Close

Archive for category: Hors-série

Histoires de peur

Histoires de peur

Qui dit octobre dit aussi Halloween, et qui dit Halloween dit aussi histoires de peur! Il y en a de toutes sortes et certaines mettent en doute notre rationalité. Il y en a des biens populaires partout dans le monde, mais saviez-vous qu’il y en a aussi ici même à Val-d’Or? Laisse-moi t’en raconter quelques-unes.

Le fantôme Oscar de la place Hammond

L’histoire du bâtiment de la place Hammond remonte à loin. Ce fût le centre administratif de la mine Siscoe au début des années 30 avant d’avoir été sectionné en trois et déménagé à Bourlamaque pour devenir l’hôtel de ville en 1954. Les locaux étaient également occupés par le bureau de poste ainsi que les services de police. C’est pourquoi une prison avait été installée au sous-sol de la bâtisse, prison qui y est toujours. Par contre, l’espace est converti en voûte pour y ranger des documents et des archives. Jusqu’à ce jour, différents ministères et organisations ont logé dans ces bureaux. À présent, ce sont les bureaux administratifs de la MRC de La Vallée-de-l’Or qui occupent la place Hammond.

hôtel de ville Bourlamaque archive

Déménagé de la mine Siscoe en 1954, ce bâtiment deviendra à compter de 1958, l’hôtel de ville et le bureau de poste de Bourlamaque. Fonds Armand Beaudoin

Depuis plusieurs années, les employés qui travaillent dans ce bâtiment sont témoins de bruits inquiétants et d’ombres. Après maintes manifestations hors de l’ordinaire, ceux-ci en sont venus à en déduire qu’un personnage occupe les lieux depuis bien longtemps. Il s’appellerait Oscar. Autrefois, il aurait été détenu dans la prison au sous-sol de la place Hammond et aurait fini par se pendre dans sa cellule. Cela pourrait sembler d’un fantôme effrayant, mais en dehors de faire peur et inquiéter de temps à autre, celui-ci n’a jamais fait de mal à personne, rassure-toi.

Il y a près de 25 ans, une employée du nom de Denise a été témoin du passage d’Oscar. Elle raconte que c’était lors d’un matin où elle était allée travailler très tôt. Elle était seule sur les lieux. Elle est entrée dans son bureau et à peine s’était-elle installée qu’elle a vu quelqu’un passer furtivement devant sa porte pour entrer dans le bureau juste à côté du sien. Elle s’est empressée d’aller voir qui avait bien pu passer si vite. Elle n’a trouvé personne aux alentours. Elle était toujours seule dans le bâtiment. Était-ce le fruit de son imagination encore endormie ou Oscar s’était bien montré ce jour-là?

Une autre situation semblable s’est produite le 9 décembre 2005 pour être exacte. C’était lors du party de Noël annuel du bureau. Tous les employés ainsi que leurs conjoints étaient réunis au sous-sol dans la salle du conseil de la MRC. Plus tard dans la soirée, ils ont commencé à jouer à des jeux de société. Alors que tout le monde avait bien du plaisir, ils ont tous entendu des pas dans l’escalier aussi fort que si quelqu’un courait. À ce moment, ils ont arrêté de jouer et leur réflexe fut de regarder si tout le monde était bien présent. C’était bien le cas. Quelqu’un d’autre ou quelque chose avait donc causé ce tel vacarme. Des employés sont remontés et ont commencé à faire le tour pour voir si une porte avait pu être déverrouillée pour que quelqu’un s’introduise par effraction. Après vérification, tout semblait dans l’ordre. Ils n’ont trouvé personne et aucun objet n’était tombé. Ce soir-là, y avait une belle couche de neige nouvellement tombée qui aurait certainement trahi l’introduction d’un dans le bâtiment. Mais il n’y avait absolument aucune trace de pas à l’extérieur. Peut-être que c’était Oscar alors qui regardait avec envie les employés avoir autant de plaisir…

Le lac du mauvais esprit

Connaissez-vous la légende du lac Matchi-Manitou?

Ce lac est situé dans la ville de Senneterre, dans la MRC de La Vallée-de-l’Or. Son nom signifie « mauvais esprit ». Une légende autochtone raconte qu’il y a bien longtemps, un grand chasseur d’orignaux chassait autour de ce lac. C’était le meilleur. Il arrivait à traquer les plus grosses bêtes et son territoire de chasse était immense. Plus il en tuait et plus il en vendait. À l’approche de la saison froide, tout le monde devint dépendant de son marché de viande. Rien ne pouvait l’arrêter. Il continuait à traquer et tuer partout autour du lac jusqu’à en prendre plaisir. L’égoïsme commençait à se faire sentir. Il hésitait même à vendre sa viande et la gaspillait à l’occasion.

lac matchi-manitou Abitibi-Témiscamingue

Le lac Matchi-Manitou est situé à 60 km de Val-d’Or.
Impression d’écran de Google Maps

Par un soir d’automne calme et un peu froid, de l’autre côté du lac, le chasseur débitait sa bête. La nuit commençait à tomber alors il se dépêcha à l’embarquer dans son canot pour la rapporter à son campement. Alors qui commençait à ramer, le vent se leva. Il soufflait de plus en plus fort et créait de grandes vagues. La panique commença à s’emparer du chasseur. L’eau se mit à embarquer dans le bateau. Des rafales de pluie tombaient. Son canot d’écorce naviguait dans la houle sans contrôle. C’est alors qu’il décida de balancer la carcasse de l’animal à l’eau, il causa un contrepoids et fit chavirer son embarcation.

Le lendemain, ceux qui l’avaient tant détesté ont retrouvé sur le lac un canot d’écorce à la renverse. Ils se sont dit qu’une justice avait peut-être été faite. Peut-être avait-il été puni pour son égoïsme; il avait attiré sur cette terre le mauvais esprit qui était venu le chercher. C’est pourquoi ce nom a été attribué à ce lac.

Une mort glaciale

Stanley Siscoe archive mine siscoe val-d'or

Stanley Siscoe
Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or-Fonds Gilbert Tardif

J’imagine que tu n’es pas sans savoir que Stanley Siscoe, le fondateur de la mine Siscoe à Sullivan, est mort gelé sur ce même lac.

Stanley Siscoe était un Polonais qui s’appelait à l’origine Stanlaw Siskwo. Il a changé de nom en arrivant au Canada parce que c’était moins difficile à prononcer. Il est connu pour avoir découvert, en 1912, la mine Siscoe qui porte son nom. Celle-ci fût en exploitation de 1929 à 1949. Elle est située sur l’île Siscoe, un territoire qu’occupaient des Autochtones à son arrivée. Ceux-ci furent chassés de l’endroit en raison du développement de la mine et des infrastructures de l’île.

Mine Siscoe Val d'or archive

Un convoyeur achemine du haut des airs le minerai extrait de la mine Siscoe jusqu’au moulin, ici à droite.
Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or, Fonds Ben Sirois.

