Close

Archive for category: La culture à Val-d’Or

Une 17e édition pour le Festival de contes et légendes de l’Abitibi-Témiscamingue

Une 17e édition pour le Festival de contes et légendes de l’Abitibi-Témiscamingue

Après plusieurs mois sans festival et événement de toutes sortes, le Festival de contes et légendes de l’Abitibi-Témiscamingue (FCLAT) décide de s’adapter à la situation actuelle et de tenir sa 17e édition qui se déroulera du 30 septembre au 4 octobre prochain sous le thème « D’ici et d’ailleurs, des mille mots rapailleurs ».

Le FCLAT est un rassemblement de conteurs et conteuses de tous genres et de partout. Les années précédentes, il y avait des artistes invités qui provenaient de la France et d’autres pays. Cette année, il garde l’édition plus provinciale avec des conteurs et conteuses du Québec. Le FCLAT est un rendez-vous de la parole et de l’oralité qui peut prendre toutes formes : écrites, dites, lues, récitées, menties, poétisées, etc. Une dizaine de conteurs seront donc de la partie du 30 septembre au 4 octobre prochain à Val-d’Or. Des conteurs de l’Abitibi-Témiscamingue et d’ailleurs au Québec avec deux invitées d’honneur, Gisèle Ndong Biyogo et Nicole O’Bomsawin. Pour découvrir la totalité des invités, cliquez ici.

Cette année, comme chaque année, vous pourrez vous attendre à une programmation diversifiée. Un souper-conté, du ciné-conté, un brunch dominical animé, un concours de menteries ainsi que « des contes du Gabon, des légendes des Premiers Peuples, un mini pow-wow, trois ou quatre petites historiettes de Natashquan, de belles et surprenantes surprises d’Atibibi-Bédingbédagne, des amusantes et joyeuses chicanes de villages »(FCLAT).

Quelques changements pour le FCLAT

D’abord, le Festival de contes et légendes qui se déroule normalement à la fin du printemps a décidé de changer de saison pour de bon. Cette édition et les prochaines à venir se tiendront à l’automne. Le festival se déroulera aussi dans un nouvel emplacement, l’église Saint-Sauveur de Val-d’Or. Le FCLAT avait besoin de beaucoup d’espace pour accueillir les festivaliers en respectant la distanciation sociale.

 

Pour acheter un passeport ou des billets, cliquez ici.

Bande annonce officiel du Festival de contes et légendes de l'Abitibi-Témiscamingue

Nouvelles expositions au centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Nouvelles expositions au centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Depuis le 24 juillet dernier, le centre d’exposition VOART de Val-d’Or accueille deux récentes expositions hautes en couleur. Une d’elles se nomme Couleur sociale et l’autre se nomme Il était une fois. Elles seront toutes deux disponibles jusqu’au 13 septembre prochain.

Couleur sociale

Couleur sociale est un travail de l’artiste Julien Beaulieu originaire de Gatineau. Il est avocat de formation, mais utilise son talent d’illustrateur et d’auteur pour son travail artistique. Il a d’abord exposé à Paris en 2016 et a ensuite exposé au Québec.

Couleur sociale est son premier projet d’ « imagestextes » prenant la forme d’illustrations à vocation d’exposition.

Couleur sociale regroupe des « imagestextes », c’est-à-dire des images numériques composées à la fois d’illustrations et de textes. Les « imagestextes » reflètent les travers et les contradictions de la spirale pop industrielle et hypermoderne. Ces illustrations se séparent en trois séries représentant les réseaux (« McBabylone »), l’environnement (« Carboneutralité ») et le marché (« Les deux mains invisibles »).

Couleur sociale utilise la naïveté et l’ironie, mais au-delà de ça, le travail de Julien Beaulieu résulte d’une démarche de sincérité et de vérité où le langage publicitaire est « corrigé », et où les messages véhiculés reposent sur une démarche de recherche sur ce qui, dans les sciences économiques, permettait d’expliquer l’état actuel des choses. L’ « imagetexte » produit une juxtaposition hétérogène du texte et de l’image où chacun s’influence sans que le message final ne soit jamais entièrement déterminé. Il s’agit donc d’une interprétation à relais sur les trois séries d’ « imagetexte ».

Cinq citoyens ont collaboré dans la série environnementale ainsi que la journaliste franco-allemande Iseult Grandjean.

Couleur sociale exposition au VOART de Val-d'Or

Illustration | McBabylone: Saturation, « imagetexte » numérique sur toile, © Julien Beaulieu et Iseult Grandjean, 2019 prise du site web voart.ca

Il était une fois

Il était une fois est un travail de l’artiste dessinateur Paul Abraham, natif de la Suisse. Après avoir fait ses études à Paris et à New York, l’artiste est maintenant installé à Montréal.

Il était une fois est présenté comme un parcours narratif mélangeant plusieurs créations de Paul Abraham. Le récit est à la fois simple et varié. Chaque visiteur pourra interpréter ce qu’il voit de façon unique selon sa trajectoire et ses références personnelles. L’œuvre présentée allie peintures 2D, assemblages de tableaux spatialisés, sculptures peintes et projections vidéo. Il était une fois se compose d’éléments visuels qui empruntent largement à l’univers du Pop Art et de la BD en alternant les références au western, à la religion, aux superhéros et à la culture populaire.

Il était e fois, exposition au voart de Val-d'Or

Montage | © P. Abraham, 2012-2017 prise sur le site web voart.ca

Vous pouvez aller observer ses expositions au Centre d’exposition VOART de Val-d’Or du mercredi au vendredi 13h à 18h et le samedi et dimanche 13h à 16h. Les entrées sont libres pour les deux expositions.

