Close

Archive for category: La culture à Val-d’Or

Le Festival de musique Trad de Val-d’Or lance sa programmation 2019

Le Festival de musique Trad de Val-d’Or lance sa programmation 2019

Tu es toujours le premier à aller swigner dans les partys de famille? Ou bien tu apportes toujours ta guitare ou ton harmonica partout au cas où tu aurais l’occasion de ”jammer” un peu devant tes amis? Alors le Festival de musique Trad de Val-d’Or est parfait pour toi! Pour ceux qui se sentent moins interpelés par ces deux prémisses, mais qui seraient intéressés à découvrir la musique traditionnelle et tout le plaisir de partager de bons moments entre amis et famille, le Festival de musique Trad est aussi fait pour toi. Là-bas, aucune discrimination n’est faite. Même si tu ne joues pas d’instrument ou que tu n’as jamais dansé une gigue, tout le monde va t’inclure un peu comme si tu étais leur cousin. Dans le fond, la mission du Festival est de refaire vivre les veillées traditionnelles québécoises de nos aïeux les festivals veut rassembler les musiciens, chanteurs, calleur et gigueur qu’ils soient professionnels ou amateurs.

Pourquoi un festival de musique traditionnel ?

Comme le dit M. Larochelle de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, partenaire majeur du festival, dans la conférence de presse du dévoilement de la programmation 2019 : ‘’la musique traditionnelle c’est un peu notre âme, notre ADN, et c’est de notre devoir de la transmettre aux générations futures. C’est important que les gens comprennent que nous avons une histoire.’’  En effet, la musique traditionnelle que nous connaissons aujourd’hui provient de nos origines, mais lorsqu’on y pense, nos origines sont parfois irlandaises, parfois Écossaises, ce n’était pas toute des Québécois de souche. La musique traditionnelle c’est un beau mélange de tout ça. Ce festival c’est la parfaite occasion pour l’éclosion et pour la transmission de toute cette belle richesse qui nous définit.

La programmation 2019

La première année du festival a été une grande réussite pour les organisateurs. Ils ont décidé de relancer plusieurs éléments de l’an passé, mais d’innover quand même un peu pour la 2e édition. Cette année, le Festival de musique Trad de Val-d’Or t’offre quatre jours de festivités.

Programmation du Festival de musique Trad Val-d'Or 2019

Mercredi 30 octobre

La première journée, une nouveauté pour cette année, se déroulera à Rouyn-Noranda au Trèfle Noir avec en spectacle Benjamin Vaudeville et le groupe de musique La Déferlance.

Jeudi 31 octobre

Le Festival est de retour à Val-d’Or à la Polyvalente de Carrefour. En prestation pour la soirée d’ouverture officielle, les restants du Boulanger et Diable à cinq.

Vendredi 1er novembre

12h : Performances musicales dans trois restaurants de Val-d’Or, La Rotisserie St-Hubert, La Microbrasserie Le Prospecteur et le Balthazar Café

19h30 : les groupes La suite, La Déferlance et Les Chauffeurs à pieds

Samedi 2 novembre 

9h30 jusqu’à 16h00 : Des ateliers vous seront offerts par plusieurs artistes. À l’horaire vous aurai des ateliers de violon, d’accordéon, de mandoline, d’harmonica, de chant, de danse et bien d’autres.

13h15 à 14h30 : Un café rencontre sera organisé avec nos artistes invités

19h30 : une vrai veillée de danse Trad avec le groupe Racine Carrée et Jean-François Berthiaume au Call

 

Toutes les soirées du festival seront clôturées par une soirée d’improvisation musicale, plus communément appelée un Jam.

Comment se procurer des billets pour le Festival de musique Trad de Val-d’Or

Pour te procurer des billets rends-toi sur leur site web. Le lien ticket accès s’y trouve.

Du Nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or

Du Nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or

Depuis le 21 juin dernier, le Centre d’exposition de Val-d’Or présente quatre nouvelles expositions, soit « Résidence FMR » de Roger Wylde, « (De)construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau, Loriane Thibodeau, Katia Martel et Marc Boutin, « Au-delà de cette construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau et Loriane Thibodeau et « Au crépuscule des idoles » de Katia Martel et Marc Boutin. Ces expositions sont présentés jusqu’au 25 août 2019.

Résidence FMR » de Roger Wylde

oeuvre de Roger Wylde résidence FMR

Extrait de la présentation Me and the Drum/Moi … et le tambour. 2013 © Roger Wylde

Originaire de Pikogan en Abitibi, Roger Wylde a un parcours artistique pluridisciplinaire se décrivant nomade dans l’âme. Qu’il s’agisse des arts visuels, il pratique la peinture et la sculpture sur bois. En métiers d’art, il met en pratique des savoirs essentiels de sa culture Anicinabe soit le tannage ou le travail du cuir dans la confection de vêtements, de raquettes ou de tambours. En arts de la scène, il pratique le théâtre et la musique autochtone. À son actif, il a aussi touché à la pratique cinématographique.

« (De)construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau, Loriane Thibodeau, Katia Martel et Marc Boutin

(De)construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau, Loriane Thibodeau, Katia Martel et Marc Boutin

source | Centre d’exposition de Val-d’Or

(Dé)construction questionne l’état de déstabilisation par l’interrelation des objets. Des installations artistiques réalisées in situ qui s’inscrivent dans une approche de type laboratoire expérimental. Loin de traiter de démolition ou de destruction, ces expositions proposent plutôt l’exploration d’espaces de réflexion. En effet, quand s’applique à ses œuvres, une lecture « déconstructiviste » découlant de la pensée du philosophe Jacques Derrida, des aspects (in)volontairement omis et/ou réprimés d’ordre formel, esthétique et/ou critique ont pour effet de révéler les contradictions et les dilemmes inhérents à la société, notamment à la culture de la surabondance. L’ensemble des réalisations regroupées sous (De)construction incorpore le matériau de l’argile, non pas en tant que matière mythologique liée à l’origine de la forme matérielle du corps, mais plutôt comme une ouverture à la transformation.

« Au-delà de cette construction » de Marie-Claude Drolet, Mathilde Leveau et Loriane Thibodeau

Oeuvre de Marie-Claude Drolet Au-delà de cette construction

Marie-Claude Drolet, L’importance de la ligne d’eau 02, crayons de couleur et crayons feutres sur papier Stonehenge. 57 x 38 cm, 2017. Crédit photo : © Jérôme Kearney

L’accumulation, la surabondance, la fragmentation : chaque processus révèle un sentiment de vulnérabilité. Un dialogue s’établit entre les installations, les sculptures et les dessins des artistes Loriane Thibodeau, Mathilde Leveau et Marie-Claude Drolet. Ce faisant, leurs travaux convient à dépasser l’évidence du bâti pour atteindre les notions de chaos, de précarité et de vide. Au-delà de cette construction trouve son essence dans le faire. Tel un laboratoire expérimental installatif, leurs constructions se développent in situ et sont nourries par le lieu. Plusieurs lectures émanent de ces déstabilisations de forme, de fonction et de sens. La suspension d’un instant fragile contre l’altérabilité de l’existence.