Malheureusement pour monsieur Siscoe, il n’a pas vécu suffisamment longtemps pour assister à la période complète de l’exploitation de la mine. Au mois de mars 1935, l’homme d’affaires revenait de Montréal en avion. La température extérieure était infernale : grandes bourrasques de vent, tempête de neige et froid glacial. Ces conditions météorologiques ont forcé le pilote à faire atterrir l’avion d’urgence et ils ont abouti sur un lac gelé près de Senneterre, le lac Matchi-Manitou. L’appareil pris dans la glace, ils attendirent du secours deux jours durant. Stanley Siscoe était frigorifié et affamé. Il décida de marcher en direction du sud. Il fût retrouvé mort gelé le lendemain, étendu sur la neige. Des clichés ont été pris à ce moment, deux différents. Un montrant l’homme sur le dos et l’autre très semblable, mais avec des billets de banque autour de lui. Un trucage photo? Quelqu’un est venu piller le mort? Aurait-il lancé son argent dans un dernier geste de désespoir en se disait que sa grande fortune ne l’aura pas sauvé de la mort? Certains aiment à croire que le mauvais esprit serait venu le chercher pour le punir d’avoir repoussé les Autochtones afin construire la mine Siscoe. Le mauvais esprit ne pardonne jamais…

Mort de Stanley Siscoe archive

La dite photo de Stanley Siscoe retrouvé mort gelé sur le lac Matchi-Manitou.
Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or, Fonds Gilbert Tardif.

Comme dirait Paul-Antoine Martel, un Valdorien passionné de l’histoire de la ville, Val-d’Or est un terreau fertile pour les histoires de peur et les rumeurs mystérieuses. Si tu veux connaître plus de rumeurs et d’histoires mystérieuses, tu peux regarder l’émission de TVC9 qu’il a coanimée, La Chasse aux rumeurs, en cliquant ici. Les histoires que je t’ai racontées viennent d’ailleurs de l’un de ces épisodes.

 

Photo de couverture | Jack Cain sur Unsplash

Oui, on a l’électricité

Oui, on a l’électricité

Il arrive parfois qu’on reçoive des appels ou des courriels pour nous demander si on a l’électricité. Eh bien oui, Val-d’Or est muni d’un réseau électrique, internet et d’aqueduc; le gros kit de luxe! D’ailleurs, on a le réseau d’électricité et d’aqueduc depuis la création de Val-d’Or soit en 1935.

Plusieurs pensent que parce qu’on est dans une région éloignée des grands centres urbains du Québec, on est arriéré. Et bien, je leur répondrai : « t’as tout faux l’ami! ». Val-d’Or est une ville innovante et avant-gardiste dans bien des domaines, et ce, depuis ses tout débuts. Elle est peuplée de gens créatifs, dynamiques et débrouillards.

Novateurs depuis 1935

Si on pense au commencement de Val-d’Or, les gens qui sont venus s’installer étaient déjà novateurs. Par exemple, plutôt que de construire des maisons avec des matériaux en provenance de Toronto, on a utilisé les pins et épinettes qu’on venait de couper pour défricher. Personne ne faisait ça à l’époque. Pourtant, c’était beaucoup plus efficient et économique!

Les gens qui ont bâti Val-d’Or étaient débrouillards et créatifs. Ils ont travaillé très fort pour s’offrir une belle qualité de vie dès leur arrivée sur ce territoire totalement sauvage à l’époque.

Village minier de Bourlamaque Val-d'Or Cité de l'or site historique

Le Village minier de Bourlamaque en 1936 lors de sa construction. Il est maintenant l’un des seuls sites historiques encore habité au Québec.

Les entreprises innovent

Quand on parle d’innovation, il est impératif de souligner l’expertise minière en région. Des technologies de pointe, des outils efficients et novateurs, on en retrouve beaucoup ici. Nommons à titre d’exemple le nouveau convoyeur développé par la minière Agnico Eagle pour sa mine Goldex. Afin d’exploiter une zone difficilement atteignable et pour prolonger la durée de vie de la mine, Agnico Eagle a conçu le Rail-Veyor. Celui-ci ressemble à un petit train qui transportera le minerai de la zone Deep 1. Fonctionnant à l’électricité, il permet de réduire l’émission de gaz à effet de serre de la mine en plus de ne nécessiter aucun conducteur, ce qui réduit les risques d’accident. Dans le domaine minier, c’est du jamais-vu!

Une architecture avant-gardiste

Notre paysage architectural est aussi très avant-gardiste. Les premiers architectes sont venus s’établir ici en 1937, soit seulement trois ans après la fondation de la ville. Alors même si on vivait dans un milieu éloigné et sauvage, l’architecture était importante et avait sa place. C’est d’ailleurs à Val-d’Or, en 1960, qu’on a construit le premier hôtel de ville de style moderne en Abitibi-Témiscamingue.

L’audace des architectes a été souvent applaudie sur la scène nationale. La structure du pont Allard, construite en 1943, a d’ailleurs été applaudie dans la revue Canadian Art de 1945. Tu peux en apprendre davantage sur l’avant-gardiste de l’architecture sur le circuit numérique Val-d’Or moderne que tu peux télécharger en cliquant ici.

hotel-de-ville_Valdor_W

Avec son architecture moderne et avant-gardiste l’hôtel de ville de Val-d’Or est toujours aussi élégante, et ce malgré ses 58 ans.

application voyage tourisme Val-d'Or architecture d'avant-garde

Plusieurs thèmes sont abordés dans le circuit numérique Val-d’Or Moderne: bâtiments institutionnels, bâtiments privés, bâtiments d’accueil, édifices religieux et lieux disparus.

T’es pas encore convaincu? Voici des premières, des inventions et des innovations qui ont vu le jour à Val-d’Or :

  • Val-d’Or est la première ville au Québec à avoir construit un carrefour giratoire.
  • La grippe à essouchement, un outil pour défricher, a été inventée par Paul-Émile Ayotte en 1948 réduisant de moitié le temps de passage de colon à cultivateur.
  • Un dispositif pour installer des pieux dans un sol rocailleux a été inventé par le Valodrien d’adoption Rodovan Preradovich (d’origine croate). Ce même dispositif a été approuvé et adopté par Hydro-Québec.
  • En 1984, Roger Massé a créé une aléseuse par percussion (technologie de forage) utilisée dans plusieurs pays.

En 1993, André Landry a écrit et publié le livre À LA BONNE HEURE. Unique au monde, ce livre explique comment construire une horloge faite uniquement de papier.

Bref, si tu te poses la question à savoir si on a l’électricité; c’est oui. On a aussi une belle route large et asphaltée qui se rend jusqu’ici en plus du réseau internet et cellulaire. C’est vrai que traverser une réserve faunique pendant environ deux heures ou 179 km sans voir de population peut paraître effrayant. Toutefois, je te suggère de voir cette traversée comme une introduction à la région; une région de 22 000 lacs et rivières où l’air est pur et la forêt omniprésente, générant un sentiment de calme très agréable. Ne te méprends pas! Il y a aussi des zones urbaines où l’effervescence pimp les chakras d’une façon différente. En somme, Val-d’Or est une ville où le côté épicurien et urbain se marie parfaitement avec sa nature qui nous entoure et apaise notre âme. Viens donc faire ton tour à Val-d’Or et en Abitibi-Témiscamingue pour découvrir un territoire à la culture éclatée habité par des gens ouverts, chaleureux, dynamiques et novateurs!

Sources

Minière Agnico-Eagle 
Histoire de Val-d’Or; des origines à 1995 par la Société d’histoire de Val-d’Or
Application Val-d’Or Moderne 

Photo de couverture | Josh Boot sur Unsplash

Y’a longtemps qu’on n’a pas pêché ensemble

Y’a longtemps qu’on n’a pas pêché ensemble

Plusieurs personnes ont un membre de sa famille ou un ami avec qui elles ont partagé un moment spécial le temps d’une pêche. Pour ma part, les moments qui me manquent le plus sont ceux que je passais avec mon père. Pour le décrire, je vous dirais que c’était un gars de bois comme on dit par ici, un vrai de vrai. Il adorait la chasse et la pêche. Même faire la cueillette de petits fruits le rendait heureux tant qu’il se trouvait entouré d’épinettes ou d’eau. On n’avait pas le choix de suivre tant qu’on n’était pas assez vieux pour rester seuls à la maison. Il n’y avait qu’une option possible : suivre ses traces. Mais en fin de compte, ça ne nous dérangeait pas parce que c’était aussi un privilège de partir seuls avec lui pour une excursion dans le bois ou une expédition de pêche.