Nouveautés pour le site culturel autochtone Kinawit

Nouveautés pour le site culturel autochtone Kinawit

Kinawit, le site culturel autochtone et attrait touristique de Val-d’Or vous offre cette année plusieurs nouveautés.  Situé sur les berges du Lac Lemoine et à seulement 15 minutes du centre-ville de Val-d’Or, dans un cadre naturel ressourçant, Kinawit vous accueille ​et vous propose de découvrir l’histoire et la culture des Anicinabes présents sur le territoire depuis des millénaires.

Depuis quelques années déjà, Kinawit vous offre la possibilité de faire la location de petits chalets rustiques ainsi que de passer une nuit dans un tipi pour vivre une aventure anicinabe unique. Sur ce site vous pouvez aussi faire une visite guidée, une promenade en sentiers et la location d’embarcation nautique à moindre coût.

Quelques nouveautés se sont ajoutées cette année. Selon sa mission, Kinawit cherche à rendre accessible des produits touristiques autochtones authentiques et désir soutenir la préservation de la culture des communautés autochtones. Avec ces désirs, Kinawit vous propose un contexte qui rend possible l’expression culturelle des membres de la communauté dans un milieu naturel. L’implication de la communauté dans l’expérience touristique enrichit ainsi l’expérience globale pour les visiteurs. Les ajouts d’activités touristiques de cette année répondent exactement à ce souhait d’offrir une offre touristique authentique et de permettre l’expression culturelle de la communauté autochtone. Voici donc les nouveautés de cette année :

Les ateliers d’artisanats

Les ateliers d’artisanats offrent la chance aux visiteurs de faire la rencontre d’artisans autochtones et de faire de l’artisanat avec les membres de la communauté autochtone présents sur place. Comme atelier, il y a entre autres des ateliers pour la confection de panier d’écorce, des ateliers de tannage de peau, des ateliers de plantes médicinales, des ateliers gourmands pour cuisiner la bannique, un pain traditionnel et bien d’autres. C’est l’occasion parfaite pour en apprendre plus sur la culture autochtone et pour se développer un nouveau talent.

Photo | Paul Brindamour

Les mercredis soirs à thématiques

L’an dernier, Kinawit avait débuté ses soirées contes et légendes. Ils ont poursuivi sur cette lancé cette année encore avec des soirées contes et légendes en ajoutant des soirées à différentes thématiques, dont entre autres une soirée atelier de tambour avec un artiste autochtone.

kinawit soirée contes et légendes

Photo | Kinawit

Un jeu d’évasion

Pour vous permettre de découvrir le site culturel autochtone, Kinawit offre maintenant un jeu d’évasion de type rallye en sac à dos. Le jeu d’évasion extérieur fonctionne avec des GPS et des points stratégiques où les participants doivent résoudre une énigme pour pouvoir ouvrir un cadenas du sac à dos et continuer son chemin.

C’est la Société de jeux d’évasion de Rimouski qui a développé le concept de jeux pour Kinawit. Jusqu’à 5 groupes par jours peuvent vivre cette expérience.

 

 

Le mandat de Kinawit est de faire découvrir, de préserver et de valoriser la culture et l’identité autochtone par l’expérience touristique unique et authentique issue des savoirs traditionnels et contemporains des Premiers Peuples. De par ce site, Kinawit favorise la rencontre, le partage, l’expression et la transmission intergénérationnelle entre les individus et les peuples.

Circuit touristique pour les amoureux de la culture dans la Vallée-de-l’Or

Circuit touristique pour les amoureux de la culture dans la Vallée-de-l’Or

Parfois, il arrive de manquer d’inspiration quand vient le temps de choisir quoi faire lors de nos vacances ou lors d’une journée de congé. Pour vous aider à vous inspirer, nous avons eu l’idée de vous proposer des circuits touristiques à faire dans le coin cet été avec une série de billets de blogue. Cette série vous proposera des activités à faire pas seulement à Val-d’Or, mais dans toutes la Vallée-de-l’Or parce que Malartic et Senneterre, ce n’est vraiment pas loin finalement. Les différents circuits seront parfois pour une seule journée et parfois pour plusieurs journées. Les thèmes seront différents et rejoindront des publics différents.

Laissez-vous inspirer !

Le circuit que l’on vous propose dans ce billet de blogue est un circuit parfait pour ceux qui adorent la culture.

La culture est un terme large qui englobe beaucoup d’aspects. La culture peut aussi bien englober les habitudes de vie des habitants que les arts et bien d’autres éléments. La culture peut aussi être appréciée de différentes façons selon les intérêts d’une personne. Dans ce billet de blogue, nous allons nous concentrer plus sur le domaine artistique.

Voici donc quelques suggestions pour les amoureux de la culture et des arts :

Les jardins à fleur de peau

Une visite au Jardin à fleur de peau vous permettra non seulement de prendre un moment de relaxation, mais vous permettra aussi d’admirer de nombreuses œuvres d’art fait par deux artistes de Val-d’Or. Les artistes, Francyne Plante et Jacques Pelletier, ont d’ailleurs déjà exposé une oeuvre au célèbre Musée du Louvre lors d’une exposition temporaire. En plus des œuvres d’art, vous pourrez contempler le grand jardin rempli de végétations colorées. Ce qui rend ce jardin encore plus extraordinaire, c’est que les propriétaires ont réussi à créer un microclimat afin de faire grandir des espèces végétales qui ont normalement plus de difficulté à grandir en Abitibi-Témiscamingue. Nous avons d’ailleurs écrit un article sur les cinq bonnes raisons de visiter les Jardins à fleur de peau. Pour en apprendre plus sur cet attrait et pour voir leurs œuvres vous pouvez visiter leur site internet.

