Close

Author Archive for: arpinn

Y’a longtemps qu’on n’a pas pêché ensemble

Y’a longtemps qu’on n’a pas pêché ensemble

Plusieurs personnes ont un membre de sa famille ou un ami avec qui elles ont partagé un moment spécial le temps d’une pêche. Pour ma part, les moments qui me manquent le plus sont ceux que je passais avec mon père. Pour le décrire, je vous dirais que c’était un gars de bois comme on dit par ici, un vrai de vrai. Il adorait la chasse et la pêche. Même faire la cueillette de petits fruits le rendait heureux tant qu’il se trouvait entouré d’épinettes ou d’eau. On n’avait pas le choix de suivre tant qu’on n’était pas assez vieux pour rester seuls à la maison. Il n’y avait qu’une option possible : suivre ses traces. Mais en fin de compte, ça ne nous dérangeait pas parce que c’était aussi un privilège de partir seuls avec lui pour une excursion dans le bois ou une expédition de pêche.

 

Je me souviendrai toujours de la fois où j’ai pêché mon premier poisson. On était en camping au lac Camille-Roy dans la réserve faunique La Vérendrye. Toute la famille y était, mes parents, mon frère et ma petite sœur. Un soir après le souper, mon père me demande si j’ai le goût d’aller trôler un peu avec lui -n’ayez pas d’arrières pensés, ici trôler n’a pas de 2e sens comme le veut l’expression signifiant flirter. Du haut de mes 8 ans et fière que mon père me propose une petite virée de pêche père- fille, je lui lance un « oui » rempli d’excitation. Sans plus attendre, je me dirige vers la chaloupe pour ne pas qu’il change d’idée ou que quelqu’un d’autre propose de venir avec nous.

lac Camille Roy réseve faunique La Vérendrye pêche

Photo | SÉPAQ, réserve faunique La Vérendrye

Le camping du lac Camille Roy dans la réserve faunique La Vérendrye permet d’unir camping et pêche.

Et c’est parti! On embarque dans la chaloupe et mon père me donne ses quelques consignes habituelles; mets ton gilet de sauvetage, reste assise et touche à rien. Après quelques minutes de navigation sur un lac miroir, mon père me prépare ma ligne avec une de ces trôles rouges et blanches que tout le monde connaît que je lance à l’eau sans plus attendre. Ça ne fait pas cinq minutes que nous avons commencées que je crie en panique : « Papa! Papa! Je pense que j’en ai un! Oui, j’en ai un! Ça tire fort… je pense que je vais l’échapper. Attrape ma canne papa! » Et lui me répond de son ton chaleureux, calme et autoritaire : « tiens bien ta canne ma belle faut pas que tu l’échappes… maintenant ramène le doucement et reste calme tout va bien aller… tu peux le faire toute seule ».

Facile à dire, mais pas facile à faire pour une petite puce de 8 ans qui est un poids plume; tenir une canne à pêche quand on a l’impression que c’est le monstre du Loch Ness qui est à l’autre bout. Au bout d’un moment, que je juge interminable, j’ai les bras en compote, mais j’ai réussi à le sortir toute seule de l’eau. Mon père était super fier de sa petite fille, ça se voyait dans ses yeux. Je venais de sortir de l’eau un énorme brochet qui devait faire au moins 8 livres. Mais l’histoire ne se finit pas là. On était tellement pressés de partir que nous avons oublié la chaîne à poissons pour l’accrocher. Le brochet était vigoureux, il gigotait tellement qu’il a failli passer par-dessus bord. C’est là que le gars de bois (mon père) sort son couteau qui est accroché à sa ceinture (toujours prêt comme un scout) et l’enfonce dans la tête du brochet pour mettre fin à ses jours. Je le regarde bouche bée. Mon père me répond alors en me voyant sans mot : « je n’avais pas le choix sinon il serait retombé dans l’eau ». Pour moi, le plus mémorable n’est pas la torture qu’il a infligée à ce brochet, mais ce moment père-fille le temps d’une chaude soirée d’été.

premier-poisson-nancy

Mon premier brochet pêché et sorti seule, à l’âge de 8 ans.

Des histoires de pêche, j’en ai d’autres, mais jamais seule avec lui. Comme il était de bonne compagnie, tout le monde voulait aller à la pêche avec lui. Comme il ne me sera plus possible de partager de nouveaux moments avec lui, je me promets de transmettre sa passion à ses petits-fils. Qui sait? Ils deviendront peut-être des gars de bois 😉

Vivre le moment présent grâce au tourisme autochtone

Vivre le moment présent grâce au tourisme autochtone

Grâce à mon travail, j’ai la chance de vivre plein de nouvelles expériences et de les partager avec toi.

La découverte de la culture autochtone suscite de l’intérêt auprès de la clientèle touristique européenne, mais est-ce autant le cas pour les touristes québécois? Que connaissons-nous de la culture autochtone? À Val-d’Or en Abitibi-Témiscamingue notre quotidien s’entrecroise tous les jours avec les gens des Premières Nations soit de passage ou qui sont installés avec nous en milieu urbain. On se côtoie dans la rue, à l’épicerie, à l’école, lors d’évènements sportifs, dans les fêtes et festivals, mais est-ce qu’on se connaît vraiment? Par expérience, je dirais qu’on ne connaît pas grand-chose l’un de l’autre et que ça manque cruellement à notre culture.

Voici une excellente raison de faire un séjour au site culturel Kinawit qui accueille la clientèle touristique depuis l’été 2017. C’est un ancien camp scout, situé sur le bord du magnifique lac Lemoine. L’endroit a été transformé en site récréotouristique ayant également une vocation communautaire pour les Premières Nations. Que ce soit pour une journée ou plus, vous en apprendrez plus que vous en avez appris en toute une vie sur ces gens d’un humour débordant avec le cœur sur la main. Plus on partage de moments avec eux et plus on a le goût de les entendre nous dévoiler tout ce que nous ignorons de leur culture et de leur vécu.

kinawit-site-culturel

Situé au bord du lac Lemoine en pleine nature, Kinawit est seulement à une quinzaine de minutes du centre-ville.

squeezie-au-quebec_Clement-kinawit

Lilian et Clément, lors de la séance de purification.

