Close

Archive for month: juin, 2018

Les nouveautés touristiques 2018 en Abitibi-Témiscamingue

Les nouveautés touristiques 2018 en Abitibi-Témiscamingue

On a de quoi t’impressionner avec un paquet de super nouveautés prévues pour l’été 2018 à Val-d’Or et en Abitibi-Témiscamingue !

Hébergement

Microtel Inn & Suites Whyndam – Hôtel

Au niveau de l’hôtellerie, Val-d’Or compte maintenant un nouvel hôtel tout beau tout neuf qui t’offre l’accès à une salle de conditionnement physique, une piscine intérieure (avec des glissades pis toute, les enfants trippent !), une salle de réunion et une salle à manger pour les déjeuners chauds et complets. Il s’agit du Microtel Inn & Suites Whyndam, le premier établissement de cette chaîne hôtelière à s’établir au Québec. Il est situé sur la 3e Avenue, en face de la rue de l’Escale.

double room microtel valdor

Studios Le Dorion – Résidence de tourisme

Tu cherches une alternative unique à l’hébergement traditionnel dans l’environnement paisible de la ville? La compagnie immobilière Tri-Logis t’offre les résidences de tourisme Le Dorion. Ses trois grands studios de luxe, dont la décoration s’inspire des styles classique, contemporain et chaleureux, te charmeront. Les unités sont en location pour un minimum de six nuitées. Rendez-vous dans le quartier résidentiel au coin de la rue Dorion et du boulevard Forest pour un séjour dans le confort et le calme.

Tri-Logis studios à louer Val-d'Or abitibi-Témiscamingue

La Porte de l’Abitibi – Camping, motel et résidence de tourisme

On a changé de propriétaire au camping Le Relais, situé près de l’entrée nord de la réserve faunique La Vérendrye. Maintenant appelée La porte de l’Abitibi, on t’offre des sites de camping et des chambres de motel pouvant se transformer en petits appartements. Le dépanneur et la station d’essence sont ouverts à nouveau. En plus des services d’hébergement et de station-service, tu peux venir y faire de nombreuses activités telles que du VTT et du paddle board.  Les jours de pluie et les soirées froides ne te décevront plus, il y a sur le site une salle communautaire avec table de billard, de ping-pong, de hockey sur table et une console de jeux PS4!

campping location paddle board abitibi témiscamingue porte de l'abitibi

Activités

Val-d’Or vous raconte son histoire – Circuit théâtral

Cette année, les productions du Raccourci débarquent à Val-d’Or avec leur machine à voyager dans le temps et leur présentation « Val-d’Or vous raconte son histoire ». Il s’agit d’un circuit théâtral déambulatoire qui se fera au centre-ville de Val-d’Or. Les personnages et les événements de l’époque prendront vie devant toi dans les nombreuses mises en scène tout au long du parcours. Accompagné de musiciens et d’une troupe de comédiens, un guide dessinera le portrait de Val-d’Or à l’époque de sa jeunesse rock’n roll. Il partagera des anecdotes étonnantes et rocambolesques sur la ville et sa fondation telles que (!!! attention, spoiler alert !!!) le recrutement des immigrants européens ou encore les fraudes, les coups bas et les contrebandes. Les représentations auront lieu du 29 juillet au 15 août et les billets sont en vente au bureau d’information touristique de Val-d’Or. (Psssst! Fais vite, les places sont limitées et les billets sont très en demande ! En plus, un cadeau sera donné aux 200 premiers billets vendus !)

Achète tes billets à l’Officie du tourisme de Val-d’Or ou en ligne sur valdorvousraconte.com.

valdor vous raconte son histoire mise en scène

Toukiparc – Centre d’amusement intérieur

Nouveauté pour les enfants ! L’ouverture de Toukipark, le plus grand parc d’amusement intérieur en Abitibi-Témiscamingue, est prévue pour juin 2018. Il s’agira du premier centre d’amusement entièrement thématisé au Québec. Il comportera une zone 0-3 ans, un module gigantesque pour les plus grands, jeux virtuels, cinéma 3D, 4 salles thématiques (que tu pourras louer pour l’anniversaire de ton p’tit !) une offre de restauration ainsi qu’une boutique de bonbons, de ballons et d’idées cadeaux! Le thème tropical sera à l’honneur, et on dit même que l’animation sera assurée par trois personnages colorés et énergiques !