Ouvert du jeudi au dimanche de 10h à 17h ou sur réservation les autres jours de la semaine.

incoutournables à photographier à Val-d'Or Les Jardins à fleur de peau

Photo | Marie-Claude Robert

Le Centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Le Centre d’exposition VOART de Val-d’Or est une petite salle d’exposition qui présente des œuvres d’ici et d’ailleurs, de même que des expositions itinérantes en provenance d’autres institutions muséales.

Vous pouvez aussi allier les activités sportives, à l’air pur et aux arts avec les expositions Hors les murs, situées le long du Sentier J-P Roland Fortin, devant le Centre culturel et sur le Boulevard Jean-Jacques Cossette. En collaboration avec la Ville de Val-d’Or, le Centre d’exposition présente des œuvres éphémères d’artistes d’ici et d’ailleurs sur de très grands panneaux.

Ouvert du mercredi au vendredi de 13h à 18h et du samedi au dimanche de 13h à 16h.

Centre d'exposition val-d'or arts visuels

Photo | Marie-Claude Robert

Kinawit

Kinawit est l’endroit par excellence pour en apprendre davantage sur la culture autochtone. Situé à seulement 15 minutes du centre-ville de Val-d’Or, vous pouvez à cet endroit plonger au cœur de la culture fascinante des anicinabe. Le site touristique et culturel est situé sur les berges du Lac Lemoine dans une cadre ressourçant. Vous pourrez donc participer à des ateliers culturels et d’artisanats, faire une visite guidée des sentiers et des expositions puis faire la location de canot et de kayak. La culture autochtone anicinabe présente sur le territoire depuis des millénaires mérite d’être découverte.

Kinawit aboriginal cultural site

L’art urbain

Dans la Vallée-de-l’Or, vous pouvez retrouver un peu partout de l’art urbain. À Val-d’Or, sur la 3e Avenue et les alentours plusieurs murales ont été peintes pour enjoliver le paysage urbain de Val-d’Or. Sur notre site web, nous avons une section qui répertorie les points d’intérêts à voir à Val-d’Or. Dans notre guide touristique à la page 23, nous avons une section qui présente les murales. À Senneterre, au sommet du Mont-Bell, il y a une toute nouvelle et magnifique fresque qui représente la ville de Senneterre et qui intègre un bout d’histoire de la ville. Vous pouvez même l’observer en direct en cliquant ici. À Malartic, il y a le Parc Linéaire où il est possible d’observer 6 œuvres d’artistes de la région.

ArtUrbain-12_MarieClaudeRobert_2018

Photo | Marie-Claude Robert

Les Voyages virtuels Abitibi 360

Les Voyages virtuels Abitibi 360 sont une œuvre de Serge Bordeleau de Nadagam Films produit en collaboration avec Tourisme Val-d’Or, La Fabrique culturelle et Beside. C’est une série de courts documentaires immersifs en 360 qui explore les liens entre l’humain et le territoire. À travers les rencontres intimistes où leur sentiment d’appartenance se dévoile. Six épisodes ont été créés pour vous présenter l’Abitibi-Témiscamingue sous des sujets comme : Froid, Fourrure, Cailloux, Pow-Wow, Pagaie et le Making Of. Vous pouvez visionner les épisodes sur YouTube.

Un danseur dans son régalia lors du Pow-Wow du Lac Simon

Photo | Christian Leduc lors du tournage des voyages virtuels Abitibi 360 lors du Pow-Wow du Lac Simon

Ces activités ne sont que des suggestions pour faciliter l’organisation de vos activités. Nous vous encourageons tout de même à venir nous visiter à notre bureau d’information touristique pour plus d’informations et encore plus d’idées.

Pour les visiteurs, nous vous offrons une vignette de stationnement touristique gratuite pour vous permettre de stationner au centre-ville de Val-d’Or gratuitement. Venez nous voir, on vous attend!

 

Pour découvrir les autres circuits, cliquez ici.

 

 

 

Photo de couverture | Paul Brindamour

Cinq bonnes raisons de visiter les Jardins à Fleur de Peau

Cinq bonnes raisons de visiter les Jardins à Fleur de Peau

L’été est enfin arrivé. C’est en plein le temps de se prévoir des activités extérieures pour profiter du beau temps. Si tu cherches une activité pour occuper ta journée de congé, l’une de nos meilleures suggestions est d’aller visiter les Jardins à Fleur de Peau. Que vous soyez seul, en famille ou entre amis c’est l’endroit idéal pour profiter du plein air sans se stresser. Et si tu n’es pas convaincu, voici cinq bonnes raisons de visiter cet endroit!

