Close

Tag Archive for: Auteur valdorien

6 auteurs qui ont laissé leur trace à Val-d’Or

6 auteurs qui ont laissé leur trace à Val-d’Or

Bruno Crépeault

Bruno Crépeault, citoyen de Val-d’Or, est un homme de plusieurs talents. En plus d’être auteur, il est aussi concepteur de jeux de société. Il a été deux fois récipiendaire du Prix littéraire de l’Abitibi-Témiscamingue et il a aussi été le gagnant du premier prix à un concours de création de jeux de société en France. D’abord, il est l’auteur du livre La mémoire du funambule paru il y a quelques années. Ce livre raconte « le parcours d’un enfant vivant auprès d’une mère dépressive qui découvre, au fil des années, la tendresse, le désir, le destin… ». Il a aussi écrit deux nouvelles Le roi du sandwich et La racine du vertige. Bruno Crépeault est aussi le concepteur du jeu de société Rockwell. Ce jeu met en scène l’activité minière en invitant les joueurs à développer des activités de forages mettant en compétition quatre entreprises qui devront gérer au mieux les ressources qu’ils possèdent.

En savoir plus sur son livre

En savoir plus sur son jeu de société

Alexandre Faucher

Alexandre Faucher est né à Val-d’Or, mais a toujours vécu à Malartic. Il est devenu historien et auteur après avoir développé une réelle passion pour l’histoire fascinante de la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Son livre De l’or…et des putes?  retrace l’histoire peu souvent traitée du village minier Roc-d’Or. Contrairement au village minier de Bourlamaque, Roc-d’Or est : « Un village champignon, effervescent jusqu’à la turbulence, mal policé, à la vie sociale pour le moins animée, qui a laissé un souvenir durable dans la mémoire collective, et qui fut condamné à la disparition malgré la lutte acharnée de ses résidants pour assurer sa survie. » Un livre pertinent historiquement à livre définitivement pour en connaitre davantage sur l’histoire de la région.

En savoir plus sur son livre

Frédérique Cornelier

Frédérique Cornelier est une anthropologue de Val-d’Or qui travaille pour l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. À son poste, elle vise à favoriser la réussite scolaire des autochtones. Son travail lui a certainement aidé à écrire son livre Kitakinan…parce que la ville est aussi autochtone. Dans ce livre qui décrit le mode de vie urbain des autochtones qui ont quitté la réserve pour la ville, plusieurs questions sont posées : « Comment se manifestent les rapports sociaux et spatiaux des habitants autochtones et allochtones dans cet environnement? Comment les autochtones expérimentent-ils la ville? Où vont-ils et avec qui? Comment réagissent les allochtones face à cette nouvelle présence? ». Un livre qui décrit le quotidien des autochtones dans la ville en se penchant aussi sur la perception des non-autochtones.

En savoir plus sur son livre

Gilles Massicotte

Né à Malartic, Gilles Massicotte a déjà travaillé à Val-d’Or comme patrouilleur, enquêteur et gestionnaire à la Sureté municipale de Val-d’Or. Il est auteur de deux livres à saveur historique régionale. Dans son premier livre East-Malartic, 1947, on raconte l’histoire de la mine East-Malartic au moment où l’incendie majeur s’est déclaré se qualifiant alors de « La pire catastrophe minière à se produire au Québec », selon le Montréal Gazette. Cette lecture vous replonge dans le profond désarroi des habitants de la ville de Malartic au moment des faits.  Son deuxième livre, quant à lui, évoque une époque peu glorieuse de l’histoire en région lors de la Première Guerre mondiale. Le livre Spirit Lake, 1915-1917 raconte l’enfermement des immigrants provenant de pays déclarés ennemis du Canada lors de la guerre au camp d’internement de Spirit Lake en Abitibi. Une façon de faire que l’on peut qualifier d’insensée et d’inhumaine aujourd’hui.

En savoir plus sur son livre East-Malartic, 1947

En savoir plus sur son livre Spirit Lake, 1915-1917

Virginie Blanchette-Doucet

Virginie Blanchette-Doucet est née à Val-d’Or. Elle a quitté la région à la suite de ses études en création littéraire à l’Université du Québec à Montréal. Son premier roman, 117 Nord, raconte les voyages de Val-d’Or à Montréal, de Montréal à Val-d’Or de façon très imagée à ce qu’on puisse s’y reconnaitre. Dans ce livre, l’auteur « montre comment les frontières de nos vies se redessinent sans cesse à notre insu. » Ce même roman a été présélectionné pour le prix France-Québec 2017. L’auteur a aussi coécrit avec 10 autres auteurs le livre Prendre Pays. À travers les lettres des écrivains, découvrez comment cohabitent les thèmes de l’exil, de la rupture amoureuse, de la colonisation du corps, du sentiment d’étrangeté au monde, de la maternité, de la mort.

