner un accès spécial à la course. C’est très impressionnant d’être si près des cyclistes en action. Lors de sa première année, la présidente voulait donc à tout prix que les partenaires financiers soient contents de leur expérience. Malheureusement pour elle, la voiture a fait une crevaison pendant la course. On peut imaginer son stress augmenter… Elle m’a confié qu’à ce moment-là, elle s’est même dit qu’elle était en train de vivre le pire moment de sa vie!

Suzanne et ses passagers n’ont pas eu le choix de s’arrêter sur le bord de la route. Le découragement se faisait sentir. Par chance, il y avait des résidents du coin qui s’étaient installés pour regarder la course et qui avaient remarqué la crevaison. Un homme avait même tout ce qu’il fallait dans son garage pour remédier au problème. En dix minutes, le pneu était réparé et la voiture repartait! Il fallait maintenant passer à travers le peloton pour retourner à l’avant.

Au final, les commanditaires ont dit avoir vécu cette journée-là la meilleure course à laquelle ils avaient assisté. Ce n’est pas à tous les jours qu’on a l’occasion de passer en voiture à travers un peloton de cyclistes pendant une course! Le pire moment de Suzanne est donc rapidement devenu l’un de ses meilleurs souvenirs. Tout est bien qui finit bien!

Photo de couverture | Société d’histoire d’Amos – Fonds Tour de l’Abitibi

La “Micro-course” du Prospecteur; courir pour le plaisir… et pour la bière!

La “Micro-course” du Prospecteur; courir pour le plaisir… et pour la bière!

Maintenant dans la quarantaine et mère de deux garçons actifs, je me suis toujours consacré à ma famille et à mon travail. Mais l’été dernier, une petite voix dans ma tête me disait : « tu dois prendre soins de ta santé, être plus active et manger mieux ». Alors, j’ai rassemblé tout ce que j’ai pu trouver de volonté en moi et j’ai enfilé une paire d’espadrilles pour faire de la course.

 

Je me suis dit : « boff, ça va être facile; tout le monde court. Ça ne devrait pas être trop compliqué ». Quelle erreur ! Après deux coins de rue, je voulais mourir. Je lève mon chapeau bien haut à tous les coureurs et je promets que je ne jugerai plus un sport sans l’avoir expérimenté. Malgré les difficultés, j’ai poursuivi l’expérience jusqu’à l’automne (j’ai même couru en vacances au bord de la mer). En fin de compte, ma détermination et le plaisir que j’ai fini par y trouver ont même inspiré mon chum à enfiler ses espadrilles lui aussi.

Je suis une fille de défis et aussi très compétitive, donc quand j’ai constaté que mon chum avait du talent pour la course (beaucoup plus que moi en réalité) je me suis dit; « il ne peut pas être meilleur que moi à sa première expérience quand moi ça fait des mois que je m’époumone en suivant mon plan d’entraînement à la lettre avec comme objectif de faire un 5 km »!

La “Micro-course” du Prospecteur

Micro-course Prospecteur programmation

La “Micro-course” du Prospecteur en sera à sa troisième édition en 2017.

Micro-course Prospecteur activités

Une des quatre stations de dégustation de bières artisanales de la “Micro-course” du Prospecteur

En fille rusée que je suis, je nous ai inscrits à la « Micro-course » du Prospecteur. Une course de type Beer run qui aura lieu le 17 juin 2017. Ce sera ma première compétition amicale mais j’entends mettre tous mes efforts pour remporter la course. J’ai choisi celle-ci car le gagnant n’est pas celui qui sera le plus rapide mais celui qui finira sa course dans le temps qu’il aura prédit lors de son inscription. Je pense que je vais avoir beaucoup de plaisir à partager ce moment avec mon chum et quelques amis.

En nouveauté cette année à la « Micro-course » du Prospecteur, les participants qui auront choisi le parcours de 7 km feront une dégustation dans la galerie souterraine à la Cité de l’Or. La difficulté sera plus grande car la galerie à une inclinaison d’environ 16% ou 17 %. Pour ma part, j’ai choisi le parcours de 5 km qui inclut, sur le circuit, 4 dégustations de bières artisanales brassées par la microbrasserie Le Prospecteur (on y va doucement c’est quand même une première pour moi). J’ai vraiment hâte à la course et d’ici là je continuerai mon entraînement.

Où courir à Val-d’Or

Les saines habitudes de vie et la course ont grandement monté en popularité ces dernières années. Les gens souhaitent de plus en plus maintenir ce rythme de vie, même en voyage. Mon équipe et les gens de la boutique Radioactif de Val-d’Or ont élaboré des circuits coup de cœur permettant à ces visiteurs de découvrir Val-d’Or autrement.

Pour ceux qui n’aiment pas courir dans la rue, le sentier Agnico Eagle de la Forêt récréative est un magnifique endroit (mon préféré). Il est complètement asphalté et trois tours vous suffiront pour faire un 5 km. Sur le même site, une multitude d’options de sentiers s’offre à vous si vous préférez la course en sentier. On y trouve aussi une station d’entraînement extérieure de type Trekfit. Il y a même une course amicale à l’automne qui rassemble de nombreux adeptes soit la Course d’Halloween en sentier.

courseapied-parcours2

Notre suggestion de circuit de 9 km créé en collaboration avec la Boutique Radioactif, traversant le Village minier de Bourlamaque et se rendant au parc Belvédère où la vue sur Val-d’Or est magnifique. Chaque circuit commence à un endroit où il y a un stationnement gratuit.

entraînement station extérieur Val-d'or Trekfit

La station d’entraînement extérieure de type Trekfit de la Forêt récréative est animée en été et plusieurs cours y sont offerts.

Course d'Halloween programmation

La Course d’Halloween en sentier propose différents circuits pour tous les âges et tous les niveaux.