Pour vérifier qu’on ne te ment pas et pour plus d’infos : http://www.toukiparc.com/fr/accueil.html.

Toukiparc valdor centre d'amusement enfant

Coucher de soleil musical

Les couchers de soleil sont musicaux cet été à la ville de Val-d’Or. Tous les soirs, seul ou avec ta date, viens au parc Belvédère admirer un coucher de soleil romantique sous une mélodie intitulée « Crépuscule boréal » et composée par Hugues Cloutier, professeur du Conservatoire de musique de Val-d’Or. Écoute-la gratuitement en syntonisant ta radio FM à 100,3 ou en te rendant sur le site web soleilvd.com. Fait assez méconnu, le parc Belvédère est doté d’une bulle WiFi gratuite et ouverte à tous.

tour rotary valdor coucher de soleil musique

Forêt récréative – Plein air

Si t’es un cycliste casse-cou ou fan de bouette, cette nouveauté va t’intéresser. La forêt récréative t’offrira dès cet été une station où tu pourras réparer et nettoyer ton vélo et ce, GRATUITEMENT. Ce service sera et disponible à l’extérieur près du Pavillon Kiwanis-Lemieux. De plus, la forêt récréative offrira bientôt un stationnement pour les véhicules récréatifs. Situé juste avant l’entrée principale du site, les stationnements offriront l’eau et l’électricité.

Pour tous les détails, va sur le site internet de la ville en cliquant ici.

Vélo de montagne Val-d'or abitibi-Témiscamingue Forêt récréative

Musée minéralogique de l’A-T – Attrait

À Malartic, le Musée minéralogique te propose maintenant un carré sable interactif et éducatif qui te captivera. Conçu en partenariat avec des chercheurs de l’Université Davis de Californie, le carré de sable t’en apprendra davantage sur l’histoire des sols de l’Abitibi-Témiscamingue. Tu pourras jouer avec le sable et créer des reliefs pour découvrir comment se forment les montagnes, comment les glaciers marquent les sols et comment se créent les cours d’eau. Tu verras le paysage virtuel changer de couleur selon les formes que tu creuseras dans le sable (ça, c’est vraiment hot).

musée minéralogique malartic Abitibi-Témiscamingue

Circuit culturel de Landrienne – Attrait

Landrienne fête ses 100 ans ! Pour célébrer son centenaire, un circuit culturel présentant l’histoire, les lieux significatifs et la diversité de la municipalité a été mis en place. En plus, c’est gratuit et accessible en tout temps.

Pour plus d’information, tu peux appeler au 819-732-4357 ou visiter landrienne.com.

landrienne 100 ans

Usine d’embouteillage Eska – Visite guidée

Du 24 juin au 15 septembre, à Saint-Mathieu-d’Harricana, des visites sont organisées à l’usine d’Eska, une entreprise d’embouteillage d’eau puisant l’eau à même l’esker de Saint-Mathieu-Lac-Berry, dont les roches glacières font office de filtres naturels. Viens y découvrir le parcours de l’eau de la source naturelle d’Eska jusqu’à l’embouteillage.

Réserve ta place à la maison du tourisme d’Amos. Pour plus d’informations, contacte la maison du tourisme au 819 727-1242 ou rendez-vous sur l’eskawater.com.

visite usine Eska Amos

Camp de base Abitibi – Escalade

Envie de gravier les montagnes ? Camp de base Abitibi est une entreprise en tourisme d’aventure, de sport et plein air qui te fera découvrir l’escalade de rocher et de glace. L’entreprise offre des services de guides, de formateurs, d’animateurs et de location d’équipements partout en Abitibi-Témiscamingue. Les activités sont accessibles à tous et se déroulent dans un milieu naturel et sécuritaire accompagné d’un guide breveté de la Fédération Québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME).

