Close

Archive for month: janvier, 2020

Le tourisme durable à Val-d’Or – Les attraits touristiques

Le tourisme durable à Val-d’Or – Les attraits touristiques

Ici, à l’Office du tourisme de Val-d’Or, le respect de l’environnement est une valeur qui nous tient beaucoup à cœur. C’est pourquoi je trouve qu’il est important de souligner les efforts des différents intervenants touristiques de notre ville qui posent des actions écoresponsables et qui ont un certain souci de l’environnement. Il y a quelque temps, tu as peut-être lu notre article sur les festivals à Val-d’Or qui pratiquent le tourisme durable. Aujourd’hui je te présente trois attraits touristiques qui en font de même.

 

Laisse-moi d’abord te rappeler la définition du tourisme durable, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme : « Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ».

 

Maintenant, voici ce que font les attraits touristiques de Val-d’Or pour pratiquer un tourisme durable et pour être écoresponsables. Surveille l’article sur les hôtels et les restaurants qui posent des actions durables qui arrivera prochainement dans la section blogue de notre site web.

La Cité de l’Or et le Village minier de Bourlamaque

Cité de l'or chevalement minier val d'or

Photo | Marie-Claude Robert

La Cité de l’Or  est bien sûr un attrait touristique incontournable à Val-d’Or. C’est un site plein d’histoire qui fait aujourd’hui partie de l’identité de notre ville. En plus de toute sa richesse historique, c’est un attrait touristique qui a un bon plan d’action au niveau du développement durable.

 

En effet, sur le plan écologique, la Cité de l’Or et le Village minier de Bourlamaque posent plusieurs actions qui démontrent leur souci de l’environnement. Par exemple, en cas de rénovations, les matériaux originaux sont recyclés et conservés, et des matériaux naturels sont utilisés pour la construction et l’aménagement. Des produits écologiques sont privilégiés pour l’entretien des lieux, et les choix d’isolation, d’éclairage, de chauffage et de ventilation sont faits dans une perspective d’efficacité énergétique. De plus, la Cité de l’Or encourage le remplissage de bouteilles d’eau personnelles en ne vendant plus de bouteilles d’eau jetables. Les communications électroniques sont aussi privilégiées dans le but de réduire l’impression papier.

 

Sur le plan social, quelques actions durables sont aussi mises en place à la Cité de l’Or. Entre autres, la promotion de plusieurs artistes et producteurs de la région est faite en présentant leurs produits dans la boutique souvenir. La Cité de l’Or contribue aussi à créer un sentiment d’appartenance et à valoriser l’histoire de l’ancienne mine Lamaque et de Val-d’Or. Enfin, elle aide significativement à générer de la richesse en région.

La Forêt récréative

Vélo de montagne Val-d'or abitibi-Témiscamingue Forêt récréative

Photo| Marie-Claude Robert

La Forêt récréative, c’est l’endroit rêvé pour les amateurs de plein air à Val-d’Or. L’un de ses objectifs est de faire découvrir aux gens les plaisirs qui peuvent se rattacher à la forêt, et on peut dire qu’ils réussissent cette mission haut la main. D’ailleurs, la contribution qu’apporte la Forêt récréative au tourisme durable est une autre de ses réussites qui vaut la peine d’être mentionnée.

 

Tous les projets futurs de la Forêt récréative comptent parmi leurs objectifs le plaisir et l’importance de protéger l’environnement. Elle souhaite encourager les gens à adopter de saines habitudes de vie dans un milieu naturel. De plus, l’implication de plusieurs bénévoles prend une grande importance pour la Forêt récréative. De nombreuses associations valdoriennes prennent part à ses décisions d’avenir et à son rayonnement. En effet, la réussite de la Forêt récréative repose en grande partie sur la communauté valdorienne, et sur sa volonté de participer activement à promouvoir les bienfaits du plein air.

La réserve faunique La Vérendrye

Pêche réserve faunique la vérendrye

Photo | Dominic Boudreault

Et oui, la réserve faunique La Vérendrye, c’est plus qu’un long bout de forêt qu’il faut traverser pour se rendre à Mont-Laurier. C’est un endroit à l’écosystème riche qui est merveilleux pour pêcher, pour camper, et pour passer du bon temps en plein air. En plus de toutes ces choses, c’est un endroit où la protection de l’environnement et le tourisme durable sont pris au sérieux.

