Close

Tag Archive for: Culture

Vivre le moment présent grâce au tourisme autochtone

Vivre le moment présent grâce au tourisme autochtone

Grâce à mon travail, j’ai la chance de vivre plein de nouvelles expériences et de les partager avec toi.

La découverte de la culture autochtone suscite de l’intérêt auprès de la clientèle touristique européenne, mais est-ce autant le cas pour les touristes québécois? Que connaissons-nous de la culture autochtone? À Val-d’Or en Abitibi-Témiscamingue notre quotidien s’entrecroise tous les jours avec les gens des Premières Nations soit de passage ou qui sont installés avec nous en milieu urbain. On se côtoie dans la rue, à l’épicerie, à l’école, lors d’évènements sportifs, dans les fêtes et festivals, mais est-ce qu’on se connaît vraiment? Par expérience, je dirais qu’on ne connaît pas grand-chose l’un de l’autre et que ça manque cruellement à notre culture.

Voici une excellente raison de faire un séjour au site culturel Kinawit qui accueille la clientèle touristique depuis l’été 2017. C’est un ancien camp scout, situé sur le bord du magnifique lac Lemoine. L’endroit a été transformé en site récréotouristique ayant également une vocation communautaire pour les Premières Nations. Que ce soit pour une journée ou plus, vous en apprendrez plus que vous en avez appris en toute une vie sur ces gens d’un humour débordant avec le cœur sur la main. Plus on partage de moments avec eux et plus on a le goût de les entendre nous dévoiler tout ce que nous ignorons de leur culture et de leur vécu.

kinawit-site-culturel

Situé au bord du lac Lemoine en pleine nature, Kinawit est seulement à une quinzaine de minutes du centre-ville.

squeezie-au-quebec_Clement-kinawit

Lilian et Clément, lors de la séance de purification.

Banik pain autochtone Kinawit confection

La banik est un pain traditionnel autochtone.

hébergement insolite valdor kinawit camping

Les petits camps rustiques sont très bien aménagés.

Vivre le moment présent, c’est une façon de décrire ce que j’ai ressenti lors de mon séjour d’une nuit à Kinawit lorsque j’ai accompagné des vlogueurs pendant une tournée de presse (clique ici pour lire mon billet de blogue sur cette tournée de presse hors du commun). Dès notre arrivée, nous avons été accueillis par Lillian, une autochtone chaleureuse et souriante. Avec le tourbillon des visites touristiques des derniers jours, on avait l’impression que le temps venait de s’arrêter.

En compagnie de notre guide Lillian nous avons fait une séance de purification, elle nous a montré avec beaucoup de patience comment confectionner de la banik que nous avons savourée encore toute chaude. Nous avons exploré les sentiers qui encerclent le site et nous avons pris un moment pour se baigner et se ressourcer au bord de l’eau. N’hésite pas à consulter le site web de Kinawit, tu y trouveras des propositions d’ateliers de découverte de la culture autochtone.

Le soir venu nous avons profité d’un moment d’échange autour d’un feu de camp pour finalement passer la nuit dans un tipi. Pour la nuit, tu peux apporter ton sac de couchage ou tout simplement louer la literie sur place. Tu peux également vivre la totale en passant la nuit dans un tipi sur fond de sapinage ou dans les tipis avec plancher en bois. Il est même possible de faire la location de petites cabines rustiques tout aussi confortables. Clique ici pour tous les détails sur l’hébergement disponible à Kinawit.

Il est difficile d’expliquer le phénomène espace/temps que l’on ressent lorsqu’on arrive à cet endroit. Le contact avec la culture autochtone, la nature, l’espace et les services sont tous réunis pour qu’on profite du moment présent!

Je te recommande de vivre cette expérience que tu sois d’ici ou d’ailleurs!

Le FRIMAT lance sa programmation de l’édition 2018

Le FRIMAT lance sa programmation de l’édition 2018

C’est le 8 mai dernier que le FRIMAT annonçait la programmation de sa 14e édition qui aura lieu du 17 au 21 juillet 2018. Cette année, le festival proposera une journée de plus de programmation avec autant d’activités éclatées et originales que les années précédentes. Avec un thème galactique aux couleurs d’une forêt d’Avatar, les festivaliers sont invités à se vêtir de couleur monochrome (par exemple tout en bleu) afin d’être éligibles pour gagner un passeport pour la 15e édition. Avant de poursuivre ta lecture prend ton souffle parce que c’est du bon et gros stock comme programmation, tu vas voir!

La programmation 2018 du FRIMAT

Affiche FRIMAT 2018 Val-d'Or Abitibi-Témiscamingue

Le visuel a été fait par Geneviève Baril.

La programmation y sera très variée avec plusieurs artistes de styles différents tels que Canailles (folk d’influence cajun), Dead Obies (hip-hop) et Klô Pelgag (francophone, piano et guitare) qui sera à Val-d’Or pour la première fois. Des artistes ayant déjà participé à La Vitrine seront aussi de la partie dont Marjolaine Morasse qui a remporté le prix Saint-Jean-Baptiste et le prix du public en 2017 et Phil Moreau gagnant du prix Télé-Québec en 2011 au FRIMAT pour la qualité de ses textes. Celui-ci offrira d’ailleurs un spectacle exclusif.

En plus des nombreux spectacles à la Salle Félix-Leclerc, plusieurs activités sont prévues dont une séance de yoga musicale par Cyclotonus avec l’auteure-compositrice-interprète Maude Audet, l’enregistrement du podcast Quand pensez-vous? et le pique-nique Agnico Eagle avec en prestation des musiciens et une troupe de cirque. La nuit éphémère aura encore lieu cette année grâce à la collaboration du Centre d’exposition de Val-d’Or. Toutefois, les activités y seront plus éphémères durant environ 30 minutes chacune. Les soirées du vendredi et samedi seront animées par les humoristes Sex Illégal.

Pour la programmation complète, clique ici. Sérieusement, tu devrais vraiment aller y jeter un coup d’œil parce qu’il y a tellement de prestations et d’activités qu’on ne peut pas toutes les mentionner ici.

Nouveautés du FRIMAT en 2018

En nouveauté cette année, le FRIMAT propose une application mobile, FRIMAT2018, que les festivaliers peuvent télécharger dès maintenant. Cette application permettra de voir l’ensemble de la programmation, mais aussi d’avoir accès à des extraits des pièces musicales des artistes de cette 14e édition, recevoir des alertes pour ne pas manquer un spectacle spécifique ou encore recevoir l’information sur des spectacles surprise. L’application sera aussi utilisée pour envoyer des notifications dévoilant les activités à venir lors de la nuit éphémère.