« Au crépuscule des idoles » de Katia Martel et Marc Boutin

« Au crépuscule des idoles » de Katia Martel et Marc Boutin

Au crépuscule des idoles, installation (détail) 2019. Crédit photo : © Marc Boutin

Dans le cadre d’une installation immersive le duo d’artistes élabore une réflexion sur les relations qui s’établissent entre les objets de différentes natures et le rapport de force engendrée par l’accumulation ou la juxtaposition de ceux-ci. Le crépuscule des idoles est un laboratoire de création où bibelots, marteaux et public participent ensemble à une mise en scène-laboratoire; confrontation entre l’utilitaire et le décoratif, le fragile et le robuste, l’instinct et la raison.

Visiter le Centre d’exposition de Val-d’Or

Le Centre d’exposition de Val-d’Or est ouvert du mercredi au vendredi de 13h à 19h et le samedi, dimanche et mardi de 13h à 16h.

L’entrée est gratuite et un montant de 2 $ est demandé pour les visites guidées.

 

Source des textes présentant les expositions | Centre d’exposition de Val-d’Or

Image de couverture | Marie-Claude Drolet, L’importance de la ligne d’eau 02, crayons de couleur et crayons feutres sur papier Stonehenge. 57 x 38 cm, 2017. Crédit photo : © Jérôme Kearney

La St-Jean pour tous à Val-d’Or, un monde de traditions !

La St-Jean pour tous à Val-d’Or, un monde de traditions !

Le 23 juin prochain aura lieu, au Marché public de la Vallée-de-l’Or, la St-Jean pour tous.

Un groupe de citoyens, accompagné des organismes culturels Papachat & filles ainsi que du FRIMAT, se mobilisent afin d’organiser une activité citoyenne et accessible à toutes et tous dans le cadre de la Fête Nationale. « Il s’agit avant tout d’une fête rassembleuse n’ayant pas de visée politique. Nous voulons créer un événement pour exprimer notre histoire, notre culture multiple, et notre sentiment d’appartenance envers notre communauté », souligne Mélissa Drainville, coordonnatrice de l’événement.

Nouveautés 2019

Cette année, le comité organisateur déménage la fête à la Place Agnico Eagle du Marché Public de la Vallée-de-l’Or afin de rassembler les activités et de vous offrir une fête des plus conviviale. Les activités débuteront à 16h30 jusqu’à 22h. En nouveauté aussi cette année, Évasion AT sera des nôtres dès 17h30 pour permettre aux plus grands d’essayer ce jeu d’évasion en famille ou entre amis. Les gens voulaient participer à cette activité peuvent s’inscrire directement auprès d’Évasion AT sur place lors de l’événement ou en envoyant un message privé sur leur page Facebook « ÉvasionAT – Jeu d’évasion portable en Abitibi-Témiscamingue ».

Activités de retour cette année

De 16h à 19h30 les enfants auront accès à des jeux gonflables, du maquillage, de la barbe à papa et plus encore. Une activité créative sera aussi organisée sur place avec les enfants en lien avec la thématique annuelle « Un monde de tradition ». Le Labyrinthe des insectes sera aussi sur place pour permettre à vos enfants de découvrir le monde fascinant des insectes. Différentes animations en lien avec les traditions offriront une belle occasion aux touts petits de découvrir les racines culturelles québécoises.

En parallèle, et pour toute la soirée, de l’animation de rue, des jeux géants et différentes zones détentes seront mis à la disposition de la population. Une station pour vous désaltérer sera aussi présente sur le site.  À 20h vous aurez le plaisir d’assister au spectacle des Frères Greffard qui sauront sans aucun doute mettre de l’ambiance sur le site.

Le comité organisateur invite donc la population à profiter de cette activité festive pour célébrer ensemble le Québec.

En plus de la programmation de la St-Jean au Marché Public de la Vallée-de-l’Or, une activité en milieu rural est aussi organisée le 24 juin à Dubuisson. Les programmations complètes des deux activités seront disponibles au http://stjean.novotic.ca

 

Le comité organisateur remercie ses précieux partenaires : Mouvement national des Québécoises et Québécois, le FRIMAT, Papa chat &Filles, la Ville de Val-d’Or,  le Prospecteur, le Bar à poutines chez Morasse, Joubec, Novotic, Pirouette et Girouette, Zale Studio, Planchers Boucher et fils, Ludique et compagnie et la MRC de La Vallée-de-l’Or.

Programmation 2019 Fête nationale du Québec à Valdor
À Faire à Val-d’Or et en Abitibi-Témiscamingue les 8 et 9 juin 2019

À Faire à Val-d’Or et en Abitibi-Témiscamingue les 8 et 9 juin 2019

La fin de semaine du 8 et 9 juin 2019 sera très occupée à Val-d’Or. De nombreux événements auront lieu et c’est pourquoi nous avons décidé de faire une liste de toutes les activités à faire pendant cette période à Val-d’Or. Que tu habites à Val-d’Or ou que tu sois de passage, que tu sois en famille, en couple, entre amis ou en solitaire, que tu sois très jeune, jeune ou moins jeune; c’est sûr, tu trouveras ton bonheur quelque part dans ces suggestions!

Activités à faire à Val-d’Or les 8 et 9 juin 2019

Le Festival de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue

La 16e édition du Festival de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue aura lieu du 4 au 9 juin 2019 et portera le thème « De l’Acadie à l’Abitibi ». Les festivaliers pourront se régaler de contes et des délicieux plats du talentueux chef Yves Moreau de l’Hôtel & Suites Forestel le samedi 8 juin. Le dimanche 9 juin est réservé au Marathon du conte au cours duquel 16 conteurs se relaient pendant quatre heures pendant que les festivaliers se régalent d’un brunch. La programmation complète est disponible sur le site web du festival.

Festival de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue à Val d'Or

Photo | André Lemelin

Le conteur et auteur valdorien Daniel Saint-Germain.

Le Spectacle aérien Val-d’Or

Le spectacle aérien se tiendra à l’aéroport de Val-d’Or pendant lequel plusieurs acrobates aériens en mettront plein la vue aux spectateurs, dont les Snowbirds, les Skyhaws ainsi que les F-18. De plus, les acrobates civils tels que les Fighterjets avec un Mig17, Canadian Harvard Aérobatic Team, YakAttack et Martin Hivon ainsi que Pete McLeod qui en mettront plein la vue aux spectateurs avec leurs prouesses plus dangereuses les unes que les autres. Toute la famille pourra aussi se divertir entre autre avec les jeux gonflables, les kiosques reliés à l’aviation ainsi que de la restauration.

Les portes ouvriront à 10h et le spectacle débutera à midi et se terminera à 16h30. Les billets sont en vente en ligne.

Spectacle aérien Val-d'Or snowbirds

À chaque édition du Spectacle aérien Val-d’Or, les pilottes nous en mettent plein la vue avec des acrobaties aériennes extraordinaires!

Donation d’opinions

La Ville de Val-d’Or organise le 8 juin une consultation festive afin de prendre l’opinion de tous au sujet du parc Bérard. Son objectif est de redéfinir l’utilité, les fonctions et l’aménagement de cet espace. Une médiatrice culturelle sera sur place pour animer l’activité, gratuite et ouverte à tous.

La Fête de la pêche

La Fête de la pêche est une célébration ayant lieu partout au Québec. À Val-d’Or, l’Association chasse et pêche de Val-d’Or te convie au lac des Sœurs pour l’occasion. Dans une ambiance familiale, les petits seront initiés à ce sport à travers la pêche à la truite arc-en-ciel dans le Lac des Sœur, ensemencée pour l’occasion. On y remet gratuitement aussi aux jeunes de 6 à 17 ans le Certificat de pêche en herbe de la Fondation de la faune du Québec et du Ministère de la faune qui participent aux divers ateliers de pêche.