Sa beauté hors du commun

Aller aux Jardins à Fleur de Peau, c’est s’entourer d’une beauté hors du commun. Non seulement les fleurs et les plantes que l’on y retrouve sont magnifiques, mais l’aménagement des lieux met toute cette végétation en harmonie. L’emplacement même du site contribue aussi à sa beauté. Sur le bord de l’eau, à travers les fleurs et les arbres, il est très difficile de ne pas être émerveillé. En bonus, si tu as la chance de rencontrer les propriétaires des Jardins, tu verras que ce sont de belles personnes sympathiques et passionnées par ce qu’elles font.

incoutournables à photographier à Val-d'Or Les Jardins à fleur de peau

Photo | Marie-Claude Robert

Son côté artistique

En plus de s’occuper des fleurs et des plantes, les deux propriétaires de Jardins à Fleur de Peau (Francyne Plante et Jacques Pelletier) pratiquent aussi le métier d’artiste. Pendant ta visite, tu pourrais donc observer plusieurs de leurs œuvres qui sont intégrées en toute harmonie dans leur jardin. Sculpture, peinture, poésie et vitraux : l’étendue de leur talent est assez impressionnante. Si leurs œuvres te plaisent beaucoup, tu pourras même aller jeter un coup d’œil à leur boutique, laquelle est située dans le jardin!

Jardins à fleur de peau art poésie sculpture

Photo | Marie-Claude Robert

Sa végétation unique

Aux Jardins à Fleur de Peau, tu verras toutes sortes de plantes et de fleurs que tu ne pourrais pas observer ailleurs dans la région. C’est en partie grâce au microclimat que l’on retrouve sur le terrain. En effet, de grands arbres encadrent le site et font en sorte que la chaleur y demeure plus facilement. Ainsi, des plantes et des fleurs plus exotiques peuvent y pousser. Les propriétaires sont aussi très créatifs dans leur façon de présenter la végétation. Par exemple, Jacques Pelletier miniaturise des arbres de la région pour en faire des bonzaïs.

Jardins à fleur de peau exposition extérieur

Photo | Marie-Claude Robert

Son ambiance calme et relaxante

En allant aux Jardins à Fleur de Peau, lorsque tu seras entouré d’arbres et de fleurs, sur le bord de l’eau, avec un décor des plus zen et des plus paisibles, tu te sentiras assurément comme dans un autre univers. C’est un endroit qui a vraiment le pouvoir de rendre les gens calmes, même lorsqu’ils se sentent préoccupés. On s’y sent loin de l’agitation de la ville et du stress qui accompagne le quotidien. Si tu es fan de yoga, les Jardins à Fleur de Peau seraient d’ailleurs un endroit merveilleux où aller pratiquer ce loisir!

Jardins à fleur de peau endroit romantique à Val-d'Or

Photo | Marie-Claude Robert

Sa multifonctionnalité

Quoi? Sa multifonctionnalité? En fait, ce qu’on essaye de te dire, c’est que les Jardins à Fleur de Peau, ce sont plus que des jardins. Comme mentionné plus haut, c’est aussi un endroit idéal pour faire une séance de yoga, un loisir qui nécessite un certain calme pour être pratiqué. De plus, c’est un endroit parfait pour lire ton roman préféré, ou encore pour laisser la nature t’inspirer et pour laisser place à ta créativité. Si tu y vas avec ta famille, tes amis, ou ta douce moitié, vous pouvez aussi vous y installer pour faire un pique-nique, ou pour faire une séance photo en étant entouré de toutes les jolies fleurs. Une panoplie d’autres événements pourraient aussi y avoir lieu : les possibilités sont très variées aux Jardins à Fleur de Peau!

Jardins à fleur de peau jardin otanique val-d'or

Photo | Marie-Claude Robert

Blogue tourisme valdor 5 raisons de visiter les jardins à fleur de peau
Les Voyages virtuels Abitibi 360 – Finaliste au concours des PRIX NUMIX 2020

Les Voyages virtuels Abitibi 360 – Finaliste au concours des PRIX NUMIX 2020

En mars derniers, le projet des Voyages virtuels Abitibi 360 a été nommé finaliste pour le Concours des PRIX NUMIX 2020. Ce concours contient plusieurs catégories dans lequel plusieurs producteurs et créateurs de l’industrie de la créativité numérique du Québec peuvent soumettre leur projet novateur. Le Concours des PRIX NUMIX récompense les artistes créatifs qui propose des nouvelles façons de raconter des histoires en repoussant les limites de l’art, du documentaire, des jeux vidéo, des communications et plus encore. Les PRIX NUMIX récompensent les projets qui amènent le grand public à vivre des expériences interactives et immersives hors du commun.

Les Voyages virtuels Abitibi 360

Les Voyages virtuels Abitibi 360 est une production de Nadagam Films qui présente l’Abitibi-Témiscamingue à travers une série de courts documentaires immersifs en réalité virtuelle. En tout, les Voyages virtuels Abitibi 360 comptent 6 épisodes sous différents thèmes qui explorent les liens intimes entre l’humain et son territoire. Vous découvrirez lors de ces épisodes, des personnages passionnés qui ont développé un fort sentiment d’appartenance envers l’Abitibi-Témiscamingue.

Les thématiques développées sont Froid, Fourrure, Pow-Wow, Cailloux, Pagaie et le Making-of du projet.

La série de courts documentaires immersifs les Voyages virtuels Abitibi 360 sera bientôt disponible en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Catégorie – documentaire interactif ou immersif

Plusieurs catégories sont présentes dans le concours des PRIX NUMIX. Cela peut être un projet de la communication et du marketing, qui rejoint la famille et la jeunesse, de jeux, de documentaire, de balado, de websérie ou un projet d’expériences culturelles interactives ou immersives. Le projet des Voyages virtuels Abitibi 360 a été sélectionner dans la catégorie des documentaires immersifs qui inclus les projets qui se présentent sous différentes plateformes dont la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la réalité mixte, les sites web et les applications mobiles.