 « Écoute Val-d’Or on t’a énuméré tellement d’activités que ça n’a comme pas de bon sens! Tu sais, à un moment donné avoir tout le temps ton petit programme fripé dans tes poches, ça fait son temps. Donc on a passé du côté obscur de la force, soit le web », a expliqué avec humour Mélissa Drainville la directrice générale du FRIMAT.

Pour télécharger l’application sur Google Play, clique ici. Pour télécharger l’application sur App Store, clique ici.

Une liste sur Spotify est aussi disponible.

Concours du FRIMAT

Dès le 27 mai, le FRIMAT lance sur Facebook le concours Gagnez votre FRIMAT avec Autobus Maheux et Hôtel Continental. Le prix remis consiste à un passeport pour la 15e édition du FRIMAT (2019), le transport de ta ville de résidence jusqu’à Val-d’Or ainsi deux nuitées à l’Hôtel Continental soit le vendredi et samedi. Surveille la page Facebook du FRIMAT pour tous les détails du concours.

Les partenaires du FRIMAT offrent des rabais

Comme le FRIMAT a des partenaires géniaux, ceux-ci vont t’offrir des rabais si tu leur mentionnes à l’achat le code promo FRIMAT. Effectivement, Autobus Maheux t’offrira 50% de rabais sur tous les transports jusqu’à Val-d’Or, peu importe ton point de départ (pourvu qu’il soit dans son offre bien sûr).

Quant à l’Hôtel Continental, il offrira, avec le petit-déjeuner chaud complet inclus, un rabais sur la chambre supérieure à un lit (104$) et celle à deux lits (114$). Il s’agit d’ailleurs du seul situé au centre-ville de Val-d’Or à quelques minutes à pied seulement de la microbrasserie Le Prospecteur où se déroulent les fins de soirée.

Vente des billets

Les billets sont en vente dès maintenant sur ticketaccess.net, en cliquant ici. Les seuls billets qui ne sont pas en vente sont ceux des fins de soirée à la Microbrasserie Le Prospecteur (afin de laisser la priorité aux détenteurs d’un passeport). Tu peux toutefois te présenter à la porte et prier pour qu’il reste de la place. Chaque année, des chanceux voient leurs prières exaucées. Si tu n’es pas croyant, tu peux quand même t’essayer. Les billets de Quand pensez-vous? et de Maude Audet, ils seront en vente à partir du 1er juillet. Bien que le yoga avec Maude Audet soit gratuit, il faudra toutefois réserver un billet si tu veux participer à l’activité.

La vente des passeports est quant à elle terminée.

Avec une programmation colorée par des découvertes et des artistes établis, par des activités originales ainsi que d’une thématique nous transportant sur une autre planète, gageons qu’il n’y aura que du plaisir à avoir là! Comme dirait Mélissa, la directrice générale du FRIMAT : « c’est comme un marathon, même moi je le dis et j’ai déjà mal à la tête! »

Frimat 2018

Charles-Antoine Chouinard, c'est tout un créatif ! Un gros merci de faire partie de notre équipe

Posted by FRIMAT on Tuesday, May 8, 2018

Bande-annonce de Charles-Antoine Chouinard

Du nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or

Du nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or

Dès le 12 mai prochain, le Centre d’exposition de Val-d’Or présente trois nouvelles expositions regroupées sous le thème « Des mondes à créer : Jeux de formes, de matières et de lumière ». Le vernissage aura lieu le samedi 12 mai de 15h à 17h en présence des artistes. Les trois expositions seront présentées gratuitement jusqu’au 17 juin 2018. Pour connaître l’horaire complet du Centre d’exposition de Val-d’Or, clique ici.

La nature pour expliquer le côté envahisseur des humains

Inspirée par le concept de parasites et des envahisseurs, l’artiste Marie-Ève Martel propose l’exposition « Hétérotrophies ». En utilisant l’espace même du Centre d’exposition et son mobilier, l’artiste met en scène « une joute spatiale au cours de laquelle divers motifs organiques refaçonnent l’espace architecturé. Les socles et les murs sont grugés, troués ou recouverts par des champignons ou lichens de toutes sortes, parfois cachés, parfois à vue, et à l’occasion un motif géométrique se met à pousser au travers », explique le Centre d’exposition.

Marie-Ève Martel Composition test 2 lumière UV

Composition test 2 lumière UV est une oeuvre de l’artiste Marie-Ève Martel dans le cadre de son exposition Hétérotrophies.

Une exposition pour les enfants

Afin d’initier les enfants à l’art et la création artistique, le Centre d’exposition propose pour une 2e édition « À hauteur d’enfants ». Cette exposition est présentée de façon à être complètement adaptée aux enfants de 2 à 6 ans, tant visuellement qu’au toucher. Lors de cette exposition, l’artiste Marie-Ève Martel présentera une forêt imaginaire sous forme d’installation interactive dont les enfants pourront participer à faire évoluer.

L’ombre et la lumière au service de l’art

Le duo d’artistes montréalais Mere Phantoms (Maya Ersan et Jaimie Robson) propose une exposition rappelant les théâtres d’ombres. Inspirés par le début du cinéma et la découpe de papier, leur œuvre est un amalgame d’installations interactives et de performance, le tout fonctionnant grâce à la participation du public. Pour cette exposition, l’oeuvre présentée est une création des élèves des écoles secondaires Le Transit de Val-d’Or et Amik Wiche du Lac-Simon créée suite à un atelier donné par les deux artistes. « Un monde magique composé de papier s’éveille grâce à des jeux d’ombres et de lumière», mentionne le Centre d’exposition.

Le duo d’artistes sera présent lors du vernissage (le samedi 12 mai 2018 de 15h à 17h) et proposera un atelier de création papier et lumière pour les petits comme pour les grands. L’activité est gratuite.

Exposition Centre d'exposition Val-d'Or Mere Phantoms

©Mere Phantoms

Les belles orgues harmonieuses

Les belles orgues harmonieuses

Le mois dernier, j’ai eu la chance de découvrir l’univers de l’orgue. Tout a commencé avec un appel de M. Luc Létourneau, le président du Comité de l’Orgue de Val-d’Or, pour m’inviter à le rejoindre à l’église Saint-Sauveur afin de me présenter l’orgue reçu en juin 2017. Lorsqu’il m’a proposé de visiter l’orgue, j’étais très intriguée; comment diantre pouvions-nous « visiter » un instrument de musique? Je ne croyais pas qu’il y en avait des assez gros pour qu’on puisse entrer à l’intérieur de ceux-ci. Eh bien oui! Anciennement situé dans la chapelle des Sœurs de l’Assomption à Nicolet, cet orgue mesure 25 pieds sur la largeur, 28 pieds de hauteur et 12 pieds de profondeur. Composé de 2 200 tuyaux, il est évalué à 1 100 000 $. Laisse-moi te le présenter et te faire découvrir l’univers des orgues à mon tour.