 

Je me souviendrai toujours de la fois où j’ai pêché mon premier poisson. On était en camping au lac Camille-Roy dans la réserve faunique La Vérendrye. Toute la famille y était, mes parents, mon frère et ma petite sœur. Un soir après le souper, mon père me demande si j’ai le goût d’aller trôler un peu avec lui -n’ayez pas d’arrières pensés, ici trôler n’a pas de 2e sens comme le veut l’expression signifiant flirter. Du haut de mes 8 ans et fière que mon père me propose une petite virée de pêche père- fille, je lui lance un « oui » rempli d’excitation. Sans plus attendre, je me dirige vers la chaloupe pour ne pas qu’il change d’idée ou que quelqu’un d’autre propose de venir avec nous.

lac Camille Roy réseve faunique La Vérendrye pêche

Photo | SÉPAQ, réserve faunique La Vérendrye

Le camping du lac Camille Roy dans la réserve faunique La Vérendrye permet d’unir camping et pêche.

Et c’est parti! On embarque dans la chaloupe et mon père me donne ses quelques consignes habituelles; mets ton gilet de sauvetage, reste assise et touche à rien. Après quelques minutes de navigation sur un lac miroir, mon père me prépare ma ligne avec une de ces trôles rouges et blanches que tout le monde connaît que je lance à l’eau sans plus attendre. Ça ne fait pas cinq minutes que nous avons commencées que je crie en panique : « Papa! Papa! Je pense que j’en ai un! Oui, j’en ai un! Ça tire fort… je pense que je vais l’échapper. Attrape ma canne papa! » Et lui me répond de son ton chaleureux, calme et autoritaire : « tiens bien ta canne ma belle faut pas que tu l’échappes… maintenant ramène le doucement et reste calme tout va bien aller… tu peux le faire toute seule ».

Facile à dire, mais pas facile à faire pour une petite puce de 8 ans qui est un poids plume; tenir une canne à pêche quand on a l’impression que c’est le monstre du Loch Ness qui est à l’autre bout. Au bout d’un moment, que je juge interminable, j’ai les bras en compote, mais j’ai réussi à le sortir toute seule de l’eau. Mon père était super fier de sa petite fille, ça se voyait dans ses yeux. Je venais de sortir de l’eau un énorme brochet qui devait faire au moins 8 livres. Mais l’histoire ne se finit pas là. On était tellement pressés de partir que nous avons oublié la chaîne à poissons pour l’accrocher. Le brochet était vigoureux, il gigotait tellement qu’il a failli passer par-dessus bord. C’est là que le gars de bois (mon père) sort son couteau qui est accroché à sa ceinture (toujours prêt comme un scout) et l’enfonce dans la tête du brochet pour mettre fin à ses jours. Je le regarde bouche bée. Mon père me répond alors en me voyant sans mot : « je n’avais pas le choix sinon il serait retombé dans l’eau ». Pour moi, le plus mémorable n’est pas la torture qu’il a infligée à ce brochet, mais ce moment père-fille le temps d’une chaude soirée d’été.

premier-poisson-nancy

Mon premier brochet pêché et sorti seule, à l’âge de 8 ans.

Des histoires de pêche, j’en ai d’autres, mais jamais seule avec lui. Comme il était de bonne compagnie, tout le monde voulait aller à la pêche avec lui. Comme il ne me sera plus possible de partager de nouveaux moments avec lui, je me promets de transmettre sa passion à ses petits-fils. Qui sait? Ils deviendront peut-être des gars de bois 😉

Un road trip en Santa Fe

Un road trip en Santa Fe

Depuis maintenant cinq ans Poirier Hyundai est un précieux partenaire pour nous. Chaque été, il nous prête un véhicule afin de nous permettre d’offrir de l’information touristique à l’extérieur de nos murs. Le temps de l’été, nos conseillers en séjours montent donc à bord de notre Infomobile pour aller à la rencontre des gens et leur remettre le guide touristique de La Vallée-de-l’Or ainsi que la carte touristique de Val-d’Or, leur souhaiter la bienvenue chez nous et répondre à leurs questions.

Infomobile Val-d'Or bureau d'information touristique mobile

Le visuel de notre Infomobile pour l’été 2018, créé par notre partenaire 3M Trim-Line Abitibi.

Lorsque j’ai essayé notre Infomobile pour la première fois cette année, quelque chose de magique s’est produit. La musique était entraînante, le soleil voulait sortir de derrière les nuages et le vert des sapins et le gris bleuté du ciel étaient magnifiques. C’est là que je suis tombée en amour avec le Santa Fe 2018. Je m’imaginais partir en road trip à bord de cette magnifique voiture. Cette journée-là, il pleuvait et faisait froid, mais je ne sentais rien de tout ça. J’avais le volant et le siège chauffants qui me réchauffaient et le toit panoramique apportait de la luminosité malgré de temps grisâtre. J’y étais si confortable que j’aurai roulé jusqu’au bout du monde! Ses nombreuses caractéristiques et sa bonne tenue de route en font un véhicule parfait pour un road trip, et ce peu importe qui t’accompagnes!

10 raisons qui font du Santa Fe 2018 la voiture parfaite pour un roadtrip

1- Une voiture sécuritaire

Le Santa Fe 2018 tient bien la route et la force d’accélération y est surprenante. Tu te sens donc parfaitement en sécurité lorsque tu effectues un dépassement. Le véhicule a aussi des détecteurs d’angles morts et une caméra de recul permettant au conducteur de faire des changements de voie ou de reculer en toute sécurité. De plus, le volume de la musique diminue lorsque l’option de recul est activée, permettant une meilleure concentration. Le véhicule dispose aussi d’un système multimédia Bluetooth afin de répondre aux appels et messages textes du téléphone en main libre.

2- Un toit ouvrant panoramique

Le toit ouvrant panoramique permet un sentiment de liberté et une aisance dans l’habitacle sans pareil et créé l’ambiance parfaite pour un road trip! On se croirait dans une décapotable!

3- Un système multimédia à la fine pointe de la technologie

Le Sante Fe 2018 est muni d’Apple CarPlay et Android Auto. Ces deux fonctionnalités sont merveilleuses puisqu’elles permettent d’utiliser le téléphone intelligent à même le système multimédia du véhicule. En plus de répondre à tes appels et tes messages textes de façon totalement sécuritaire, tu as accès à toute la musique de ton téléphone.

Tu as aussi accès à la radio satellite Sirius XM pour un plus grand choix de musique. Disons-le; la musique est primordiale dans un road trip!

Tableau de bord Santa Fe 2018

Le tableau de bord du Santa Fe 2018 est muni de plusieurs commandes et options. Le conducteur a aussi accès à beaucoup de commande sur le volant.

4- Beaucoup d’espace de cargo

La grosseur du coffre est très grande. On y trouve aussi un dessous au coffre où on peut ranger beaucoup de choses pratiques telles qu’un gallon d’essuie-glace ou encore une trousse de premiers soins. C’est aussi parfait pour les road trips en groupe ou en famille qui est souvent synonyme de beaucoup de bagages.

