Close

Archive for month: juin, 2020

Un nouveau guide touristique pour la Vallée-de-l’Or

Un nouveau guide touristique pour la Vallée-de-l’Or

Après un an d’absence, le guide touristique de la Vallée-de-l’Or revient en force avec un tout nouveau design et quelques nouveautés qu’on ne retrouvait pas dans les dernières années. La pause d’un an seulement a permis au comité de Tourisme Vallée-de-l’Or de se rendre compte de sa grande utilité. Pour faire ce nouveau guide touristique de la Vallée-de-l’Or édition 2020-2021, ce fut beaucoup d’heures et de mois de travail, mais nous sommes très fiers de pouvoir vous le présenter aujourd’hui. Pendant quelques semaines, nous avons eu peur de ne pas pouvoir le sortir en raison de la pandémie à la Covid-19. Toutefois, le déconfinement nous a permis d’imprimer quelques copies afin de vous le distribuer. N’hésitez pas à venir vous chercher le vôtre à notre bureau d’information touristique ou à le consulter en ligne (lien en bas de l’article).

Une guide touristique c’est utile

L’an dernier, Tourisme Vallée-de-l’Or a décidé de ne pas faire de guide touristique après plusieurs années d’impression et de distribution à tous nos visiteurs. À ce moment, nous croyions que les guides touristiques papier étaient devenus peu utilisés et moins utiles puisque nous observions une hausse sur nos ressources en ligne. Toutefois, nous avons constaté l’été dernier que le guide touristique papier avait bel et bien une grande utilité pour nos bureaux d’information touristique et pour nos visiteurs. C’est pourquoi nous avons donc repris la production de notre guide touristique cette année.

Le guide touristique est très utile d’une part pour nos conseillers en séjour. Il s’agit d’un outil qui les aide à expliquer aux visiteurs ce qu’il y a à faire sur le territoire. D’une autre part, les visiteurs ont quant à eux un repère visuel sur ce qui leur a été expliqué à notre bureau d’information touristique. Ils peuvent se rappeler plus facilement des attraits, des hébergements et des restaurants qu’il y a sur notre territoire. Le guide touristique permet aussi de faire connaitre les attraits qui sont un peu moins connu du grand public. Tous connaissent la Cité de l’Or lorsqu’ils viennent à Val-d’Or, mais peu connaissent les Jardins à fleur de peau, Kinawit ou la Bell en kayak par exemple. De plus, en vacances, les gens essaient de plus en plus de se déconnecter de la technologie. Alors, avec le guide touristique on leur donne la possibilité de pouvoir avoir accès à toute l’information sans nécessairement utiliser la technologie.

Nous croyions toutefois que certains visiteurs préféraient utiliser les outils technologiques pour s’informer. C’est donc pourquoi notre guide est aussi disponible en ligne et que notre site web contient toute l’information nécessaire pour passer un séjour des plus intéressants dans la Vallée-de-l’Or.

Guide touristique de la Vallée-de-l'Or section se renseigner

Nouveau guide touristique, nouveau design

Notre guide touristique a comme but de présenter tous les intervenants touristiques sur le territoire de la Vallée-de-l’Or. Il inclut donc les attraits, restaurants et hébergements de Senneterre, Malartic, Val-d’Or et ses environs.

Pour l’édition 2020-2021, nous souhaitions que le guide touristique ait un tout nouveau look. Nous voulions qu’il contienne de belles photos inspirantes, qu’il soit dynamique et agréable à lire pour les visiteurs. Nous voulions aussi qu’il ait des allures d’un carnet de voyage où les gens pourraient écrire leur expérience dans la Vallée-de-l’Or.

Une nouveauté signée locale : les coups de cœur des gens d’ici

Nous avons aussi choisi d’intégrer un segment sur les coups de cœur des gens d’ici. Depuis quelques années, on remarque que les visiteurs souhaitent savoir ce que les gens d’ici aiment faire, les endroits qu’ils fréquentent, les choses à ne pas manquer, etc. Ils sont à la recherche d’un séjour des plus authentiques. C’est donc la raison pour laquelle nous avons ajouté quatre pages qui présentent ces coups de cœur.

Pour faire ce segment, nous avons bien sûr demandé la collaboration des citoyens de la Vallée-de-l’Or en créant trois tables de discussion afin de ressortir les endroits préférés des gens d’ici. Les choix insérés dans ce segment sont donc uniquement le résultat d’une consultation publique avec un groupe témoin des citoyens de la Vallée-de-l’Or.