De plus, c’est l’occasion de pêcher sur tous les lacs du Québec sans avoir besoin d’un permis de pêche. Si tu n’as pas de permis de pêche, ça se pourrait que tu n’aies pas non plus de chaloupe, de canne à pêche ou même d’amis pêcheurs qui peuvent t’emmener à la pêche ou te prêter de l’équipement. La Réserve faunique la Vérendrye offre des forfaits dans ce genre. Tu peux trouver le détail de ceux-ci sur leur site web.

Fête de la pêche programmation

Pour la Fête de la pêche, l’Association de chasse et pêche de Val-d’Or ensemence le lac des Soeurs de truites arc-en-ciel.

La Contemporaine, Conjonction : couleur et résonance II et Le Ty-Rap à la manière d’un meccano

C’est ta dernière chance de voir les expositions « La Contemporaine », « Conjonction : couleur et résonance II » et « Le Ty-Rap à la manière d’un meccano » au Centre d’exposition de Val-d’Or. Trois expositions où les couleurs et les textures se mélangent. De plus, « Le Ty-Rap à la manière d’un meccano » est une exposition présentée dans le cadre du programme « À Hauteur d’enfants » qui a pour but de rendre accessible aux enfants de 2 à 6 ans l’art. Ceux-ci peuvent d’ailleurs participer à la création d’une œuvre collective après leur visite de l’exposition.

Exposition Elisabeth Picard Conjonction: couleur et résonance III au Centre d'exposition de Val-d'Or

Rainbow mountains, 2015, détail, crédit photo ©Jean-Michael Seminaro

“J’ai toujours adoré les expositions du Centre d’expositions de Val-d’Or, mais celles-ci valent vraiment, extrêmement et à la folie le détour!”

– Kristel, responsable marketing et communications pour Tourisme Val-d’Or

Les ventes de garage

C’est un fait : les ventes de garage pullulent à Val-d’Or lors des fins de semaine du mois de juin. Savais-tu que tu peux retrouver la liste de celles-ci sur le site internet de la Ville de Val-d’Or? Tu peux aussi venir nous voir au bureau d’information touristique pour qu’on te remette cette liste ainsi qu’une carte de la ville afin que tu puisses t’orienter.

Activités à faire ailleurs en Abitibi-Témiscamingue les 8 et 9 juin 2019

Pow Wow de Pikogan

Le Pow Wow Abitibiwinni à Pikogan est l’occasion parfaite pour se familiariser avec la culture autochtone, admirer des danses traditionnelles, écouter les chants traditionnels et le son des tambours. Tu peux aussi y déguster des mets traditionnels, écouter des contes et assister à des courses de canot et des compétitions de portage.

Le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue

Situé à Malartic, le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue présente une exposition permanente sur la géologie et les projets miniers de la région. D’ailleurs, le musée a inauguré l’été dernier une toute nouvelle exposition sur le cycle minier et un carré sable super technologique, interactif et éducatif. Divers jeux interactifs, un simulateur de tremblement de terre, une collection internationale de minéraux, une carte minière virtuelle et un théâtre d’ombres complètent cette exposition s’adressant à toute la famille.

De plus, le Musée minéralogique présente une toute nouvelle exposition temporaire qui a été conçue par la Chambre de commerce de Val-d’Or : « Ici et plus loin encore ». Cette exposition montre les entreprises d’ici qui ont réussi de par leur vision, leur dynamisme, leur sens de l’innovation et leur expertise a s’exporter à travers le monde.

Musée minéralogique abitibi temiscamingue exposition cycle minier malartic

L’été dernier, le Musée minéralogique présentait une nouvelle exposition permanente sur le cycle minier. À voir absolument!

Festival équestre de La Sarre

Le Rodéo et Festival équestre de La Sarre propose de te plonger dans le monde des cowboys le temps d’une fin de semaine. Tu ne pourras malheureusement pas assister au rodéo professionnel le vendredi et le samedi parce que tous les billets sont vendus – tu t’y prendras plus tôt l’année prochaine, j’ai confiance- mais tu peux assister à toutes les autres activités et spectacles. Ces activités et ces spectacles sont très cools aussi. On parle ici de danse en ligne, de taureau mécanique, de jeux gonflables, de mini-ferme ainsi que de Wilfred Le Bouthillier, Andrée Waters, Ima, de Dany Pouliot et de The Cajuns qui viennent chanter. Tu peux trouver la programmation complète sur le site web du festival.

10 Livres qui racontent l’Abitibi-Témiscamingue

10 Livres qui racontent l’Abitibi-Témiscamingue

Je te propose 10 livres qui font le récit de Val-d’Or, de l’Abitibi-Témiscamingue et des gens qui ont vécu ce territoire, que ce soit de façon temporaire ou permanente. Des histoires qui ont eu lieu dans le début de la colonisation et d’autres qui prennent place dans notre époque; des contes folkloriques aux limites du fantastique et des récits inspirés de faits réels; de grandes aventures et de grands personnages pour le plus grand bonheur des lecteurs!

1. Sept jours dans la vie de Stanley Siscoe de Daniel Saint-Germain

1. Sept jours dans la vie de Stanley Siscoe de Daniel Saint-Germain

On a demandé à la présidente du Festival de contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue, Nicole Garceau, quel était son coup de cœur au niveau des livres racontant l’histoire sur Val-d’Or. Elle te suggère « Sept jours dans la vie de Stanley Siscoe » qui raconte les derniers jours de Stanley Siscoe. D’origine polonaise, Siscoe est le prospecteur qui a découvert une importante veine d’or qui a permis l’ouverture de la Siscoe Gold Mine. Le 19 mars 1935, l’avion qu’avait pris Siscoe pour revenir d’un voyage d’affaires a dû atterrir d’urgence sur le lac Matchi-Manitou à cause d’une tempête de neige. Après plusieurs jours à tenter de survivre, celui-ci est décédé. On a retrouvé son corps gelé sur le lac, gisant au milieu de billets d’argent.

2. Pardon My Parka de Joan Walker

2.Pardon My Parka de Joan Walker

Publié en 1954 et ayant comme trame de fond la même époque, ce livre est un réel voyage dans le temps! D’ailleurs, certains lecteurs plus féministes et intolérants au racisme pourraient parfois avoir quelques chocs lors de leur lecture. « Pardon My Parka » raconte l’histoire d’une femme britannique nouvellement mariée avec un Canadien qui vient s’établir à Val-d’Or puisque ce dernier s’y est trouvé un travail. Comme elle est une femme mondaine et très peu habituée à la vie de femme mariée – la pauvre ne sait même pas faire bouillir de l’eau! -, l’adaptation à son nouveau mode de vie et à la vie dans une ville minière au milieu de la nature sauvage sera difficile. « Pardon My Parka » est un livre écrit avec humour et finesse.

Ç’est arrivé à Val-d’Or, recueil collectif de nouvelles

3.Ç’est arrivé à Val-d’Or, recueil collectif de nouvelles

« C’est arrivé à Val-d’Or » est un recueil de dix nouvelles écrites par dix auteurs valdoriens. Parfois, l’histoire prend place dans les jeunes années de Val-d’Or, parfois dans une époque plus moderne. Bien que l’histoire de Val-d’Or soit rarement la trame principale des nouvelles, les détails sur ses lieux et son identité culturelle en font une très belle présentation. Malgré la différence des thèmes exploités, des styles d’écriture et des trames de fond, les dix nouvelles ont quelque chose en commun : le désir des auteurs de te présenter une parcelle de cette ville haute en couleur et leur amour pour celle-ci.