Tu peux contacter l’entreprise au 819 732-7657 ou via Facebook à Camp de base Abitibi.

escalade abitibi

Guide Les Défricheurs du Québec Abitibi-Témiscamingue

En mai dernier, Tourisme Abitibi-Témiscamingue lançait le guide Les défricheurs du Québec Abitibi-Témiscamingue. Destiné aux enfants de 5 à 12 ans, le guide contient des activités, des quiz et des jeux traitant des nombreux attraits touristiques de la région! En plus des activités pour les 26 attraits et activités qui y sont présentées, les enfants ont 7 macarons à collectionner, disponibles au comptoir de l’accueil de chaque attrait qu’ils auront visité.

Les guides sont distribués dans toutes les écoles primaires de l’Abitibi-Témiscamingue, mais pas de panique! Il est aussi disponible dans les bureaux d’information touristique de chaque ville de la région.

toursime jeunes défricheurs abitibi-témiscamingue

Festivals et événements

Le Tour de l’Abitibi – Compétition cycliste internationale

Le Tour de l’Abitibi, qui aura lieu du 16 au 22 juillet 2018, célèbre son 50e anniversaire cette année! Pour fêter son demi-siècle, de nombreuses activités spéciales sont prévues au menu. Trois soirées musicales aux thématiques différentes auront lieu sous un grand chapiteau qui sera érigé en face de l’Hôtel de ville. Le samedi, viens voir le Tour des légendes, une course amicale qui mettra en compétition d’anciens cyclistes et entraîneurs ayant participé au Tour de l’Abitibi depuis les 49 dernières années! Par la suite, une soirée hommage 5 étoiles sera organisée : cocktail de bienvenue, repas quatre services et une bouteille de vin pour quatre personnes seront offerts. Puis, moment tant attendu, les cinq premiers membres intronisés au Temple de la Renommée du Tour de l’Abitibi seront dévoilés. On terminera cette journée mémorable sur une note festive avec une soirée dansante signée Énerdance. En plus, l’entrée est gratuite, et tout le monde est invité !

Fais un tour sur le site internet pour la programmation complète : tourabitibi.com.

Tour cycliste de l'Abitibi Val-d'Or 2018

FestiRib Val-d’Or – Gastronomie

Du 7 au 9 septembre, à la Cité de l’Or, aura lieu le FestiRib, qui fait partie de la plus grande tournée de Ribbers professionnels au Québec. L’entrée et les activités y sont gratuites. Tu retrouveras sur place de nombreux ribbers qui séduiront tes papilles en te proposant des viandes cuites lentement. Il y aura en plus des exposants et des activités pour toute la p’tite famille.

Pour en savoir plus sur l’événement ou visionner la vidéo promotionnelle expliquant très bien l’événement et son ambiance, rendez-vous sur la page Facebook Festirib Val-d’Or.

festirib2018

Festival de musique Trad Val-d’Or – Musique et culture québécoise

Un nouveau festival arrive en ville : le festival de musique Trad de Val-d’Or,  nouveau bébé de la grande famille des festivals Trad Québec. Du 1er au 3 novembre, c’est le temps de ressortir ton cass de poils (prononcer : pouèles) et d’user tes cuillères de bois en venant participer à plusieurs activités autour de la culture traditionnelle québécoise.

Pour plus de détails sur l’événement et ne pas manquer l’annonce de la programmation, suis la page Facebook Festival de musique Trad Val-d’Or.

musique traditionnelle val d'or

Témiskaming Bikers Meet – Moto

À Témiskaming First Nation aura lieu la première édition de Témiskaming Bikers meet. Du 29 juin au 1er juillet, les amateurs de moto de partout au Canada viendront se réunir pour partager leur passion et exposer leur moto. Ce nouvel événement comportera aussi des activités et de l’animation pour toute la famille.