Voici donc ce que vous pourrez retrouver dans ce segment :

Les trois coups de cœur unanime : Cette première page représente les trois éléments qui sont le plus ressortis lors des groupes de discussion.

Une check-list des activités incontournables à faire dans la Vallée-de-l’Or. Cette liste regroupe les coups de cœur les plus nommés souvent lors des discussions.

Les adresses gourmandes préférées. Ici, on présente les quatre adresses gourmandes que les locaux aiment particulièrement, qu’ils fréquentent régulièrement et qu’ils sont fiers de partager à leurs invités.

Nous avons aussi relevé les endroits où prendre les meilleures photos dans la Vallée-de-l’Or, peu importe la saison.

Finalement, nous avons ajouté l’endroit où admirer les plus beaux couchers de soleil parce que c’est toujours un bonheur de regarder les couleurs orangées du ciel à la fin de la journée.

En espérant que notre tout nouveau guide touristique vous plaise et qu’il vous permette de faire des découvertes sur la Vallée-de-l’Or. Bonne saison estivale à tous!

Les crédits

Graphisme : Catherine Besson

Impression : Impression 4p

Photo de couverture : Vicky Neveu

Ils pensent quoi de notre région, les visiteurs?

Ils pensent quoi de notre région, les visiteurs?

Si vous avez déjà voyagé hors Québec et même en dehors du Canada, vous avez probablement découvert des paysages, des cultures et des modes de vie différents des nôtres. Vous vous êtes probablement dit que ce que vous avez vu est incroyable et que vous aimeriez pouvoir expérimenter ce nouveau paysage ou cette nouvelle culture tous les jours. C’est peut-être ce que l’on souhaite parce que c’est tout nouveau. Bien évidemment, la mer, les plages sablonneuses et le soleil sont des éléments qu’on aimerait bien avoir en Abitibi-Témiscamingue toute l’année, mais on ne peut pas tout avoir! Si l’on se sent de cette façon lorsqu’on va ailleurs, pensez-vous que les gens se sentent ainsi lorsqu’ils viennent ici?

Pour ma part, je me suis toujours posé la question à savoir ce que les visiteurs pensent de notre région lorsqu’ils viennent la visiter. Pour nous qui habitons l’Abitibi-Témiscamingue depuis longtemps, on oublie parfois que notre décor et notre façon de vivre sont extraordinaires. On ne pense pas que nos paysages peuvent être quelque chose d’exotique pour ceux qui n’ont jamais eu la chance d’habiter si près de la forêt ou dans un vaste territoire comme on retrouve ici. Heureusement, il y a quelques mois, j’ai pu avoir une réponse à ma question.

En mars dernier, j’ai reçu un message dans ma boîte courriel qui a piqué ma curiosité. Je l’ai ouvert et j’ai constaté, à ma grande surprise, que c’était une lettre de deux personnes qui sont venues visiter la région de l’Abitibi-Témiscamingue récemment. La lettre était signée par un homme et sa femme originaires de la Suisse plus précisément de la région de Neuchâtel. Ils sont venus dans notre région en hiver. Normalement, ce n’est pas la saison qui attire le plus de visiteurs au Québec. Toutefois, selon mon point de vue, je crois que cette saison nous permet de nous démarquer par les paysages enchanteurs que peut nous offrir l’hiver et les activités peu communes et peu (ou pas du tout) pratiquées dans d’autres pays.

Je vous épargne la lettre complète, mais je vais vous insérer quelques segments ici et là pour vous montrer ce que les auteurs de la lettre ont pensé de notre belle Abitibi Témiscamingue.

Remarquable et trop magnifique!

Lors de leur visite en février dernier, ils ont séjourné chez des amis de longue date. C’était leur premier séjour dans la région. Ils ont trouvé la région « remarquable et trop magnifique ». Lors de leur séjour, le couple a fait une escapade dans nos forêts boréales enneigées et fait de la pêche sur la glace avec une vraie cabane de pêcheur. Ils ont aussi visité quelques attraits dont le Refuge Pageau à Amos, la Cité de l’Or à Val-d’Or et on fait du chien de traineau. « La grande classe ! » Ils ont vécu de merveilleux jours parmi nous dans la région et grâce à leurs amis, les visiteurs disent avoir découvert des beautés qu’ils conserveront dans leurs mémoires.

