Close

Archive for category: Bilan

Pas le temps de s’ennuyer cet été

Pas le temps de s’ennuyer cet été

VAL-D’OR, 10 septembre 2018 – La saison estivale touristique 2018 a été riche en activités et en divertissements.

L’été 2018 a été caractérisé par beaucoup de nouveautés: Val-d’Or vous raconte son histoire, l’animation au parc Albert-Dumais dont Les Jeudis en scène et les couchers de soleil musicaux, pour ne nommer que ceux-là.  Avoir une offre aussi diversifiée facilite grandement le travail de nos conseillers en séjours, car il y a toujours quelques choses à proposer en plus des attraits touristiques majeurs. De plus, le beau temps a fait sortir les gens; visiteurs et citoyens ont répondu favorablement en participant en grand nombre. À titre d’exemple, la pièce « Crépuscule boréal » a été téléchargée plus de 10 000 fois, pour une moyenne de 100 fois par jour, depuis la mise en place des couchers de soleil musicaux au parc Belvédère. Pour sa part, la fréquentation du bureau d’information touristique (BIT) de Val-d’Or est restée similaire avec une légère hausse au mois d’août. Ces données ne tiennent pas compte de l’achalandage engendré par la vente des billets de Val-d’Or vous raconte son histoire, représentant des transactions pour environs 780 billets.

Puis, concernant son accueil à l’extérieur des murs grâce à son Infomobile, l’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or (OTCVO) a vu une hausse de ses activités et de sa portée. Pour la cinquième saison de l’Infomobile, 3 875 km ont été parcourus afin de remettre 4 715 guides touristiques de La Vallée-de-l’Or et 6 115 cartes touristiques de Val-d’Or. Au total, ce sont 66 lieux et événements à fort potentiel touristiques qui ont été visités. Le visuel de l’Infomobile a été totalement revu cette année proposant des représentations dessinées d’emblèmes valdoriens tels qu’une maison du Village minier de Bourlamaque. Ce visuel a été très apprécié par les gens et a inspiré plusieurs visiteurs dans leurs activités à Val-d’Or. L’OTCVO souhaite remercier ses fidèles partenaires qui s’impliquent dans ce projet et se surpassent en générosité année après année : Poirier Hyundai, Trim-Line 3 M Abitibi et Tourisme Vallée-de-l’Or.

L’été 2018, c’est aussi une quinzaine de médias accueillis comparativement à une dizaine l’année dernière. L’accueil de tournées de presse se fait en collaboration avec Tourisme Abitibi-Témiscamingue ou avec les festivals. Elles représentent de belles retombées pour les intervenants touristiques tant dans les réseaux sociaux que dans les médias papier.

– 30 –

Source et information

Nancy Arpin, Directrice générale
819 824-9646, poste 6224
nancy.arpin@ville.valdor.qc.ca

Un bilan de feu

Un bilan de feu

Le mercredi 13 juin dernier se tenait notre Assemblée générale annuelle. Lors de cet événement, on y présente notre rapport annuel dans lequel se trouve l’ensemble des activités et projets mis à terme dans la dernière année.

Tous les membres de l’équipe permanente mettent la main à la pâte en énumérant et décrivant les différents projets et activités qu’ils ont coordonnés. De mon côté, je dois aussi me charger de disposer le tout en un document professionnel et clair. Bref, je m’occupe du graphisme. J’ai donc l’opportunité de voir l’ensemble du rapport annuel. Parce que disons-le, même si on se donne parfois des objectifs (genre lire le rapport annuel), l’ensemble des tâches qu’on a à faire et le train-train quotidien nous font parfois déroger des choses superflues qu’on s’était dit qu’on voulait faire.

Bref, je lis notre rapport annuel.

Mon ami, c’est un rapport annuel sous le sceau du dynamisme, du développement, des partenariats et de la performance! Je ne réalisais pas à quel point on avait une équipe flabergastante et à quel point on travaille fort! Deux nouvelles images promotionnelles pour nos objets souvenirs et promotionnels, un plan de communication, un nouveau guide touristique, un nouveau événement pour amasser des fonds, en partenariat avec le Centre d’exposition, une augmentation et un raffinement de notre présence sur le web, un partenariat avec Tourisme Amos-Harricana et une méchante grosse augmentation des tournées de presse! Ça, c’est les points les plus forts de notre rapport annuel 2017. Seulement les plus forts; parce qu’il y en a plus encore. Parce qu’il y a tout le travail qu’on faisait déjà avant de développer ces nouveaux projets, partenariats.

boutique souvenirs valdor

Nos deux nouvelles images: Val-d’Or, je t’aime et la route 117 représentant le côté multiculturaliste de la ville et la mythique route transcanadienne qui traverse la ville.