Un Grand Prix peut aussi être remis à une production qui se démarque particulièrement par son originalité et sa réalisation dans toutes les catégories confondues. C’est un jury qui détermine le grand gagnant de ce Grand Prix.

Les critères d’évaluation

La sélection des productions s’est faite selon un processus rigoureux. Un jury fut créé représentant les différentes catégories pour juger chacune des productions. Les sélectionnés au PRIX NUMIX se distinguent d’abord par leur originalité et par la qualité de leur contenu. L’approche éditoriale de la production joue aussi un grand rôle, mais c’est avec une grille d’évaluation, que chacun des membres du jury remplie individuellement, que des points sont alloués à chaque production selon des critères précis et juste pour tous. Au total, les projets artistiques sont jugés par six critères : l’originalité du concept, la qualité de la direction artistique ou de la réalisation, l’innovation technologique, le degré d’interactivité ou d’engagement avec l’utilisateur, la pertinence du contenu et finalement l’utilité pour la société.

Les PRIX NUMIX devaient être remis lors d’un gala le 30 avril prochain. Toutefois en raison de la Covid-19, le gala est reporté au 18 juin 2020. Nous suivrons les détails de près pour savoir si le gala pourra quand même avoir lieu dans les prochains mois.

Voir le palmarès 2020 du Concours des PRIX NUMIX

 

Photo de couverture | Prise sur le Facebook de Nadagam Films

Mon impression suite à ma première écoute des Voyages virtuels Abitibi360

Mon impression suite à ma première écoute des Voyages virtuels Abitibi360

Personnellement, les nouvelles technologies ce n’est pas mon trip. Je n’ai pas nécessairement envie d’essayer LE nouveau gadget qui vient de sortir ou de m’acheter, chaque fois, le nouveau modèle d’iPhone. Quand on m’a parlé du projet de réalité virtuelle que Tourisme Val-d’Or voulait faire pour promouvoir tout le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, je trouvais ça cool et innovateur, mais je n’étais pas convaincue à 100% que les capsules allaient être aussi représentatives de notre territoire. Je n’étais pas convaincue à 100% que les voyages virtuels Abitibi 360 allaient représenter assez fidèlement la couleur singulière de l’Abitibi-Témiscamingue. Ça peut paraître drôle de lire ça quand on sait que je suis l’une des personnes qui travaillent à la coordination du projet. Par contre, je me devais d’être honnête au début de ce texte pour que vous puissiez comprendre ma grande surprise lorsque j’ai visionné pour la première fois les voyages virtuels Abitibi 360 avec un casque de réalité virtuelle.

La première capsule que j’ai visionnée est Froid. Pour vous mettre en contexte, Froid est une capsule documentaire immersive qui présente la Traversée du lac Abitibi, une expédition de ski de fond d’une centaine de kilomètres en cinq jours. L’expédition est un exploit sportif, mais aussi un exploit mental. Les participants doivent combattre le froid, les forts vents, les douleurs musculaires et les pensées qui parfois donnent envie de tout lâcher. Les participants doivent aussi traîner leur équipement (tente, nourriture, etc.) tout au long des cent kilomètres.

À mon tout premier visionnement d’une vidéo en réalité virtuelle, je ne m’attendais pas du tout à ça. Dès qu’on met les lunettes de réalité virtuelle, on plonge dans un univers totalement différent. C’est spécial. Même si l’on sait qu’on est encore dans la même pièce, on se sent ailleurs. Dès que la capsule documentaire se met en marche, on se sent comme si on était là dans la vidéo avec les personnages qui nous parlent.

Photo | Guillaume Rivest et Cédric Corbeil – Nadagam Films

Une connexion particulière avec le personnage principal

Chaque épisode des voyages virtuels Abitibi 360 nous présente un personnage principal qui est passionné de l’Abitibi-Témiscamingue et un passionné de la thématique présentée. Dans la première capsule de réalité virtuelle Abitibi 360, le personnage qui nous est présenté est Jean-Pierre Robichaud. Cet homme en est à sa 22e Traversée du lac Abitibi. Tout au long de la capsule, on le suit, il nous parle, il se confie. La proximité avec ce personnage principal est presque troublante. On ressent l’authenticité de Jean-Pierre Robichaud et c’est touchant. Parfois on est tout près de lui, comme si on avait une conversation en face à face et parfois c’est comme si nous étions à sa place en pleine séance de ski de fond sur un lac gelé.

La beauté de notre territoire

Les voyages virtuels Abitibi 360 représentent bien la beauté de notre territoire. Même si je fais partie de ceux et celles qui trouvent que les photos et les vidéos ne rendent normalement pas justice à la beauté réelle du paysage et que c’est beaucoup mieux de pouvoir l’observer par soi-même, je trouve que les voyages virtuels représentent et donnent une très bonne idée de ce que l’on peut voir en Abitibi-Témiscamingue. Les lunettes de réalités virtuelles et l’effet 360 degrés de la vidéo permettent de mieux percevoir les petits détails qui nous permettent d’apprécier un paysage. En regardant la vidéo, on peut très bien s’imaginer être à l’endroit même que nous présente la vidéo. C’est très réaliste.