Il n’y a pas que des activités

Bien que le couple ait apprécié toutes les activités qu’ils ont pu découvrir et faire lors de leur séjour, d’autres éléments très importants ont conquis le cœur de nos visiteurs. Le couple a été comblé par beaucoup plus. Voici ce qu’ils ont dit dans leurs propres mots :

 

  • Votre sens de l’accueil et de l’hospitalité de manière globale est incomparable avec d’autres pays ;
  • Votre sens du partage et de l’échange est remarquable ;
  • Vous offrez une authenticité tant au niveau de vos habitants que de votre superbe nature ;
  • Vous permettez à vos visiteurs de se ressourcer et bénéficier d’un repos sans précédent ;
  • Vous avez une proximité et un contact entre les personnes qui est remarquable ;
  • Vous disposez de valeurs touristiques exceptionnelles ;
  • Vous maintenez un atout important dans ce monde moderne ou tout se traduit par l’anglophonie : LE FRANÇAIS.

Dans la lettre, ils ajoutent aussi que notre territoire inspire le calme et la simplicité. Deux concepts de plus en plus rares dans la société un peu folle et effrénée d’aujourd’hui. L’Abitibi-Témiscamingue permet de prendre le temps d’apprécier les petits bonheurs de la vie, de contempler la richesse de notre nature.

J’ai été touchée à la lecture de cette lettre. Il faut dire que c’était à la mi-mars au moment où la Covid-19 avait mis sur pause toute l’industrie touristique (mais aussi toutes les industries, ou presque). Cette lettre m’a permis de réfléchir. Réfléchir sur la façon dont on perçoit les choses du quotidien. Bien que je sois quelqu’un qui apprécie facilement les petits bonheurs anodins, il m’arrive parfois d’oublier la chance qu’on a de vivre sur un si beau territoire.  Je me suis posé cette question : pourquoi ces visiteurs voient-ils tout ce potentiel alors que, nous, on l’oublie souvent ? Je crois que notre région mérite sincèrement d’être découverte et redécouverte par ses propres habitants.

Ça tombe bien, parce que cet été ne sera pas comme toutes les autres saisons estivales que nous avons connues. Nous serons encouragés à voyager localement. Alors, ce sera le moment parfait pour faire le tour de notre région, visiter nos attraits, visiter nos forêts, visiter notre propre ville et les autres villes de la région. Pourquoi ne pas louer une chambre d’hôtel, un terrain de camping ou un chalet ? Pourquoi ne pas planifier des activités et créer une liste d’endroits que vous voulez découvrir comme on le fait lorsqu’on voyage ailleurs? Cet été, ce sera le meilleur moment pour connaitre la juste valeur de notre région et l’apprécier telle qu’elle est. Prenez le temps.

Bonne saison estivale à tous !

Photo de couverture | Trinity Treft sur Unsplash

Le canot-camping, une expédition qui ne date pas d’hier

Le canot-camping, une expédition qui ne date pas d’hier

Au Québec, le canot est un symbole. Il est présent depuis bien avant l’arrivée des premiers colons. Construit et utilisé par les autochtones du territoire, le canot est depuis bien longtemps une embarcation nautique qui permet de faire des expéditions un peu partout au Québec et au Canada par les voies navigables. Le canot fait partie de notre histoire et continu d’en faire partie. Aujourd’hui, il n’est plus utilisé comme moyens de transport pour le commerce, mais plutôt comme une embarcation de loisirs.

Avec le canot, il est fréquent de faire des expéditions de canots-camping. L’Abitibi-Témiscamingue est l’une des destinations reconnues pour ce type d’activité. C’est grâce à son histoire et à son environnement qu’elle se classe parmi les régions les plus populaires. Découvrez dans ce billet de blogue comment le canot est devenu un loisir de choix en Abitibi-Témiscamingue.

L’origine du canot

Souvent, ce que nous montrent les livres d’histoire à propos du Québec débute lorsque les Français sont arrivés sur le territoire de la Nouvelle-France. Toutefois, dans le cas du canot, son histoire remonte à bien avant l’arrivée des premiers colons au Québec. En effet, l’embarcation que nous connaissons aujourd’hui comme un canot fût inventée par les autochtones. Il était leur seul moyen de transport sur l’eau. C’était donc une nécessité pour eux. Après l’arrivée des Européens sur le continent, le canot est devenu un moyen d’explorer le territoire et pour y faire du commerce de fourrure. Il était léger et facile à manœuvrer dans les cours d’eau qui parcourent le Québec comparativement aux bateaux européens. C’est grâce à ces embarcations que la célèbre Compagnie de la Baie d’Hudson a pu parcourir le nord-ouest du territoire. La compagnie est par le fait même étroitement liée au développement du Québec ainsi qu’à sa colonisation dont l’Abitibi-Témiscamingue fait partie.