Banik pain autochtone Kinawit confection

La banik est un pain traditionnel autochtone.

hébergement insolite valdor kinawit camping

Les petits camps rustiques sont très bien aménagés.

Vivre le moment présent, c’est une façon de décrire ce que j’ai ressenti lors de mon séjour d’une nuit à Kinawit lorsque j’ai accompagné des vlogueurs pendant une tournée de presse (clique ici pour lire mon billet de blogue sur cette tournée de presse hors du commun). Dès notre arrivée, nous avons été accueillis par Lillian, une autochtone chaleureuse et souriante. Avec le tourbillon des visites touristiques des derniers jours, on avait l’impression que le temps venait de s’arrêter.

En compagnie de notre guide Lillian nous avons fait une séance de purification, elle nous a montré avec beaucoup de patience comment confectionner de la banik que nous avons savourée encore toute chaude. Nous avons exploré les sentiers qui encerclent le site et nous avons pris un moment pour se baigner et se ressourcer au bord de l’eau. N’hésite pas à consulter le site web de Kinawit, tu y trouveras des propositions d’ateliers de découverte de la culture autochtone.

Le soir venu nous avons profité d’un moment d’échange autour d’un feu de camp pour finalement passer la nuit dans un tipi. Pour la nuit, tu peux apporter ton sac de couchage ou tout simplement louer la literie sur place. Tu peux également vivre la totale en passant la nuit dans un tipi sur fond de sapinage ou dans les tipis avec plancher en bois. Il est même possible de faire la location de petites cabines rustiques tout aussi confortables. Clique ici pour tous les détails sur l’hébergement disponible à Kinawit.

Il est difficile d’expliquer le phénomène espace/temps que l’on ressent lorsqu’on arrive à cet endroit. Le contact avec la culture autochtone, la nature, l’espace et les services sont tous réunis pour qu’on profite du moment présent!

Je te recommande de vivre cette expérience que tu sois d’ici ou d’ailleurs!

Histoire de famille

Histoire de famille

Depuis sa fondation, l’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or (OTCVO) doit faire appel à du personnel étudiant afin de répondre à l’achalandage estival de son bureau d’information touristique. Depuis que je suis à l’emploi de l’OTCVO, c’est environ 120 à 130 emplois saisonniers que nous avons comblés au fil du temps.  Certains jeunes sont restés dans l’équipe pendant toute la durée de leurs études (2, 3 ou 4 saisons consécutives) et d’autres ont travaillé qu’un été.

alexandre audet ancien employés OTCVO

Lors de son passage à l’OTCVO, Alexandre a été conseiller en séjours puis coordonnateur. Il s’est aussi prêté au jeu d’une séance photo.

Ce qui me réjouit aujourd’hui c’est de croiser certains de ces jeunes qui font leur marque dans notre communauté ou ailleurs tel qu’Alexandre Audet maintenant directeur général du Quality Inn Val-d’Or, Marie-Hélène Corbeil cofondatrice du restaurant le Windsor ou Alain Rousseau enseignant en tourisme en Gaspésie.

À travers les années, je constate que l’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or c’est aussi une histoire de famille. Parmi nos étudiants, nous avons souvent accueilli deux membres d’une même famille. Les sœurs Corbeil furent parmi les premières, les filles du maire actuel de Val-d’Or. À l’époque où ces filles ont travaillé au bureau d’information touristique de Val-d’Or, M. Corbeil exerçait toutefois encore la profession de dentiste. Depuis que je suis en poste, les étudiants n’ont jamais bénéficié de traitement de faveur selon leur origine. Pour assurer un service de haute qualité, les étudiants doivent respecter les critères d’embauche et nous avons toujours embauché ceux qui se démarquaient le plus par leurs qualités et leur personnalité.

Nous avons accueilli les sœurs Harnois; des filles pleines de joie et des projets plein la tête. Encore tout dernièrement, notre belle Stéphanie se lançait dans une grande aventure, soit stagiaire à la délégation du Québec au Brésil (pour lire l’article à ce sujet, clique ici). Dans tous les cas à une exception près, aucun membre d’une même famille n’a travaillé ensemble durant une même saison. On se souviendra aussi de Justine et Bertrand ayant des personnalités légèrement timides, mais avec un petit côté original, notamment avec leurs souliers aux styles et couleurs éclatantes.

Jessica Harnois conseillère en séjours au bureau d'information touristique de Val-d'Or

Jessica a été conseillère en séjours en 2007 et 2008.

Stéphanie Harnois ancienne étudiante à l'OTCVO

Stéphanie a été conseillère en séjours en 2009 et 2010.

Avec ces jeunes, ce qui nous fait plaisir par-dessus tout c’est lorsque nos anciens étudiants passent nous dire bonjour lorsqu’ils passent dans le coin et nous donnent des nouvelles. Cela témoigne des liens et des amitiés que nous créons au fil du temps. Nous les voyons aussi grandir, prendre de l’assurance et avancer dans la vie. Les voir évoluer ainsi est un immense plaisir.

Je me souviens du premier été de Mathieu; il avait encore son physique de préado, il était timide, mais d’une efficacité impressionnante. La dernière fois qu’il a fait un remplacement pour nous dépanner il avait le physique d’un homme aux larges épaules et avait une grande assurance.  Sa sœur Annie-Claude, calme et souriante sera à sa deuxième saison avec nous.

Mathieu premier emploi

Mathieu, en 2011, lors de sa première saison avec nous.

Mathieu conseiller en séjours

Mathieu, en 2016, lors de sa dernière saison avec nous.

notre équipe notre âme employé office du tourisme et des congrès de val-d'or

Annie-Claude, la sœur de Mathieu, est le calme et la douceur incarnée. Cet été, elle en sera à sa 3e saison avec nous.

Pour les sœurs Dulude, ce sera le début d’une nouvelle aventure pour Véronique, la sœur de Christine.  Nous avons déjà très hâte de l’accueillir. Nous apprécions beaucoup Christine et elle nous a été d’un grand recours l’hiver dernier. En plus d’assurer le service d’accueil les fins de semaine elle nous a aidés dans les mises à jour du site web en plus d’écrire de magnifiques billets de blogue.

soeurs Dulude employés Office du tourisme et des congrès de Val-d'Or

Christine (à droite) et Véronique (à gauche) Dulude, deux athlètes au badminton.