Spirit Lake de Sylvie Brien

4. Spirit Lake de Sylvie Brien

L’histoire racontée dans « Spirit Lake » est celle d’un jeune garçon de 14 ans, Peter Gaganovitch, qui vient de quitter son Autriche-Hongrie natale avec son frère et sa grand-mère pour fuir la guerre. Alors qu’ils débarquent tout juste à Montréal, ils sont emmenés à Spirit Lake – à Trécesson, près d’Amos- l’un des plus importants camps de prisonniers érigés par le Canada pendant la Première Guerre mondiale. En lisant ce livre, tu auras droit à de l’histoire, une légende autochtone et une belle leçon de vie sur le bonheur.

À l’ombre de la mine de France Lorrain

5. À l’ombre de la mine de France Lorrain

Présenté en deux tomes, « À l’ombre de la mine » prend place dans le Village minier de Bourlamaque dans les années 1940. On y raconte l’histoire de Jeanne et Kristoff Rudenko, deux jeunes mariés originaires d’Ukraine qui tentent de trouver le bonheur. Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est qu’on y parle non seulement de la vie au Village minier de Bourlamaque dans les années 1940, mais aussi de la vie des colons et immigrants à cette époque en Abitibi-Témiscamingue en plus du camp de détention Spirit Lake. Suspense, romance et histoire s’entrelacent pour un coup de cœur assuré!

Contes, légendes et récits de l’Abitibi-Témiscamingue de Denis Cloutier

6. Contes, légendes et récits de l’Abitibi-Témiscamingue de Denis Cloutier

« Contes, légendes et récits de l’Abitibi-Témiscamingue » est un recueil de textes écrits par une quarantaine d’auteurs qui ont été marqués par le territoire. Dans une première partie, on y retrouve le texte « Où l’orignal broute les nymphéas » de Deny Chabot, un as de l’histoire du territoire – il a d’ailleurs écrit deux magnifiques livres sur l’histoire de Val-d’Or. Puis, en deuxième partie tu pourras te délecter de contes, mythes et légendes ayant eu lieu en Abitibi-Témiscamingue dans des mondes parfois réels et parfois inventés et folklorisés.

117 Nord de Virginie Blanchette-Doucet

7. 117 Nord de Virginie Blanchette-Doucet

La jeune auteure Virginie Blanchette-Doucet a choisi d’élaborer son histoire dans un pan de l’histoire beaucoup plus récente; le déménagement d’un quartier complet à Malartic pour permettre l’ouverture d’une mine d’or. « 117 Nord » raconte le récit de Maude, une ébéniste originaire de Val-d’Or habitant à Montréal et qui devra accumuler les allers-retours Montréal-Val-d’Or suite à l’annonce de l’ouverture de la mine. C’est un roman tout en émotions et tout en subtilité que tu as ici!

Racontages du Témis de Fernand Bellehumeur

8. Racontages du Témis de Fernand Bellehumeur

Dans « Racontages du Témis », l’auteur Fernand Bellehumeur propose un recueil de contes du Témiscamingue qu’on lui racontait lorsqu’il était enfant. On ressent dans les textes que l’auteur est un conteur né: fioritures, fabulations et exagérations colorent chaque histoire. On y découvre le Témiscamingue dans les années 1940 ainsi que des personnages pittoresques, des événements troublants qui ont marqué l’imaginaire collectif. À quel point la vérité est-elle présente dans ce recueil? Ceci reste un mystère…

Jeanne sur les routes de Jocelyne Saucier

9. Jeanne sur les routes de Jocelyne Saucier

Dans « Jeanne sur les routes », Jocelyne Saucier ficelle une histoire entre la marxiste Jeanne Corbin et un journaliste. Leur rencontre et la façon dont celle-ci changera la vie du journaliste ont lieu à Rouyn-Noranda dans les années 1930. À cette époque, les Russes, Finlandais, Ukrainiens, Chinois et Juifs y étaient nombreux à avoir choisi cette ville comme foyer. Un foyer aux couleurs marxistes où l’importante population ouvrière se battait pour des jours meilleurs.

Des Îles-de-la-Madeleine à l’Île Nepawa de Céline Lafrance et Sylvio Bénard

10. Des Îles-de-la-Madeleine à l’Île Nepawa de Céline Lafrance et Sylvio Bénard

Dans « Des Îles-de-la-Madeleine à l’Île Nepawa », Céline Lafrance et Sylvio Bénard racontent une histoire peu connue de l’Abitibi-Témiscamingue : l’émigration de 27 familles madeliniennes à l’Île Nepawa en 1941 et 1942. Ayant accepté l’offre du ministère de la Colonisation du Québec, les 30 personnages présentés dans le livre traversent le Québec d’est en ouest pour coloniser de nouvelles terres. À travers les pages de ce roman, tu découvriras la résilience et le courage dont ont du faire preuve ces Madelinots.

Des livres dont l’histoire se passe à Val-d’Or ou ailleurs en Abitibi-Témiscamingue, il y en a une tonne! J’espère que cette petite liste te donnera le coup de découvrir l’histoire et les personnages qui ont coloré le territoire et qui ont façonné notre identité culturelle. Bonne lecture!

 

Photo de couverture | Alice Hampson sur Unsplash

10 livres qui racontent l'Abitibi-Témiscamingue
10 artistes de l’Abitibi-Témiscamingue à ajouter dans ta playlist

10 artistes de l’Abitibi-Témiscamingue à ajouter dans ta playlist

Partout au Québec, on retrouve des chanteurs, des chanteuses et des groupes de musiques plus exceptionnels les uns que les autres. Ici, en Abitibi-Témiscamingue, on a la chance d’avoir certains des plus talentueux! Peut-importe le style de musique que tu préfères, tu trouveras définitivement quelque chose à ton goût parmi le grand répertoire de la musique témiscabitibienne. Puisqu’il se fait de la si belle musique par chez nous, on avait envie de te faire découvrir (ou redécouvrir) quelques artistes de la région. La liste aurait pu être bien plus longue, mais voici 10 artistes originaires de l’Abitibi-Témiscamingue à ajouter dans ta playlist.

Zach Zoya

Originaire de Rouyn-Noranda, Zach Zoya est un rappeur maintenant établit à Montréal. À l’âge de seulement 21 ans, certains le surnomment déjà le « Drake du Québec ». L’an dernier, tu l’as peut-être vu performer à Val-d’Or et à Rouyn-Noranda à l’occasion du FRIMAT et du FME. Se démarquant de plus en plus au niveau provincial, le jeune artiste a présentement plusieurs chansons à son actif, dont un mini-album avec le rappeur High Klassified. Sur YouTube et sur Spotify, ses morceaux ont des centaines de milliers d’écoutes.