En lisant notre rapport annuel, j’étais fière de mon équipe. Fière de participer au développement de Val-d’Or et l’Abitibi-Témiscamingue. Fière de contribuer à une image positive de notre territoire. Mais surtout, j’étais fière de tout le travail accompli en si peu de temps avec si peu de personne.

Si tu veux lire ce fameux rapport annuel, tu n’as qu’à cliquer ici.

L’Entracte reçoit des artistes de renom depuis 14 ans

L’Entracte reçoit des artistes de renom depuis 14 ans

Avec l’envie d’offrir des spectacles intimes dans une ambiance décontractée, le Bar Bistro l’Entracte accueille des artistes pour la plupart de renommée internationale depuis 14 ans, à raison d’en moyenne 10 shows par année.

L’idée a germé dans la tête de Louiselle Blais, propriétaire du restaurant. «On a présenté un premier spectacle en 2003. Je crois que c’était l’artiste valdorien Glen Gillis. L’engouement était présent dès le départ, affirme-t-elle.

«Notre spécialité musicale demeure le blues de toutes sortes: le Chicago blues, le Delta blues, le root blues, le Mississippi blues, le rock blues et bien d’autres. On est le seul endroit en Abitibi-Témiscamingue à offrir autant de spectacles de ce style. Mais on a aussi invité des artistes d’autres styles musicaux, dont Diane Tell, Michel Pagliaro, Mara Tremblay et Bobby Bazini. Stefie Shock viendra le 6 mai à 21h30», souligne Mme Blais. JW Jones sera quant à lui en prestation le jeudi 23 mars à 21h (35 $ en prévente, 40 $ à l’entrée).

«On pourrait en faire plus de spectacles, mais on reste avant tout un restaurant. On en propose quand même en moyenne un par mois», précise-t-elle.

Gagner en popularité

On reçoit beaucoup de musiciens avec des carrières internationales, dont Harry Manx, David Rotundo, Jack De Keyzer, Bryan Lee et Anthony Gomes

            -Louiselle Blais

Gagner en popularité

La popularité était déjà au rendez-vous dans les premières années du projet, mais l’Entracte gagne des adeptes de plus en plus. «Maintenant, les shows sont toujours à guichets fermés. On peut aller jusqu’à une centaine de spectateurs. Ils se

La popularité était déjà au rendez-vous dans les premières années du projet, mais l’Entracte gagne des adeptes de plus en plus. «Maintenant, les shows sont toujours à guichets fermés. On peut aller jusqu’à une centaine de spectateurs. Ils se déroulent surtout en soirée, mentionne Louiselle Blais.

«Je fais affaire avec différentes agences et au fil des années, j’ai développé des contacts. Je vais dans des festivals pour découvrir des artistes et en rencontrer. Maintenant, je reçois des offres de la part d’agences d’artistes», se réjouit-elle.

Des artistes connus à l’échelle mondiale dans le monde du blues débarquent à Val-d’Or le temps d’un spectacle. Et reviennent parfois d’année en année. «Ils apprécient la clientèle, la scène de qualité, le son et l’accueil réservé par les gens. Ils en parlent à leurs amis musiciens et eux nous contactent pour venir jouer. On est vraiment privilégiés et fiers de recevoir ces artistes», fait valoir la propriétaire.

Création d’un Festival

La mise en place du Festival de Blues n’est évidemment pas étrangère à ce créneau exploité par l’Entracte.

«J’avais déjà songé à monter un festival, mais j’avais reculé, car je ne pensais pas avoir l’énergie, le temps et le courage. Ma rencontre avec la Fondation Brousseau-Dargis (destinée à la santé mentale) m’a convaincue. La première édition, en 2015, a permis de remettre 20 000 $ à l’organisme», souligne Louiselle Blais.

La 3e édition ne se déroulera pas lors du week-end de la Saint-Jean-Baptiste cette année, mais plutôt celui de la fête du Canada, soit les 29 et 30 juin et le 1er juillet.