Nous sommes privilégiés de partager l’espace d’un été la vie de ces jeunes. On se souvient toute notre vie de nos emplois d’été encore plus lorsque c’est le premier. Chaque année, on espère avoir marqué leur vie de façon positive et avoir été une oreille attentive lorsqu’ils avaient besoin d’écoute. De les avoir accompagnés avec compassion lorsque certains vivaient des problèmes personnels et de partager les joies et les réussites, quelles qu’elles soient.

Comme la famille occupe une place de choix dans nos vies, nous faisons appel à eux aussi comme bénévoles et figurants lors des séances photo. Tous y sont passés: employés, parents, conjoints, enfants, oncles, sœurs et même les amis. C’est avec plaisir qu’ils se sont prêtés au jeu sur la coordination et la patience de notre photographe des dernières saisons : Marie-Claude Robert.

visite val-d'or voyage abitibi-témiscamingue cité de l'or

Lors de notre dernière séance photo à la Cité de l’Or, nous avons fais appel aux enfants de Nancy, la directrice général ainsi qu’une de nos conseillères en séjours, Frédérique.

Journées de la culture 2017 programmation Val-d'Or

Pratiquement toute la famille de Kristel, responsable des communications et marketing, est passée sous l’appareil photo de Marie-Claude. Sur cette photo, on y voit sa sœur et ses deux nièces!

Sur la photo de couverture | Audrey, Jason, Laurence et Charline lors de la saison estivale 2014

Squeezie au Québec – Tournée de presse hors du commun

Squeezie au Québec – Tournée de presse hors du commun

Alors que les réseaux sociaux prennent maintenant une grande place dans le choix de la prochaine destination voyage des gens, les tournées de presse sont de plus en plus importantes pour les destinations qui veulent attirer des visiteurs. La région a la chance d’accueillir de plus en plus de blogueurs, vlogueurs et influenceurs et cette année n’y a pas fait exception. Cet été, c’est Destination Canada qui a fait confiance à l’Abitibi-Témiscamingue pour une tournée de presse hors du commun.

Destination Canada a invité l’un des plus importants YouTubeur français à venir découvrir le Canada, mais plus spécifiquement le Québec pour la production de trois vlogs. En juillet dernier, nous avons donc accueilli Squeezie (Lucas Hauchard) et son caméraman Clément Birckel en collaboration avec Destination Canada et Tourisme Abitibi-Témiscamingue.

Préparer une tournée de presse

Comme la plupart des tournées de presse, une fois que nous avons une confirmation de leur passage, tout se passe rapidement. À peine 10 jours avant son arrivée, je reçois un message de ma collègue Anne-Marie Belzile de Tourisme Abitibi-Témiscamingue m’annonçant la venue de Squeezie et son caméraman pendant 48 heures à Val-d’Or. En quelques jours toutes les activités étaient réservées, nous avions en main son itinéraire complet de son séjour au Québec et nous étions prêtes à l’accueillir.

Lucas et Clément sont arrivés à Val-d’Or le samedi midi au Café Balthazar tel que prévu dans leur itinéraire établi pour maximiser leur temps et réaliser le travail pour lequel Destination Canada avait fait appel à eux. Nous avons diné tout en faisant connaissance et parlé plus en détail du programme qui les attendait dans les prochaines 48 heures.

Qu’a fait Squeezie à Val-d’Or

Première activité au programme; une randonnée en « VTT de montagne » dans les sentiers de vélo de montagne aménagés par la gang d’Accro-Vélo dont quelques membres nous accompagnent régulièrement lors des tournées de presse. Mélissa, Michel et Richard sont des passionnés de vélo, mais aussi de leur région. Ils sont vraiment un atout important pour nous lorsque l’on présente les activités que nous offre la Forêt récréative de Val-d’Or. Après un peu de préparation technique pour l’installation des caméras, c’est un départ. Il fait beau, il fait chaud et on a du fun! On termine ça avec une petite bière bien froide et déjà un fan qui vient de reconnaître Squeezie et lui demande gentiment une photo avec lui.

IMG_1716

L’équipe d’Accro-Vélo, Squeezie, Clément et moi après notre randonnée en vélo de montagne à la Forêt récréative de Val-d’Or.

Première activité au programme; une randonnée en « VTT de montagne » dans les sentiers de vélo de montagne aménagés par la gang d’Accro-Vélo dont quelques membres nous accompagnent régulièrement lors des tournées de presse. Mélissa, Michel et Richard sont des passionnés de vélo, mais aussi de leur région. Ils sont vraiment un atout important pour nous lorsque l’on présente les activités que nous offre la Forêt récréative de Val-d’Or. Après un peu de préparation technique pour l’installation des caméras, c’est un départ. Il fait beau, il fait chaud et on a du fun! On termine ça avec une petite bière bien froide et déjà un fan qui vient de reconnaître Squeezie et lui demande gentiment une photo avec lui.

Nous sommes déjà en fin d’après-midi. Je les accompagne pour faire leur admission à l’Auberge l’Orpailleur et leur laisse un peu de temps pour se préparer pour la soirée. Pour bien commencer la soirée, nous avons rendez-vous à la microbrasserie le Prospecteur pour une bonne bière locale en guise d’apéritif. C’est ici qu’Anne-Marie et moi commençons à prendre conscience de la popularité de Lucas au Québec. Avant notre départ, Lucas rencontre quelques fans et va même faire un petit tour dans les cuisines pour faire plaisir à un de ceux-ci. On m’a raconté qu’à partir ce moment a débuté sur les réseaux sociaux une espèce de chasse à l’homme afin de savoir où se trouvait Lucas. Plusieurs se questionnaient aussi sur la raison de sa présence à Val-d’Or. Il faut savoir que personne en dehors nous ne savait que le célèbre Squeezie était de passage dans la région. Cette folie nous a suivi jusqu’au Bar Bistro l’Entracte. Après le repas, des fans lui courraient après dans la rue pour des photos et des autographes. Pour ma part, je trouvais ça très amusant, car c’était la première fois au niveau professionnel que j’accompagnais quelqu’un qui suscitait autant d’intérêt.