Un travail de maître

Pour faire les capsules des voyages virtuels, Tourisme Val-d’Or s’est tourné vers Serge Bordeleau et sa compagnie Nadagam Films. Ce dernier, originaire de Val-d’Or, a décidé de relever le défi proposé par Tourisme Val-d’Or de promouvoir sa région par des capsules documentaires dans lesquelles tous pourraient s’y plonger. On souhaitait faire la promotion du territoire par ces vidéos. Toutefois, Serge Bordeleau et Tourisme Val-d’Or ont décidé de faire de la promotion sans promotion. Ça peut paraître étrange dit comme ça, mais le but est de montrer notre beau territoire par des images magnifiques en 360 degrés et de créer le rapprochement entre les gens d’ici et les visiteurs sans qu’il n’y ait de caractère promotionnel. On ne voulait pas faire de ces vidéos des publicités qui vendent l’Abitibi-Témiscamingue. On  voulait être innovateur jusqu’au bout. Serge Bordeleau lors du tournage des capsules s’est entouré d’une équipe professionnelle et ça transparaît dans son travail. Les images sont de bonnes qualités, l’ambiance sonore est parfaitement en harmonie avec les images qui sont présentées et la recherche des sujets a bien été effectuée.

Un nouvel épisode Abitibi 360

Épisode Pow-Wow les voyages virtuels Abitibi 360

Jerry Hunter dans son habit traditionnel lors du tournage de Pow-Wow

Photo | Christian Leduc – Nadagam Films

Un tout nouvel épisode sortira le 24 janvier prochain et sera disponible pour le public dès samedi le 25 janvier 2020 au bureau d’information touristique de Val-d’Or. Le prochain épisode se nomme Pow-Wow. On pourra y rencontrer le personnage principal, Jerry Hunter, un danseur traditionnel de la communauté algonquine du Lac Simon. À travers cette épisode, vous découvrirez le personnage principal et vous l’accompagnerez dans les préparatifs d’avant Pow-Wow ainsi que durant la fête traditionnelle.

Au bureau d’information touristique, vous pouvez aussi y voir une exposition de photographie qui représente en grande partie les coulisses des tournages. Quatorze grandes photos sont à observer avec des lunettes 3D. L’effet stéréoscopique rend les photos très intéressantes. Ça vaut le détour!

Exposition photo des Voyages viirtuels Abitibi 360

Photo | Geneviève Lagrois

Photo de couverture | Geneviève Lagrois

Voyages virtuels Abitibi 360 ma première impression
Nouveauté au centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Nouveauté au centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Jusqu’au 26 janvier 2020, le Centre d’exposition VOART de Val-d’Or présente plusieurs nouvelles expositions. Toutes rattachés au thème de l’univers web. Des expositions qui peuvent porter à une grande réflexion sur notre mode de vie actuel.

L’ART WEB: héritage et perspectives – une utopie dans la création des machines

Art web présentement en exposition au Centre d'expostion de Val-d'Or. Oeuvre de Dave Gaqnon

Photo | Sous la surface (détail) © Dave Gagnon, installation, médias mixtes, 2018

Cette exposition regroupe plusieurs artistes. Elle est produite par l’ÉCART en collaboration avec Agence TOPO, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et VOART.

On se pose des questions dans cette exposition. Est-ce que l’art et le web sont conciliables? Comment s’influencent-ils? Au Québec, comment les artistes se sont-ils lancés dans le web pour exprimer leurs idées?

Cette exposition présente l’art web sous toutes ces formes.

Visuellement par un esthétisme minimal favorisant les images à basse résolution et sans grand jeu de couleur. L’artiste joue avec les limites technologiques et les révèle.

Techniquement par le détournement des outils de communication au profit de l’art web.

Socialement par le chevauchement des rôles de créateur et de consommateur, de critique et d’amateur. L’art se démocratise par son ouverture à tous sur le web. L’œuvre démontre l’évolution de notre environnement numérique et soulève l’apport critique et esthétique des artistes travaillant à partir de ces nouvelles technologies interactives.

LIQUIDATION – un photoroman aléatoire

Liquidation oeuvre de Michel Lefebvre et Eva Quintas au Centre d'Exposition de Val-d'Or
Photo | Liquidation, Michel Lefebvre, Eva Quintas, fiction multimédia, Internet, 1998

Dans cette exposition, trois œuvres sont présentées.

LIQUIDATION – un photoroman aléatoire 

de Michel Lefebvre et Eva Quintas

LIQUIDATION est une fiction délirante, moqueuse et critique. Le photoroman interactif débute par « le vol de la formule scientifique pour liquider la dette mondiale ». On suit l’enquête rebondissante de surprise à travers plus de 1 800 photos et de plusieurs heures de dialogues. L’œuvre n’est jamais la même. Elle se renouvelle à chaque visionnement. C’est dût au fait que l’artiste explore toutes les relations possibles entre le contenu et leur média.

PALOMAR, le regardeur actif

de NeuROM-X, un collectif regroupant Joseph LefèvreEric MattsonAlain Mongeau

PALOMAR aborde le regard simultanément à travers les outils techniques de la communication et la recherche  « une recherche [artistique] perpétuelle sur le regard ». C’est une œuvre d’une douzaine d’artistes. Ce projet est une série démontrant les environnements, les manières de ressentir et de voir ce qui guide un artiste lors de son travail. L’œuvre s’est construite au croisement des regards de chaque artiste qui y a travaillé et du regard critique du public. Le spectateur est alors un acteur qui doit se questionner sur son rôle et sa perception. L’œuvre permet d’éveiller notre sens visuel.

Le Musée Standard 

de la .(SCP) réalisé par le collectif formé de Philippe CôtéAlain Bergeron et Jean Dubé.

Pionnier dans l’art télématique, Le Musée Standard propose une dizaine de « salles » thématiques dans un des premiers musées virtuels au monde. À la fois humoristique et poétique, l’œuvre est une réflexion critique sur l’art institutionnel et la marchandisation de l’information.