Comment l’orgue des Sœurs de l’Assomption à Nicolet est arrivé à Val-d’Or dans l’église Saint-Sauveur

L’histoire de cet orgue débute bien avant son arrivée à Val-d’Or. Tout a commencé avec une discussion sur la musique entre M. Létourneau et M. Léandre Lapointe, le curé de l’église Saint-Sauveur. M. Létourneau lui racontait qu’il avait installé un orgue de concert dans son ancienne paroisse, celui-ci construit à partir de trois instruments différents. En découvrant qu’il connaissait bien les orgues, M. Lapointe a demandé à M. Létourneau de jeter un coup d’œil à celui de son église qui n’avait pas joué depuis belle lurette. Bien qu’il s’agisse d’une bonne construction, l’orgue avait besoin de beaucoup d’amour! M. Létourneau a demandé l’avis d’un expert: Jean-Félix Bellavance des Ateliers Bellavance, une entreprise québécoise qui se spécialise dans la fabrication, la restauration et l’entretien des orgues. Après inspection et un bilan complet, M. Bellevance a affirmé qu’avec les réparations et les travaux de restauration nécessaires pour qu’il fonctionne de nouveau, il aurait fallu investir entre 50 000 $ et 70 000$ alors que l’orgue en soi n’en valait que 5 000 $. Le calcul était simple. M. Létourneau lui a donc demandé s’il n’avait pas eu vent d’un orgue qui devait être déménagé ou vendu rapidement. C’est alors qu’il lui a parlé de celui à Nicolet. Les Sœurs de l’Assomption avaient choisi de détruire presque tout l’ensemble immobilier de la congrégation à Nicolet et l’orgue qui s’y trouvait s’en allait au vieux fer. Après un appel à la Sœur économe générale, Sœur Carmelle, tout était orchestré; les Sœurs de l’Assomption acceptaient de donner l’instrument à l’église de Saint-Sauveur. Pour elles, c’était l’occasion de laisser une trace physique à Val-d’Or où elles avaient déjà été implantées pendant plusieurs décennies.

Parce que l’orgue est immense, celui-ci a dû être démantelé pour le transporter. En fait, il a fallu une remorque de 53 pieds (au complet!) pour le deménager jusqu’à Val-d’Or.

L’anatomie de l’orgue

Visuellement, on croirait que l’orgue a été conçu spécifiquement pour l’église Saint-Sauveur. Le design des arches pointues sur les façades de la structure en bois de l’orgue est le même que l’on retrouve sur les bancs de l’église et qui caractérise ses fenêtres. La vue d’ensemble crée un aspect très harmonieux. La grandeur du jubé (l’étage ouvert à l’arrière de l’église où se trouve l’orgue) est parfaitement proportionnée à celle de l’orgue; ni trop grande, ni trop petite et ni trop haute ou trop basse.

orgue Val-d'Or Abitibi-Témiscamingue Église Saint-Sauveur

L’orgue à l’église Saint-Sauveur, vu de l’autel.

L’orgue est un instrument qu’on dit vivant; à l’exception des tuyaux qui sont en métal, il est fait de bois et de cuir. Avec l’humidité, la chaleur et le froid l’instrument peut donc sécher, s’extensionner, rétrécir et même se déchirer. Pour qu’un orgue reste performant, il est donc très important d’en jouer régulièrement. Si le cuir de l’instrument n’est pas utilisé, il sèchera et il craquera ou se déchirera lorsqu’il sera utilisé de nouveau et là, plus de musique!

Un orgue est composé de plusieurs tuyaux d’où l’air s’échappe pour créer les sons. En tout, l’orgue de Saint-Sauveur a 2 200 tuyaux! Alors qu’il y a des tuyaux plus petits qu’un stylo, le plus gros des tuyaux de l’orgue à Saint-Sauveur mesure 16 pieds de hauteur. Plus le tuyau est gros, plus il produira un son grave. À la base de chaque tuyau se trouvent des petites soupapes de cuir qui collent et qui décollent grâce à des électro-aimants ce qui crée les sons.

À gauche de l’orgue se trouve la soufflerie qui alimentent les réservoirs d’air qui eux apportent de l’air dans les sommiers dans lesquels sont insérés les tuyaux. Les réservoirs d’air faits de cuir et de bois, situés à l’intérieur de l’orgue, se plient et se déplient un peu comme un accordéon afin de régler la pression de l’air dans les tuyaux. Au-dessus des réservoirs d’air, on trouve des gros blocs de plombs qui permettent de compresser l’air.

En plus des tuyaux et de la soufflerie (situé dans le buffet de l’orgue, l’orgue est aussi composé d’une console. Je l’ai mentionné déjà quelques fois; un orgue, ça peut être très gros! Celui de l’église Saint-Sauveur a trois claviers manuels (qui se joue avec les mains) de 54 notes chacun et un clavier au pédalier (qui se joue avec les pieds) de 32 notes. Et comme s’il n’y a avait pas assez de notes à gérer comme ça, il y a aussi des commandes sur les côtés du clavier que l’on appelle les jeux, qui sont toutes connectées à des tuyaux. Laisse-moi t’expliquer le fonctionnement de l’orgue et comment le clavier et les commandes des jeux agissent sur les tuyaux.

orgue église Saint-Sauveur 36 jeux Val d'Or abitibi temiscamingue

Les quatre claviers de l’orgue ainsi que les commandes pour les jeux de chaque côté.

Le fonctionnement d’un orgue

Chaque note est reliée à un tuyau pour chacun des jeux. Le nouvel orgue de l’église Saint-Sauveur est un 36 jeux, c’est-à-dire qu’il a 36 familles de tuyaux. Les boutons des commandes que l’on tire pour activer et que l’on pousse pour désactiver permettent de connecter les notes aux tuyaux.

Le clavier du bas représente les jeux du Positif, le clavier du milieu ceux du Grand orgue et le clavier du haut les jeux du Récit. Le clavier sous les pieds, quant à lui, représente le jeu du Pédalier. Donc, si l’organiste joue au Grand orgue, il va donner des commandes en tirant les boutons du jeu qu’il souhaite et ce sont les tuyaux de ce jeu qui joueront. Pour compliquer un peu la chose, on peut aussi jumeler la musique de chaque clavier ensemble et créer un accouplement. Par exemple, si l’organiste met le Récit au Grand orgue, tous les jeux qui vont avoir été mis au Récit vont en plus jouer au Grand orgue et s’additionner à tout ce que l’organiste va mettre à celui-ci. Bref, les possibilités sont presque infinies!