Plus tard en soirée, Lucas et Clément souhaitent vivre l’expérience d’une fête foraine typique du Québec alors nous allons faire un tour au Beauce Carnaval présent à Val-d’Or lors de leur passage. Nous y sommes restés pendant plus d’une heure trente. Durant tout ce temps, Lucas est sollicité dans tous les sens par de nombreux fans qui souhaitent lui parler, se faire prendre en photo avec lui ou obtenir un autographe. Pour sa part, Clément filme cette scène étourdissante de la rencontre entre Squeezie et ses fans du Québec. En fin de soirée, lorsque nous arrivons à quitter la fête, j’ai demandé à Lucas s’il s’attendait à faire autant de rencontres. Il m’a confié qu’il était conscient qu’il avait des fans au Québec considérant que nous sommes francophones, toutefois il ne s’attendait pas à un accueil aussi marquant. Il était très excité, survolté et heureux de sa soirée et des rencontres qu’il avait faites avec les jeunes fans tant autochtones qu’allochtones.

Nous terminons le séjour sur le site culturel de Kinawit. Le calme après la tempête fut très apprécié. Nous sommes arrivés sur le site après le diner donc Lucas et Clément ont pu travailler dans le calme et préparer les derniers tournages de ce périple au Québec qui a duré au total sept jours.

squeezie-au-quebec_Clement-kinawit
squeezie-au-quebec_Lucas-kinawit

Lysiane, notre guide à Kinawit a purifié nos deux invités à leur arrivée, un rituel autochtone.

banik pain autochtone Kinawit Val-d'Or Québec

Lors de leur passage à Kinawit, Squeezie a cuisiné de la banik, un pain traditionnel autochtone.

En attendant son vidéo sur son séjour à Val-d’Or en Abitibi-Témiscamingue, visionner celui annonçant son passage au Québec. 🙂

Pour avoir accompagné personnellement Lucas et Clément durant leur séjour, je peux vous affirmer que ce sont des jeunes très sympathiques. Même s’ils sont très sollicités par les fans, ils restent très accessibles. Sur le plan professionnel, je dirais que ce sont des machines! Toujours en train de discuter des séquences, des scènes et des défis techniques. Le mandat qu’ils ont reçu de Destination Canada est une première expérience pour eux et ils ont effectué les tournages avec beaucoup de professionnalisme et de soin afin de bien mettre en valeur le Québec. J’ai vraiment hâte de voir le résultat.

Voyager à travers les gens

Voyager à travers les gens

Je travaille à l’Office du tourisme et des congrès de Val-d’Or depuis de nombreuses années et je suis encore très passionnée par mon travail, car chaque journée ne se ressemble pas. Au fil du temps, j’ai eu le privilège de rencontrer des visiteurs provenant des quatre coins de la planète. Autant nous pouvons avoir un impact sur l’expérience des visiteurs et leur découverte de notre destination, autant ils ont un impact sur nous dans ces rencontres où l’être humain est au centre des souvenirs de chacun. Je me permets de te raconter quelques souvenirs et anecdotes de voyageurs qui m’ont marquée au fil du temps.

De l’Allemagne au Canada

Au milieu des années 90, je faisais beaucoup d’accueil au bureau d’information. Notre destination était encore moins connue qu’aujourd’hui et le simple fait de s’aventurer au-delà de la Réserve faunique La Vérendrye était un exploit en soi pour de nombreux visiteurs. Mais certains touristes étrangers l’ont fait. Je me souviendrai toujours d’un jeune couple d’Allemands dont la dame était enceinte de quelques mois. Ils traversaient le Canada en motorisé et ne parlaient ni le français ni l’anglais. De mon côté, je me limitais au français, à l’anglais et quelques mots d’espagnol (como esta? cerveza por favor et vino tinto!). Nous étions loin de pouvoir communiquer ensemble aisément. Après avoir laissé tomber la gêne de la barrière de la langue, nous avons fini avec imagination et persévérance à nous comprendre. Le jeune couple cherchait de l’information sur les campings le long de leur itinéraire. Ils sont même revenus au bureau plus tard dans la journée pour m’offrir une fleur afin de me remercier. Dans ce cas-ci, un geste vaut mille mots.

La traversée de l’océan avec un motorisé

Grâce à notre travail, nous avons la chance de voyager à travers les visiteurs qui partagent leurs récits de voyage avec tellement d’enthousiasme. Il n’y a pas si longtemps, nous avons reçu un homme originaire de France d’un certain âge. Il avait déjà parcouru les deux côtes américaines longeant ainsi l’océan Atlantique d’un côté et le Pacifique de l’autre et une partie du Canada en solitaire. Dans son récit de voyage, il nous expliquait les ennuis mécaniques qu’il avait eu avec son motorisé. De plus, il lui était presque impossible de réparer son motorisé ici, car c’était un modèle européen qu’il avait traversé en bateau. Il devait le rapporter en Europe afin de le réparer, mais il promettait de revenir avec seulement son sac à dos pour terminer son voyage de plus d’une année.

De la plongée sous-marine à la motoneige

Un couple de la Guadeloupe préparait un voyage de motoneige au Québec. Pour ce faire, ils ont contacté, entre autres, le bureau d’information touristique de Val-d’Or. Pendant plusieurs semaines j’ai échangé avec eux afin de répondre à toutes leurs questions et de m’assurer que tout serait bien organisé à leur arrivée pour un séjour mémorable. Nos échanges sont devenus de plus en plus fréquents et de plus en plus amicaux. Nous échangions sur le temps qu’il faisait (pendant qu’on gelait au Québec avec nos -30 degrés, eux faisaient de la plongée sous-marine pratiquement tous les jours!). Lors de leur séjour, je suis allée les rencontrer le temps d’un déjeuner. Ils avaient même eu l’attention de m’offrir en cadeau une boisson typique des Antilles.

La foire aux questions loufoques

Voici le genre de questions que les visiteurs nous posaient avant que Google ne fasse partie intégrante de nos vies :

Est-ce qu’il y a des pirates de la route dans le parc?

La vaste étendue du territoire de la réserve faunique La Vérendrye a toujours influencé l’imaginaire des gens.

Est-ce que vous avez de l’électricité?