Tous les détails et la programmation sont disponibles au www.timiskamingbikersmeet.com.

route 117 Val-d'Or quand rouler sur l'or prend tout son sens

Photo de couverture | Marten Bjork sur Unsplash.com

La Créativité imprimée sur le cœur

La Créativité imprimée sur le cœur

En travaillant avec l’entreprise Trim-Line de l’Abitibi, j’ai découvert une très grande créativité et un côté artistique chez les membres de leur équipe. En 2017, nous avons créé deux nouvelles images représentant deux aspects forts de Val-d’Or. La première montre la diversité culturelle de la ville depuis 1935 grâce à l’arrivée de nombreux immigrants venus travailler dans les mines. La seconde image rappelle la route transcanadienne, la 117 qui traverse Val-d’Or, mais aussi le Canada au complet. Après avoir conçu ces deux images avec l’aide de Caroline Trudel de CET Création, nous voulions la faire vivre notamment à travers différents produits promotionnels. Nous avons donc fait affaire avec Trim-Line.

Val-d'Or Abitibi-Témiscamingue Je t'aime I love you traduction translation
Route 117 Val D'or Abitibi témiscamingue

Notre image Val-d’Or Je t’aime écrit dans les langues des peuples en plus grand nombre ayant collaboré à la création de Val-d’Or et notre image de la route 117, une route transcanadienne traversant le Canada d’un océan à l’autre et qui passe par Val-d’Or.

Je croyais que produire des articles promotionnels ne demandait pas beaucoup d’efforts et de créativité. Grosse erreur de ma part! En fait, je ne crois pas que nous aurions d’aussi beaux produits si Sylvie de Trim-Line n’avait pas été là. Elle nous a conseillé et suggéré des alternatives qui se sont souvent avérées de bien meilleures idées que nos idées initiales. Se tenant toujours à jour, elle a pu nous suggérer des objets tendance et des nouveautés auxquelles nous n’avions pas pensé. Et que dire de son service, sa bonne humeur, sa patience et son professionnalisme! De plus, Trim-Line se fait un plaisir de mettre en valeur des entreprises de chez nous en personnalisant des produits de différentes compagnies, dont Fourrures Grenier de Barraute.

boutique souvenirs valdor
Souvenirs Val-d'Or Abitibi temiscamingue giftshop

Nos deux images sur des objets promotionnels en vente à notre boutique du bureau d’information touristique de Val-d’Or.

En plus des objets promotionnels que nous avons fait faire, Trim-Line est aussi notre partenaire dans le cadre de notre Infomobile. C’est Kim et Travis qui créent et posent le lettrage sur notre voiture. Malgré des explications floues et pas très claires de ma part, Kim a toujours su nous proposer un visuel dynamique répondant à nos besoins et qui soit attirant pour l’œil. Cette année, nous avons changé le visuel de l’Infomobile pour la troisième fois et je dois avouer qu’il s’est surpassé!

L’Infomobile est en soi une œuvre d’art! Il a vraiment exprimé son côté artistique en dessinant de façon réaliste des emblèmes du patrimoine valdorien et de notre culture : avion militaire T-33 T-Bird, maison du Village minier de Bourlamaque, Tour Rotary, la forêt, le peuple anicinabe, etc. Les deux côtés du véhicule sont différents ce qui renforcit son caractère unique. En même temps d’être réalistes, les dessins tracés au trait noir sont très artistiques et inspirants. Si je voyais ce véhicule lors d’un voyage, je voudrais savoir quels sont ces bâtiments et où je peux les voir en vrai!