Et là, je ne te parle même pas de l’espace que tu as quand tu baisses les sièges arrière! Tu auras alors un espace utilitaire de 2 025 litres. Ça, c’est assez grand pour les crinqués (dans le sens de passionnés, dis-je) qui sont du genre à s’apporter un matelas gonflable et dormir à l’arrière de leur véhicule. On parle du king pin des conforts là!

Road trip en Santa Fe 2018 espace de cargo

L’espace de cargo du Santa Fe 2018 est très grande, surtout quand on baisse les bancs derrière. Remarque aussi toute la luminosité obtenue avec le toit ouvrant panoramique.

5- Un confort optimal

Comme je l’ai mentionné plus tôt, le volant est chauffant ce qui est un plus, surtout quand on doit faire face à l’hiver québécois! Les sièges sont aussi chauffants à l’avant comme à l’arrière ce qui devient extrêmement agréable lorsqu’il fait froid. Là tu es déjà sous le charme, mais je n’ai pas terminé de te flabergaster.

Non seulement les sièges avant sont chauffants, mais ils sont aussi réfrigérés! Fini les cuisses qui collent sur le cuir pendant les chaudes journées d’été où tu portes une robe ou des shorts! En fait, sous trois intensités différentes, on peut faire circuler de l’air à travers les perforations dans le siège évitant l’humidité et l’inconfort. Bref, parfait pour les longs trajets comme les road trips!

6- Un moteur performant

Le Santa Fe 2018 est équipé d’un moteur turbo de 2,0 L à injection directe d’essence. Ceci fait en sorte que le moteur est silencieux et puissant nous donnant l’impression qu’on flotte dans les airs. Bref, ton niveau de sentiment de liberté si grisant et important dans un road trip tope le plafond!

7- Une bonne suspension

Le Sante Fe 2018 détient une bonne suspension ce qui fait en sorte que peu importe où ton road trip te mène et peu importe la condition des routes sur lesquelles tu vogueras à l’aventure, ta conduite sera douce. Tu n’auras pas l’impression de faire un safari dans la brousse africaine.

9- Une chaine audio créant l’ultime expérience

Équipé d’une chaine audio Infinity à 12 haut-parleurs, je peux te jurer que tu pourras clairement établir une vraie ambiance de vacances et de road trip grâce à la musique! Les haut-parleurs étant disposés partout dans l’habitacle, une ambiance sonore immersive se crée et la route semble alors t’appartenir.

8- Des sièges en cuir

En plus d’apporter un look très élégant, les sièges en cuir peuvent être très pratiques puisqu’ils se nettoient facilement. Pense aux enfants qui mangent et boivent sur la route ou encore à tes souliers quand tu reviens d’une randonnée dans le bois.

10- Une voiture spacieuse

Non seulement le Santa Fe 2018 dispose d’un grand espace de cargo, mais l’espace de dégagement pour les jambes y est aussi très appréciable. On parle ici de 1 120 mm (44 pouces) à l’avant et 1 000 mm (39 pouces) à l’arrière comparativement à un autre utilitaire qui propose 1 036 mm (40 pouces) à l’avant et 853 mm (33,5 pouces) à l’arrière. Bref, parfait pour le confort des grandes personnes et pour étendre un peu tes jambes lors des longues sorties en road trip.

Avec son confort optimal, sa conduite sécuritaire, son espace spacieux et ses nombreuses caractéristiques, le Santa Fe 2018 est le véhicule parfait pour partir à la découverte du territoire québécois en road trip. Quand je roule à bord de cette voiture, je me sens très reconnaissante envers notre partenaire Poirier Hyundai de nous prêter un si beau véhicule pour aller à la rencontre des visiteurs et citoyens!

Si tu veux avoir plus de détails sur la Santa Fe 2018, clique ici.

Mon éditorial – le tourisme est une grosse pieuvre ni noire, ni blanche

Mon éditorial – le tourisme est une grosse pieuvre ni noire, ni blanche

Tout n’est pas blanc ou noir. Développer, valoriser et faire la promotion du tourisme, ça n’implique pas seulement les services et produits touristiques.

Commençons avec le développement. Le développement, ça commence par le sentiment d’appartenance des habitants d’un territoire, leur fierté par rapport à leur terre, mais aussi la qualité de vie des citoyens. Si les habitants d’un territoire ne sont pas heureux et fiers de leur ville et de leur région, leur accueil aux visiteurs ne sera pas à son meilleur. Alors quand on s’implique dans un comité d’accueil des nouveaux arrivants ou qu’on assiste à une présentation sur un plan d’action pour la lutte contre le racisme et la discrimination, on fait du développement touristique! On participe à créer un milieu de vie riche de culture, de partage et d’activités pour le bien-être des citoyens. Des citoyens fiers et heureux sont les meilleurs hôtes du monde!

Quand on travaille à valoriser et mettre en lumière la richesse de la grande diversité culturelle à Val-d’Or, on met en valeur notre unicité, la personnalité et les couleurs de la ville. Quand on présente, dans nos plateformes de communication comme notre infolettre, notre blogue et nos réseaux sociaux, ce qui se passe à Val-d’Or et qui n’a pas de liens directs avec le tourisme, on informe les citoyens et participe à la même occasion à augmenter leur sentiment de fierté et d’appartenance envers la ville et la région. Alors, quand ils rencontrent des visiteurs ils peuvent parler de leur ville et de ce qui se passe ici en meilleure connaissance de cause. Ils deviennent alors de meilleurs ambassadeurs et les meilleurs conseillers en séjours qu’il soit. Et disons-le, lorsqu’on visite une ville, une région, un pays, on ne s’intéresse pas seulement aux attraits, mais à sa personnalité, ses couleurs, son histoire et ses secrets. On aime ça avoir l’opinion des locaux et leurs endroits favoris dans la destination. Ça rend notre voyage plus vrai, plus authentique et mémorable.

Ce qui m’amène à mon deuxième point; faire la promotion touristique d’un territoire, ce n’est pas seulement d’informer les futurs vacanciers des endroits où ils peuvent manger et dormir et qu’est-ce qu’ils peuvent faire. C’est leur présenter notre territoire sous tous ses angles pour leur donner le goût de venir nous visiter, nous connaître et échanger avec nous. De leur présenter nos paysages, notre culture, nos habitants et nos activités incontournables qui contribuent à la définition de notre identité.

OTCVO-JeTaime-CoverFB

Notre image promotionnelle créée en 2017 par l’artiste Caroline Trudel qui se veut un hommage au multiculturalisme de Val-d’Or depuis ses débuts, à tous ses bâtisseurs qui ont su bien vivre ensemble et qui y travaillent encore aujourd’hui.

Les aspects économique, communautaire, culturel et social d’un territoire contribuent à créer et entretenir une industrie touristique en santé. Mais l’inverse est aussi vrai. Le tourisme ça permet de valoriser une culture, de diversifier et bonifier une économie en plus d’encourager la création d’événements et d’activités culturels, l’embellissement des espaces publics et l’installation d’infrastructures récréatives dont les citoyens peuvent aussi profiter.

C’est ce qui me fascine et me stimule le plus en tourisme, cette interrelation entre tous les aspects d’une société; son économie, ses gens, son environnement et plus encore. Un peu comme une grosse pieuvre qui étend ses tentacules partout et laisse sa trace à plusieurs endroits. Mon travail, je l’adore. Parce qu’il me permet de prendre part à quelque chose de plus grand que moi. Parce qu’il me permet de contribuer à l’amélioration et au bien-être de ma communauté. Et parce qu’il me permet de découvrir et plonger dans une multitude d’univers et de domaines différents.