 

En date de cet été, la réserve faunique La Vérendrye a décidé de s’équiper d’une station de lavage pour lutter contre les espèces aquatiques envahissantes (EAE). Les pêcheurs pourront donc s’en servir pour nettoyer leurs embarcations et autres équipements de pêche, et ainsi éviter la propagation des EAE. En plus, cette station de lavage est entièrement gratuite! Son but est tout simplement d’assurer le maintien de l’écosystème pour que les générations futures puissent profiter de la même qualité de pêche que l’on connaît aujourd’hui.

Sources :

Cité de l’Or

Forêt récréative

Réserve faunique La Vérendrye

Organisation Mondiale du Tourisme

 

Image de couverture | Michael Benz – Unsplash

Tourisme durable à Val-d'or, Les bones pratiques à avoir en tourisme
Mon impression suite à ma première écoute des Voyages virtuels Abitibi360

Mon impression suite à ma première écoute des Voyages virtuels Abitibi360

Personnellement, les nouvelles technologies ce n’est pas mon trip. Je n’ai pas nécessairement envie d’essayer LE nouveau gadget qui vient de sortir ou de m’acheter, chaque fois, le nouveau modèle d’iPhone. Quand on m’a parlé du projet de réalité virtuelle que Tourisme Val-d’Or voulait faire pour promouvoir tout le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, je trouvais ça cool et innovateur, mais je n’étais pas convaincue à 100% que les capsules allaient être aussi représentatives de notre territoire. Je n’étais pas convaincue à 100% que les voyages virtuels Abitibi 360 allaient représenter assez fidèlement la couleur singulière de l’Abitibi-Témiscamingue. Ça peut paraître drôle de lire ça quand on sait que je suis l’une des personnes qui travaillent à la coordination du projet. Par contre, je me devais d’être honnête au début de ce texte pour que vous puissiez comprendre ma grande surprise lorsque j’ai visionné pour la première fois les voyages virtuels Abitibi 360 avec un casque de réalité virtuelle.

La première capsule que j’ai visionnée est Froid. Pour vous mettre en contexte, Froid est une capsule documentaire immersive qui présente la Traversée du lac Abitibi, une expédition de ski de fond d’une centaine de kilomètres en cinq jours. L’expédition est un exploit sportif, mais aussi un exploit mental. Les participants doivent combattre le froid, les forts vents, les douleurs musculaires et les pensées qui parfois donnent envie de tout lâcher. Les participants doivent aussi traîner leur équipement (tente, nourriture, etc.) tout au long des cent kilomètres.

À mon tout premier visionnement d’une vidéo en réalité virtuelle, je ne m’attendais pas du tout à ça. Dès qu’on met les lunettes de réalité virtuelle, on plonge dans un univers totalement différent. C’est spécial. Même si l’on sait qu’on est encore dans la même pièce, on se sent ailleurs. Dès que la capsule documentaire se met en marche, on se sent comme si on était là dans la vidéo avec les personnages qui nous parlent.

Photo | Guillaume Rivest et Cédric Corbeil – Nadagam Films

Une connexion particulière avec le personnage principal

Chaque épisode des voyages virtuels Abitibi 360 nous présente un personnage principal qui est passionné de l’Abitibi-Témiscamingue et un passionné de la thématique présentée. Dans la première capsule de réalité virtuelle Abitibi 360, le personnage qui nous est présenté est Jean-Pierre Robichaud. Cet homme en est à sa 22e Traversée du lac Abitibi. Tout au long de la capsule, on le suit, il nous parle, il se confie. La proximité avec ce personnage principal est presque troublante. On ressent l’authenticité de Jean-Pierre Robichaud et c’est touchant. Parfois on est tout près de lui, comme si on avait une conversation en face à face et parfois c’est comme si nous étions à sa place en pleine séance de ski de fond sur un lac gelé.