Eh oui, c’est une question qui nous a été posée à quelques reprises. Pourtant, le Village minier de Bourlamaque constitué de maisons en bois rond a été érigé en 1934 et 1935 dans le cadre d’un plan d’urbanisme moderne incluant les égouts et l’électricité.

Est-ce que je risque de me faire attaquer par un ours?

Le risque est faible, en Abitibi-Témiscamingue nous avons des ours noirs et non des grizzlis. Généralement, ils sont dix fois plus effrayés que nous et se sauvent dès qu’ils entendent des humains.

Ce qu’il y a de si extraordinaire dans le fait de travailler dans une région comme la nôtre (qui n’est pas pour le tourisme de masse) c’est que nous pouvons offrir un accueil personnalisé à l’échelle humaine. Je crois que c’est ce qui nous distingue, qui rend notre travail si stimulant et qui nous enrichit personnellement.

8 Terrasses à découvrir à Val-d’Or

8 Terrasses à découvrir à Val-d’Or

Le soleil se pointe le nez, la fin de semaine approche alors j’ai envie de me laisser tenter, me prélasser sur une terrasse pour savourer une belle journée d’été. Qui m’accompagne?

Voici quelques propositions pour profiter du soleil sur une terrasse…

Une bonne bière fraîche avec une vue plongeante sur le centre-ville; oui c’est possible à la Microbrasserie le Prospecteur avec sa terrasse en hauteur sur le toit de l’immeuble. Avec une brise constante et une pergola pour adoucir les rayons du soleil vous pourrez savourer en toute tranquillité votre rafraîchissement. Profite de l’occasion pour savourer le Burger 117 fait de viande de wapiti… humm! Végétariens, s’abstenir!

terrasse-prospecteur

Située sur le toit du restaurant, la terrasse de la Microbrasserie Le Prospecteur offre une magnifique vue sur le centre-ville de Val-d’Or.

Dans le quartier historique de Bourlamaque tout près de la Cité de l’Or, deux choix de terrasses s’offrent à toi. Tout d’abord, le Restaurant l’Amadéus, un établissement de style architectural bavarois datant des années 1940, offrant plus intimé. Ensuite, le Bar Bistro l’Entracte proposant une ambiance très urbaine contrastant avec les petites maisons en bois rond du Village minier de Bourlamaque en toile de fond. Comme ces deux lieux sont aussi collés sur le cinéma, voilà une façon de faire une pierre deux coups.

terrasse du Bar Bistro l'Entracte à Val-d'Or

En plus de sa vue sur le site historique du Village minier de Bourlamaque et de son ambiance urbain et lounge, le Bar Bistro l’Entracte offre de nombreux spectacles tout au long de l’année.

Puis, la Terrasse Aloha de l’Escale Hôtel Suites nous offre un petit dépaysement avec ses parasols exotiques en paille. Tu pourras y prendre plaisir pour un 5 à 7 avant de poursuivre ta soirée en beauté à la salle à manger le Canon. À noter que le bar lounge offre régulièrement des soirées spectacle en toute saison.

Terrasse de l'Escale Hôtel Suites à Val-d'Or

Avec son look exotique, la terrasse Aloha de l’Escale Hôtel Suites vous plongera dans l’ambiance estivale.

Ô Thaï et le Bar à poutine Chez Morasse ont quelques points en commun. Tous deux au centre-ville avec un espace-terrasse au cœur de la ville, les deux établissements ont une porte style garage permettant d’avoir l’impression d’être à l’extérieur même à l’intérieur pour les jours ou la météo est incertaine. Belle façon de prendre l’air sur l’heure du lunch et de revenir au bureau avec un sourire rayonnant.

Je te propose la terrasse du Resto Bar L’Avantage,  l’une des plus grandes en ville. En plus d’être chauffée, elle offre un coin avec des sofas extérieurs des plus moelleux.  De quoi passer des heures à papoter entre amis, et ce même tard en soirée.

Terrasse du restaurant bar l'Avantage à Val-d'Or

La Terrasse du Bar restaurant l’Avantage te plaira par sa grandeur et son coin lounge avec sofas.

La Brasserie le Pub est le seul établissement à avoir une terrasse couverte et chauffée ce qui nous permet une ouverture précoce au printemps et une des dernières à fermer à l’automne. C’est aussi un excellent choix pour les soirées fraîches à la fin août.  Elle est aussi très grande pouvant facilement accueillir des groupes.

Choco-Mango nous accueille avec sa petite terrasse urbaine. Ce qui fait qu’on apprécie y venir c’est les crèmes glacées et sorbets maison faits avec passion. Si tu as l’occasion de rencontrer la charmante propriétaire Olga, ce sera la cerise sur le Sunday!

terrasse de choco-mango à Val-d'Or

Avec l’une des délicieuses crèmes glacées, il n’y a pas meilleur endroit pour célébrer l’été que sur la terrasse de Choco-Mango!

Le choix est loin d’être facile de choisir parmi le grand choix varié des terrasses à Val-d’Or, avez-vous un coup de cœur?

Découvre aussi notre article sur les meilleurs endroits où déguster un cocktail à Val-d’Or 🙂 hummm… manque pas ça!!!!!

Cours de géologie 101: Quand rouler sur l’or prend tout son sens

Cours de géologie 101: Quand rouler sur l’or prend tout son sens

En Abitibi-Témiscamingue et particulièrement à Val-d’Or,  rouler sur l’or  prend un tout autre sens que son expression originale. L’expression rouler sur l’or signifie être très riche et elle provient d’une expression datant du XVIIe ou XVIIIe siècle se rouler sur l’or comme on se roulerait sur l’herbe. Il s’agit d’un symbole de richesse, car la personne qui peut se rouler sur un tas d’or en possède suffisamment pour être considérée comme très riche (d’huh).

Mais pourquoi cette expression prend-elle un autre sens à Val-d’Or? Désolée de te décevoir; ni moi ni mes voisins ne nous roulons sur un tas d’or. Même si le salaire moyen est parmi l’un des plus élevés au Québec nous ne sommes pas nous ne sommes pas riche au point de se rouler sur un tas d’or. Par contre, tous les jours lorsque nous empruntons la route 117 de l’entrée est de la ville de Val-d’Or jusqu’à la frontière ontarienne nous roulons concrètement sur l’or puis que cette route est construite sur la faille de Cadillac.