Ma suggestion de chanson à écouter : Who Dat

Lubik

Composé d’Alexandre Picard, Jean-Sébastien Trudel, Christian Frenette, et Michael Neault, le groupe de musique Lubik a vu le jour en 2010. Tu as peut-être vu ce band de rock en spectacle au courant des dernières années, par exemple au festival Osisko en Lumières en 2016 ou au FRIMAT en 2017. Lubik s’est aussi fait connaître au niveau provincial : on peut penser à leur passage à l’émission Belle et Bum, ou encore aux trois prix qu’ils ont reçu en 2014 au Festival Dédé Fortin. Originaires de La Sarre, les quatre membres du groupe n’ont pas peur de montrer leur fierté abitibienne, ce que tu peux constater dans leur morceau intitulé Abitibi Power.

Ma suggestion de chanson à écouter : Laisse-toé aller

Vertige

Vertige, c’est un groupe de musique de style reggae, pop et alternatif composé de quatre membres. Originaires de Rouyn-Noranda, Marc-Olivier Gratton, Guillaume Laroche, Olivier Migneault et Shawnee Jacques-Godard ont fondé leur groupe il y a environ cinq ans. Très dynamiques lors de leurs performances sur scènes, les quatre gars aiment bien faire bouger leur public pendant leurs spectacles. Ayant participé au FRIMAT en 2017, leur dernier album Renaître est sorti en mars 2019.

Ma suggestion de chanson à écouter : Jeunes et cons

Saratoga

Fondé en 2015, le duo Saratoga est formé de la valdorienne Chantal Archambault et de son complice Michel-Olivier Gasse. Ayant débuté sa carrière en solo quelques années auparavant, Chantal Archambault est une auteure, compositrice et interprète qui a été nominée à l’ADISQ en 2011. Aujourd’hui, elle se consacre complètement à Saratoga, un duo de style folk qui compte à son actif un EP ainsi qu’un album complet.

Ma suggestion de chanson à écouter : On est pas du monde

Nanochrome

Grand gagnant du FRIMAT en 2014, le groupe Nanochrome est composé de cinq membres : Alex Poirier-Lemoine, Gabriel Poirier-Lemoine, François Lachapelle, Fred Plante et Michaël Neault. Leur album L’exutoire est sorti en 2015 et depuis, le groupe originaire de Val-d’Or s’est produit dans de nombreux festivals de la région, comme le festival Osisko en Lumières en 2016. Avec sa musique de style indie rock, le groupe a même eu la chance de performer à Montréal pour une première fois en 2017

Ma suggestion de chanson à écouter : Entre-temps

Phil Moreau

Phil Moreau est un Rouynorandien auteur-compositeur-interprète. Sa carrière a débuté aux alentours de 2010, année où il a pu se faire connaître en enregistrant son premier « démo ». Il a ensuite participé à plusieurs festivals, dont le FRIMAT, où il a remporté le prix Télé-Québec pour la qualité de ses textes en 2011 et où il a également performé en 2018. En 2017, il a sorti le mini album Gros temps, sur lequel figurent cinq chansons de style folk rock.

Ma suggestion de chanson à écouter : La mauvaise herbe ne meurt jamais

Laurence Doire

Âgée de seulement 20 ans, Laurence Doire est une chanteuse country originaire de Beaucanton. Aujourd’hui établie à Montréal, la jeune femme a lancé son premier album Soirée du Nord en octobre 2018, sur lequel on retrouve six chansons en français. Depuis 2015, elle performe avec le Laurence Doire country band, un groupe composé de cinq musiciens dont elle est la chanteuse principale. Elle se produit maintenant dans de nombreuses soirées et événements.

Ma suggestion de chanson à écouter : Ek’ mon skidoo

Cleõphüzz

Originaire de Ville-Marie au Témiscamingue, Cleõphüzz est un band de rock psychédélique dont la musique est inspirée par la thématique du désert. Formé d’Alex Sabourin, Joseph Grenier, Joé Poitras, Xavier Nadeau Ouellet et Caroline Rondeau, le groupe s’est produit l’an dernier au FRIMAT, puis a sorti un EP intitulé Wizard of Phuzz en 2018. Le 20 mars dernier, leur nouveau titre Desperados est paru sur Spotify.

Ma suggestion de chanson à écouter : Sandstorm

Adam Brousseau

Adam Brousseau est un jeune musicien originaire de La Sarre, aujourd’hui établi à Drummondville. Âgé de seulement 18 ans, il a sorti son premier album intitulé Paradox en 2018. Il a participé au FRIMAT l’an dernier en tant que première partie du groupe Dead Obies, et tout semble indiquer un bel avenir musical devant lui. Auteur-compositeur-interprète et guitariste, sa musique peut être décrite comme étant de style rock progressif et psychédélique.

Ma suggestion de chanson à écouter : Incognito

Louis-Philippe Gingras

Louis-Philippe Gingras est un artiste originaire de Rouyn-Noranda, aujourd’hui établi à Montréal, dont le talent l’a amené à se produire un peu partout au Québec. Après des études universitaires en jazz, il a fait paraître deux albums complets en 2013 et en 2016, en plus de plusieurs autres morceaux. Ses chansons, parfois mélodieuses, parfois entraînantes, sont souvent teintées d’humour, tout en étant poétiques.

Ma suggestion de chanson à écouter : Parc à chiens

Photo de couverture

Le groupe Nanochrome au FRIMAT en 2014, photo de Marie-Claude Robert

 

Sources

Spotify

La fabrique culturelle

Bandcamp

FRIMAT

FME

Laurence Doire Country Band (site officiel)

Saratoga (site officiel)

Louis-Philippe Gingras (site officiel)

10 artistes de l'Abitibi-Témiscamingue à ajouter dans ta playlist
Expositions présentées au Centre d’exposition de Val-d’Or du 27 avril au 9 juin 2019

Expositions présentées au Centre d’exposition de Val-d’Or du 27 avril au 9 juin 2019

Du 27 avril au 9 juin 2019, le Centre d’exposition de Val-d’Or accueillera les artistes Dany Massicotte et Elizabeth Picard. Le vernissage aura lieu le samedi 27 avril de 15h à 17h pendant lequel tous sont invités à participer à la création d’une œuvre collective qui se complétera jusqu’au 9 juin.

Exposition « La Contemporaire » de Dany Massicotte

Exposition La Contemporaire de Dany Massicotte au Centre d'exposition de Valdor

Impression au jet d’encre, monté sur Diabond, 85 x 120 cm, Dimensions : 200 x 300 x 400 cm ©D. Massicotte

L’artiste multidisciplinaire Dany Massicotte proposera l’exposition « La Contemporaire » dans laquelle il joint l’art de la photographie, la vidéo et le son. Alors qu’une vidéo est juxtaposée à une photographie prise du même point de vue que la vidéo, une ambiance sonore vient assembler toutes les pièces et créer un tout. Le Centre d’exposition de Val-d’Or présentera quatre de ces œuvres qui savent sans aucun doute dérouter le spectateur.

Exposition « Conjonction : couleur et résonance III » de Elisabeth Picard

Exposition Elisabeth Picard Conjonction: couleur et résonance III au Centre d'exposition de Val-d'Or

Rainbow mountains, 2015, détail, crédit photo ©Jean-Michael Seminaro

Le Centre d’exposition présente aussi « Conjonction : couleur et résonance III » d’Elisabeth Picard. Cette artiste propose une réflexion sur le développement des organismes des mondes végétal, minéral et cellulaire. En utilisant différentes pratiques traditionnelles comme le nouage, la vannerie et le tapis au point noué elle représente l’évolution, le déploiement et la propagation de ces organismes. La matière et l’éclairage utilisés forment alors une image abstraite de la nature et de paysages architecturaux.