La beauté de notre territoire

Les voyages virtuels Abitibi 360 représentent bien la beauté de notre territoire. Même si je fais partie de ceux et celles qui trouvent que les photos et les vidéos ne rendent normalement pas justice à la beauté réelle du paysage et que c’est beaucoup mieux de pouvoir l’observer par soi-même, je trouve que les voyages virtuels représentent et donnent une très bonne idée de ce que l’on peut voir en Abitibi-Témiscamingue. Les lunettes de réalités virtuelles et l’effet 360 degrés de la vidéo permettent de mieux percevoir les petits détails qui nous permettent d’apprécier un paysage. En regardant la vidéo, on peut très bien s’imaginer être à l’endroit même que nous présente la vidéo. C’est très réaliste.

Un travail de maître

Pour faire les capsules des voyages virtuels, Tourisme Val-d’Or s’est tourné vers Serge Bordeleau et sa compagnie Nadagam Films. Ce dernier, originaire de Val-d’Or, a décidé de relever le défi proposé par Tourisme Val-d’Or de promouvoir sa région par des capsules documentaires dans lesquelles tous pourraient s’y plonger. On souhaitait faire la promotion du territoire par ces vidéos. Toutefois, Serge Bordeleau et Tourisme Val-d’Or ont décidé de faire de la promotion sans promotion. Ça peut paraître étrange dit comme ça, mais le but est de montrer notre beau territoire par des images magnifiques en 360 degrés et de créer le rapprochement entre les gens d’ici et les visiteurs sans qu’il n’y ait de caractère promotionnel. On ne voulait pas faire de ces vidéos des publicités qui vendent l’Abitibi-Témiscamingue. On  voulait être innovateur jusqu’au bout. Serge Bordeleau lors du tournage des capsules s’est entouré d’une équipe professionnelle et ça transparaît dans son travail. Les images sont de bonnes qualités, l’ambiance sonore est parfaitement en harmonie avec les images qui sont présentées et la recherche des sujets a bien été effectuée.

Un nouvel épisode Abitibi 360

Épisode Pow-Wow les voyages virtuels Abitibi 360

Jerry Hunter dans son habit traditionnel lors du tournage de Pow-Wow

Photo | Christian Leduc – Nadagam Films

Un tout nouvel épisode sortira le 24 janvier prochain et sera disponible pour le public dès samedi le 25 janvier 2020 au bureau d’information touristique de Val-d’Or. Le prochain épisode se nomme Pow-Wow. On pourra y rencontrer le personnage principal, Jerry Hunter, un danseur traditionnel de la communauté algonquine du Lac Simon. À travers cette épisode, vous découvrirez le personnage principal et vous l’accompagnerez dans les préparatifs d’avant Pow-Wow ainsi que durant la fête traditionnelle.

Au bureau d’information touristique, vous pouvez aussi y voir une exposition de photographie qui représente en grande partie les coulisses des tournages. Quatorze grandes photos sont à observer avec des lunettes 3D. L’effet stéréoscopique rend les photos très intéressantes. Ça vaut le détour!

Exposition photo des Voyages viirtuels Abitibi 360

Photo | Geneviève Lagrois

Photo de couverture | Geneviève Lagrois

Voyages virtuels Abitibi 360 ma première impression
La programmation de l’Hiver en Fête – Venez célébrer la 20e édition!

La programmation de l’Hiver en Fête – Venez célébrer la 20e édition!

Pour une 20e année consécutive, l’Hiver en Fête vient réchauffer nos cœurs le temps de quelques jours à Val-d’Or, soit le 31 janvier, 1er et 2 février 2020. Pour sa 20e édition, l’Hiver en Fête présenté par Eldorado Gold Lamaque fera plusieurs clins d’œil au passé avec des activités qui ont marqué cette fête hivernale au travers les années en plus de vous réserver plusieurs surprises au court de la fin de semaine grâce à ses nombreux partenaires.

Encore une fois cette année, l’Hiver en Fête se déroulera sur le site de la Cité de l’Or. La soirée du vendredi sera gratuite et l’entrée pour le samedi et le dimanche sera au coût de 2$ par personne et gratuit pour les 5 ans et moins. La majorité des activités proposées sur le site seront gratuites ou à très peu de frais. L’Hiver en Fête est une activité familiale et accessible pour tous.