Qu’est-ce que la faille de Cadillac?

Voilà un petit cours de géologie 101. La Faille de Cadillac, ou Zone tectonique de Cadillac-Larder Lake désigne une structure géologique majeure du Québec et de l’Ontario, riche en ressource minérale. Comme les prospecteurs miniers ont suivi la faille dans leurs recherches à l’époque de la ruée vers l’or, ils ont construit la route 117 pour les besoins de la cause en suivant la faille. C’est également ce qui explique la présence de nombreuses mines établies le long de cette faille et les centaines de millions d’onces d’or situées sous cette route et à proximité.

Longue d’environ 320 km, la Faille de Cadillac est très riche en gisements d’or, mais on y retrouve également de l’argent, du cuivre, du zinc et de nombreux autres minéraux. Il s’agit d’ailleurs d’une des principales structures de minéralisation aurifère de la région de l’Abitibi-Témiscamingue. C’est grâce aux mines construites le long de cette faille que furent fondées les villes de Rouyn-Noranda, Val-d’Or, Malartic et plusieurs autres.

carte abitibi-témiscamingue faille de cadillac

Comment découvrir l’industrie minière

Si tu es fasciné par l’or tout comme les prospecteurs l’ont été au début des années 1900, je te recommande de découvrir deux sites touristiques fascinants qui te permettront de mieux comprendre cette industrie et la fascination des gens pour l’or. Tout d’abord, La Cité de l’Or et son village historique de Bourlamaque qui te replongeront dans la vie des mineurs tout en dressant un portrait d’hier à aujourd’hui. Lorsque tu auras remonté des entrailles de la terre après avoir exploré les galeries à plus de 300 pieds sous terre, je te recommande le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue.

Comprends bien qu’ici les richesses du sous-sol nous font déplacer des quartiers résidentiels complets plutôt que des montagnes. En visitant le Musée minéralogique, tu pourras découvrir comment une minière à réaliser ce projet d’envergure en plus d’avoir la chance d’admirer, en autre, un étalage présentant une collection d’or à couper le souffle.

Si tu n’es pas encore rassasié de ta conquête de l’ouest, il te reste à explorer la plus grande mine d’or à ciel ouvert au Canada soit la Mine Canadian Malartic qui offre des visites guidées en partenariat avec le Musée minéralogique.

fusion d'or mine d'or visite val-d'or abitibi-témiscamingue

Lors de la visite du Laboratoire d’analyse, tu auras la chance d’assister à une véritable fusion d’or!

visit underground gallerie gold mine valdor abitibi

Galeries souterraines de la Cité de l’Or

Point de vue lors de la visite de la Mine Canadian Malartic.

En devenant un mineur d’un jour à la Cité de l’Or grâce à une descente à 300 pieds sous terre et une promenade dans Village minier de Bourlamaque, en découvrant le Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue et son impressionnante collection d’or et en vivant l’expérience de la Mine Canadian Malartic, toi aussi tu pourras rouler sur l’or!

Rouler sur l'or route 117
Rire sous la pluie au Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue

Rire sous la pluie au Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue

J’adore la chanson de King Melrose dont je cite les paroles : “la vie ça se danse sous la pluie même le dimanche ». Quand j’entends ces paroles, ça me rappelle que l’été au Québec est court et qu’il faut profiter de chaque instant. Au fil des ans, les fidèles spectateurs du Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue l’ont compris et se préparent chaque année à tous les risques qu’implique la météo au cœur de l’été. Tout est possible: canicule, pluie légère, orage, temps frais ou tout à la fois dans le même week-end!

Je me considère parmi les habituées du Festival d’humour de l’A-T et j’ai le goût de te raconter ma première expérience d’un spectacle sous la pluie. Ça remonte à 2004. Parmi les artistes, nous retrouvions Louis-José Houde, Les Denis Drolet et Christopher Williams avec une version revisitée de la blague « Pète pis répète s’en vont en bateau » en version show rock heavy metal. Bref, nous passions un superbe moment. Quand nous nous sommes préparés pour la soirée, j’ai dit à mon chum : “nous allons mettre nos manteaux de pluie avec un pantalon de nylon ça devrait faire la job s’il se met à pleuvoir”. Tu te dis pourquoi n’ont-ils pas apporter de parapluie? Et bien, c’est une règle non écrite au festival d’humour : on n’apporte pas de parapluie, car ça cache la vue des spectateurs qui sont derrière. Donc par respect pour eux et pour que tout le monde puisse apprécier les spectacles, on évite les parapluies. On apprend avec l’expérience, à la fin je vais te donner un truc pratique sans utiliser de parapluies (testé et approuvé!).

La soirée commence, nous sommes bien assis dans nos chaises de camping et les artistes défilent sur la scène tous plus hilarants les uns que les autres. Nous voyons des nuages sombres dans le ciel et nous nous disons : « Si ça tombe ce n’est pas notre petit manteau de pluie qui va faire la différence! » Pourtant, il est hors de question de quitter le spectacle… nous avons bien trop de fun! Et là le déluge commence, très peu de gens ont quitté les lieux. Tout le monde attendait que le show continue, car même les artistes sur scène avaient une hésitation à poursuivre tellement il pleuvait! Toutefois, lorsqu’ils ont vu que le public était sagement assis sous le déluge et qu’ils attendaient, ils ont compris que « the show must go on ». À la fin de la soirée, les chaises de camping se sont transformées en piscines (nous avions les fesses qui baignaient dans l’eau). Nos manteaux et nos pantalons de nylon avaient atteint leur limite d’imperméabilité.

programmation 2004 Festival d'humour de l'Abitibi-Témiscamingue

L’affiche du Festival d’humour en 2004. Sur les billets, il y avait une petite pastille où il était écrit “Grattez et sentez”. Une fois cette pastille grattée, elle sentait les cornichons! 