« Le Ty-Rap à la manière d’un meccano » avec « À hauteur d’enfants »

À Hauteur d'enfants programmation artistique pour les enfants au Centre d'exposition de Val d'Or

Esquisse, 2018 © E. Picard

Dans le cadre de sa troisième édition d’« À hauteur d’enfants », le Centre d’exposition présente « Le Ty-Rap à la manière d’un meccano ». « À hauteur d’enfants » est un programme conçu pour rendre accessible aux enfants de 2 à 6 ans l’art. Ainsi, les expositions sont pensées et installées afin d’être accessibles visuellement et par le toucher pour des enfants. En plus de pouvoir s’émerveiller des couleurs vives des œuvres de l’artiste Elisabeth Picard avec « Conjonction : couleur et résonance III », les enfants pourront participer à une création collective imaginée par Mme Picard. Avec « Le Ty-Rap à la manière d’un meccano » les enfants joindront à la créativité la réutilisation et récupération de matière afin de réaliser de petites sculptures qu’ils feront grâce aux techniques d’assemblage et de vannerie.

Du Nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or – L’Art face au corps

Du Nouveau au Centre d’exposition de Val-d’Or – L’Art face au corps

Le Centre d’exposition de Val-d’Or présente, du 15 février au 14 avril 2019, l’exposition collective L’Art face au corps. Le vernissage en présence des artistes et de la commissaire Audrée Juteau aura lieu le vendredi 15 février de 17 h à 19 h. Chorégraphe de profession, Audrée Juteau y présentera également une performance. Entrée libre.

Bien que l’on confère historiquement à la médecine occidentale une connaissance objective du corps, ses images médicales et les diagnostics qui en résultent émergent malgré tout d’un contexte social régi par ses normes et ses discours spécifiques, lesquels se transforment à travers le temps. Des catégories médicales ne cessent d’apparaître et de disparaître et ce n’est pas toujours une résultante de l’évolution de la science, mais d’un contexte social changeant. Par exemple, l’homosexualité et l’hystérie ont disparu en tant que catégories médicales alors que les symptômes prémenstruels et l’hyperactivité constituent de nouvelles catégories portant à discussion. L’exposition « L’Art face au corps » réunit les artistes Montserrat Duran Muntadas, Etienne Saint-Amant, Claude-Olivier Guay, Katia Martel et Marc Boutin, qui abordent de façon organique la représentation du corps sous l’angle de sa transformation, de son esthétisation, et de son pouvoir critique des normes de la société, reconnaissant l’indéterminé et l’impossibilité de figer le corps dans une identité donnée.

Montserrat Duran Muntadas transforme un diagnostic médical en discours poétique et critique en créant des corps en mutation alliant le verre et le tissu rembourré; deux matériaux qui se métamorphosent entre eux à travers un jeu de transparence. Etienne Saint-Amant change le discours médical en discours esthétique en créant des œuvres à partir d’IRM de cerveaux qu’il transforme à partir de manipulations scientifiques et esthétiques. Katia Martel et Marc Boutin transforment une intervention médicale en discours esthétique qui vient bousculer le rôle traditionnel de parure associé au bijou. Leur recherche formelle et conceptuelle en bijou contemporain jumelée à une documentation photographique est inspirée de la cohabitation involontaire entre corps et anomalies cellulaires. Claude-Olivier Guay, d’inspiration plus philosophique, nous propose une série de sculptures en fil d’acier aux identités multiples. Passant de référents anatomiques humains à des référents animaux ses œuvres évoquent une identité en constante transition et transformation. Cette transformation est ensuite dépliée à travers des animations vidéo. Inspirée par les œuvres des artistes réuni-es, Audrée Juteau proposera une courte performance portant sur l’aspect transformationnel du corps face à son environnement.

Informations biographiques

Commissaire | Audrée Juteau

Audrée Juteau est une artiste basée à Rouyn-Noranda. Elle collabore à plusieurs projets comme danseuse en plus d’initier ses propres projets comme chorégraphe. Fascinée par le flux créatif résultant de la rencontre, elle réalise ses premières créations avec le groupe The Choreographers. Intéressée par la question de l’altérité et du sens dans un rapport égalitaire aux êtres et aux objets, son travail chorégraphique cherche à célébrer une certaine indissociabilité de l’être à son environnement. Altération des sens, décentralisation de la volonté, affect, perte de soi sont quelques thématiques qu’aborde Audrée Juteau. Ses pièces Poisson (2013) et Sam affecte (2015) mettaient en scène un chien (Sam) et s’inspiraient de sa qualité de présence et de ses manières non-humaines d’habiter l’espace chorégraphique. Avec sa nouvelle création Les Strange strangers (2017, créé en résidence au Studio 303 et son partenaire Vermont Performance Lab), elle poursuit cette exploration chorégraphique en considérant les objets inanimés comme étant pourvus de ce même pouvoir d’affecter. Son travail a été présenté dans de nombreux lieux de diffusion dont Studio 303, Tangente, Offta (Montréal), Mains d’œuvres (Paris), ainsi qu’à Oslo et à New York. Titulaire d’une maîtrise en danse de l’UQAM, Audrée fut également récipiendaire de la bourse Danceweb 2010 Impulstanz en Autriche, octroyée par Jardin d’Europe, ainsi que du prix chorégraphique David Kilburn (2016).

Artiste | Montserrat Duran

Muntadas D’origine catalane et installée à Montréal, Montserrat Duran Muntadas est diplômée de la faculté des Beaux-Arts de Barcelone et de l’Escuela del vidrio à la Real Fabrica de Cristales de la Granja. Elle participe au fil des ans à plus de trente expositions collectives sur la scène internationale et reçoit de nombreuses distinctions au Canada et en Espagne. Exposées au Canada, aux États-Unis et en Europe, les œuvres de Montserrat Duran Muntadas sont empreintes de fragilité, tant dans les thèmes qu’elles abordent que dans leur composition. L’artiste y fait dialoguer le verre avec d’autres composés comme le papier et le tissu et s’inspire de ses expériences personnelles pour aborder des thématiques communes.

Artiste | Etienne Saint-Amant

Etienne Saint-Amant est maître en sciences et artiste professionnel en arts technologiques. Spécialisé dans la conception d’œuvres de grand format conçues et décrites dans un langage mathématique, il est aussi conférencier et pionnier dans ce domaine. Il est l’auteur de formules et d’équations qui se traduisent en divers outils de composition artistique. Il se dévoue à la recherche conceptuelle et à la création d’œuvres d’art contemporaines. On retrouve son travail dans plusieurs collections publiques, institutionnelles et privées. Il est l’artiste principal de plusieurs projets d’intégration à l’architecture ; un domaine d’expertise qu’il affectionne particulièrement. Etienne Saint-Amant est un artiste originaire de Sherbrooke et son atelier de création est actuellement à Orford, dans les Cantons-de-l’Est. Ses ateliers de production sont à Sherbrooke et à Montréal.

Artiste | Claude-Olivier Guay

Claude-Olivier Guay s’intéresse aux modalités de l’identité de l’humain dans le cadre d’un processus de transformation. Il se consacre, par le truchement de la vidéo et de la sculpture, à donner forme à une identité de matière unissant par reconfiguration des référents anatomiques humains et des référents animaux. Son travail s’ancre dans la durée et n’est pas étranger à celui de l’artisan où s’accumule en un dessin dans l’espace la somme des formes et mécanismes nécessaires à la formation d’artéfacts; témoins inertes d’un cycle supérieur à la somme de ses parties. Récipiendaire de nombreuses bourses, Claude-Olivier Guay est aussi titulaire d’un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Originaire de La Sarre, Il vit présentement à Québec.