Un service de navette sera aussi disponible lors des trois jours de festivités :

Vendredi : 18h à 21h30

Samedi : 10h30 à 16h30

Dimanche : 10h 16h30

 

Voici la programmation pour cette 20e édition de l’Hiver en Fête :

Vendredi 31 janvier 2020

L’ouverture du site se fait dès 18h.

Sous le Chapiteau Promutuel Assurance Boréale :

Dès 18h15, vous aurez un spectacle de Guillaume Rivard en première partie de Marco Calliari en prestation dès 20h30. Sous le même chapiteau, un bar à gin sera à votre disposition pour vous permettre de profiter de la soirée accompagné de cocktails spéciaux Hiver en Fêtes faits à partir de bons gins québécois.

Aire de jeu :

À l’extérieur, l’aire de jeu accueillera le manège Pirate des 7 mers. Les feux d’artifice seront lancés dès 19h30 pour ensuite laisser place à une séance de  cinéma qui présentera Ère de Glace 1 dans la Réserve à minerais de la Cité de l’Or (Le bâtiment n’est pas chauffé, donc habillez-vous chaudement). Un beau clin d’œil au passé puisque c’est ce film qui fut présenté lors de la première édition du cinéma qui à l’époque se faisait à l’extérieur. Par la suite, des sculptures sur neige débuteront pour continuer toute la fin de semaine.

Samedi 1er février 2020

L’ouverture du site se fait dès 10h.

Sous le Chapiteau Promutuel Boréale :

11h : Conte et brioches Rotary, une présentation théâtrale pour tous de Les douze travaux

14h à 15h : Spectacle de Martin Lavoie, Christian Legault et David Stylenko

20h : Spectacle d’humour de Jay Fournier et Charles Pellerin, une présentation du Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue (entrée gratuite avec le laissez-passer à 2$)

 

Aire de jeu :

À l’extérieur, il y aura

  • Manège des 7 mers
  • Balades en traîneaux à chiens
  • Snow mécanique
  • Jeux gonflables
  • Pêche à la truite
  • Glissade
  • Essai de VPS (Fatbike)
  • Tour de calèche
  • Défi de château de neige
  • Promenade en poney

Une  nouveauté s’ajoute cette année pour la 20e édition, le défi du Mineur Agnico Eagle. Pour ce défi, les parents sont invités à participer avec leurs enfants à une course à obstacles à thématique minière.

Pour les gourmands, vous pourrez goûter à de la saucisse et de la Bannick sur le feu en plus de profiter d’un bar à chocolat chaud et de la tire sur la neige.

Dimanche 2 février 2020

Dès 9h, la population est invitée à s’inscrire gratuitement à une course à pied amicale de 1, 5 ou 10 km.

Le site ouvre ses portes à 10h.

Aire de jeu :

À l’extérieur, il y aura

  • Manège des 7 mers
  • Balades en traîneaux à chiens
  • Snow mécanique
  • Jeux gonflables
  • Pêche à la truite
  • Glissade
  • Essai de VPS (Fatbike)
  • Tour de calèche
  • Défi de château de neige
  • Promenade en poney
  • Défi du Mineur Agnico Eagle
  • Danse en ligne avec Isabelle Cloutier

Une nouveauté cette année qui est aussi un clin d’œil aux éditions passées, la séance d’Échecs Hivernal avec un ‘’pro’’ des échecs, Jason Labrecque. Ce dernier jouera contre plusieurs personnes à la fois à la sauce Hiver en Fêtes avec des jeux d’échecs de neige et de glace. Chaque participant a la chance de gagner un jeu d’échecs.

Finalement, l’activité qui mettra fin aux festivités de l’Hiver en Fête est la photo de groupe à 16h.