Arrivés à notre voiture, nous étions tellement mouillés que c’était comme si nous avions sauté à l’eau tout habillés. Nous n’avions pas de serviettes pour nous sécher ni pour protéger les sièges de la voiture. Alors il faut ce qu’il faut, nous nous sommes déshabillés dans le stationnement, cachés derrière la portière pour un peu d’intimité (nous ne sommes pas exhibitionnistes quand même!) pour finalement rentrer à la maison seulement vêtus de nos sous-vêtements! Soyez certains que ce jour-là j’ai prié le ciel pour que mon chum ne fasse pas d’excès de vitesse et qu’il respecte à la lettre la signalisation routière. Je nous voyais mal dire : « Bonsoir M. l’agent, nous ne sommes pas cinglés, nous revenons seulement du festival d’humour sous la pluie ».

Pour terminer, laisse-moi te dévoiler « LE truc » pour rester au sec en cas d’averse au Festival d’humour. Il faut t’acheter un de ces fameux ponchos que l’on trouve au Dollorama. Puis, tu l’enfiles et, une fois assis sur ta chaise, tu le passes par-dessus celle-ci pour faire une petite tente. 🙂

Festival d'humour de l'Abitibi-Témiscamingue Val-d'Or

Photo | William Nourry

Ne te méprends pas! Il y a des éditions du Festival d’humour et des soirées gala où le soleil brille et nous réchauffe!

6 pique-niques, 6 expériences

6 pique-niques, 6 expériences

Le pique-nique est une très belle activité à faire en été qu’il soit urbain ou en pleine nature. Notre grand territoire regorge de lieux magnifiques et inspirants. Dis-moi qui tu es et je te dirai quelle expérience tu dois essayer.

Le romantique

Lorsqu’on est amoureux, on devient plus spontané et on a toujours envie de voir l’élu de son cœur. Un pique-nique sur l’heure du lunch devient alors une très bonne idée. Voici ma recette pour ce petit pique-nique improvisé. Tout d’abord, fais un arrêt au Grenier des saveurs, à la Boucanerie Fins délices ou à La Tanière William J. Walter pour te procurer des charcuteries et des fromages. Ajoute à ton panier une baguette, une bouteille de vin et le tour est joué. Comme c’est pour le lunch, le parc du Belvédère ou le parc de la Côte de 100 pieds, t’offrira de l’intimité tout près du centre-ville.

La famille qui veut s’éclater

Je te propose sans détour le parc Lemoine où sont situés des jeux d’eau. Si vous n’as pas pris le temps de faire une boite à lunch familiale, fais un arrêt chez IGA famille Pelletier (au Carrefour du Nord-Ouest ou au centre-ville) où tu trouveras des produits frais déjà préparés (crudités, fruits et petites sandwiches). Sur place, il y a de nombreuses tables de pique-nique, des parasols et un grand espace vert en plus d’un carré de sable et de modules de jeux. Les enfants ne tiendront plus en place alors prépare-toi pour de longues heures de jeux! Des jeux d’eau sont aussi disponibles à Malartic au parc du Belvédère. Alors si tu te diriges en direction de Rouyn-Noranda, pourquoi ne pas faire une halte et permettre aux enfants de se dégourdir les jambes. À noter qu’aux deux endroits il y a des salles de bain et des cabines pour se changer.

Val-d'or Abitibi-Témiscamingue parcs jeux d'eau

Le parc Lemoine met à la disposition de ces usagers salles de bain, cabines, fontaine d’eau pour boire, jeux d’eau, modules de jeux (dont deux balançoires parent-enfant), patinoire, table et parasols.

L’urbain

De nombreux parcs urbains offrent des bancs permettant un pique-nique au cœur de la ville. Que ce soit, au parc Lapointe (coin 8e Rue et 3e Avenue), parc Lévesque (avec la fontaine à côté de la Microbrasserie Le Prospecteur) le nouveau parc Albert-Dumais (entre le Cyclotonus et la Galerie du Livre) tu pourras savourer ton sandwich préféré au rythme vibrant du centre-ville.  Si tu préfères t’asseoir à une table, tu en trouveras une au coin de la 7e Rue et de la 2e Avenue à côté du clocher de l’Hôtel de Ville. À tous ces endroits, tu auras accès au WiFi gratuit.

Los amigos a la playa

En ce qui concerne le pique-nique à la plage je t’offre deux options. En zone urbaine, la plage Rotary est l’endroit par excellence avec toutes les facilités nécessaires incluant tables et toilettes. Le Balthazar café, la Sandwicherie ou les Becs sucrés-salés offrent un bel éventail de sandwichs et de salades à apporter pour tous les goûts. Ma deuxième option pour le pique-nique à la plage est sur les rives de la rivière Outaouais ou du lac Roland dans la réserve faunique La Vérendrye. Que tu sois en route pour l’Abitibi-Témiscamingue ou de retour vers Montréal cette option reste l’une de mes préférées. Si la température le permet, tu pourrais même y faire une petite saucette.  En famille, en amoureux ou en voyageur solitaire ce pique-nique restera mémorable. On inspire et on profite du moment présent! Je me vois déjà à admirer l’étendue d’eau avec une petite brise qui me décoiffe et les orteils pleins de sable. J

Balthazar_cafe_restaurants_valdor_sandwiches

Le Balthazar café offre une grande variété de sandwiches et de salades tout aussi originales que délicieuses.

Le mélomane

En saison estivale, le FRIMAT nous offre le pique-nique musical à la Place Agnico-Eagle (le site du marché public). C’est une belle occasion de découvrir la musique émergente en famille. Profite de l’abondance de produits régionaux pour te concocter un petit lunch plein de saveurs. Le reste de l’année, le Conservatoire de musique de Val-d’Or te propose les dîners musicaux. Tu peux y apporter ton lunch, mais également acheter sur place  soupe, pâtisserie ou croissant selon l’inspiration du moment. Dans le hall d’accueil, les élèves du Conservatoire partageront leur talent pour le plaisir des sens l’espace d’un dîner.  Un intermède bienvenu le dernier vendredi de chaque mois!  Les contributions volontaires seront versées à la Fondation du Conservatoire de musique de Val-d’Or. Val-d’Or participe aussi aux Pianos au diapason le 24 août 2017, une autre occasion de charmer tes oreilles le temps de la pause du midi!