Infomobile Val-d'Or bureau d'information touristique mobile

Notre Infomobile 2018, côté passager

Bureau d'information touristique mobile val d'or abitibi témiscamingue

Notre Infomobile 2018, côté conducteur

Pour réaliser ce projet, Kim et Travis ont fait une partie du visuel avec une tablette à dessin numérique. Généralement, la plupart des projets sont faits sur ordinateurs avec un logiciel de graphisme. « On a eu beaucoup de plaisir à faire ce projet. C’était vraiment intéressant », m’a confié Kim lorsqu’on discutait de son travail. Un travail qui regorge de surprises et qui prend des proportions qu’on ne pourrait soupçonner.

Le client vient souvent avec des idées et des images. Le plus difficile c’est de mettre sur papier ce que le client voit dans sa tête. Le défi c’est de faire quelque chose d’original sans recopier ces images ou ces idées.

Kim travaille chez Trim-Line depuis maintenant 18 ans. C’est d’ailleurs en commençant à travailler là que son talent artistique et créatif s’est développé. Kim fait maintenant davantage de gestion de projets et de vente. Par contre, il avoue qu’il se choisit parfois quelques projets à un fort potentiel de créativité.

En me parlant de son travail, l’enthousiasme de Kim est clairement monté d’un cran. Notre discussion, qui était d’abord par rapport à son travail de l’Infomobile, a bifurqué sur les défis, les particularités et les innovations qu’apporte le design de grandes affiches et de voitures.

Le visuel que l’on met sur une voiture doit être vu en une ou deux secondes. Il n’y a pas de place pour la mise en page et de longs textes. Il faut être original et arriver avec un concept qui attire l’œil. Il n’y a pas de formation pour ce genre de graphisme. On apprend avec l’expérience. Il faut être observateur. Quand on aime ou qu’on n’aime pas quelque chose, on se demande pourquoi et on prend des notes et on s’améliore comme ça ,

me racontait Kim. Il a d’ailleurs écrit un billet de blogue à ce sujet sur le blogue de Trim-Line. Tu peux le lire en cliquant ici.

On peut admirer leur travail à différents endroits à Val-d’Or. Par exemple, c’est l’équipe de Trim-Line qui a conçu la murale des Foreurs sur la devanture du Centre air Creebec ou encore la murale historique dans le centre commercial Les Galeries Val-d’Or.

Centre air Creebec enseignes extérieur Val-d'Or

La devanture du Centre air Creebec représentant l’équipe de la Ligue Junior Majeur de Val-d’Or, les Foreurs, a été conçue par Trim-Line.

TrimLine-murale-historique-GalerieNord_w

C’est Trim-Line de l’Abitibi qui a fait la murale historique des Galeries Val-d’Or. Cette murale relate plusieurs faits historiques des débuts de Val-d’Or.

L’innovation et une veille de ce qui se fait ailleurs sont aussi deux éléments très importants du métier. Cela permet de proposer toujours de nouveaux produits, mais aussi d’offrir toujours une plus grande qualité au meilleur coût. Rester à l’affût des nouveautés est donc primordial selon Kim, ce qu’il s’applique à faire constamment.

Bref, j’ai découvert avec Trim-Line de l’Abitibi une équipe passionnée et engagée avec qui il est vraiment agréable de travailler. Grâce à eux, notre travail de promotion touristique et vos souvenirs de voyage chez nous sont bonifiés.

 

Photo de couverture | Kelly Sikkema sur Unsplash

Un bilan de feu

Un bilan de feu

Le mercredi 13 juin dernier se tenait notre Assemblée générale annuelle. Lors de cet événement, on y présente notre rapport annuel dans lequel se trouve l’ensemble des activités et projets mis à terme dans la dernière année.

Tous les membres de l’équipe permanente mettent la main à la pâte en énumérant et décrivant les différents projets et activités qu’ils ont coordonnés. De mon côté, je dois aussi me charger de disposer le tout en un document professionnel et clair. Bref, je m’occupe du graphisme. J’ai donc l’opportunité de voir l’ensemble du rapport annuel. Parce que disons-le, même si on se donne parfois des objectifs (genre lire le rapport annuel), l’ensemble des tâches qu’on a à faire et le train-train quotidien nous font parfois déroger des choses superflues qu’on s’était dit qu’on voulait faire.