Avant l’arrivée de la technologie, un organiste devait être accompagné d’au minimum deux personnes qui, chacun de leur côté, tiraient et poussaient les commandes. Maintenant, il est possible d’enregistrer préalablement une multitude de combinaisons afin que l’organiste puisse être seul à l’instrument pour jouer et sélectionner ses combinaisons déjà enregistrées. À l’église Saint-Sauveur, le système électronique a 300 niveaux de mémoire. De plus, son ordinateur permet aussi d’enregistrer des pièces et d’ordonner à l’orgue de les jouer sans que personne ne soit au clavier; c’est ce que l’on appelle le système MIDI. Ce ne sera pas un enregistrement, mais bien l’instrument lui-même qui jouera.

Il va sans dire que cet orgue est une richesse pour l’église Saint-Sauveur, mais aussi pour Val-d’Or. Son potentiel éducatif, touristique et culturel est immense. Déjà, de nombreuses idées ont été soulevées pour mettre en valeur l’orgue. D’ici la présentation des projets retenus, tu peux entendre l’orgue lors de son inauguration qui aura lieu le vendredi 9 mars 2018 à 19h à l’église Saint-Sauveur. Pour l’occasion, Jocelyn Lafond, l’organiste titulaire des Grandes orgues de la Cathédrale de St-Hyacinthe et professeur au Conservatoire de Trois-Rivières, offrira un concert. Il sera accompagné par trois chœurs, dont le Chœur Symphonique régional. Lors de la soirée, il y aura aussi un hommage aux Sœurs de l’Assomption qui ont donné l’orgue. L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

Diunna Greenleaf au Festival Blues Eldorado

Diunna Greenleaf au Festival Blues Eldorado

Le Festival Blues Eldorado, qui aura lieu du 28 juin au 1er juillet 2018, recevra pour sa quatrième édition la sommité féminine du Blues Diunna Greenleaf. Cette grande dame du blues offrira, entre autres, une prestation lors de la soirée d’ouverture en compagnie de quelques invités spéciaux. L’évènement aura lieu au Conservatoire de musique de Val-d’Or dès 17h.

Rappelons que les profits du Festival Blues Eldorado sont remis à la Fondation Brousseau-Dargis qui œuvre régionalement en santé mentale.

La programmation complète et l’affiche promotionnelle de la quatrième édition du Festival Blues Eldorado seront dévoilées le 19 avril à 11h au Cinéma Capitol. Pour plus d’information concernant la vente de billets et les passeports, il est possible de communiquer avec l’équipe du festival au 819 856-6881 ou au festivalblueseldorado@gmail.com. Il est aussi possible de suivre le festival sur leur page Facebook et Instagram et de se tenir informé via leur site Internet ou leur infolettre.

Billets en prévente

Le Festival Blues Eldorado, anciennement connu sous le nom de Festival Blues Plateau Boréal, propose les billets pour cette soirée en prévente au coût de 30$, taxes incluses. La prévente se terminera le 5 mars où les billets seront alors vendus au coût de 35$. Les billets sont en vente en ligne, en cliquant ici, ou directement au bureau du Festival Blues Eldorado au 139 avenue Perrault.

Les passeports pour le festival sont maintenant aussi disponibles en vente seulement au bureau du festival. Ceux-ci permettent d’assister à 10 spectacles en plus du pré-évènement du 3 mai à Rouyn-Noranda. Les quarante passeports disponibles permettent une économie de 10% et sont au coût de 170$ chacun.

À propos de Diunna Greenleaf

Originaire de Houston au Texas, Étatds-Unis, Diunna Greenleaf est récipiendaire du KOKO TAYLOR AWARD 2017. Compositeur et interprète, cette grande dame du Blues a performé sur plusieurs scènes internationales.

Diunna Greenleaf Festival Blues Eldorado Val-d'Or Abitibi-Témiscamingue
De la nouveauté et variété au Centre d’exposition de Val-d’Or

De la nouveauté et variété au Centre d’exposition de Val-d’Or

Art et patrimoine au Centre d’exposition

Le Centre d’exposition de Val-d’Or présente, du 2 au 18 février 2018, l’exposition Collection Art & Patrimoine de la Ville de Val-d’Or.

Le Centre d’exposition de Val-d’Or et le Service Culturel de la Ville de Val-d’Or collaborent depuis quelques années à l’élaboration d’une politique de développement et de gestion de la collection municipale : la Collection Art & Patrimoine.

La Ville de Val-d’Or possède effectivement une collection d’œuvres d’art et un travail d’inventaire a été réalisé afin de mieux la documenter.  Ce travail permet aussi d’élaborer des moyens pour faire connaitre la collection municipale auprès des citoyens de Val-d’Or.  La Collection Art & Patrimoine de la Ville de Val‑d’Or est composée d’œuvres diversifiées et de qualité, qui attestent des traces originales de l’histoire municipale, et ces œuvres méritent une mise en valeur publique.

En date du 1er décembre 2017, l’inventaire a permis de répertorier 180 objets et œuvres créés par 53 artistes, constituant ainsi la Collection Art & Patrimoine. Certaines œuvres sont visibles dans l’espace public, pensons à l’œuvre de Jacques Pelletier, « Vers l’avenir », dans le parc du 75e anniversaire, à l’angle de la 3e Avenue et du Chemin Sullivan.

Cette exposition inédite permettra une mise en lumière de plus de 80 œuvres municipales et invitera toute la communauté à (re)découvrir la richesse de la Collection.  Les citoyennes et citoyens pourront partager leurs connaissances afin d’aider à mieux documenter les œuvres répertoriées, puisqu’elles font partie de notre histoire.

Piano public artistes

Les deux pianos publics, l’un situé au parc Lévesque et l’autre à la Place Agnico Eagle, font partie de la collection d’oeuvres d’art de la Ville de Val-d’Or. Celui situé au parc Lévesque (sur la photo) a été peint par l’artiste Christian Ponton.

Coexistence

Le Centre d’exposition de Val-d’Or présente, du 23 février au 29 avril 2018, deux expositions regroupées sous le thème Coexistence sous le commissariat de Mme Anne-Laure Bourdaleix-Manin.

La coexistence correspond à une idée de relation pacifique mais limitée : non-agression, respect, non-ingérence.