Photo de couverture | Vlad Tchompalov

La raquette – 15 faits intéressants à savoir sur ce loisir d’hiver

La raquette – 15 faits intéressants à savoir sur ce loisir d’hiver

Alors qu’au départ la raquette n’était qu’un moyen de transport hivernal pour ne pas rester pris jusqu’aux cuisses dans la neige, elle est maintenant un loisir, une façon de profiter de la nature et de l’air pur et de jouer dehors. Voici 15 faits intéressants sur ce sport de plein air qui a traversé le temps en évoluant avec lui.

1- Les raquettes ont fait leur apparition pendant la préhistoire. Toutefois, la date exacte de son invention est inconnue. La première forme de raquette consistait à des branches de sapin ou d’épinette attachées sous les pieds.

2- La plus vieille raquette au monde découverte à ce jour a été trouvée dans les Alpes italiennes en 2003. Les experts ont évalué la date de sa création entre 3 800 et 3 700 avant Jésus-Christ.

3- Les raquettes fabriquées par les Premières Nations d’Amérique s’inspirent principalement des traces d’animaux comme l’ours ou le castor.

4- Les raquettes traditionnelles autochtones, que l’on surnomme raquette de babiche, étaient faites de bois et, pour la plupart du temps, de lanières de cuir de caribou d’orignal ou de cerf de Virginie.

5- Les Européens qui ont débarqué en Nouvelle-France les ont vite adoptées afin d’être en mesure de se déplacer l’hiver. En Nouvelle-France au 18e siècle, la raquette était un incontournable! Elle a par contre perdu un peu de popularité à la fin de ce siècle avec la construction de chemins. On pouvait alors se déplacer en cheval et en carriole et la raquette n’était donc plus nécessaire pour tous.

6- Au début du 18e siècle, la raquette a permis aux troupes françaises de gagner plusieurs batailles contre les Britanniques. En les utilisant, les soldats français pouvaient atteindre les troupes britanniques à des moments et à des endroits auxquels leurs adversaires ne s’étaient pas prepares.

7- La raquette a perdu son caractère unique d’utilité en 1843 avec son premier club de raquetteurs, le Montreal Snowshoe Club.

8- Les différentes communautés des Premières Nations ont développé leur propre forme de raquette selon leurs activités, la topographie du terrain et le type de neige où ils vivaient. Ainsi, on pouvait reconnaître la Nation d’un Autochtone ou la région d’où venait un Allochtone par la forme de ses raquettes.

formes de raquettes d'origine autochtone

Alors que les Montagnais et Naskapi (communautés autochtones au Nord-Ouest du Québec) avaient des raquettes larges permettant de faire marcher dans une plus grande profondeur de neige, les Algonquin avaient des raquettes plus étroites permettant de faire de plus longues distances sans se fatiguer comme la plupart étaient nomades.

9- Les gardes des parcs nationaux et les observateurs de la faune et la flore préfèrent utiliser encore la vieille bonne raquette en bois puisque celle-ci est plus silencieuse dans la neige. Bien qu’il soit assez difficile d’adopter une démarche de ninja avec ces engins cloués aux pieds, elles nous permettent d’être très silencieux.

10- Dans les années 1990, la création de raquettes plus modernes dont celles fabriquées à partir de l’aluminium a relancé la popularité de ce sport.

11- La compagnie Raquettes GV, de Wendake près de Québec, est le fournisseur de raquettes des Forces armées canadiennes, comme quoi la tradition et le savoir-faire c’est important ! Dans les années 1990, ce fut d’ailleurs la première entreprise spécialisée au monde à proposer trois types de raquettes (en bois, en aluminium et en composite) grâce à ses projets de recherche et développement débuter à la fin des années 1980.

12- Des modèles de raquettes sont conçus spécialement pour la femme, celle-ci n’ayant pas la même physionomie que l’homme. En plus d’être généralement plus légère et plus étroite, la grosseur, l’angle et l’emplacement des crampons sont différents.

13- L’utilisation de nouveaux matériaux comme l’aluminium et le polymère pour fabriquer les raquettes ont permis de réduire leur dimension de 50% sans pour autant perdre l’efficacité de flottaison. Ce matériel étant plus léger que le bois utilisé pour le contour de la raquette, celle-ci n’a plus besoin d’être aussi large pour assurer une flottaison.

14- Pratiquée avec des bâtons, la raquette permet un entraînement nécessitant le mouvement de 90% des muscles de notre corps.

15- La raquette occasionne une dépense calorique trois fois plus grande que la marche.

Ce qui est bien avec la raquette c’est qu’elle est très accessible. Elle est peu dispendieuse, les sentiers de raquette sont nombreux et l’activité peut être pratiquée selon différentes intensités donc accessible à tous les âges et toutes les conditions physiques. En montagne ou dans des terrains hors-pistes, elle peut devenir exigeante physiquement. Par contre, en sentiers sur un terrain plat, elle devient un sport plus doux. Bref, c’est une belle façon de profiter de l’hiver et de se tenir en forme. C’est une bonne chose que Val-d’Or dispose donc d’un si grand terrain de jeux pour pratiquer la raquette!

raquette sports d'hiver Abitibi-Témiscamingue Val-d'Or

La Forêt récréative de Val-d’Or, située à seulement quelques minutes du centre-ville propose plus de 40 km de sentiers de raquette.

15 faits intéressants sur la raquette
6 Raisons pour aimer l’hiver intense à Val-d’Or, ses grands froids et son abondance de neige

6 Raisons pour aimer l’hiver intense à Val-d’Or, ses grands froids et son abondance de neige

Expedia a récemment publié un article sur les villes au Canada ayant les pires hivers et Val-d’Or en fait partie.  Le classement se faisait selon quatre critères; les précipitations de neige, le froid, les moyens mis en place pour s’y réchauffer ainsi que les records nationaux. Et bien, Val-d’Or score fort dans tous ces critères! Mais, n’oublie pas que ce n’est pas parce que l’hiver est intense chez nous qu’il ne faut pas visiter Val-d’Or en hiver. En fait, je te propose fortement de la visiter. Voici donc 6 raisons pour aimer l’hiver intense à Val-d’Or, le froid et l’abondance de neige.

Un froid sec

Le froid à Val-d’Or est pour la plupart du temps très sec. Ceci étant, il est facile de se protéger de celui-ci en s’habillant chaudement. Bien vêtu, le froid ne te transpercera pas les os après 5 minutes à l’extérieur et tu pourras profiter de l’air pur et du plein air très longtemps.

Des paysages féériques

L’hiver à Val-d’Or est d’une très grande beauté. Avec tout l’espace qu’on a, pas besoin de retirer toute la neige pour la mettre dans des fosses à cet effet. On n’a qu’à la déplacer sur le côté des rues. Ainsi, même en ville on peut trouver de grands espaces tout blancs et admirer la blancheur de la neige qui brille. Le contraste des épinettes d’un vert foncé avec la blancheur de la neige est tout à fait magnifique. Et là, je ne te parle même pas des ciels à l’aube et au coucher du soleil qui ressemblent à de la barbe à papa ou un verre de Tequila Sunrise!

Village minier de Bourlamaque

Une multitude d’activités de plein air

Il n’y a pas à dire, on peut pratiquer à Val-d’Or une foule de sports d’hiver : raquette, patins à glace, ski de fond, fat bike et j’en passe. D’ailleurs, tu y trouveras la Forêt récréative : 50 km2 de terrain de jeux pour les amateurs de plein air. On y retrouve des sentiers pour la raquette, pour le ski de fond et le fat bike en plus d’une boucle de 2 km d’un sentier glacé pour faire du patin. Tous les équipements nécessaires à ces sports y sont en location à l’exception des Fat bikes qu’on peut néanmoins louer chez Cyclo Vélo Pro. Et pour agrémenter le tout, un foyer extérieur est entretenu pour réchauffer les utilisateurs des sentiers.

patin à glace sentier glacé val-d'or

Les sentiers de la Forêt récréative sont illuminés le soir jusqu’à 21h et 23h.

forêt récréative val-d'or foyer sentiers pédestres Val-d'or

Le foyer extérieur est situé à l’entrée centrale des différents sentiers.