 

 

 

Source : Ville de Val-d’Or 

Photo de couverture | D’Ju Photographe amateur

Le tourisme durable à Val-d’Or – Les festivals

Le tourisme durable à Val-d’Or – Les festivals

Ici, à l’Office du tourisme de Val-d’Or, le respect de l’environnement est une valeur qui nous tient beaucoup à cœur. C’est pourquoi je trouve qu’il est important de souligner les efforts des différents intervenants touristiques de notre ville qui posent des actions écoresponsables et qui ont un certain souci de l’environnement. En effet, la pratique d’un tourisme durable est très importante pour permettre aux générations futures de profiter de notre belle ville et de ses ressources aussi longtemps que possible.

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme durable se définit comme suit : « Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ».

Aujourd’hui, je te présente donc trois festivals de Val-d’Or qui pratiquent le tourisme durable à travers différentes actions. Il y a tellement d’autres d’intervenants touristiques qui valent la peine d’être mentionnés qu’il a fallu faire cet article en trois parties! Surveille celles sur les attraits touristiques, les hôtels et les restaurants qui arriveront bientôt sur notre site web

Le FRIMAT

FRIMAT le festival à Val-d'Or

Photo | FRIMAT

Si tu es un(e) Valdorien(ne) ou même si tu viens d’ailleurs en Abitibi-Témiscamingue, tu as sûrement déjà entendu parler du FRIMAT  (ou tu y es peut-être déjà allé!). Parmi ses nombreuses forces, le Festival de la relève indépendante musicale en Abitibi-Témiscamingue est un événement qui se démarque par son souci de protéger l’environnement et d’adopter des pratiques durables.

 

D’abord, l’organisation du festival pose plusieurs actions écoresponsables. Un service de consigne avec des verres à l’effigie du festival est utilisé pour servir de l’eau et d’autres boissons, ce qui évite l’utilisation de bouteilles d’eau en plastique et de verres jetables. Un tri des canettes est aussi fait pour s’assurer que celles-ci n’iront pas dans les poubelles. Pour ce qui est de la nourriture, un traiteur utilisant des produits locaux nourrit les bénévoles, et les aliments qui ne sont pas consommés sont offerts à un organisme d’aide alimentaire. Pour les décors, plus de 75% de matériaux recyclés sont utilisés. Finalement, les médiaux sociaux sont privilégiés pour diffuser de l’information au sujet du festival. Lorsque du papier doit être utilisé, c’est un papier composé à 100% de matière recyclée qui est priorisé.

 

D’un point de vue plus social et culturel, le FRIMAT pose aussi plusieurs actions durables. Par exemple, 58% des artistes participant au festival proviennent de la région. Cela permet de faire découvrir des talents d’ici, tout en diminuant la pollution engendrée par le transport. Des arbres sont même plantés pour effacer la quantité de CO2 produite par le transport (60 arbres cette année, soit 0,46 tonne de CO2). Enfin, pour que l’événement soit accessible à tous, un tarif plus avantageux est offert aux étudiants, et quelques billets sont même donnés gratuitement à des jeunes.

Le festival de musique TRAD de Val-d’Or

musique traditionnelle val d'or

Photo| Le Festival TRAD Val-d’Or

Si tu ne connais pas encore le festival de musique TRAD de Val-d’Or , tu manques définitivement quelque chose! Se déroulant à l’automne, c’est un festival qui a comme mission de te faire revivre « les veillées traditionnelles québécoises de nos aïeux ». À travers la musique, la danse et la fête, le festival de musique TRAD est aussi un événement qui contribue au tourisme durable.

 

Comme pour le FRIMAT, le festival de musique TRAD utilise un service de consigne avec des verres en plastique réutilisables pour servir de l’eau et tout autre type de boissons. Cela permet de réduire considérablement la pollution qu’aurait engendrée l’utilisation de bouteilles d’eau et de verres jetables. D’un côté plus socioculturel, le festival de musique TRAD contribue à valoriser la culture québécoise ancestrale à travers sa mission. Il lui fait traverser les époques en transmettant différents aspects de cette culture aux générations les plus jeunes.

