Close
Nouveautés au centre d’exposition VOART de Val-d’Or – jusqu’au 4 avril 2021

Nouveautés au centre d’exposition VOART de Val-d’Or – jusqu’au 4 avril 2021

Du 12 février au 4 avril 2021, le Centre d’exposition VOART de Val-d’Or vous présente trois nouvelles expositions : Revanche de Sylvie Laurin, La mer de Danielle Boutin Turgeon et Étrange janvier insulaire de David Champagne.

REVANCHE

Sylvie Laurin, artiste originaire de Québec, présente ses sculptures et parures dans des installations qui livrent un message de société sur les impacts environnementaux du pétrole. Les scénarios que l’artiste vous présente témoignent d’une puissante vendetta de la nature sur l’humain. Sylvie Laurin, pour qui l’art est un excellent révélateur de conscience, vous exprime ce qu’est l’art engagé. À travers son art, elle ne laisse plus aucun doute sur la portée dévastatrice de l’empreinte de l’humain sur l’environnement.

La pratique de l’artiste se promène entre les arts visuels et les métiers d’art. Dans son exposition Revanche, vous pourrez découvrir un beau mélange de joaillerie et d’arts visuels.

Revanche oeuvre de Sylvie Laurin

Photo |Ouash (détail), installation, medium mixte, 120 cm x 80 cm x 36 cm © S. Laurin, 2017

LA MER

Danielle Boutin Turgeon, artiste originaire de Val-d’Or, rêvait de voir la mer. C’est aux Iles-de-la-Madelaine que son rêve a pu se réaliser. L’artiste explore et perçoit son environnement, le monde par la mémoire des gens qu’elle croise sur sa route. Depuis 2016, elle a créé divers projets avec sa perception de la mer. C’est le regroupement de ces œuvres qui vous est présenté au VOART dans les prochaines semaines. L’exposition démontre parfois l’amertume qu’on ressent à la vue de la mer lorsque notre vision de celle-ci a été romancée. L’exposition dénonce aussi les enjeux qui entourent l’environnement marin quant à la pollution, la surconsommation et la surpêche. Une question à se poser sur notre regard à la mer : «  Est-ce bien la réalité d’aujourd’hui ou aimons-nous mieux rêver à la mer ? »

ÉTRANGE JANVIER INSULAIRE

David Champagne, photographe résidant au Nouveau-Brunswick, vous présente son œuvre à la fois fictive et documentaire réalisé lors d’une résidence d’artiste en 2018 sur l’île Lamèque au Nouveau-Brunswick. Son œuvre est composée de photomontage qui démontre le quotidien des résidents du village acadien. C’est grâce à la reconstruction de scènes fictives qu’on peut réinterpréter la réalité de l’endroit. Son travail est à la fois une représentation et une déformation de la réalité.

David Champagne utilise le photomontage avec un ton à la fois humoristique et dénonciateur.

ÉTRANGE JANVIER INSULAIRE OEUVRE DE DAVID CHAMPAGNE

Photo montage | Étrange janvier insulaire 3, photomontage, impression jet d’encre sur papier, 150 cm x 96.50 cm © D. Champagne, 2018

Pour voir ses expositions, rendez-vous au centre d’exposition VOART de Val-d’Or, du mercredi au vendredi, 13h à 18h, samedi et dimanche, 13h à 16h.

0 Commentaires

Commentaires fermés