Des sentiers motoneige de haute qualité

L’Abitibi-Témiscamingue est reconnue pour la qualité de ses sentiers motoneige et Val-d’Or n’y est pas pour rien. Les amateurs de motoneige pourront profiter de 3 700 km de sentiers larges et sécuritaires partout dans la région. Val-d’Or quant à elle, a ces sentiers urbains permettant aux motoneigistes d’avoir accès aux services comme les restaurants, hôtels, stations d’essence et concessionnaires de motoneiges. Puis, le froid et la neige que les gens redoutent généralement, et bien il nous permet de commencer généralement notre saison motoneige plus tôt et de la terminer plus tard!

motoneige-acces-restaurant

Rien de mieux que de déguster une bière ou un café après une journée de randonnée en motoneige. Mais pour avoir de beaux sentiers motoneige, ça prend de la neige et du froid!

motoneige snowmobile Valdor abitibi temiscamingue

Avec les nombreux panneaux indiquant les services à proximité et les directions, pas possible de se perdre dans les sentiers motoneige en Abitibi-Témiscamingue et à Val-d’Or.

Des restaurants et cafés pour bien se réchauffer

Val-d’Or a une foule de restaurants et petits cafés qui sauront te réchauffer bien convenablement après une journée passée en plein air. Tu auras amplement le choix entre les établissements offrant des cafés et thés tout à fait délicieux – si tu veux en savoir plus, clique ici -, les restaurants à l’ambiance chaleureuse comme la microbrasserie Le Prospecteur ou le Bar à poutine chez Morasse, ou encore qui offrent une cuisine réconfortante comme le Windsor ou Chez Vic.

windsor restaurants cuisine francaise

Le Windsor offre une cuisine des plus réconfortante dans une ambiance chaleureuse et confortable.

Des activités pour célébrer l’hiver

L’hiver à Val-d’Or n’est pas perçu comme misérable, mais plutôt comme une belle saison pour jouer dehors et s’amuser! D’ailleurs, elle n’arrête pas les gens d’y organiser des événements ou festivals. Par exemple, au début février a lieu l’Hiver en fête. On y propose spectacles musicaux, cinéma en plein air, feux d’artifice et une foule d’activités pour toute la famille comme la pêche sur la glace, des promenades en traineau à chien, en poney ou en calèche, de la tire d’érable sur neige, des jeux gonflables, de la Tyrolienne, de la sculpture sur neige, une géante glissade, de l’escalade et plus encore! Il y a aussi Nuit[s] polaire[s] qui se tient sur deux jours et qui propose des spectacles de musique dans un igloo géant en plus d’activités éclatées et de feux pour faire griller guimauves et saucisses.

Hiver en fête programmation

L’Hiver en fête a lieu sur le magnifique lieu de la Cité de l’Or.

Nuit Polaire Misteur Valaire

Lors de la Nuit Polaire en 2017, Valaire était venu réchauffer la foule.
Photo | Geneviève Lagrois

L’hiver à Val-d’Or peut être froid et la neige peut y être abondante, mais lorsqu’on sait s’habiller et que l’on a trouvé une activité qui nous plaît alors ce froid et cette neige deviennent attendus et appréciés. On voit alors les paysages sous un autre œil remarquant leur beauté et leur côté magique. Viens donc nous voir et l’essayer!

Bucket list | 50 choses à faire à Val-d’Or en 2018

Bucket list | 50 choses à faire à Val-d’Or en 2018

Si tu viens visiter Val-d’Or et que tu souhaites vivre l’expérience comme un local, je te propose fortement de lire cette bucket list, une liste de choses à faire lors de ton séjour. Ce sont tous des incontournables qui te feront vivre comme un local et vivre Val-d’Or de façon totalement authentique.

Cher Valdorien, cette liste t’est aussi destinée. Tu crois peut-être connaître la ville de fond en comble parce que tu y vis quotidiennement. Et bien, sache que les gens qui l’habitent sont des flyés, des crinqués et des rêveurs qui ont mille et un projets. Elle change donc constamment et de nouveaux produits y sont souvent ajoutés. Si tu lis cette bucket list et qu’il n’y a rien à l’intérieur que tu n’as jamais fait, je te paye une bière! Attention… ce n’est pas bon pour le karma de mentir…  🙂

Benedictine_restaurants_valdor_gauffres_fruits

Peu importe le déjeuner choisi, vous aurez droit à une tonne de fruits dans votre assiette du restaurant Bénédictine!

pêche réserve faunique la vérendrye

Avec plus de 4 000 lacs, la réserve faunique La Vérendrye est le paradis du pêcheur!

salle-place-agnico-eagle

Le Marché public de la Vallée-de-l’Or accueille en moyenne 22 exposants chaque dimanche de juin à octobre.

Festival FRIMAT Val-d'Or incontournable

Parmi les activités inusitées du FMR de nuit du FRIMAT, on peut chanter à un karaoké… dans la bibliothèque municipale!
Photo | Renaud Vincent-Houle

Jardins à fleur de peau site de plein air pour repos

Le calme, la douce brise, le bruit de la cascade et les odeurs florales que l’on retrouve aux Jardins à fleur de peau est tout à fait propice à la méditation ou une petite séance de relaxation! On y retrouve même bancs et hamacs pour se détendre.

Forêt Récréative Val-d'or plein air vélo de montagne Mountain biking

Les sentiers de vélo de montagne de la Forêt récréative sont parmi les plus beaux au Québec. Il y en a pour tous les niveaux; du débutant un peu peureux à l’expert fou d’adrénaline.

Chalets pourvoirie du lac guéguen

Parmi les chalets de la Pourvoirie du lac Guéguen, l’un se trouve sur une île déserte et accessible seulement par bateau. De quoi vraiment décrocher et profiter des vacances!