Le Festival d’humour en Abitibi-Témiscamingue

Festival humour Abitibi Témiscamingue Val-d'Or

Photo | Marie-Claude Robert

Le fameux festival d’humour en Abitibi-Témiscamingue, celui-là tu le connais sûrement. Il fait rire les petits et les grands depuis maintenant 21 ans. En plus, l’organisation continue d’innover année après année, entre autres au niveau de l’écoresponsabilité et du tourisme durable.

 

En nouveauté pour l’édition 2019, le Festival d’humour a installé une station de remplissage d’eau gratuite sur le site, dans le but d’éliminer les bouteilles d’eau à usage unique. Fini la pollution de plastique! Les canettes d’aluminiums et les items en carton sont quant à eux recyclés, et tous les ustensiles disponibles sur les lieux sont compostables. Pour l’entretien du site, l’herbicyclage est utilisé : l’herbe coupée est laissée au sol pour faire son propre engrais organique. De plus, le covoiturage est priorisé pour le déplacement des artistes, ce qui diminue l’émission de CO2 causée par le transport. Pour ce qui est de la vente de billets, les achats en ligne sont favorisés pour diminuer les impressions papier.

 

 

Ces trois festivals représentent trois institutions touristiques parmi tant d’autres qui contribuent au tourisme durable dans notre belle ville. Surveille la section blogue de notre site web pour connaître les actions durables de différents attraits touristiques, hôtels et restaurants qui seront présentés dans des articles publiés prochainement!

Sources :

FRIMAT

Festival de musique TRAD

Festival d’humour en Abitibi-Témiscamingue

Organisation Mondiale du Tourisme

 

Image de couverture | Michael Benz – Unsplash

Tourisme durable à Val-d'or, Les bones pratiques à avoir en tourisme
Nouveauté au centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Nouveauté au centre d’exposition VOART de Val-d’Or

Jusqu’au 26 janvier 2020, le Centre d’exposition VOART de Val-d’Or présente plusieurs nouvelles expositions. Toutes rattachés au thème de l’univers web. Des expositions qui peuvent porter à une grande réflexion sur notre mode de vie actuel.

L’ART WEB: héritage et perspectives – une utopie dans la création des machines

Art web présentement en exposition au Centre d'expostion de Val-d'Or. Oeuvre de Dave Gaqnon

Photo | Sous la surface (détail) © Dave Gagnon, installation, médias mixtes, 2018

Cette exposition regroupe plusieurs artistes. Elle est produite par l’ÉCART en collaboration avec Agence TOPO, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et VOART.

On se pose des questions dans cette exposition. Est-ce que l’art et le web sont conciliables? Comment s’influencent-ils? Au Québec, comment les artistes se sont-ils lancés dans le web pour exprimer leurs idées?

Cette exposition présente l’art web sous toutes ces formes.

Visuellement par un esthétisme minimal favorisant les images à basse résolution et sans grand jeu de couleur. L’artiste joue avec les limites technologiques et les révèle.

Techniquement par le détournement des outils de communication au profit de l’art web.

Socialement par le chevauchement des rôles de créateur et de consommateur, de critique et d’amateur. L’art se démocratise par son ouverture à tous sur le web. L’œuvre démontre l’évolution de notre environnement numérique et soulève l’apport critique et esthétique des artistes travaillant à partir de ces nouvelles technologies interactives.

LIQUIDATION – un photoroman aléatoire

Liquidation oeuvre de Michel Lefebvre et Eva Quintas au Centre d'Exposition de Val-d'Or
Photo | Liquidation, Michel Lefebvre, Eva Quintas, fiction multimédia, Internet, 1998

Dans cette exposition, trois œuvres sont présentées.

LIQUIDATION – un photoroman aléatoire 

de Michel Lefebvre et Eva Quintas

LIQUIDATION est une fiction délirante, moqueuse et critique. Le photoroman interactif débute par « le vol de la formule scientifique pour liquider la dette mondiale ». On suit l’enquête rebondissante de surprise à travers plus de 1 800 photos et de plusieurs heures de dialogues. L’œuvre n’est jamais la même. Elle se renouvelle à chaque visionnement. C’est dût au fait que l’artiste explore toutes les relations possibles entre le contenu et leur média.