 

Source

GRENIER, Myriam. 2017 (13 mars). “L’Entracte reçoit des artistes de renom depuis 14 ans”, L’Écho Abitibien; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/culture/2017/3/13/l_entracte-recoit-des-artistes-de-renom-depuis-14-ans.html>. Consulté le 14 mars 2017.

Le Soleil, la chaleur et les touristes: bilan estivale 2016 | Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Le Soleil, la chaleur et les touristes: bilan estivale 2016 | Tourisme Abitibi-Témiscamingue

logo-atrat_coul

Communiqué de presse

pour diffusion immédiate

Rouyn-Noranda, le 31 octobre 2016 – Les touristes étaient au rendez-vous cet été en Abitibi-Témiscamingue!

C’est l’heure du bilan de la saison touristique estivale et c’est avec grand plaisir que Tourisme Abitibi-Témiscamingue affirme que la saison estivale 2016 a été bonne. La majorité des sites, attraits et festivals sondés ont enregistré une hausse de l’achalandage. Citons en exemple le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue de Malartic, qui a accueilli plus de 12 000 visiteurs, soit 27 % de plus que l’été dernier. De ce nombre, 60 % provenaient de l’extérieur de la région. Le FRIMAT a, quant à lui, doublé les présences en salle pour afficher complet, tandis que le parc national d’Aiguebelle a connu une hausse de 8 % de ses entrées.

Le réseau d’accueil, lui, a effectué 15 463 actes de renseignements, soit une baisse de 13 % comparativement à la saison 2015. La tendance se poursuit, les consommateurs sont informés et privilégient le Web comme source d’information. Malgré cela, le rôle des conseillers en séjour est important pour notre économie. L’enquête sur le profil et le comportement de la clientèle des lieux d’accueil au Québec, effectuée en 2012, nous apprend qu’un acte de renseignement auprès de visiteurs dans les bureaux participants de la région touristique de l’Abitibi-Témiscamingue a entraîné des dépenses supplémentaires de 204 $ par personne. Saluons en passant l’imagination dont ont fait preuve les gestionnaires de lieux d’accueil pour rejoindre les touristes, notamment en utilisant des véhicules d’info mobile ou en se positionnant dans un attrait majeur.
À la suite de nos échanges avec quelques pourvoyeurs répartis sur l’ensemble du territoire, nous pouvons affirmer que la saison de la pêche a été bonne, le taux de change et le prix de l’essence étant favorables pour l’accueil des touristes américains et ontariens.

En juillet, le taux d’occupation hôtelier était de 56,2 %, soit une hausse de 2 % par rapport à la même période l’an passé et la première hausse enregistrée depuis le début de l’année. Le mois d’août a poursuivi dans la même lancée, enregistrant une hausse de 2,5%. Il faut également mentionner que la région bénéficie d’un parc hôtelier d’une grande qualité et que, depuis quelques années, son taux d’occupation se situe dans le haut du peloton des régions du Québec, mois après mois.

En ce qui a trait à la campagne promotionnelle instiguée par Tourisme Abitibi-Témiscamingue, les actions de marketing Web ont donné d’excellents rendements. Le nombre de sessions a augmenté de 48 % pour se chiffrer à 86 000. Le site a aussi enregistré une hausse de 42 % d’utilisateurs. La stratégie de contenu utilisée, combinée à un site Web performant et des actions de marketing croisées ont fait rayonner la région auprès d’internautes ciblés en fonction des produits mis de l’avant et des marchés.

Comme toujours, sans le travail et l’engagement des intervenants de l’industrie, de la guide-interprète au conseiller en séjour en passant par le responsable de l’entretien ménager et la serveuse, le tourisme en Abitibi-Témiscamingue ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui : un moteur de fierté et de retombées économiques.

-30-

Source
Pascale Charlebois
Responsable des relations de presse
Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Pascale@atrat.org
819 762-8181, poste 110

Le Spectacle aérien a attiré 15 000 spectateurs

Le Spectacle aérien a attiré 15 000 spectateurs

Les organisateurs du 3e Spectacle aérien de Val-d’Or tracent un bilan plus que satisfaisant de l’événement, estimant qu’un total de 15 000 amateurs ont franchi les tourniquets de l’aéroport au cours du dernier week-end.

 

«On a atteint nos objectifs, explique Daniel Deschambault, président du comité organisateur. La journée de samedi a été au-delà de nos espérances. On s’en est aussi bien tiré le dimanche, même si on a eu un peu moins de monde. La météo était inquiétante tôt le matin, mais ça s’est dégagé à temps et les gens se sont habillés chaudement.»