En partant de ce concept, le Collectif ITWÉ et l’artiste Jean-Ambroise Vesac présentent leurs créations respectives par le biais d’installations interactives ou immersives faisant valoir la coexistence d’identités distinctes et de territoires partagés, via les couleurs, les sons, la lumière, et la coexistence de l’humain et de la robotique et l’humain et son environnement.

ScnVir-coexistence

Par son projet original ScnVir-coexistence, l’artiste et professeur-chercheur Jean-Ambroise Vesac, en collaboration avec Lise Kniebihler, Jean-Michel Laliberté, Kevin Papatie, Valentin Foch et suite à des discussions avec le collectif ITWÉ, souhaite provoquer chez les interacteurs, une expérience esthétique collective et multiculturelle basée sur une création numérique en réalité mixte dans l’espace du Centre d’exposition. La création d’un espace hybride, à la fois réel et virtuel, investi par les individus grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, bouleverse les rôles habituels conférés à l’espace d’exposition et au visiteur. Il propose ainsi à chaque participant de s’insérer et d’exister dans cet être-ensemble numérique, ce nouvel univers social.

Lors d’un atelier de médiation qui aura lieu le 22 février de 18h30 à 21h, les participants seront invités à constituer des peaux virtuelles que revêtiront les personnages évoluant dans cette autre réalité.

Présentation de l’artiste Jean-Ambroise Vesac

Jean-Ambroise Vesac est un artiste des arts numériques. Son travail explore les réalités mixtes et les interactions Homme-machine. Ses œuvres abordent l’hybridation, la coexistence et l’être-ensemble numérique. Un autre aspect pratique artistique porte sur la performance audiovisuelle interactive. Vesac est impliqué dans le développement et la reconnaissance des arts numériques au Québec. Il est administrateur de Perte-de-Signal à Montréal, de La Chambre Blanche à Québec, du Musée d’Art (MA) et du Petit théâtre du vieux-Noranda. Il est responsable de l’Espace Lab (Laboratoire communautaire de recherche et de recherche-création) de l’UQAT.

programmation février 2018 Centre d'exposition val dor

Une des oeuvres de l’artiste Jean-Ambroise présentée lors de l’exposition

SCNVir-coexistence, 2018

3 / 3 x 3

Dans leur œuvre hautement symbolique, les membres du Collectif ITWÉ explorent l’idée de leur présence en tant qu’étrangers sur le territoire de Val-d’Or. Ils font ainsi un parallèle avec leur appartenance au territoire au sens large. L’installation 3 / 3 x 3 est composée de trois éléments distincts (sculpture, vidéo et drapeaux) représentant les trois individus qui forment le collectif, ainsi que chacune de leurs voix uniques qui composent le dialogue d’ITWÉ. ITWÉ explore ainsi les thèmes liés à la coexistence et à la communication, nous rappelant que les traités n’ont jamais considéré́ donner le territoire, mais ont plutôt suggéré́ partager l’espace en vue d’une cohabitation entre les différentes nations.

Présentation du collectif ITWÉ

Le collectif artistique autochtone ITWÉ (en cri, ITWÉ se traduit par « exprime-toi ») est composé de Sébastien Aubin (Cri-Métis), de Kevin Lee Burton (Cri-Swampy) et de Caroline Monnet (Anishinaabe-Française). Établis entre Montréal et Winnipeg, le trio transdisciplinaire promeut la création, la production et l’éducation de la culture numérique auprès des Autochtones. La collaboration est une pierre fondamentale de leur pratique, que ce soit entre les disciplines, les communautés, l’industrie et les établissements d’enseignement.  Sébastien Aubin exerce principalement une pratique en design graphique et possède un baccalauréat ès arts de l’Université du Québec en Outaouais. Caroline Monnet est, quant à elle, cinéaste et artiste multidisciplinaire. Elle détient un baccalauréat en sociologie et communication de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Grenade (Espagne). Kevin Lee Burton a étudié le cinéma à l’Indigenous Independent Digital Filmmaking Program à Vancouver. Il développe des projets en théâtre, cinéma et nouveaux médias.

programmation février 2018 Centre d'exposition de Val-d'Or

ITWÉ, 2017

Source | Textes et images
Centre d’exposition de Val-d’Or

Nouveau circuit historique théâtral et déambulatoire à Val-d’Or

Nouveau circuit historique théâtral et déambulatoire à Val-d’Or

Dynamisation et bonification de l’offre touristique au centre-ville par la mise en valeur de l’histoire et du patrimoine de Val-d’Or

Nouveau circuit historique à Val-d’Or

La Ville de Val-d’Or et l’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or (OTCVO) sont heureux de se joindre aux Productions du Raccourci, une entreprise qui se spécialise dans la production d’événements et d’activités artistiques à caractère culturel, éducatif, touristique ou social ainsi que dans la réalisation d’événements artistiques professionnels d’envergure, dans l’annonce du nouveau circuit théâtral déambulatoire « Val-d’Or vous raconte son histoire ». C’est d’ailleurs avec enthousiasme que ceux-ci ont collaboré au projet et apporté leur expertise respective.

« Ce nouveau circuit viendra bonifier l’offre touristique en plus d’être complémentaire aux autres produits touristiques déjà offerts. Ce sera l’occasion de mieux comprendre la dynamique de l’époque entre les villes voisines, Val-d’Or et Bourlamaque, grâce à des personnages colorés qui sauront capter l’attention du public à chaque instant », mentionne le président de l’OTCVO M. Gérard Paquin. Le tourisme culturel est capital pour l’attractivité de Val-d’Or comme destination touristique considérant que, parmi les visiteurs accueillis au bureau d’information touristique de Val-d’Or chaque été (près de 8 000), environ 25% d’entre eux questionnent les conseilleurs en séjours sur ce type d’activité. En plus d’assurer la promotion de ce produit dans ses différentes plateformes promotionnelles, l’OTCVO sera le point de chute pour la billetterie et les réservations via son bureau d’information touristique. Les informations sur cette nouvelle activité sont aussi disponibles via le site internet valdorvousraconte.com.

« Le circuit théâtral est aussi une volonté de la Ville de Val-d’Or de voir son histoire et son patrimoine mis de l’avant à travers une production culturelle et artistique. Initié par le Service culturel, ce projet se veut l’occasion de mieux connaitre certains personnages ayant marqué le développement de Val-d’Or à travers une douzaine de scènes, écrites et jouées par des artistes d’ici. L’aspect théâtral et déambulatoire du circuit permettront aux spectateurs de vivre l’expérience de façon immersive, dans les rues de notre centre-ville », ajoute M. Pierre Corbeil, maire de la Ville de Val-d’Or.

