Close
Du Nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or

Du Nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or

Depuis le 21 juin dernier, le Centre d’exposition de Val-d’Or présente quatre nouvelles expositions, soit « Résidence FMR » de Roger Wylde, « (De)construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau, Loriane Thibodeau, Katia Martel et Marc Boutin, « Au-delà de cette construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau et Loriane Thibodeau et « Au crépuscule des idoles » de Katia Martel et Marc Boutin. Ces expositions sont présentés jusqu’au 25 août 2019.

Résidence FMR » de Roger Wylde

oeuvre de Roger Wylde résidence FMR

Extrait de la présentation Me and the Drum/Moi … et le tambour. 2013 © Roger Wylde

Originaire de Pikogan en Abitibi, Roger Wylde a un parcours artistique pluridisciplinaire se décrivant nomade dans l’âme. Qu’il s’agisse des arts visuels, il pratique la peinture et la sculpture sur bois. En métiers d’art, il met en pratique des savoirs essentiels de sa culture Anicinabe soit le tannage ou le travail du cuir dans la confection de vêtements, de raquettes ou de tambours. En arts de la scène, il pratique le théâtre et la musique autochtone. À son actif, il a aussi touché à la pratique cinématographique.

« (De)construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau, Loriane Thibodeau, Katia Martel et Marc Boutin

(De)construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau, Loriane Thibodeau, Katia Martel et Marc Boutin

source | Centre d’exposition de Val-d’Or

(Dé)construction questionne l’état de déstabilisation par l’interrelation des objets. Des installations artistiques réalisées in situ qui s’inscrivent dans une approche de type laboratoire expérimental. Loin de traiter de démolition ou de destruction, ces expositions proposent plutôt l’exploration d’espaces de réflexion. En effet, quand s’applique à ses œuvres, une lecture « déconstructiviste » découlant de la pensée du philosophe Jacques Derrida, des aspects (in)volontairement omis et/ou réprimés d’ordre formel, esthétique et/ou critique ont pour effet de révéler les contradictions et les dilemmes inhérents à la société, notamment à la culture de la surabondance. L’ensemble des réalisations regroupées sous (De)construction incorpore le matériau de l’argile, non pas en tant que matière mythologique liée à l’origine de la forme matérielle du corps, mais plutôt comme une ouverture à la transformation.

« Au-delà de cette construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau et Loriane Thibodeau

Oeuvre de Marie-Claude Drolet Au-delà de cette construction

Marie-Claude Drolet, L’importance de la ligne d’eau 02, crayons de couleur et crayons feutres sur papier Stonehenge. 57 x 38 cm, 2017. Crédit photo : © Jérôme Kearney

L’accumulation, la surabondance, la fragmentation : chaque processus révèle un sentiment de vulnérabilité. Un dialogue s’établit entre les installations, les sculptures et les dessins des artistes Loriane Thibodeau, Mathilde Leveau et Marie-Claude Drolet. Ce faisant, leurs travaux convient à dépasser l’évidence du bâti pour atteindre les notions de chaos, de précarité et de vide. Au-delà de cette construction trouve son essence dans le faire. Tel un laboratoire expérimental installatif, leurs constructions se développent in situ et sont nourries par le lieu. Plusieurs lectures émanent de ces déstabilisations de forme, de fonction et de sens. La suspension d’un instant fragile contre l’altérabilité de l’existence.

« Au crépuscule des idoles » de Katia Martel et Marc Boutin

« Au crépuscule des idoles » de Katia Martel et Marc Boutin

Au crépuscule des idoles, installation (détail) 2019. Crédit photo : © Marc Boutin

Dans le cadre d’une installation immersive le duo d’artistes élabore une réflexion sur les relations qui s’établissent entre les objets de différentes natures et le rapport de force engendrée par l’accumulation ou la juxtaposition de ceux-ci. Le crépuscule des idoles est un laboratoire de création où bibelots, marteaux et public participent ensemble à une mise en scène-laboratoire; confrontation entre l’utilitaire et le décoratif, le fragile et le robuste, l’instinct et la raison.

Visiter le Centre d’exposition de Val-d’Or

Le Centre d’exposition de Val-d’Or est ouvert du mercredi au vendredi de 13h à 19h et le samedi, dimanche et mardi de 13h à 16h.

L’entrée est gratuite et un montant de 2 $ est demandé pour les visites guidées.

 

Source des textes présentant les expositions | Centre d’exposition de Val-d’Or

Image de couverture | Marie-Claude Drolet, L’importance de la ligne d’eau 02, crayons de couleur et crayons feutres sur papier Stonehenge. 57 x 38 cm, 2017. Crédit photo : © Jérôme Kearney

0 Commentaires

Commentaires fermés