Close
À chaque photo son histoire : La traversée boréale de Catherine Rondeau

À chaque photo son histoire : La traversée boréale de Catherine Rondeau

Lorsqu’un photographe capture une image, c’est sa vision d’un moment qu’il offre. Parfois, on y voit l’amour d’un territoire, la beauté du moment présent ou encore l’histoire d’un lieu. Chaque photo a son histoire. Dans le cadre du mois de la photographie à Val-d’Or, on vous présente l’histoire de photographes. 

 

Catherine Rondeau, une artiste de la Mauricie, présentera son œuvre La traversée boréale dans le cadre de l’exposition Les états liminaires qui regroupera le travail de trois artistes, dont Catherine Rondeau, Rosalie Gamache et Marilyne Bissonette au centre d’exposition VOART de Val-d’Or jusqu’au 22 novembre 2020.

 

L’œuvre de photomontages La traversée boréale expose l’avènement de la puberté féminine par des scènes insolites présentées dans des paysages hivernaux. Le décor froid met en relief le temps de latence pour la femme en devenir. Cela renforce aussi le contraste entre les jeunes filles peu vêtues et les décors glaciaux, rappelant les contradictions que vit une jeune fille à l’entrée dans l’adolescence.

 

En complémentarité de l’œuvre La traversée boréale, présentée dans la salle principale du centre d’exposition, les artistes Rosalie Gamache et Marilyne Bissonnette présenteront leurs œuvres. Toutes traitent d’une période de rituel de passage qui s’applique autant à un individu qu’à un groupe, d’un état d’entre-deux caractérisé par le passage entre la déconstruction d’une identité et la reconstruction d’une nouvelle. Les approches artistiques différentes – la photographie, la peinture et la sculpture – offrent différentes approches sur la façon de présenter le concept de liminarité, d’où le titre de l’exposition :Les états liminaires.

Artiste multidisciplinaire proche de son inspiration

Catherine Rondeau est une artiste, photographe, vidéaste et auteure. Elle est diplômée plusieurs fois, d’abord en en Lettres au Cégep, ensuite en beaux-arts à l’Université Concordia avec une majeure en photographie et, finalement, elle détient une maîtrise en communication de l’Université du Québec à Montréal. Comme première expérience professionnelle, Catherine a participé à la Course destination monde, qui lui a permis de créer plusieurs courts documentaires et de développer une expertise pour la réalisation de vidéo. C’est en faisant sa maîtrise que l’artiste décide de revenir à la photographie avec sa populaire série de photomontages De l’autre côté du miroir. En 2011, Catherine publie le livre Aux sources du merveilleux, une version remaniée de son mémoire en communication sur l’imaginaire de l’enfant.

 

La pratique artistique de Catherine Rondeau s’inspire de ce qui l’entoure. Ses filles, depuis leur naissance, inspirent l’artiste pour la création de ses œuvres. Pour la série De l’autre côté du miroir, elle s’est intéressée à leur imaginaire enfantin. C’est donc tout naturellement que pour son œuvre La traversée boréale, elle s’est inspirée de leur adolescence.

Intimité publique par catherine rondeau dans son exposition la traversée boréale

Photo | Intimité publique par Catherine Rondeau

Défi logistique

La traversée boréale présente des contrastes bien présents au moment de la séance photo entre le décor glacial et les jeunes filles en tenues légères. En entrevue, Catherine Rondeau souligne le grand défi logistique que représente le jeu avec ces contrastes. Pendant la séance photo, au Bas-Saint-Laurent, la température était extrêmement froide. Comme ses filles étaient peu vêtues, la température ressentie était une contrainte importante. Dans l’exposition, un segment est consacré aux coulissesde l’œuvre La traversée boréale.

 

Vous pouvez voir l’oeuvre « La traversée boréale » de Catherine Rondeau dans l’exposition « Les états liminaires » présentée en ce moment au centre d’exposition VOART de Val-d’Or.

 

Originalement publié dans l’Indice bohémien.

Oeuvre bricolage de Catherine Rondeau dans son exposition la traversée boréale

Photo | Bricolage par Catherine Rondeau

0 Commentaires

Commentaires fermés