La Ville de Val-d’Or se réjouit de cette offre culturelle et touristique qui dynamisera son centre-ville.

– 30 –

Source et information

Nancy Arpin
Directrice générale, Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or
819 824.9646 poste 6224
nancy.arpin@ville.valdor.qc.ca

Brigitte Richard, Directrice Service culturel, Ville de Val-d’Or
819 825.3060 poste 4222
brigitte.richard@ville.valdor.qc.ca

Val-d'Or vous raconte son histoire circuit historique théâtral déambulatoire

VAL-D’OR VOUS RACONTE SON HISTOIRE

Un circuit théâtral historique dès l’été 2018 dans les rues de Val-d’Or !

Fortes du succès sans précédent que leur a valu le circuit historique théâtral Amos vous raconte son histoire, créé en 2012 et présenté devant public depuis maintenant six ans, Les Productions du Raccourci, en collaboration avec la Ville de Val-d’Or et ses instances, sont heureuses de présenter le tout nouveau circuit historique théâtral Val-d’Or vous raconte son histoire ! Dès l’été prochain et pour les trois années à venir, les habitants de la ville et les visiteurs de passage auront le plaisir d’en apprendre davantage sur la fondation et les premières années de la ville minière, grâce à un spectacle déambulatoire conçu par Véronique Filion et Bruno Turcotte, artistes-fondateurs des Productions du Raccourci.

L’Histoire unique de Val-d’Or

Le parcours théâtral amènera les participants à explorer le centre-ville historique de Val-d’Or, le long de sa mythique 3e avenue et de ses alentours, pour découvrir les histoires qui ont marqué les débuts de cette ville minière hors du commun. Les personnages et les événements de cette époque prendront vie devant le public, grâce aux nombreux tableaux mis en scène tout au long du parcours.

Accompagné de musiciens et d’une troupe de comédiens et de figurants, un guide partagera des anecdotes étonnantes sur la ville et sa fondation, telles que l’histoire derrière l’apostrophe du nom Val-d’Or, le recrutement des immigrants européens lors de la fondation de la ville, les nombreuses fraudes et contrebandes des débuts, ainsi que l’histoire de personnalités inspirantes de la ville, tout en mettant en lumière la richesse de son patrimoine minier, politique, religieux, commercial et multiculturel !

Une équipe de professionnels impliqués

Parmi les collaborateurs de ce projet, on retrouvera bien entendu Bruno Turcotte, concepteur, directeur de production et producteur délégué et Véronique Filion, conceptrice, directrice artistique, auteure et metteur en scène, mais également le chef d’orchestre, enseignant et tromboniste Neal Bennett, à titre de concepteur musical; l’artiste multidisciplinaire Mélanie Roberge, collaboratrice théâtrale; Julie Jackson, propriétaire de l’entreprise My Lady Couture, à titre de conceptrice visuelle – décors et costumes; Dévy Bédard, responsable des installations techniques; Ann-Julie Charbonneau, responsable de production; Paul-Antoine Martel, conseiller au contenu et Serge Bordeleau de Nadagam Film, concepteur multimédia. D’autres collaborateurs se joindront au projet d’ici l’été prochain.

Un projet mis en place dès l’été 2018

Les représentations de Val-d’Or vous raconte son histoire débuteront dès l’été prochain, du 29 juillet au 15 août 2018 les dimanches après-midi, et les lundis, mardis et mercredis soir. Plus de détails seront dévoilés dans les mois à venir.

Appel à la participation

Les Productions du Raccourci profitent de l’occasion pour inviter les intéressés à participer à titre d’acteurs ou de figurants à ce projet formateur et enrichissant. Nul besoin d’avoir de l’expérience, seulement de la motivation et de la disponibilité ! Des rôles sont disponibles pour tous les âges et tous les niveaux d’expérience, et des formations seront offertes aux participants. Peu importe l’âge, la langue parlée ou l’occupation, les curieux et les dégourdis sont invités à faire partie de la troupe !

Deux soirées d’informations sont offertes pour les intéressés : le mercredi 29 novembre à 18h et le dimanche 3 décembre à 10h30.

Pour plus d’informations et pour s’inscrire : valdorvousraconte.com.

Productions du Raccourci

Productions du Raccourci inc. se spécialise dans la production d’événements et d’activités artistiques à caractère culturel, éducatif, touristique ou social ainsi que dans la réalisation d’événements artistiques professionnels d’envergure. Les projets phares des dernières années sont La folle odyssée de Bernadette, Ballade théâtrale sur la rivière, la bande dessinée Michel et le Loup, La virée légendaire Accent Plein-Air, le circuit historique théâtral Amos vous raconte son histoire, l’école de théâtre La Rallonge.

Pour suivre l’aventure sur Facebook, c’est ici !

-30-

Pour plus d’information ou pour toute demande média

Alexandra Turgeon
514 475.2655
alexandra@turgeoncom.ca

Source

Les Productions du Raccourci
productionduraccourci.com

Val-d'Or vous raconte son histoire circuit théâtral historique
L’architecture de Val-d’Or: surprenante et avant-gardiste

L’architecture de Val-d’Or: surprenante et avant-gardiste

Il y a deux ans, je recevais un appel d’une étudiante à la maîtrise en architecture à l’Université de Montréal me demandant des détails sur les tours de ville que nous offrons. Les étudiants de sa cohorte et elle planifiaient un séjour en Abitibi-Témiscamingue pour en apprendre davantage sur l’architecture de la région. J’ai donc créé un tour de ville sur mesure pour lui faire découvrir l’architecture de Val-d’Or. Pour ce faire, j’ai eu la chance de recevoir la précieuse aide de la directrice du Centre d’exposition de Val-d’Or, Carmelle Adam. Le Centre d’exposition avait monté une exposition à ce sujet en 2010 alors beaucoup de matériel était disponible, dont le livre « L’architecture de Val-d’Or : 75 ans d’avant-garde ».