Bref, je lis notre rapport annuel.

Mon ami, c’est un rapport annuel sous le sceau du dynamisme, du développement, des partenariats et de la performance! Je ne réalisais pas à quel point on avait une équipe flabergastante et à quel point on travaille fort! Deux nouvelles images promotionnelles pour nos objets souvenirs et promotionnels, un plan de communication, un nouveau guide touristique, un nouveau événement pour amasser des fonds, en partenariat avec le Centre d’exposition, une augmentation et un raffinement de notre présence sur le web, un partenariat avec Tourisme Amos-Harricana et une méchante grosse augmentation des tournées de presse! Ça, c’est les points les plus forts de notre rapport annuel 2017. Seulement les plus forts; parce qu’il y en a plus encore. Parce qu’il y a tout le travail qu’on faisait déjà avant de développer ces nouveaux projets, partenariats.

boutique souvenirs valdor

Nos deux nouvelles images: Val-d’Or, je t’aime et la route 117 représentant le côté multiculturaliste de la ville et la mythique route transcanadienne qui traverse la ville.

En lisant notre rapport annuel, j’étais fière de mon équipe. Fière de participer au développement de Val-d’Or et l’Abitibi-Témiscamingue. Fière de contribuer à une image positive de notre territoire. Mais surtout, j’étais fière de tout le travail accompli en si peu de temps avec si peu de personne.

Si tu veux lire ce fameux rapport annuel, tu n’as qu’à cliquer ici.

Nouvelle exposition au Centre d’exposition – Aki Odehi

Nouvelle exposition au Centre d’exposition – Aki Odehi

Le Centre d’exposition de Val-d’Or et le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or présentent, du 22 juin au 26 août 2018, l’exposition collective Aki odehi \ cicatrices de la Terre-Mère. Le vernissage en présence des artistes et de la commissaire Sonia Robertson aura lieu le vendredi 22 juin de 17h à 19h. Entrée libre.

Aki odehi est un projet rassembleur, qui vise la réparation à travers un processus artistique individuel et collectif, à partir de lieux chargés de sens pour les Anicinabek. C’est un espace de guérison, de cicatrisation par l’art.

Se déroulant sur deux années, ce projet fut imaginé par Carmelle Adam, directrice du Centre d’exposition de Val-d’Or. Il fut inspiré du travail de Sonia Robertson, artiste ilnue et art-thérapeute et de Karl Chevrier, artiste anicinabe qui s’inspire des aînés dans son travail.

Quatre autres artistes professionnels du territoire anicinabe y participent : Virginia Pésémapéo Bordeleau, peintre et écrivaine de la nation Crie, Kevin Papatie cinéaste anicinabe, Jacques Baril, sculpteur et Véronique Doucet, peintre et performeuse, tous deux Québécois.

En 2017, les cinq artistes ont rencontré des aînés qui ont partagé des récits touchants et d’une grande intensité à propos de divers lieux signifiants pour eux. Ces lieux furent répertoriés et marqués sur une carte. Les artistes ont ensuite choisi chacun un lieu et ils ont élaboré des projets individuels, selon les critères établis par la commissaire qui sont : sensibiliser les publics aux problématiques vécues par les Anicinabek ; tenter de rapprocher les Algonquins des Québécois; être participatif et /ou rassembleur et mener à une transformation/guérison.  Les projets présentés au public durant l’été 2017 furent réfléchis en fonction de cette exposition qui devait rendre compte de l’œuvre, de son processus et de l’expérience vécue par l’artiste et les participants.

« …les artistes se sont mis en danger, ils se sont lancés sans filet dans des projets d’une grande puissance qui les ont dépassés, bouleversés, transformés, des œuvres fortes, douces poétiques qui ont touché et transformé les participants. Quelque chose de plus grand que nous. » Sonia Robertson

Cette exposition témoigne à travers des traces vidéographiques, sonores, matérielles et photographiques, de ces rencontres et créations éphémères mais puissantes, de ces moments de grande synchronicité, ces moments de présent, vivants et vrais, de cette reconnexion avec le territoire, de ce pas vers l’autre sans jugement et sans frein, de ce changement de perception qui permet enfin de voir l’autre comme ce qu’il est, un humain (ilnu).