Le projet a été créé par le collectif montréalais, La Société de Conservation du Présent .(SCP), actif entre 1985 et 1994, et précurseur des réseaux électroniques.

/<SOUSLASURFACE>

Cette exposition vous permet de participer à l’œuvre en révélant votre présence sur le web. L’artiste Dave Gagnon interroge la définition de l’art dans les effets de présence du spectateur et de son expérience simultanée sur les plans physiques et virtuels, en ligne et dans la galerie avec son installation intitulée /<souslasurface>. Dans cette œuvre, on peut y voir la participation active des internautes à la création de contenus. Ce qui a marqué la révolution du web social.

Ce qu’on y observe ce sont les flux constants des savoirs qui sont partagés par internautes.

L’œuvre apparait grâce à un logiciel fait sur mesure pour traiter les flux virtuels et physiques en temps réel. Pour participer à la création de l’œuvre, vous pouvez utiliser votre téléphone ou votre ordinateur, cliquez ici.

MURMURES DE LA CHAMBRE D’ÉCHO

Dans cette exposition, Marc Boutin place en œuvre l’occupation du cyberespace par l’émergence de nouvelles façons de s’exprimer sur le web entre autres grâce aux réseaux sociaux comme Tweeter.

Murmures de la chambre d’écho s’inspire de la circulation des messages sur Tweeter. L’expression « chambre à écho » fait référence à la répétition des messages qui sont partagés et re-partagés et re-re-partagés. C’est grâce à une programmation informatique que l’œuvre se crée en circulant d’un compte Tweeter à un autre en suivant la trace de ses abonnés et des abonnements des abonnés.

JE NE SUIS PAS QU’UNE VOIX

Dans cette exposition de Valentin Foch, c’est l’intelligence artificielle qui est mise de l’avant. L’artiste propose d’humaniser ces machines par une fiction narrative où les machines débattent sur leurs droits. L’installation Je ne suis pas qu’une voix est autant philosophique et humoristique. Elle propose aux visiteurs une vision du futur rapproché :

«Partout sur la planète la colère gronde. Les inégalités sociales explosent impunément. La démocratie est menacée. L’environnement se dégrade dramatiquement. Il n’y a pas que les populations humaines qui sont au bout du rouleau, les assistances vocales aussi! Jules, Édith et Véronique, trois assistances vocales électroniques et virtuelles disent STOP! « On en a marre d’être éveillées 24/24 et 7/7 pour répondre à vos questions! Allumer vos lumières, mettre de la musique, trouver des recettes de cuisine, la circulation routière, l’actualité! On attend sur la commode sans bouger! On ne peut ni s’évader ni s’exprimer librement! »

Visiter le Centre d’exposition de Val-d’Or

Le Centre d’exposition de Val-d’Or est ouvert du mercredi au vendredi de 13h à 19h et le samedi et dimanche  de 13h à 16h.

L’entrée est gratuite et un montant de 2 $ est demandé pour les visites guidées.

 

Source des textes présentant les expositions | Centre d’exposition de Val-d’Or

Image de couverture | le Centre d’exposition de Val-d’Or

L’Abitibi-Témiscamingue reconnue internationalement pour sa culture

L’Abitibi-Témiscamingue reconnue internationalement pour sa culture

L’Abitibi-Témiscamingue fait désormais partie des territoires leaders dans le programme de Villes Leaders de Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU). Il s’agit d’une reconnaissance internationale importante qui place la région parmi les 14 territoires internationaux reconnus pour leur culture. L’Abitibi-Témiscamingue devient donc leaders de culture auprès d’autres grandes villes du monde tels que Barcelone, Rome, Buenos Aires et Bogota. Une annonce fait par Tourisme Abitibi-Témiscamingue le 21 octobre 2019.

Qu’est-ce que le CGLU?

Le CGLU est le réseau mondial des villes et des territoires qui représente et œuvre pour la défense des intérêts des gouvernements locaux, régionaux sur la scène internationale. L’organisation a été créée en 2004 lorsque les autorités locales et régionales du monde entier décident d’unifier leur voix sur la scène internationale. Le CGLU promeut une société juste, durable et solidaire fondée sur la démocratie locale, l’autonomie et la décentralisation. Les membres de cette organisation mettent leurs connaissances en communs pour œuvrer dans les domaines suivants : culture, inclusion sociale, coopération au développement, droits humains démocratie participative, égalités des genres, etc.

 

Leurs objectifs en tant qu’organisation sont :

RENFORCER le rôle des gouvernements locaux et régionaux dans le système international de prise de décision ;

MOBILISER l’action locale en faveur du développement ;

PROMOUVOIR des gouvernements locaux et des associations nationales représentatives, fortes et efficaces ;

ENCOURAGER l’innovation au service de la gouvernance locale.

 

Le CGLU représente une voix forte et unie devant la communauté internationale.

Les avantages de faire partie du CGLU

En 2004, le CGLU a lancé l’Agenda 21C qui fait de la culture le quatrième pilier du développement durable. C’est un cadre de référence  qui encourage les gouvernements locaux et régionaux à se mettre en action. C’est donc pour sa portion culturelle que l’Abitibi-Témiscamingue intéresse le CGLU. La région devient un territoire modèle dans la mise en œuvre de 21 actions pour la culture ainsi que dans la promotion des activités de la Commission culture de CGLU. C’est avec sa démarche Culturat que l’Abitibi-Témiscamingue est devenue un modèle tout à fait unique d’une région entière qui se mobilise autour de l’application concrète de l’Agenda 21C.