Le président s’est dit impressionné par la qualité des performances offertes par les différents pilotes.

«Ils ont été hors pair. Les commentaires que nous avons reçus des spectateurs étaient vraiment très positifs. Les gens ont aimé le spectacle, mais aussi le caractère familial de l’événement. Le système de navettes a aussi très bien fonctionné et a rendu facile l’accès au site», ajoute M. Deschambault, rendant du même souffle hommage aux quelques 200 bénévoles qui ont œuvré à cette réussite.

Des profits

L’organisation en est toujours à finaliser ses comptes, mais le président se dit confiant de voir un intéressant profit poindre à l’horizon.

«Il faut être imaginatif dans la recherche de commanditaires, mais c’est certain qu’un tel succès devrait nous aider dans le futur. On va sûrement finir avec un profit et cet argent deviendra un coussin pour l’organisation du prochain spectacle. Ça peut par exemple nous permettre d’aller chercher de nouveau types de performeurs et amener de la nouveauté. C’est nécessaire si on garder l’intérêt des gens pour chaque édition.»

À ce sujet, Daniel Deschambault précise qu’il n’est pas souhaitable de tenir le Spectacle aérien à chaque année. «C’est plus réaliste aux deux ans, tant pour l’intérêt du public que pour les organisateurs. C’est vraiment très demandant. Je dirais même qu’il faudra reprendre le travail dès maintenant en vue de la prochaine édition», a-t-il conclu.

 

Source : LANDRY, Marc-André. 2016 (13 septembre). « Le Spectacle aérien a attiré 15 000 spectateurs », L’Écho Abitibien ; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/actualites/2016/9/13/le-spectacle-aerien-a-attire-15-000-spectateurs.html>. Consulté le 14 septembre 2016.

La Randonnée du réfléchi rapporte 80 000$

La Randonnée du réfléchi rapporte 80 000$

À sa 9e édition, la Randonnée du Réfléchi a permis de recueillir environ 80 000 $ au profit des maisons de soins palliatifs de la région, le samedi 27 août.

 

Pas moins de 170 motocyclistes inscrits ont roulé pour la cause de Val-d’Or à Rouyn-Noranda (quartier Cloutier) en passant par Amos et Cadillac. Ils venaient de partout dans la région, mais également du Nord-Est ontarien et d’aussi loin que Pierrefonds et Longueuil.

L’objectif d’amasser 70 000 $ avec les différentes activités de la dernière année a donc été fracassé. Les bénéficiaires sont la Maison du Bouleau Blanc d’Amos, la Maison de la Source Gabriel de Val-d’Or et la Maison de l’Envol de Rouyn-Noranda. L’an dernier, la somme de 68 000 $ avait été recueillie.

Tous avaient ensuite rendez-vous à l’aréna Jean-Marie-Turcotte de Cloutier pour un souper et une soirée avec l’orchestre Hit and Rock. On a aussi procédé au tirage de la moto Harley Davidson FLHX Street Glide 2016 de couleur Crushed Ice Pear. Celle-ci a été remportée par Gabriel Gravel d’Amos, qui a choisi le prix en argent (17 000 $). La moto sera vendue.

Plus d’un demi-million $

Depuis sa première édition en 2008, la Randonnée du Réfléchi a permis d’amasser pas moins de 530 000 $ au profit des maisons de soins palliatifs de la région.

Sous le thème «Roulons ensemble pour le respect et la dignité jusqu’au bout», cet événement rassembleur mis sur pied par Charles «Gilligan» Perron vise à promouvoir de la conduite sécuritaire de la moto et le plaisir de pratiquer ce loisir. Il encourage aussi le bénévolat dans la communauté.

 

Source : GUINDON, Martin. 2016 (31 août). « La Randonnée du réfléchi rapporte 80 000$ », L’Écho Abitibien; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/communaute/2016/8/31/la-randonnee-du-reflechi-rapporte-80-000–.html>. Consulté le 14 septembre 2016.

Gregory Charles et ses virtuoses ont envoûté Val-d’Or

Gregory Charles et ses virtuoses ont envoûté Val-d’Or

La tête d’affiche du Festival classique de l’Abitibi-Témiscamingue, Gregory Charles, accompagné de ses virtuoses, a littéralement envoûté le public valdorien.