En construisant le tour de ville, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une histoire riche, surprenante, remplie de modernisme et d’avant-garde! Le mot de Carmelle dans le livre « L’architecture de Val-d’Or : 75 ans d’avant-garde » décrit d’ailleurs merveilleusement bien cette découverte sur cette portion de Val-d’Or :

« Traiter d’un sujet tel que l’architecture moderne dans un contexte hors métropole et de surcroît en région éloignée n’est pas un projet gagné d’avance. Cependant, il suffit de parcourir les rues de la Ville de Val-d’Or pour y constater l’affirmation de son architecture moderne; ses institutions publiques constituent un véritable héritage d’un patrimoine bâti représentatif de cette période charnière dans l’identité contemporaine de la collectivité. »

-Carmelle Adam

Lorsqu’on ne connaît pas l’histoire architecturale de la ville et son contexte historique, on ne s’attarde pas vraiment aux bâtiments. Ce ne sont que des blocs ou des immeubles qui abritent des organisations ou des gens. Mais lorsqu’on prend la peine de lire le livre « L’architecture de Val-d’Or : 75 ans d’avant-garde » ou « Vivre à Bourlamaque » (publication de la Cité de l’Or éditée en 2015) ou encore de télécharger l’application Val-d’Or Moderne et de se balader dans la ville, « sweet cheezy muffin », je te jure qu’on ne voit plus du tout que des constructions! On voit la créativité, la débrouillardise, l’Audace avec un grand « A » et la fierté d’une poignée d’architectes, de bâtisseurs et de Valdoriens.

Je ne peux pas te raconter l’histoire de l’architecture de Val-d’Or; il y aurait bien trop de choses à te dire. Par contre, je peux piquer ta curiosité pour que tu fasses le pas et achète un des livres sur son histoire ou télécharge gratuitement l’application Val-d’Or Moderne pour la découvrir.

Savais-tu que? Faits et anecdotes sur l’architecture à Val-d’Or

Les premiers architectes sont débarqués à Val-d’Or à la fin de l’année 1936 et au début de 1937.

Ils étaient trois : Auguste Martineau, Albert S. Macduff et Camille Chevalier. Camille Chevalier a d’ailleurs conçu plus d’une dizaine de bâtiments dont plusieurs représentent l’avant-gardisme caractérisant Val-d’Or (la stèle à l’entrée est de la Ville, l’entrepôt de la brasserie Dow qui est maintenant le restaurant L’Amadéus ou encore la tour commémorative du 10e anniversaire de la ville) et fut le premier architecte à travailler pour Hydro-Québec.

Amadeus_restaurants_exterieur_valdor

L’immeuble abritant le restaurant l’Amadeus a été construit en 1940 et conçu par l’architecte Camille Chevalier. À cette époque, il s’agissait d’un entrepôt pour la brasserie Dow.

L’hôtel de ville de Val-d’Or, construit en 1964, est le premier hôtel de ville contemporaine qui a été construit en Abitibi-Témiscamingue.

D’une symétrie parfaite, presque entièrement vitrée, avec ses murs revêtus de carreaux de pierre sciée d’un des plus beaux granits du Québec, le Rouge Diamant, et son imposante marquise qui flotte dans les airs, ce bâtiment est un joyau de l’architecture à Val-d’Or. D’ailleurs, les entrepreneurs qui ont bâti l’hôtel de ville croyaient que cette marquise ne tiendrait jamais et qu’il faudrait y ajouter des poutres.

Circuit historique Val-d'Or attrait touristique

L’hôtel de ville de Val-d’Or, construite en 1964 et conçue par les architectes Monette et St-Denis.

Le grand céramiste québécois Claude Vermette a participé à l’art urbain de Val-d’Or

De réputation internationale, l’artiste peintre et céramiste est un pionnier de l’art intégré à l’architecture. Il est l’auteur d’œuvres dans les métros de Montréal de Place-des-Arts, Saint-Laurent, Jean-Talon et McGill. À Val-d’Or, on lui doit la murale dans le hall de l’hôtel de ville et du mur extérieur à l’école secondaire Le Transit.

architecture-valdor_murales-claude-vermette

À gauche la murale de briques émaillées que l’on retrouve à l’école secondaire Le Transit et à droite celle que l’on peut observer dans le hall de l’hôtel de ville de Val-d’Or.

L’architecture pour tout le monde

Plus récemment, j’ai eu la chance de participé au tour de ville La Grande virée valdorienne avec Paul-Antoine Martel et Serge Larocque. Présenté dans le cadre des Journées de la culture par le Centre d’exposition, on y faisait le tour de Val-d’Or pour y découvrir une partie de son histoire architecturale. Moi qui croyais en savoir une très bonne partie, j’ai encore été flabbergastée! Quelque chose m’a marquée dans ce tour de ville : la mixité architecturale. Les maisons sont toutes différentes l’une de l’autre, que ce soit par les matériaux utilisés, leur style ou encore leur grandeur. D’ailleurs, on voit une grande mixité sociale partout dans la ville. Il y a peu de quartiers qui sont totalement nantis ou plutôt modestes. On peut voir une très grosse maison qui sent le succès financier à plein nez située juste à côté d’une petite maison simple. Peu importe dans quel quartier de la ville tu te promènes, tu pourras te rincer l’œil et l’intérêt architectural.

Je te suggère fortement de télécharger l’application Val-d’Or Moderne sur ton téléphone. Cette application te propose des textes, les enregistrements des textes, des cartes interactives, des vidéos et un quiz pour tester tes connaissances. Il y a aussi six parcours déambulatoires sur des thèmes différents pour découvrir la ville.

Mon conseil (en plus de celui de télécharger l’application Val-d’Or Moderne) : promène-toi, regarde, observe, sois curieux et attentif. Tu découvriras un aspect souvent méconnu de la ville et de son histoire, mais tellement intéressant! Bonnes découvertes!

Livre architecture de Val-d'Or 75 ans d'avant-garde Centre d'exposition de Val-d'Or

 Le livre L’architecture de Val-d’Or; 75 ans d’avant-garde est en vente au coût de 30$ au Centre d’exposition de Val-d’Or.

Vivre à Bourlamaque histoire et architecture

L’ouvrage Vivre à Bourlamaque traite d’une petite ville industrielle modèle: Bourlamaque. Le lecteur y découvrira la ville dans son ensemble, au-delà des limites de ses sites et bâtiments patrimoniaux, à travers des facettes de son histoire jusqu’à présent peu étudiées.

application voyage tourisme Val-d'Or architecture d'avant-garde

L’application Val-d’Or Moderne est facile et agréable à utiliser. L’utilisateur y aura accès à des textes, photos, enregistrements, vidéos, quix et carte intéractive.

VD’CLIC, Les rendez-vous de la photographie de Val-d’Or

VD’CLIC, Les rendez-vous de la photographie de Val-d’Or

Val-d’Or, le 2 octobre 2017 – Cet automne, se tiendra la première édition de VD’CLIC, Les rendez-vous de la photographie de Val-d’Or. Inspirés par l’engouement grandissant pour la photographie à Val-d’Or, plusieurs partenaires s’unissent afin d’offrir une programmation riche et variée.