En savoir plus sur son livre 117 Nord

En savoir plus sur le livre Prendre Pays

François Lévesque

François Lévesque, née à Val-d’Or et maintenant journaliste culturel et critique de cinéma au journal Le Devoir  est l’auteur de plusieurs romans, dont une trilogie sombre intitulée Boréale, avec le premier tome En attendant Russel, le deuxième En ces bois profonds et le dernier Le Nord retrouvé qui lui peut nous plonger dans une ambiance que l’on pourrait reconnaitre en Abitibi-Témiscamingue puisque l’intrigue se déroule dans une ville minière autrefois prospère. Il a aussi écrit La bienveillance des ours  écrit avec Virginia Pesemapeo Bordeleau qui est un livre d’échange épistolaire entre les deux auteurs qui dans la bienveillance échange ce qu’ils ont en commun; leur Abitibi natale, la pratique de l’écriture, mais aussi une connaissance intime de la marginalité.

En savoir plus sur sa trilogie Boréale

En savoir plus sur La bienveillance des ours

Pour lire les livres de ces auteurs, vous pourrez fortement en trouver une majorité à la boutique la Galerie du livre de Val-d’Or ou sur le site internet des Éditions du Quartz qui est une maison d’édition de l’Abitibi-Témiscamingue. Bonne lecture!

 

 

Photo de couverture | Clay Banks sur Unsplash

6auteursvd
10 Livres qui racontent l’Abitibi-Témiscamingue

10 Livres qui racontent l’Abitibi-Témiscamingue

Je te propose 10 livres qui font le récit de Val-d’Or, de l’Abitibi-Témiscamingue et des gens qui ont vécu ce territoire, que ce soit de façon temporaire ou permanente. Des histoires qui ont eu lieu dans le début de la colonisation et d’autres qui prennent place dans notre époque; des contes folkloriques aux limites du fantastique et des récits inspirés de faits réels; de grandes aventures et de grands personnages pour le plus grand bonheur des lecteurs!

1. Sept jours dans la vie de Stanley Siscoe de Daniel Saint-Germain

1. Sept jours dans la vie de Stanley Siscoe de Daniel Saint-Germain

On a demandé à la présidente du Festival de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue, Nicole Garceau, quel était son coup de cœur au niveau des livres racontant l’histoire sur Val-d’Or. Elle te suggère « Sept jours dans la vie de Stanley Siscoe » qui raconte les derniers jours de Stanley Siscoe. D’origine polonaise, Siscoe est le prospecteur qui a découvert une importante veine d’or qui a permis l’ouverture de la Siscoe Gold Mine. Le 19 mars 1935, l’avion qu’avait pris Siscoe pour revenir d’un voyage d’affaires a dû atterrir d’urgence sur le lac Matchi-Manitou à cause d’une tempête de neige. Après plusieurs jours à tenter de survivre, celui-ci est décédé. On a retrouvé son corps gelé sur le lac, gisant au milieu de billets d’argent.

2. Pardon My Parka de Joan Walker

2.Pardon My Parka de Joan Walker

Publié en 1954 et ayant comme trame de fond la même époque, ce livre est un réel voyage dans le temps! D’ailleurs, certains lecteurs plus féministes et intolérants au racisme pourraient parfois avoir quelques chocs lors de leur lecture. « Pardon My Parka » raconte l’histoire d’une femme britannique nouvellement mariée avec un Canadien qui vient s’établir à Val-d’Or puisque ce dernier s’y est trouvé un travail. Comme elle est une femme mondaine et très peu habituée à la vie de femme mariée – la pauvre ne sait même pas faire bouillir de l’eau! -, l’adaptation à son nouveau mode de vie et à la vie dans une ville minière au milieu de la nature sauvage sera difficile. « Pardon My Parka » est un livre écrit avec humour et finesse.

Ç’est arrivé à Val-d’Or, recueil collectif de nouvelles

3.Ç’est arrivé à Val-d’Or, recueil collectif de nouvelles

« C’est arrivé à Val-d’Or » est un recueil de dix nouvelles écrites par dix auteurs valdoriens. Parfois, l’histoire prend place dans les jeunes années de Val-d’Or, parfois dans une époque plus moderne. Bien que l’histoire de Val-d’Or soit rarement la trame principale des nouvelles, les détails sur ses lieux et son identité culturelle en font une très belle présentation. Malgré la différence des thèmes exploités, des styles d’écriture et des trames de fond, les dix nouvelles ont quelque chose en commun : le désir des auteurs de te présenter une parcelle de cette ville haute en couleur et leur amour pour celle-ci.

Spirit Lake de Sylvie Brien

4. Spirit Lake de Sylvie Brien

L’histoire racontée dans « Spirit Lake » est celle d’un jeune garçon de 14 ans, Peter Gaganovitch, qui vient de quitter son Autriche-Hongrie natale avec son frère et sa grand-mère pour fuir la guerre. Alors qu’ils débarquent tout juste à Montréal, ils sont emmenés à Spirit Lake – à Trécesson, près d’Amos- l’un des plus importants camps de prisonniers érigés par le Canada pendant la Première Guerre mondiale. En lisant ce livre, tu auras droit à de l’histoire, une légende autochtone et une belle leçon de vie sur le bonheur.