 

La première partie du concert a été assurée par l’Amossois Alexis Gingras, pianiste. Celui-ci a ensuite laissé la scène aux virtuoses Laurianne Houde, Marjorie Bourque et Noël Cambell.

«Ce concert a été un immense succès. J’ai rarement vu autant de gens flotter et être aussi émerveillés par tant de talent. Les commentaires furent unanimes et il y a eu de nombreuses ovations debout, a indiqué le président et directeur artistique de l’événement, Donald Ferland.

«Les jeunes virtuoses ont conquis le public par leur talent. Ils ont interprété avec Gregory des airs de films suggérés par le public par des demandes spéciales. Gregory Charles a même lancé l’idée de revenir», a-t-il ajouté.

Une édition réussie

Avec une programmation variée, cette 7e édition a visiblement atteint sa cible, celle de démocratiser la musique classique et la rendre accessible à un plus large public.

Les spectateurs ont d’abord pu sortir des sentiers battus avec Christopher Hall et son quatuor le vendredi soir. Les familles ont pu s’amuser et danser avec la colorée Kalimba et sa coéquipière Martine le samedi matin et les festivaliers ont certainement été impressionnés par la voix du ténor Francesco Verrecchia le samedi soir. «Frissons de la première à la dernière note et toute la gamme des émotions», a écrit le président sur le Facebook de l’événement.

La région a aussi été à l’honneur encore cette année avec un concert de la relève le matin, suivi de celui des professeurs en après-midi au Conservatoire de musique de Val-d’Or.

«Nos objectifs sont atteints et même surpassés avec deux salles combles sur trois pour les soirées. Nos activités au Conservatoire ont connu un immense succès avec deux salles remplies à pleine capacité, a mentionné M. Ferland.

«Kalimba a été un très bon spectacle jeunesse. Les artistes ont trouvé l’accueil des festivaliers chaleureux et incroyable. La proximité avec le public les impressionne et les touche», a-t-il conclu.

 

Source : GRENIER, Myriam. 2016 (22 août). « Gregory Charles et ses virtuoses ont envoûté Val-d’Or », L’Écho Abitibien ; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/culture/2016/8/22/gregory-charles-et-ses-virtuoses-ont-envoute-val-dor-.html>. Consulté le 22 août 2016.

La Cité de l’Or connaît une belle saison

La Cité de l’Or connaît une belle saison

Même s’il reste quelques semaines à sa saison, la Cité de l’Or de Val-d’Or reçoit un très bon nombre de visiteurs depuis le début de l’été.

 

«La saison se déroule très bien. Les journées sont presque pleines tout le temps. On reçoit de 120 à 150 personnes par jour. C’est beaucoup mieux que l’an dernier, indique le directeur général, Guy-Édouard Bouchard.

«La belle température nous aide. Les gens se sentent moins découragés de venir visiter dans ce temps-là, ajoute-t-il. On a déjà des groupes de l’Europe qui ont réservé pour octobre. On encourage les gens à réserver, car parfois, les visites sont complètes.»

Environ 7000 personnes visitent cet attrait valdorien chaque année.

Le spectacle approche

En plus de la bonne saison, le site patrimonial compte sur son spectacle «La Cité de l’Or en fête» pour assurer son avenir. Daniel Boucher, Breen Leboeuf et Martin Deschamps monteront sur scène pour l’occasion, le 20 août.

«On a 5000 billets en vente, mais je n’ai pas encore les chiffres officiels de ceux vendus. On me dit que ça va bien, mentionne M. Bouchard. Les gens attendent souvent à la dernière minute pour décider s’ils viennent ou non, selon la météo, puisqu’il s’agit d’un spectacle extérieur. On se croise les doigts pour du beau temps.»

L’argent amassé permettra de payer les coûts de fonctionnement de la Cité de l’Or, notamment l’électricité sous terre et l’entretien des bâtiments en surface. Lors de la 2e édition avec Éric Lapointe, l’an dernier, près de 40 000 $ avaient été amassés grâce à 3200 spectateurs.

 

Source : GRENIER, Myriam. 2016 (15 août). « La Cité de l’Or connaît une belle saison », L’Écho Abitibien ; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/actualites/2016/8/15/la-cite-de-l_or-connait-une-belle-saison-.html>. Consulté le 16 août 2016.