La Ville de Val-d’Or, le Centre d’exposition de Val-d’Or, l’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or et la Chambre de commerce de Val-d’Or figurent parmi les organisateurs. Ce rendez-vous, qui s’ajoute à l’offre culturelle de la ville, proposera des expositions, une formation et la 4e édition du Concours de photographies valdoriennes Zone Image. La programmation suscite la participation de photographes amateurs, semi-professionnels et professionnels et convie toute la population à découvrir et admirer cet art à différents endroits dans la ville.

« Depuis quelques années, on sent réellement un intérêt pour la photographie à Val-d’Or. Les ateliers de photographie offerts par le Service culturel, le Concours de photographies valdoriennes Zone Image, les expositions extérieures le long de la piste cyclable et la diffusion de photos de qualité sur les médias sociaux en témoignent. VD’CLIC sera l’occasion de créer un momentum; de mettre en lumière des talents d’ici et d’en savoir davantage sur cette discipline accessible à tous »

Geneviève Béland, animatrice culturelle à la Ville de Val-d’Or et membre du comité organisateur.

Neuf rendez-vous photographiques

Le coup d’envoi de la première édition sera donné le vendredi 27 octobre à 17 h à l’occasion d’un double vernissage réunissant plusieurs photographes de l’Abitibi-Témiscamingue. Surexposition, présentée au Centre d’exposition de Val-d’Or, rassemblera 17 photographes professionnels tandis que le Photoclub Val-d’Or permettra à cinq photographes semi-professionnels et amateurs d’exposer leurs œuvres à la Salle Les Insolents. Cette soirée d’ouverture sera propice aux échanges et aux découvertes et dévoilera le talent et le parcours des artistes d’ici.

Dès le 15 novembre, les photos gagnantes de la 4e édition du Concours de photographies valdoriennes Zone Image seront exposées dans la salle du conseil de l’hôtel de ville. Riche d’une grande participation citoyenne, cette exposition permet de découvrir Val-d’Or sous différents angles.

Dans le cadre des festivités entourant le 50e anniversaire du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, le campus Val-d’Or présentera à la bibliothèque municipale une exposition retraçant l’histoire du campus. Constituée de plusieurs photos d’archive, elle nous rappellera notamment les circonstances qui ont mené à l’implantation de l’institution à Val-d’Or.

Deux restaurants de Val-d’Or recevront une exposition sur leurs murs. À la Sandwicherie, nous découvrirons en photos le périple à travers le monde de la photographe Marina Fontaine dans l’exposition Six ans. La vente de ses œuvres servira à financer son prochain voyage en Antarctique. La Microbrasserie Le Prospecteur accueillera l’exposition Bacon and Scrap de Nancy St-Laurent et Julien Poirier; une ode à la laideur où le regard sur les choses se connecte aux odeurs d’un moment bien trop présent.

En novembre et en décembre, la série photographique Entreprendre, « presque » qu’un jeu d’enfant sera projetée dans les fenêtres des bureaux de la Chambre de commerce situés au centre-ville. Réalisée par le comité Jeunesse de la Chambre de commerce de Val-d’Or et la photographe Marie-Claude Robert, cette série met en vedette vingt jeunes entrepreneurs de la Vallée-de-l’Or.

L’exposition extérieure Vingt fois Val-d’Or, présentée depuis le 29 septembre dernier, se poursuivra le long de la piste cyclable J-P-Rolland-Fortin, le Complexe culturel Marcel-Monette et le boul. Jean-Jacques-Cossette. Vingt trésors de la ville sont racontés en photos et en illustrations par l’artiste Caroline Trudel et en textes par vingt citoyens. Dans le cadre de VD’CLIC, l’Office du tourisme et des congrès produira des cartes postales rappelant cette exposition afin que les visiteurs et citoyens puissent conserver et partager un souvenir authentique racontant l’âme de Val-d’Or.

Finalement, une initiative des photographes Geneviève Lagrois et Marie-Claude Robert a mené à la présentation de la formation Ici et maintenant : trouver son émotion en photographie par le photographe Yanick Lesperance. Le Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue offrira cette formation aux professionnels de l’image de la région.

À l’exception de la formation, tous les vernissages et expositions sont ouverts à tous et ce, gratuitement. La programmation est disponible au ville.valdor.qc.ca et sur la page Facebook de Val-d’Or en Art. Le mot-clic #vdclic sera à l’honneur sur Instagram.

-30-

Source

Sylviane Mailhot
Agente de communication
Ville de Val-d’Or
819 824-9613 poste 2252
sylviane.mailhot@ville.valdor.qc.ca

logos
20 Fois Val-d’Or – une exposition sur notre patrimoine culturel

20 Fois Val-d’Or – une exposition sur notre patrimoine culturel

Le Centre d’exposition et le Service culturel de Val-d’Or présentent “20 fois Val-d’Or”, une exposition hors les murs où 20 trésors de la ville sont à l’honneur. Ces personnes, lieux et monuments sont racontés par 20 citoyens à travers un texte qu’ils ont composé sous la supervision de l’auteur Bruno Crépeault. Ils sont illustrés par l’artiste Caroline Trudel. L’exposition est située le long de la piste cyclable longeant le Sentier J-P Roland Fortin, le Complexe Marcel-Monette et le boulevard Jean-Jacques Cossette.

L’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or produira des cartes postales rappelant cette exposition. Alors que l’illustration sera imprimée au recto de la carte, le texte qui l’accompagne sera au verso. Un espace pour écrire une adresse et déposer un timbre sera disponible afin que les visiteurs puissent envoyer à leur proche un souvenir authentique de leur passage chez nous racontant l’âme de notre destination ou tout simplement rapporter ce souvenir avec eux. Les cartes seront disponibles à l’unité et en coffret au Bureau d’information touristique de Val-d’Or.

Les 20 trésors culturels et leur auteur

Église ukrainienne Val-d'Or Abitibi-Témiscamingue

L’église ukrainienne Notre-Dame-de-la-Protection fût construite en 1954. À cette époque, 375 familles ukrainiennes habitaient la ville.

Grotte Notre-Dame-de-Lourdes Val-d'Or patrimoine religieux Abitibi-Témiscamingue

Érigée sur une élévation de terrain, en roc quartzifère et divers métaux en provenance des sites miniers de la région de Val-d’Or, cette grotte, d’abord destinée aux religieuses hospitalières, est devenue un lieu de recueillement, de prière et de culte.

Hôtel de ville Val-d'Or architecture d'avant-garde

Les murs de l’Hôtel de ville de Val-d’Or sont revêtus d’un des plus beaux granits du Québec, le Rose Laurentien, qui provient des environs de Mont-Laurier.