Artistes | Katia Martel et Marc Boutin

Le duo formé de Marc Boutin et de Katia Martel compte cinq expositions en duo ainsi qu’une quinzaine d’années de pratique artistique professionnelle respectives. Leurs travaux ont étés diffusés lors de nombreuses expositions et événements au Québec et à l’étranger. Marc Boutin a fait ses études à l’Université Concordia en cinéma d’animation et en sculpture. Il est diplômé en cinéma au Cégep Montmorency et détient une attestation d’études en dessin animé. Artiste sculpteur et vidéaste, ses œuvres ont été présentées lors d’expositions collectives au Québec. Il a réalisé 13 courts-métrages et a effectué une résidence à la Bande Vidéo de Québec en 2004. Diplômée de l’École de joaillerie de Québec en 2004, Katia Martel présente en 2010 sa première exposition individuelle en bijou contemporain; le projet Culte hybride au Centre d’exposition de Val d’Or (2011). Depuis, plusieurs exposition solo et collectives présentent son travail en bijou contemporain au Québec, au Canada et à l’étranger. En parallèle Katia développe une pratique en art performatif ainsi que différents projets d’innovation comme le bijou ready made ainsi que des projets interdisciplinaires jumelant vidéo, installation et bijou.

Source | Centre d’exposition de Val-d’Or

Image de couverture | Etienne Saint-Amant

De nouvelles expositions au Centre d’exposition de Val-d’Or

De nouvelles expositions au Centre d’exposition de Val-d’Or

Jusqu’au 27 janvier 2019, le Centre d’exposition de Val-d’Or présente Fragments de mémoire de Francyne Plante et Matrices… d’elles-mêmes de Yolaine Lefebvre.

Fragments de mémoire

fragment-memoire_FrancynePlante

Fragment de mémoires de Francyne Plante

Le Centre d’exposition de Val-d’Or propose Fragment de mémoire, une installation de Francyne Plante, du 7 décembre au 27 janvier 2019. Le vernissage aura lieu le vendredi 7 décembre de 17 h à 19 h en présence de l’artiste.

Origines, cultures anciennes, mémoires fascinent Francyne Plante d’où sa réflexion aux héritages génétiques et cellulaires. Pour elle, la peinture et la sculpture sont une forme de dire. La ligne, dans son oeuvre, trace ce lien épigénétique, cette mémoire cellulaire au quotidien. L’exposition Fragments de mémoire relate cette histoire.

L’artiste crée des empâtements avec des médiums qui ont du vécu tels : la poussière résiduelle de ses sculptures de pierre millénaire porteuses d’histoires, textiles déjà portés, encaustique, coton de tissage au temps où elle était tisserande, résidus de charpie d’atelier, graminées de son jardin, qui telles des couches de vie soudées les unes aux autres, superposent, cachent, dévoilent, dissimulent, exposent les blessures, les mémoires morcelées et nouées. Tout est interrelié et ce, jusqu’au plus petit pixel.

L’artiste Francyne Plante propose par cette installation, qui se compose en plusieurs tableaux de vie, de parler du regard qu’elle porte sur cette préoccupation telle une impression de réseaux neuronaux qui témoignent métaphoriquement de l’espace relationnel que l’on habite et qui nous habite par cet enchevêtrement de fils rappelant la complexité des relations.

Matrices…d’elles-mêmes!

exposition Matrices...d'elles-mêmes Yolaine Lefevbre

Yolaine Lefebvre, 2018, AMF

Le Centre d’exposition de Val-d’Or propose Matrices…d’elles-mêmes, une exposition collective de l’Atelier les mille feuilles, centre d’art imprimé sous le commissariat Yolaine Lefebvre, du 7 décembre 2018 au 27 janvier 2019. Le vernissage aura lieu le vendredi 7 décembre de 17h à 19h.

Sous le commissariat de Madame Yolaine Lefebvre, douze graveurs de l’Atelier les Mille Feuilles ont voulu décloisonner l’art imprimé et innover leur approche par la multidisciplinarité. Depuis plus de 400 ans, les matrices servent à imprimer.

Le projet Matrices…d’elles-mêmes altère cette tradition et présente des matrices, détournées de leur rôle de génitrice, mettant de l’avant leur processus de création. En collaboration avec le Théâtre du Tandem, les graveurs s’inspirent du texte Habiter les terres de Marcelle Dubois et de sa mise en scène, pour faire de leur aventure en terrain théâtral, une manière « d’habiter le territoire ». Une nouvelle discipline naît avec ces matrices, sans autre but que d’exister par elles-mêmes.

Les artistes participant-es : Christiane Baillargeon, Louis Brien, Céline J. Dallaire, Brigitte Gagnon, Violaine Lafortune, Yolaine Lefebvre, Lee Lovsin, Armande Ouellet, Roger Pèlerin, Micheline Plante, Joanne Poitras, Isabelle Roby.

Une visite guidée de l’exposition par la commissaire, madame Yolaine Lefebvre, se déroulera le dimanche 27 janvier 2019 à 13h. Entrée libre.

Source

Carmelle Adam, directrice du Centre d’exposition

Une deuxième édition pour les Rendez-vous de la photographie de Val-d’Or – VD’CLIC

Une deuxième édition pour les Rendez-vous de la photographie de Val-d’Or – VD’CLIC

Pour une seconde année, la Ville de Val-d’Or, le Centre d’exposition de Val-d’Or, la Chambre de commerce de Val-d’Or et Tourisme Val-d’Or s’allient afin d’offrir une programmation riche dans le cadre des Rendez-vous de la photographie de Val-d’Or – VD’CLIC. Cette deuxième édition de VD’CLIC propose à travers le regard des photographes, des entreprises et des citoyens de Val-d’Or la découverte d’une multitude d’horizons, tant naturels qu’urbains, de territoires d’ici et d’ailleurs.

Tout le mois de novembre, les gens pourront admirer de nombreuses expositions photographiques gratuitement dans 8 lieux différents de Val-d’Or. De plus, Tourisme Val-d’Or propose une série de billets de blogue afin de présenter l’histoire des photos de sa collection de cartes postales ainsi que les photographes qui les ont prises. Des ateliers de photographies seront aussi donnés à prix modique, et ce à plusieurs types de clientèle : adolescents, intermédiaires et professionnels. Au total, ce sont 14 événements réunissant une quarantaine de photographes professionnels, semi-professionnels et amateurs qui sont présentés.

La programmation des Rendez-vous de la photographie de Val-d’Or – VD’CLIC 2018

Expositions

5à7 d’ouverture

Vendredi, 2 novembre 2018, au Complexe culturel Marcel-Monette (600, 7e Rue)

Avec Pixel Cobra par Marc-Olivier Thibault – enregistrement en direct d’un épisode de celle baladodiffusion consacrée à la photographie avec, comme invités, les artistes participants à la 2e édition de VD’CLIC.