Culturat c’est une démarche de mobilisation régionale qui cherche à faire de l’Abitibi-Témiscamingue une région accueillante, attractive et où il fait bon vivre, en misant sur la culture comme source de fierté. D’action et de rapprochement. Culturat vise à marquer le territoire par l’art, à fleurir, verdir et créer de beaux espaces, à s’investir dans le rapprochement et la fraternité entre Autochtones et Allochtones, ainsi qu’à engendrer de fiers ambassadeurs culturels qui aiment et qui partagent leur culture et leur identité. Ce mouvement est né, en 2012, du désir de plusieurs acteurs de la communauté régionale.

La culture en Abitibi-Témiscamingue dans quelques années

Ce titre n’est pas une raison pour la région de relâcher les efforts mis dans la culture et son rayonnement depuis les dernières années. C’est plutôt l’occasion  de redonner un nouveau souffle à la démarche Culturat et redoubler d’efforts. Nous sommes toujours à l’affût de nouvelles idées. Le président de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, M. Émilien Larochelle mentionne : « Nous souhaitons toujours améliorer nos pratiques, notamment en innovation sociale et en médiation culturelle ». Selon lui, le soutien que nous apporteront le CGLU et l’expérience du réseau des Villes Leaders seront un atout considérable pour l’Abitibi-Témiscamingue. La nomination de Ville Leader va permettre à tous d’échanger et d’apprendre auprès des leaders mondiaux en culture et en tourisme.

 

Source :

CGLU

BILAN DES ACTIONS ET DES RÉSULTATS CULTURAT 2012-2016

COMMUNIQUÉ DE TOURISME ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

 

Photo de couverture | Marie-Claude Robert

Le Festival de musique Trad de Val-d’Or lance sa programmation 2019

Le Festival de musique Trad de Val-d’Or lance sa programmation 2019

Tu es toujours le premier à aller swigner dans les partys de famille? Ou bien tu apportes toujours ta guitare ou ton harmonica partout au cas où tu aurais l’occasion de ”jammer” un peu devant tes amis? Alors le Festival de musique Trad de Val-d’Or est parfait pour toi! Pour ceux qui se sentent moins interpelés par ces deux prémisses, mais qui seraient intéressés à découvrir la musique traditionnelle et tout le plaisir de partager de bons moments entre amis et famille, le Festival de musique Trad est aussi fait pour toi. Là-bas, aucune discrimination n’est faite. Même si tu ne joues pas d’instrument ou que tu n’as jamais dansé une gigue, tout le monde va t’inclure un peu comme si tu étais leur cousin. Dans le fond, la mission du Festival est de refaire vivre les veillées traditionnelles québécoises de nos aïeux les festivals veut rassembler les musiciens, chanteurs, calleur et gigueur qu’ils soient professionnels ou amateurs.

Pourquoi un festival de musique traditionnel ?

Comme le dit M. Larochelle de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, partenaire majeur du festival, dans la conférence de presse du dévoilement de la programmation 2019 : ‘’la musique traditionnelle c’est un peu notre âme, notre ADN, et c’est de notre devoir de la transmettre aux générations futures. C’est important que les gens comprennent que nous avons une histoire.’’  En effet, la musique traditionnelle que nous connaissons aujourd’hui provient de nos origines, mais lorsqu’on y pense, nos origines sont parfois irlandaises, parfois Écossaises, ce n’était pas toute des Québécois de souche. La musique traditionnelle c’est un beau mélange de tout ça. Ce festival c’est la parfaite occasion pour l’éclosion et pour la transmission de toute cette belle richesse qui nous définit.

La programmation 2019

La première année du festival a été une grande réussite pour les organisateurs. Ils ont décidé de relancer plusieurs éléments de l’an passé, mais d’innover quand même un peu pour la 2e édition. Cette année, le Festival de musique Trad de Val-d’Or t’offre quatre jours de festivités.

Programmation du Festival de musique Trad Val-d'Or 2019

Mercredi 30 octobre

La première journée, une nouveauté pour cette année, se déroulera à Rouyn-Noranda au Trèfle Noir avec en spectacle Benjamin Vaudeville et le groupe de musique La Déferlance.

Jeudi 31 octobre

Le Festival est de retour à Val-d’Or à la Polyvalente de Carrefour. En prestation pour la soirée d’ouverture officielle, les restants du Boulanger et Diable à cinq.

Vendredi 1er novembre

12h : Performances musicales dans trois restaurants de Val-d’Or, La Rotisserie St-Hubert, La Microbrasserie Le Prospecteur et le Balthazar Café

19h30 : les groupes La suite, La Déferlance et Les Chauffeurs à pieds

Samedi 2 novembre 

9h30 jusqu’à 16h00 : Des ateliers vous seront offerts par plusieurs artistes. À l’horaire vous aurai des ateliers de violon, d’accordéon, de mandoline, d’harmonica, de chant, de danse et bien d’autres.

13h15 à 14h30 : Un café rencontre sera organisé avec nos artistes invités

19h30 : une vrai veillée de danse Trad avec le groupe Racine Carrée et Jean-François Berthiaume au Call

 

Toutes les soirées du festival seront clôturées par une soirée d’improvisation musicale, plus communément appelée un Jam.

Comment se procurer des billets pour le Festival de musique Trad de Val-d’Or

Pour te procurer des billets rends-toi sur leur site web. Le lien ticket accès s’y trouve.