Le Cabaret estival de la troupe Chaud bizzz éblouit la foule

Le Cabaret estival de la troupe Chaud bizzz éblouit la foule

C’était la première du Cabaret estival de la troupe Chaud Bizzz de Baie-Comeau hier soir à Val-d’Or. Le spectacle aura su satisfaire le public présent et la salle s’est transformée en véritable piste de danse.

 

La réception du public était fantastique

– Simon Philibert

Cette revue musicale fait voyager le spectateur à travers plusieurs styles musicaux en passant du western au répertoire de Jean Leloup. Le public ne s’est pas gêné pour exprimer son appréciation en offrant des salves d’applaudissements bien nourris aux artistes.

Le spectacle est présenté pour la première fois à Val-d’Or. «Il y a des personnes (de la troupe) qui viennent de la région et qui ont démontré de l’intérêt à produire un spectacle chez eux, en Abitibi. On espère pouvoir revenir dans les prochaines années, possiblement avec plus de dates», explique Simon Philibert, chanteur et directeur général de la troupe Chaud Bizzz.

Des artistes se démarquent

On ne peut qu’apprécier la mise en scène et l’interprétation des 14 artistes présents sur scène d’un répertoire musical qui a marqué plusieurs générations. L’enchaînement entre les différentes chansons est également merveilleusement bien exécuté et les musiciens sont définitivement au cœur de la réussite de ce spectacle.

Néanmoins quelques artistes se démarquent du lot et c’est le cas de la chanteuse Chloé McNeil dont on ne peut qu’apprécier le talent en plein développement.

Jusqu’au 13 août

«On est super contents de la réception des gens, tant le nombre de personnes qui étaient présentes ce soir que de leurs réactions. C’est vraiment bon signe pour les trois prochains spectacles», soutient M. Philibert. La troupe sera en spectacle au Club sport Belvédère tous les soirs jusqu’au 13 août. Il est possible de se procurer des billets au Club, en téléphonant au 1 866 525-2499 ou sur le site internet de la troupe (www.chaudbiz.ca).

Organisme sans but lucratif

La troupe Chaud Bizzz est un organisme sans but lucratif dont la mission est d’offrir aux étudiants une expérience dans le domaine de la culture et de l’entrepreneuriat. «L’ensemble des emplois qui sont créés chez nous est offert à des étudiants. Il y a 32 emplois annuellement, qui sont offerts», conclut M. Philibert.

 

Source : DESHAIES, Thomas. 2016 (11 août). « Le Cabaret estival de la Troupe Chaud Bizzz éblouit la foule », L’Écho Abitibien ; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/culture/2016/8/11/le-cabaret-estival-de-la-troupe-chaud-bizzz-eblouit-la-foule.html>. Consulté le 11 août 2016.

Le lac Florentien ferme après 7 jours de pêche

Le lac Florentien ferme après 7 jours de pêche

Avec un succès sur toute la ligne pour les sept premiers jours de pêche permise dans le lac Florentien, celui-ci ferme pour le reste de l’année.

 

Ce lac venait tout juste de rouvrir après six années à le restaurer. «La pêche devait être permise du 1er au 15 août, mais on a décidé de le fermer afin de conserver un bon stock faunique et une qualité de pêche pour les prochaines années, indique Jacques Cormier, président de l’Association Chasse et pêche de Val-d’Or.

«Les pêcheurs et les poissons ont été au rendez-vous. Ils ont été plus de 400 à pêcher, dont des gens de Montréal, Québec et Sherbrooke. Ils avaient droit à cinq poissons chacun. En 7 jours, c’est beaucoup. On avait assez d’éléments pour demander une injonction au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs afin de ne pas jeter à l’eau six ans de travail», souligne-t-il.

Lac surveillé

«On a des amis du lac qui vont le surveiller pour éviter que des récalcitrants pêchent malgré l’interdiction. Beaucoup de gens sont soucieux de le conserver et tous vont mettre la main à la pâte pour y arriver », fait valoir Jacques Cormier.

«On fera une rencontre le 24 août à 19h à la salle des Chevaliers de Colomb. Les personnes intéressées à nous aider peuvent venir ou nous envoyer leurs suggestions et commentaires par courriel au chasseetpechevaldor@gmail.com ou via notre page Facebook de l’Association», conclut-il.

 

Source : GRENIER, Myriam. 2016 (9 août). « Le lac Florentien ferme après 7 jours de pêche », L’Écho Abitibien; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/actualites/2016/8/9/le-lac-florentien-ferme-apres-7-jours-de-peche.html >. Consulté le 10 août 2016.