Les canotiers du Nord-Ouest vers Montréal à l'Expo 67

Photo | Archives les Canotiers du Nord-Ouest

Le canot, un symbole

Il existe plusieurs types de canot. Il y a d’abord le canot du maître. C’est une embarcation plus large qui peut transporter plus de personnes (dix à douze pagayeurs) et plus de marchandises. Il est aussi nommé le canot de Montréal puisqu’en raison de sa longueur (12 mètres) il ne pouvait passer dans les plus petits cours d’eau qui s’éloignent de la métropole. Ensuite, il y a le canot du nord. Celui-ci est plus petit (7 mètres) et nécessite moins d’hommes (six à huit pagayeurs). Il était souvent utilisé dans les expéditions au nord-ouest puisque c’était plus facile pour les coureurs des bois de naviguer les rivières agitées et de le transporter lors des portages. Il pouvait cependant transporter moins de marchandise. Le dernier type de canot est le canot léger. Plus petit (5 mètres), il servait davantage à transporter des gens importants plutôt que pour le transport de marchandises.

Utilisez depuis des siècles, le canot est maintenant un symbole de l’identité nationale canadienne. Présent depuis toujours sur le territoire, il a été utilisé par les explorateurs et est encore utilisé aujourd’hui. Certains moments de l’histoire du Québec ont renforcé l’image identitaire du canot. On peut penser ici à la légende de la Chasse-galerie et, en Abitibi-Témiscamingue, l’expédition des canotiers du Nord-Ouest en 1967 lors de l’exposition universelle.

Pagaie expédition de canot-camping présenté dans les voyages virtuels Abitibi 360

Photo | Régis Massicotte

Un voyage historique dans l’histoire du canot-camping

La vocation première du canot servait comme moyen de transport. Toutefois, depuis le déclin du commerce de fourrure au 19e siècle, la vocation du canot change et tend plus vers le véhicule récréatif. Son utilisation de façon récréative n’était pas de la façon dont nous connaissons aujourd’hui. Les expéditions en canot n’existaient pas. C’était plutôt une embarcation qui servait pour la pêche par exemple.

Un événement marquant en Abitibi-Témiscamingue est venu marquer le début du développement des excursions de canot. Vers la fin des années 1960, le Québec, plus précisément Montréal, se préparait à accueillir l’exposition universelle communément appelée l’Expo 67. Grâce à cette exposition, le Canada et le Québec ont pu s’ouvrir sur le monde et être reconnus par tous. C’est à ce moment que l’organisation Les Canotiers du Nord-Ouest s’est créée. L’organisation voulait profiter de cet élan afin de faire découvrir à tout le pays que la région de l’Abitibi-Témiscamingue était une région dynamique. Il voulait aussi rendre hommage aux coureurs des bois, aux explorateurs et aux missionnaires qui sillonnaient le territoire par la route maritime ‘’transcanadienne’’ qu’est la rivière des Outaouais en recréant leurs excursions à l’époque de la traite de fourrure. Le projet Expé-Expo 67 s’est formé, invitant plusieurs canotiers à prendre part à l’expédition de canot qui a débuté à Rouyn-Noranda et s’est terminée 27 jours plus tard à Montréal. Du 1er juillet au 26 juillet 1967, 110 canotiers répartis dans 55 canots se sont rendus jusqu’à l’île Sainte-Hélène à Montréal après avoir parcouru 1 033 kilomètres et fait du camping sur les rives du trajet. À l’époque, c’était tout qu’un exploit (ça l’est encore aujourd’hui d’ailleurs). Tout le monde croyait qu’ils ne se rendraient pas jusqu’à la destination. Ils canotaient environs 42 miles (67 kilomètres) par jour.

Après ce voyage, Les Canotiers du Nord-Ouest ont décidé de démocratiser les expéditions de canots. L’organisation a donc continué à organiser annuellement des expéditions sur les rivières du Québec et à offrir des formations aux jeunes canotiers. C’est un peu grâce à la passion et la fierté des Canotiers du Nord-Ouest que les expéditions en canot sont aujourd’hui ouvertes à un plus large public.