  1. Aller glisser au parc Belvédère.
  2. Se gaver de fruits lors d’un copieux déjeuner au Benédictine.
  3. Dire à quelqu’un qu’on l’aime en lui envoyant une carte postale.
  4. Accueillir les mésanges dans sa main et leur offrir des graines au Sentier d’interprétation de la nature de l’École buissonnière.
  5. Découvrir la musique classique lors d’un MIDI-MUSIQUE au Conservatoire de musique de Val-d’Or.
  6. Faire une balade au clair de lune en patin à glace à la Forêt récréative de Val-d’Or.
  7. Se délecter d’un bon chocolat chaud ou d’un café du Balthazar café en fin d’après-midi après avoir passé la journée à jouer dehors dans la neige.
  8. S’aventurer dans la forêt en traineau à chien avec Husky aventure Harricana.
  9. Être flabergasté par le talent artistique et la créativité des chefs régionaux lors de l’événement gourmand La Fine palette.
  10. Danser comme un déchaîné dans un igloo géant lors de Nuit[s] polaire[s] Prise 2  organises par le Service culturel en collaboration avec PapaChat & Filles et le FRIMAT à la Forêt récréative.
  11. Tenter de deviner si les conteurs nous mentent au concours de la grande menterie du Festival de Contes et légendes de l’Abitibi-Témiscamingue.
  12. Taquiner le poisson sur l’un des nombreux lacs de la réserve faunique la Vérendrye.
  13. Festoyer dans la rue, au centre-ville sur la 3e Avenue lors de la fête nationale du Québec.
  14. S’imprégner de la culture autochtone et danser au rythme des tambours pendant la Journée nationale des Autochtones à Kinawit.
  15. Faire le tour du Marché public de la Vallée-de-l’Or un des dimanches estivaux et découvrir nos nombreux producteurs, agro transformateurs et artisans.
  16. Danser comme si on était seul au monde au rythme du Festival Blues Eldorado.
  17. Rire à s’en époumoner et en pleurer au Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue.
  18. Goûter à la cuisine régionale et de proximité de Régis Henlin au Becs sucrés salés.
  19. Aller encourager les cyclistes lors de la 50e édition du Tour cycliste de l’Abitibi.
  20. Découvrir les citoyens de Val-d’Or d’adoption et leur culture lors de Saveurs du monde.
  21. Se balader dans le Village minier de Bourlamaque et s’imaginer y vivre en 1935.
  22. Se laisser surprendre par la programmation inusitée du FMR de nuit du FRIMAT et y lâcher son fou.
  23. Déguster une glace ou un sorbet maison sur la terrasse de la chocolaterie Choco-Mango.
  24. Découvrir les potins croustillants et historiques de Val-d’Or avec le circuit Val-d’Or vous raconte son histoire.
  25. Chanter en cœur avec des milliers de personnes partout sur la planète lors du Piano au diapason.
  26. Enfouir ses orteils dans le sable fin de la plage Rotary tout en admirant le lac et la nature autour.
  27. Faire une séance de méditation entre les bonzaïs et les dragons aux Jardins à fleur de peau.
  28. Admirer les étoiles, au bord de l’eau dans un des mignons petits chalets Modik de la réserve faunique La Vérendrye.
  29. Entrer dans la peau des prospecteurs et faire le rallye géocaching Chasse Alors! de la Cité de l’Or.
  30. Admirer les perséides au Lac des sœurs.
  31. Siroter un cocktail en se faisant « chauffer la couenne » sur l’une des nombreuses terrasses au centre-ville.
  32. Découvrir les entrailles de la terre à 300 pieds de profondeur à la Cité de l’Or.
  33. Partir sur un roadtrip en Abitibi-Témiscamingue, les fenêtres de la voiture baissées, les cheveux dans le vent et la musique au fond!
  34. Se composer un bon dîner de charcuteries et fromages à La Tanière William J. Walter et aller pique-niquer dans l’un de nos nombreux parcs.
  35. Parler avec un inconnu et découvrir la chaleur humaine des habitants d’ici.
  36. Découvrir l’histoire de l’architecture de Val-d’Or marquée par l’audace et l’innovation à travers l’application mobile Val-d’Or moderne.
  37. Boire une bière à la microbrasserie du Prospecteur.
  38. Tenter sa chance dans les sentiers de vélo de montagne à la Forêt récréative.
  39. Découvrir nos trésors de notre patrimoine culturel et leur histoire qui se cache derrière grâce à l’exposition 20 Fois Val-d’Or.
  40. Déguster une poutine de création chez Bar à poutine chez Morasse.
  41. Allier l’art et le plein air en découvrant l’exposition Hors les murs du Centre d’exposition de Val-d’Or sur la piste cyclable, le long du sentier J-P Roland Fortin, devant le Complexe culturel Marcel-Monette et le long du boulevard Jean-Jacques Cossette.
  42. Admirer le coucher de soleil et la splendide vue sur Val-d’Or le haut de la tour Rotary.
  43. Passer une semaine sur une île déserte à la Pourvoirie du lac Guéguen dans son chalet sur une île.
  44. Planter une chaise dans l’eau et se tremper les pieds dans le lac à la plage Sullivan.
  45. Découvrir les produits régionaux au Resto Monti du Forestel du renommé Chef Yves Moreau.
  46. Découvrir un nouveau vin au Salon des vins, bières et spiritueux de l’Abitibi-Témiscamingue.
  47. Sentir l’odeur de la terre humide et le sucré des feuilles en décomposition lors d’une promenade dans l’un des nombreux sentiers pédestres.
  48. Se sentir flotter sur la neige et apprécier l’adrénaline et le sentiment de liberté pendant une randonnée motoneige.
  49. Se mettre dans l’ambiance des fêtes en allant se promener au centre-ville sur la 3e Avenue en décembre, tout en écoutant la musique de Noël et admirant les décorations dans la rue et chez les commerçants.
  50. Trouver des cadeaux de Noël uniques, originaux et régionaux en se baladant au Marché de Noël du Marché public de la Vallée-de-l’Or.

Quand tu auras accompli cette bucket list, crois-moi l’année sera passé avant même que tu aies eu le temps de t’en rendre compte! En terminant, je te souhaite une année 2018 remplie de douces folies, de découvertes, de fous rires et de moments inoubliables!

Photo de couverture | Anthony DELANOIX

bucket list Val-d'Or à voir et à faire à Val-d'Or
Il n’y a pas de mauvaise température, que des mauvais vêtements

Il n’y a pas de mauvaise température, que des mauvais vêtements

La température au Québec n’a pas été exceptionnelle cet été. Ni le printemps dernier ni même l’hiver dernier. On peut dire que ce fût une année plutôt précipiteuse (tu ne trouveras pas ce mot dans le dictionnaire, je viens de l’inventer) en neige comme en pluie. Si tu as cligné des yeux au mauvais moment tu n’as sûrement pas vu l’été! On pourrait se plaindre bien longtemps de la température, ou bien faire de la limonade avec les citrons.

Je m’explique; ce n’est pas parce qu’une situation ou des éléments hors de notre contrôle ne sont pas ceux que l’on souhaitait que cela doit nécessairement être négatif. Ma mère m’a toujours dit : « il n’y pas de mauvaise température, que des mauvais vêtements ». Et bien, elle avait raison – elle a souvent raison d’ailleurs. Lorsque le soleil ne brille pas de mille feux, que la chaleur n’est pas au rendez-vous et que le ciel est gris, il est quand même possible de faire autre chose que de rester dans son salon à se plaindre de la température. C’est sûr que si tu essaies de te faire bronzer sur la plage lorsqu’il fait 16°C avec un ciel gris et un vent du nord, tu auras moins de plaisir et l’été te semblera de la bouette. Mais si tu mets tes bottes de pin comme on dit en Abitibi-Témiscamingue, ou tes bottes à vaches si tu viens de l’Estrie ou encore tes bottes de pluie si tu es de Montréal et que tu vas sauter dans les trous d’eau en essayant d’arroser tes compagnons tout en t’amusant comme un enfant, la bouette qu’est notre été se transformera en un beau soin énergisant pour la peau.

Si tu es bien habillé, le froid ou la pluie en été devient beaucoup moins désagréable. Bref, ce que je veux dire c’est que l’ingrédient principal pour profiter de l’été ou n’importe quelle autre saison, ce n’est pas la température, mais les activités que tu choisis de faire avec la bonne attitude et les bons vêtements.

C’est sûr que si tu essaies de te faire bronzer sur la plage lorsqu’il fait 16°C avec un ciel gris et un vent du nord, tu auras moins de plaisir et l’été te semblera de la bouette.