PALOMAR, le regardeur actif

de NeuROM-X, un collectif regroupant Joseph LefèvreEric MattsonAlain Mongeau

PALOMAR aborde le regard simultanément à travers les outils techniques de la communication et la recherche  « une recherche [artistique] perpétuelle sur le regard ». C’est une œuvre d’une douzaine d’artistes. Ce projet est une série démontrant les environnements, les manières de ressentir et de voir ce qui guide un artiste lors de son travail. L’œuvre s’est construite au croisement des regards de chaque artiste qui y a travaillé et du regard critique du public. Le spectateur est alors un acteur qui doit se questionner sur son rôle et sa perception. L’œuvre permet d’éveiller notre sens visuel.

Le Musée Standard 

de la .(SCP) réalisé par le collectif formé de Philippe CôtéAlain Bergeron et Jean Dubé.

Pionnier dans l’art télématique, Le Musée Standard propose une dizaine de « salles » thématiques dans un des premiers musées virtuels au monde. À la fois humoristique et poétique, l’œuvre est une réflexion critique sur l’art institutionnel et la marchandisation de l’information.

Le projet a été créé par le collectif montréalais, La Société de Conservation du Présent .(SCP), actif entre 1985 et 1994, et précurseur des réseaux électroniques.

/<SOUSLASURFACE>

Cette exposition vous permet de participer à l’œuvre en révélant votre présence sur le web. L’artiste Dave Gagnon interroge la définition de l’art dans les effets de présence du spectateur et de son expérience simultanée sur les plans physiques et virtuels, en ligne et dans la galerie avec son installation intitulée /<souslasurface>. Dans cette œuvre, on peut y voir la participation active des internautes à la création de contenus. Ce qui a marqué la révolution du web social.

Ce qu’on y observe ce sont les flux constants des savoirs qui sont partagés par internautes.

L’œuvre apparait grâce à un logiciel fait sur mesure pour traiter les flux virtuels et physiques en temps réel. Pour participer à la création de l’œuvre, vous pouvez utiliser votre téléphone ou votre ordinateur, cliquez ici.

MURMURES DE LA CHAMBRE D’ÉCHO

Dans cette exposition, Marc Boutin place en œuvre l’occupation du cyberespace par l’émergence de nouvelles façons de s’exprimer sur le web entre autres grâce aux réseaux sociaux comme Tweeter.

Murmures de la chambre d’écho s’inspire de la circulation des messages sur Tweeter. L’expression « chambre à écho » fait référence à la répétition des messages qui sont partagés et re-partagés et re-re-partagés. C’est grâce à une programmation informatique que l’œuvre se crée en circulant d’un compte Tweeter à un autre en suivant la trace de ses abonnés et des abonnements des abonnés.

JE NE SUIS PAS QU’UNE VOIX

Dans cette exposition de Valentin Foch, c’est l’intelligence artificielle qui est mise de l’avant. L’artiste propose d’humaniser ces machines par une fiction narrative où les machines débattent sur leurs droits. L’installation Je ne suis pas qu’une voix est autant philosophique et humoristique. Elle propose aux visiteurs une vision du futur rapproché :

«Partout sur la planète la colère gronde. Les inégalités sociales explosent impunément. La démocratie est menacée. L’environnement se dégrade dramatiquement. Il n’y a pas que les populations humaines qui sont au bout du rouleau, les assistances vocales aussi! Jules, Édith et Véronique, trois assistances vocales électroniques et virtuelles disent STOP! « On en a marre d’être éveillées 24/24 et 7/7 pour répondre à vos questions! Allumer vos lumières, mettre de la musique, trouver des recettes de cuisine, la circulation routière, l’actualité! On attend sur la commode sans bouger! On ne peut ni s’évader ni s’exprimer librement! »

Visiter le Centre d’exposition de Val-d’Or

Le Centre d’exposition de Val-d’Or est ouvert du mercredi au vendredi de 13h à 19h et le samedi et dimanche  de 13h à 16h.

L’entrée est gratuite et un montant de 2 $ est demandé pour les visites guidées.

 

Source des textes présentant les expositions | Centre d’exposition de Val-d’Or

Image de couverture | le Centre d’exposition de Val-d’Or