À l’ombre de la mine de France Lorrain

5. À l’ombre de la mine de France Lorrain

Présenté en deux tomes, « À l’ombre de la mine » prend place dans le Village minier de Bourlamaque dans les années 1940. On y raconte l’histoire de Jeanne et Kristoff Rudenko, deux jeunes mariés originaires d’Ukraine qui tentent de trouver le bonheur. Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est qu’on y parle non seulement de la vie au Village minier de Bourlamaque dans les années 1940, mais aussi de la vie des colons et immigrants à cette époque en Abitibi-Témiscamingue en plus du camp de détention Spirit Lake. Suspense, romance et histoire s’entrelacent pour un coup de cœur assuré!

Contes, légendes et récits de l’Abitibi-Témiscamingue de Denis Cloutier

6. Contes, légendes et récits de l’Abitibi-Témiscamingue de Denis Cloutier

« Contes, légendes et récits de l’Abitibi-Témiscamingue » est un recueil de textes écrits par une quarantaine d’auteurs qui ont été marqués par le territoire. Dans une première partie, on y retrouve le texte « Où l’orignal broute les nymphéas » de Deny Chabot, un as de l’histoire du territoire – il a d’ailleurs écrit deux magnifiques livres sur l’histoire de Val-d’Or. Puis, en deuxième partie tu pourras te délecter de contes, mythes et légendes ayant eu lieu en Abitibi-Témiscamingue dans des mondes parfois réels et parfois inventés et folklorisés.

117 Nord de Virginie Blanchette-Doucet

7. 117 Nord de Virginie Blanchette-Doucet

La jeune auteure Virginie Blanchette-Doucet a choisi d’élaborer son histoire dans un pan de l’histoire beaucoup plus récente; le déménagement d’un quartier complet à Malartic pour permettre l’ouverture d’une mine d’or. « 117 Nord » raconte le récit de Maude, une ébéniste originaire de Val-d’Or habitant à Montréal et qui devra accumuler les allers-retours Montréal-Val-d’Or suite à l’annonce de l’ouverture de la mine. C’est un roman tout en émotions et tout en subtilité que tu as ici!

Racontages du Témis de Fernand Bellehumeur

8. Racontages du Témis de Fernand Bellehumeur

Dans « Racontages du Témis », l’auteur Fernand Bellehumeur propose un recueil de contes du Témiscamingue qu’on lui racontait lorsqu’il était enfant. On ressent dans les textes que l’auteur est un conteur né: fioritures, fabulations et exagérations colorent chaque histoire. On y découvre le Témiscamingue dans les années 1940 ainsi que des personnages pittoresques, des événements troublants qui ont marqué l’imaginaire collectif. À quel point la vérité est-elle présente dans ce recueil? Ceci reste un mystère…

Jeanne sur les routes de Jocelyne Saucier

9. Jeanne sur les routes de Jocelyne Saucier

Dans « Jeanne sur les routes », Jocelyne Saucier ficelle une histoire entre la marxiste Jeanne Corbin et un journaliste. Leur rencontre et la façon dont celle-ci changera la vie du journaliste ont lieu à Rouyn-Noranda dans les années 1930. À cette époque, les Russes, Finlandais, Ukrainiens, Chinois et Juifs y étaient nombreux à avoir choisi cette ville comme foyer. Un foyer aux couleurs marxistes où l’importante population ouvrière se battait pour des jours meilleurs.

Des Îles-de-la-Madeleine à l’Île Nepawa de Céline Lafrance et Sylvio Bénard

10. Des Îles-de-la-Madeleine à l’Île Nepawa de Céline Lafrance et Sylvio Bénard

Dans « Des Îles-de-la-Madeleine à l’Île Nepawa », Céline Lafrance et Sylvio Bénard racontent une histoire peu connue de l’Abitibi-Témiscamingue : l’émigration de 27 familles madeliniennes à l’Île Nepawa en 1941 et 1942. Ayant accepté l’offre du ministère de la Colonisation du Québec, les 30 personnages présentés dans le livre traversent le Québec d’est en ouest pour coloniser de nouvelles terres. À travers les pages de ce roman, tu découvriras la résilience et le courage dont ont du faire preuve ces Madelinots.

Des livres dont l’histoire se passe à Val-d’Or ou ailleurs en Abitibi-Témiscamingue, il y en a une tonne! J’espère que cette petite liste te donnera le coup de découvrir l’histoire et les personnages qui ont coloré le territoire et qui ont façonné notre identité culturelle. Bonne lecture!

 

Photo de couverture | Alice Hampson sur Unsplash

10 livres qui racontent l'Abitibi-Témiscamingue