Si vous êtes curieux de revivre cette expédition et de connaitre un peu plus en détail l’Expé-Expo 67, vous pouvez visionner Pagaie, notre cinquième épisode des voyages virtuels Abitibi 360 disponible sur YouTube. Quelques scènes d’histoire ont été recréées à l’aide de photos d’archives et Paul Lemay vous racontera son expérience personnelle et des anecdotes croustillantes humoristiques.

Photo | Archives les Canotiers du Nord-Ouest

Le canot-camping aujourd’hui

Bien que le canot existe depuis longtemps, les expéditions de canots-camping sont un type d’activité pratiquée depuis récemment. Avant les années 1970, ceux qui pratiquaient le canot-camping étaient les plus aventureux puisque c’était un sport plutôt risqué compte tenu des équipements parfois fragiles pour des expéditions dans des régions plus éloignées. Ce n’est que vers 1950 que les fabricants de canot se sont tournés vers d’autres types de matériaux plus résistants comme l’aluminium et la fibre de verre pour la construction de ceux-ci. À partir de là, le canot fut popularisé petit à petit. Ce n’est que 20 ans plus tard, en 1970, que ce sport d’expédition nautique connut une popularité fulgurante au moment où la société prônait le loisir et les bienfaits de l’activité physique. Voyant l’engouement pour ce nouveau sport, un réseau de parc et de réserves s’est formé pour offrir une offre diversifiée. L’industrie a développé toutes sortes d’expéditions selon le profil du sportif : solo, duo, eau calme, eau vive, expédition, etc. Chacun y trouve son compte, du voyageur seul à la famille complète.

L’Abitibi-Témiscamingue, une des meilleures destinations de canot-camping

Lorsqu’on parle d’une destination parfaite pour le canot-camping, l’Abitibi-Témiscamingue en fait partie.

Sur le territoire, il y a immanquablement la Réserve faunique La Vérendrye qui figure parmi les premiers lorsqu’on parle des meilleurs parcours de canot-camping.  La Réserve faunique de la Sépaq offre plus de 800 kilomètres de parcours nautiques avec des zones aménagées pour y faire du camping aisément. Les parcours sont aussi offerts selon plusieurs niveaux d’expertises et plusieurs distances.

Il y a aussi le Parc national d’Opémican qui permet de faire des expéditions de canot-camping. Nouvellement parc national, ce site devient de plus en plus populaire. Toutes les personnes l’ayant visité mentionnent que l’expédition est à couper le souffle. C’est comme explorer un nouvel endroit que personne n’a encore découvert auparavant. Ce sont de magnifiques paysages sauvages, sans habitation, à perte de vue.

D’autres parcours canotables sont disponibles en Abitibi-Témiscamingue sans offrir de circuits de canot-camping. Il y a bien sûr le Parc national d’Aiguebelle et il y a la rivière Bell à Senneterre qui offre la location de canot et de kayak avec plusieurs parcours de différents niveaux.

Une entreprise d’ici, Exode Bâtisseurs d’aventures, vous offre aussi des parcours de canot-camping en Abitibi-Témiscamingue accompagné d’un guide. L’entreprise vous offre d’embarquer dans une aventure riche et authentique à la découverte des incontournables de l’Abitibi-Témiscamingue.

Sinon, si vous êtes plus du genre à faire des expéditions sans guide, il existe un site bien utile pour trouver les endroits où pratiquer ce sport dans la région. Accès Plein Air répertorie les parcours navigables, mais aussi les parcours de randonnées, de vélo, de ski de fond et bien plus. Pour les amoureux du plein air, c’est le site parfait à consulter avant de partir dans sa prochaine expédition.

Alors, à quand votre prochaine sortie en canot?

 

Sources :

Encyclopédie canadienne : Le canot d’écorce

Encyclopédie canadienne : Compagnie de la Baie-d’Hudson

Patrimoine HBC : Le canot

Archives Canada : Fonds P268 – Les Canotiers du Nord-Ouest

FÉÉPEQ : L’histoire du canotage

Expé-Expo 67 – l’exploit des canotiers du Nord-Ouest

Les voyages virtuels Abitibi 360 sont

Produit avec la participation du :

Fonds Bell

Fonds d’aide au rayonnement des régions

Présenté par :

Beside

Une production de :

Nadagam films

En collaboration avec :

Tourisme Val-d’Or

La Fabrique culturelle

 

 

Image de couverture | Archive Les Canotiers du Nord-Ouest

Le canot-camping une expédition qui ne date pas d'hier de la série des voyages virtuels Abitibi 360