Marc-Olivier Thibault est un photographe et journaliste. À la fin de l’année 2017, il développe l’idée d’une baladodiffusion sur la photographie, un podcast d’entrevue avec des photographes et des gens qui travaillent dans le monde de l’image. Quelques mois plus tard, l’émission se retrouve dans les podcasts les plus écoutés sur la plateforme ITunes (arts visuels). Parmi les invités passés à Pixel Cobra on compte Mathieu Dupuis, Shayne Laverdière, Dariane Sanchez, Samian et Bernard Brault pour ne nommer que ceux-là.

« C’est un immense plaisir que d’avoir été invité pour animer la soirée d’ouverture des Rendez-vous de la photographie de Val-d’Or. Ce sera la première fois que Pixel Cobra va enregistrer un épisode du podcast devant public. » – Marc-Olivier Thibeault

VDCLIC_Abitibi360_NadagamFilms

Photo | Interface, Nadagam Films, 2017

Abitibi360 – Territoires et identités
Par Serge Bordeleau et Cédric Corbeil
Au Centre d’exposition de Val-d’Or (600, 7e Rue)

Le Centre d’exposition de Val-d’Or présente Abitibi360 – Territoires et identités, un documentaire en réalité virtuelle accompagné de photographies explorant les liens culturels et identitaires avec le territoire abitibien. Une production de Nadagam Films.

Programmation 2018 VD'CLIC Les Rendez-vous de la photographie de Val-d'Or Surexposition II

Photo | Cabine de projection du cinéma de Pascalis, Marc Boutin, 2013

Surexposition II
Par Marc Boutin, Paul Brindamour, Sylvie Crépeault, Jacques Fortier, Jarmila Guivarch, Geneviève Lagrois, Marie-Claude Robert, Jean Robitaille, Fernand St-Georges, Maggie Terlecki
Exposition extérieure, le long de la piste cyclable

Surexposition II regroupe un collectif de 10 photographes de Val-d’Or et de la région dont les œuvres abordent le thème du territoire. Produite en collaboration avec le Centre d’exposition de Val-d’Or et la Ville de Val-d’Or, l’exposition extérieure se déploie en parcours déambulatoire le long de la piste cyclable du Sentier J.P. Roland Fortin, le Complexe culturel Marcel-Monette et le boulevard Jean-Jacques Cossette.

Programmation 2018 VD'CLIC Les Rendez-vous de la photographie de Val-d'Or

Photo | René Lacasse

Photoclub Val-d’Or
Hall du Complexe culturel Marcel-Monette (600, 7e Rue)

Exposition collective de Tommy Bélanger, Julie Bernier, Claude Domingue, Daniel Dubé, Johanne Gagné, René Lacasse, Chanel Létourneau, Raphaël Paquin, Gilbert Roland, Izrael Tanguay, Romain Thibeault et Lucie Turbide.

Programmation 2018 VD'CLIC Les Rendez-vous de la photographie de Val-d'Or Exposition de Sylvie Crépeault

Photo | Sylvie Crépeault

Exposition de Sylvie Crépeault
Salle Les Insolents du Complexe culturel Marcel-Monette (600, 7e Rue)

Les photographies de l’artiste Sylvie Crépeault proposent des mises en scène improbables de personnages singuliers et d’une grande sensibilité. Par la théâtralisation, ils deviennent des corps, des formes et des contenus de communication prétextes d’histoires à conter.

Programmation 2018 VD'CLIC Les Rendez-vous de la photographie de Val-d'Or Plier l'histoire

Photo | Nathalie Faucher

Plier l’histoire par Nathalie Faucher
Sandwicherie (725, 3e Avenue)

Une ville devient réalité dans l’espace et le relief, se construit à travers le travail, la répétition de mouvements et une certaine dose d’audace à aller au-delà des conventions. Inspirée de l’histoire, Nathalie a revisité des photographies tirées de la collection de la Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or avec l’origami et autres techniques de pliages résultant des tableaux témoins d’une rencontre improbable entre l’histoire et les arts du papier.

Concours de photos Zone Image Val-d'Or

Photo | Miguel S. Barrette, concours 2017

Concours de photographies Zone Image

Exposition de 10 photos sélectionnées lors du concours 2018 organisé par la Ville de Val-d’Or en collaboration avec Tourisme Val-d’Or et Zone Image Val-d’Or.

Programmation 2018 VD'CLIC Les Rendez-vous de la photographie de Val-d'Or Ici et plus loin encore

Photo | Agnico-Eagle, Bimal Ramdoyal

Ici et plus loin encore
Carrefour du Nord-Ouest (1801, 3e Avenue)

Regard vers l’expertise et le talent des gens d’ici, sans frontières, sans limites. À travers cette exposition, la Chambre de commerce de Val-d’Or, en collaboration avec 48e Nord International, vous invite à découvrir des entreprises d’ici qui rayonnent hors de notre région.

Programmation 2018 VD'CLIC Les Rendez-vous de la photographie de Val-d'Or Arts créatifs

Photo | Christian Leduc

Arts créatifs
Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, campus de Val-d’Or (675, 1re Avenue)

Le Carrefour Jeunesse-Emploi d’Abitibi-Est a rassemblé un groupe de participants autour d’un atelier de création de collage avec le photographe Christian Leduc qui permettra de faire vivre les bénéfices de l’expression artistique.

Formations et ateliers

Atelier pratique sur la photographie / démarche et création avec Jean Martin
11 novembre 2018
Studio 694 (694, 3e Avenue)
Présenté par le Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue, s’adresse aux professionnels

L’atelier permettra d’explorer les mécanismes de création et d’améliorer sa compréhension du cycle conceptuel. Par du contenu théorique, des échanges et des exercices pratiques, les participants pourront améliorer leur compréhension de ce qu’ils photographient.

Détails et inscription sur ccat.qc.ca

 

Photographie intermédiaire
Les 15 et 17 novembre 2018
Studio 694 (694, 3e Avenue)
Par Marie-Claude Robert et Geneviève Lagrois

Approfondissement de la technique et du développement de la créativité s’adresse aux personnes ayant déjà suivi le cours Photographie débutant. Coût : 80$

Détails et inscription sur http://www.culturelvd.ca/activite/40482

 

Photographie pour adolescents
23 novembre 2018
Studio 694 (694, 3e Avenue)
Par Marie-Claude Robert et Geneviève Lagrois

On profite d’un congé pédagogique pour offrir une initiation à la photographie avec appareil Reflex à la clientèle adolescente. Coût : 40$

Détails et inscription sur http://www.culturelvd.ca/activite/39442

 

Conférence sur le drone

Conférence sur le drone présentée aux élèves de secondaire 1 et 2 de la polyvalente Le Carrefour par Adama Productions.

À lire

Blogue – Entrevues avec des photographes par Tourisme Val-d’Or
Tourismevaldor.com

Lorsqu’un photographe capture une image, c’est sa vision d’un moment qu’il offre. Parfois, on y voit l’amour d’un territoire, la beauté d’un moment présent ou encore l’histoire d’un lieu. Chaque photo a son histoire. Laissez les photographes vous la raconter.

Le thème des Rendez-vous de la photographie de Val-d’Or – VD’CLIC 2018

TERRITOIRE [TERITWAR] N. M.

Un mot à plusieurs sens dont est celui d’une relation forte entre les êtres vivants tant animal, végétal qu’humain et un espace souvent vaste aux limites parfois floues. Dans le contexte de mondialisation, la valorisation du territoire auquel on s’identifie, privilégie la photographie comme un moyen d’expression révélant sa beauté, son immensité et sa diversité.

Photo de couverture | Nadagam Films, tiré d’Abitibi360