Si tu mets ton imperméable, des pantalons longs et des souliers fermés pour aller marcher dans le bois ça sera aussi agréable que si tu y allais en short avec ta belle petite camisole aux couleurs tendance de l’été, même si c’est en août. Il suffit seulement de voir les bons côtés à toute situation. Tu n’es pas encore convaincu? Tu ne trouves pas encore le côté positif à une température froide et pluvieuse en été? Ce n’est pas grave, je vais t’aider. Voici donc…

5 raisons pourquoi la pluie et le froid sont merveilleux même en été

  1. Tu as beaucoup moins de chance d’attraper un coup de soleil et d’être pris à être couché dans ton lit en étoile, couvert de 20 serviettes d’eau froide, et ce, pendant trois jours.
  2. Tu peux sauter dans les trous d’eau en essayant d’arroser tes compagnons de marche. Je ne sais pas toi, mais moi, arroser les gens m’a toujours bien fait rire. Si tu es dans le bois, tu peux aussi essayer l’alternative de secouer une branche au-dessus de quelqu’un pour l’arroser. Ça marche aussi très bien en hiver quand les branches sont bordées de neige.
  3. Le café, le thé et la tisane sont toujours meilleurs quand il fait frais. Il y a certains endroits d’ailleurs où tu peux en boire des excellents à Val-d’Or : au Balthazar Café, chez Choco-Mango et à la microbrasserie Le Prospecteur si tu as un faible pour les cafés « pimpés » – ceux avec de l’alcool. Tu peux aussi trouver du café de la maison de torréfaction locale L’Armorique au Magasin général du Prospecteur (la porte juste à côté de la microbrasserie) ou encore à la boutique Plaisir de la table. À cette même boutique, tu trouveras les thés et tisanes régionaux Thé Taxi. Ceux-ci, délicieux d’ailleurs, sont aussi disponibles au Balthazar Café et au Sushi & Cie Express.
  4. Les photos prises à l’extérieur quand le ciel est gris sont beaucoup plus belles que celles prises avec le soleil. La lumière est alors plus douce et donne un bien plus bel effet.
  5. La pluie accentue les odeurs de la forêt; l’épinette, le pin, la terre mouillée et la fraicheur! Huuummm! Une promenade en forêt sous la pluie ou après la pluie réjouira tous tes sens! Il y a d’ailleurs plusieurs sentiers pédestres à proximité de Val-d’Or où tu peux aller remplir tes narines de ces bons parfums. Tu les trouveras tous dans le guide touristique de Tourisme Vallée-de-l’Or, sur notre site internet dans la section Aventure, sport et plein air ou encore sur accespleinair.org.

Je te suggère aussi de lire notre article « Val-d’Or sous la pluie », si tu manques un peu d’inspiration pour choisir les bonnes activités.

Au risque de me répéter et d’être un peu quétaine, l’important ce n’est pas le temps qu’il fait, mais le temps qu’on passe avec les gens qu’on aime et le temps qu’on passe à rire. Avoue que maintenant tu souhaites presque l’automne soit froid et pluvieux pour t’amuser autrement…et faire de la limonade avec des citrons!

Choco-mango restaurants macarons

En plus des délicieux café, on trouve chez Choco-Mango pleins de pâtisseries, de sucreries, des crèmes glacées et sorbets maisons et des chocolats artisanaux qui goûtent le ciel.

Balthazar_cafe_restaurants_valdor_ardoise

Tu pourras aussi déguster une bonne soupe réconfortante qui goûte comme celle de grand-môma au Balthazar Café.

vélo val-d'or Abitibi-Témiscamingue

La Forêt récréative de Val-d’Or possède 100 km de sentiers récréatifs non-motorisés pour profiter pleinement de la nature.

Cours de géologie 101: Quand rouler sur l’or prend tout son sens

Cours de géologie 101: Quand rouler sur l’or prend tout son sens

En Abitibi-Témiscamingue et particulièrement à Val-d’Or,  rouler sur l’or  prend un tout autre sens que son expression originale. L’expression rouler sur l’or signifie être très riche et elle provient d’une expression datant du XVIIe ou XVIIIe siècle se rouler sur l’or comme on se roulerait sur l’herbe. Il s’agit d’un symbole de richesse, car la personne qui peut se rouler sur un tas d’or en possède suffisamment pour être considérée comme très riche (d’huh).

Mais pourquoi cette expression prend-elle un autre sens à Val-d’Or? Désolée de te décevoir; ni moi ni mes voisins ne nous roulons sur un tas d’or. Même si le salaire moyen est parmi l’un des plus élevés au Québec nous ne sommes pas nous ne sommes pas riche au point de se rouler sur un tas d’or. Par contre, tous les jours lorsque nous empruntons la route 117 de l’entrée est de la ville de Val-d’Or jusqu’à la frontière ontarienne nous roulons concrètement sur l’or puis que cette route est construite sur la faille de Cadillac.

Qu’est-ce que la faille de Cadillac?

Voilà un petit cours de géologie 101. La Faille de Cadillac, ou Zone tectonique de Cadillac-Larder Lake désigne une structure géologique majeure du Québec et de l’Ontario, riche en ressource minérale. Comme les prospecteurs miniers ont suivi la faille dans leurs recherches à l’époque de la ruée vers l’or, ils ont construit la route 117 pour les besoins de la cause en suivant la faille. C’est également ce qui explique la présence de nombreuses mines établies le long de cette faille et les centaines de millions d’onces d’or situées sous cette route et à proximité.

Longue d’environ 320 km, la Faille de Cadillac est très riche en gisements d’or, mais on y retrouve également de l’argent, du cuivre, du zinc et de nombreux autres minéraux. Il s’agit d’ailleurs d’une des principales structures de minéralisation aurifère de la région de l’Abitibi-Témiscamingue. C’est grâce aux mines construites le long de cette faille que furent fondées les villes de Rouyn-Noranda, Val-d’Or, Malartic et plusieurs autres.

carte abitibi-témiscamingue faille de cadillac

Comment découvrir l’industrie minière

Si tu es fasciné par l’or tout comme les prospecteurs l’ont été au début des années 1900, je te recommande de découvrir deux sites touristiques fascinants qui te permettront de mieux comprendre cette industrie et la fascination des gens pour l’or. Tout d’abord, La Cité de l’Or et son village historique de Bourlamaque qui te replongeront dans la vie des mineurs tout en dressant un portrait d’hier à aujourd’hui. Lorsque tu auras remonté des entrailles de la terre après avoir exploré les galeries à plus de 300 pieds sous terre, je te recommande le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue.

Comprends bien qu’ici les richesses du sous-sol nous font déplacer des quartiers résidentiels complets plutôt que des montagnes. En visitant le Musée minéralogique, tu pourras découvrir comment une minière à réaliser ce projet d’envergure en plus d’avoir la chance d’admirer, en autre, un étalage présentant une collection d’or à couper le souffle.

Si tu n’es pas encore rassasié de ta conquête de l’ouest, il te reste à explorer la plus grande mine d’or à ciel ouvert au Canada soit la Mine Canadian Malartic qui offre des visites guidées en partenariat avec le Musée minéralogique.

fusion d'or mine d'or visite val-d'or abitibi-témiscamingue

Lors de la visite du Laboratoire d’analyse, tu auras la chance d’assister à une véritable fusion d’or!

visit underground gallerie gold mine valdor abitibi

Galeries souterraines de la Cité de l’Or

Point de vue lors de la visite de la Mine Canadian Malartic.

En devenant un mineur d’un jour à la Cité de l’Or grâce à une descente à 300 pieds sous terre et une promenade dans Village minier de Bourlamaque, en découvrant le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue et son impressionnante collection d’or et en vivant l’expérience de la Mine Canadian Malartic, toi aussi tu pourras rouler sur l’or!

Rouler sur l'or route 117