L’actif

Pour cette expérience dans la Forêt récréative, je te suggère de prévoir un peu plus de temps pour en profiter pour faire une marche ou une randonnée à vélo. Sur le parcours tu y trouveras des abris avec des tables de pique-nique. Il y a aussi des facilités telles que des salles de bain et abreuvoirs. Si le cœur t’en dit, tu pourras même faire du patin à roues alignées puisque le Sentier Agnico-Eagle est entièrement asphalté et communique avec le Sentier J-P Roland Fortin qui longe la 7e Rue.  Apporte-toi un gros lunch, car toutes ces activités de plein air t’ouvriront l’appétit.  À faire en famille ou en couple selon ton inspiration du moment.

entraînement station extérieur Val-d'or Trekfit

Il y a une multitude d’activités à pratiquer dans la Forêt récréative: vélo de montagne, vélo de promenade, pumptrack, patin à roues alignées, randonnée pédestre, station d’entraînement Trekfit, cueillette de petits fruits. La location de vélo de promenade et de patins à roues alignées est disponible.

Maintenant que tu as pris bonne note de mes propositions, il ne te reste plus qu’à briser la routine une heure de lunch à la fois pour bien profiter de l’été. Bon appétit J

6 pique-niques, 6 expériences
Passion musique: ma liste de sorties pour l’été

Passion musique: ma liste de sorties pour l’été

J’ai besoin de musique dans ma vie. Pour moi, c’est aussi important que de respirer. J’aime de nombreux styles musicaux et découvrir de nouveaux artistes qu’ils soient de la région ou d’ailleurs. J’écoute de la musique tout le temps ; en faisant mon épicerie (avec mes écouteurs visés aux oreilles), en faisant du sport (même lorsque je nage avec un lecteur mp3 waterprof pour écouter la musique sous l’eau), en cuisinant ou en faisant le ménage pour ne nommer que ceux-là. Dans la voiture, j’écoute souvent la musique à « tue-tête » parce que je chante en même temps et malheureusement ce n’est pas parce qu’on aime la musique qu’on a du talent pour chanter ou pour en jouer. Mon plus grand talent c’est d’être un bon public. Je suis réceptive, émotive, prête à ouvrir grand mes oreilles et me laisser emporter par le rythme.

Ma passion pour la musique a aussi une influence sur mes enfants. Mon petit William est comme moi; il adore chanter en écoutant la musique et connait les paroles par cœur (en voiture on fait une belle paire). Le plus loin que je me souvienne, même à l’époque où je le reconduisais à la garderie on chantait les « hits » du moment sur le trajet. Il a également le désir de jouer d’un instrument. Nous avons droit à quelques mélodies (pas toujours mélodieuses) lorsqu’il gratte sa guitare. Quant à mon plus grand, il utilise la musique pour apaiser ses angoisses et s’aider à s’endormir. Lorsqu’il n’avait que deux ans, il avait écouté tout un concert télévisé de Diana Krall avec moi. Captivé par le jazz à cet âge est plutôt rare.

En Abitibi-Témiscamingue, nous avons chaque été de nombreuses occasions de voir des concerts soit lors des festivals ou lors de concerts improvisés dans les parcs, au piano public et bientôt à la nouvelle place Albert Dumais (parc urbain avec une petite agora et une scène). Nos nombreux festivals nous permettent de plonger dans l’univers de la musique. Dans le secteur de Rouyn-Noranda, il y a le Festival des guitares du monde qui est un incontournable accueillant des grands noms et le FME qui fait beaucoup rayonner la région sur le plan médiatique. Pour ma part, je vous propose trois évènements à Val-d’Or qui gagnent à être mieux connus par les visiteurs pour un été festif et rythmé.

Mon plus grand talent c’est d’être un bon public. Je suis réceptive, émotive, prête à ouvrir grand mes oreilles et me laisser emporter par le rythme.

Le Festival de blues du Plateau Boréal

Parmi nos plus jeunes festivals, le Festival de blues du Plateau Boréal est sur ma liste de chose à faire cet été. Dans le passé, j’ai participé à des prestations au Conservatoire de musique de Val-d’Or, mais cette année je veux aller sous le chapiteau pour profiter de l’ambiance électrisante et de la foule festive. Pour se mettre dans l’ambiance de l’univers Blues, le Bistro Bar l’Entracte offre une série de spectacles intimes tout au long de l’année; parfait pour les soirées entre amis ou pour briser la routine.

Le FRIMAT

Le FRIMAT (Festival de la relève indépendante musicale de l’Abitibi-Témiscamingue) est vraiment l’occasion parfaite pour découvrir de nouveaux talents. Ce festival de musique est souvent considéré comme la pouponnière de talents pour le FME. Avant ma première participation, je croyais que je détonnerais à travers un jeune public, mais à ma grande surprise la musique, même émergente, rassemble de nombreuses générations. Les organisateurs du FRIMAT sont très impliqués et débordent d’imagination. Même si le festival a lieu en juillet, des spectacles et évènements ont lieu tout au long de l’année grâce à leur collaboration et travail. En février dernier, ils se sont associés au Service culturel de la Ville de Val-d’Or et à l’organisme PapaChat & filles pour offrir un concert de Mister Valaire dans un énorme igloo gonflable pouvant accueillir jusqu’à 200 personnes. J’ai vraiment trippé, c’est une soirée coup de cœur pour moi et je m’en souviendrai longtemps.

La Journée nationale des Autochtones

Journée nationale autochtone chant

La Journée nationale des Autochtones est un moment spécial pour découvrir des artistes d’origine autochtone d’une grande créativité. Lors de l’évènement, nous avons droit à des prestations musicales contemporaines, mais c’est également une occasion de s’initier et découvrir la musique traditionnelle autochtone. Pour ma part, j’ai toujours des frissons lors des prestations de chant et tambours où j’ai l’impression que mon cœur vibre au son de la musique qui m’enveloppe littéralement. L’expérience en vaut le détour et c’est un évènement très rassembleur dans lequel Autochtones et Allochtones sont unis par la musique.

Si après avoir épuisé ma liste de l’été vous avez encore soif de musique, consultez la vitrinevd.ca. Il s’agit d’un portail présentant l’ensemble de l’offre de spectacles dans les diverses salles de Val-d’Or, qu’elles soient privées ou publiques. Que ce soit au Théâtre Télébec, à la Salle Félix-Leclerc ou à la Microbrasserie Le Prospecteur il y a de la musique pour toi.