Lors du finissage, le 24 août 2018 à 17 h, la population est conviée à une des rares projections du documentaire Askigwash en collaboration avec Télé-Québec.

Informations biographiques

Commissaire | Artiste : Sonia Robertson (Ilnu – Mashteuiatsh)

Née à Mashteuiatsh (Pointe-Bleue), au Québec, où elle réside actuellement, Sonia Robertson appartient à la nation innue. Elle a obtenu un baccalauréat interdisciplinaire en arts de l’Université du Québec à Chicoutimi en 1996 et une maîtrise en Art thérapie à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue en 2017. Ses œuvres, largement influencées par son identité autochtone, ont été présentées au Québec et ailleurs au Canada, à Haïti, en France, au Mexique et au Japon. Issue de la photographie, qui continue d’occuper une grande place dans son œuvre, sa pratique artistique a évolué vers les installations et la performance. Depuis une vingtaine d’années, elle a élaboré un concept d’installations artistiques in situ qui lui est propre, combinant la spécificité d’un lieu à la manifestation de la présence invisible, proposant l’interactivité avec le public.  La démarche artistique de la commissaire est la vision qui oriente la proposition artistique du projet Aki odehi | cicatrices de la Terre-Mère.  Chargée de projet, elle a réalisé l’exposition permanente du Musée de Mashteuiatsh durant la dernière décennie où plus d’une trentaine d’artistes ont participé. Elle est sollicitée pour des projets participatifs qui redonnent force et confiance aux participants. Elle perçoit l’art comme un moyen d’action, de transformation et de prise en charge.

Artiste-gardien | Sculpteur : Karl Chevrier (Anicinabe – Timiskaming First Nation)

Karl Chevrier est un artiste Anicinabe de la Timiskaming First Nation impliqué dans sa communauté. Il a commencé en 1992 à créer des œuvres d’art et gradué en arts au White Mountain Academy of Arts, en 2002. Artiste pluridisciplinaire, il utilise plusieurs mediums avec une prédilection pour la sculpture et l’installation en art contemporain. En tant qu’artiste Anicinabe, ses œuvres s’inspirent de sa culture et du respect pour Mère Nature. Il crée ses œuvres d’art en utilisant la matière recyclée, ce que les gens rejettent ou n’utilisent pas. Les aînés et sa famille sont ses inspirations. Sa démarche artistique prend comme point de départ l’écoute des ainés lorsqu’ils racontent leurs histoires et le respect des valeurs et des terres. Il utilise sa pratique artistique pour transmettre son art et enseigner sa culture traditionnelle. Telle une empreinte dans le projet Aki odehi | cicatrices de la Terre-Mère, la démarche artistique de l’artiste gardien a veillé au respect des valeurs transmises des aînés par la tradition orale.

Artiste | Écrivaine | Conteuse : Virginia Pésémapéo-Bordeleau (Crie – Rouyn-Noranda)

Née aux Rapides-des-Cèdres, Virginia Pésémapéo Bordeleau est peintre et écrivaine. Bachelière en arts plastiques, elle poursuit une œuvre sensible dans laquelle famille et territoire, animaux mythiques, plantes et rochers forment un monde organique, chargé d’une énergie sans cesse renouvelée. Son parcours professionnel inclut d’innombrables expositions en Abitibi-Témiscamingue, à Magog, à Montréal, à Québec, en France et au Danemark. Elle a reçu plusieurs prix pour ses œuvres et a réalisé de nombreux projets d’intégration à l’architecture. Ses œuvres figurent au sein de diverses collections dont celle de Loto-Québec. Elle a publié Ourse bleue (roman, La Pleine lune, 2007), De rouge et de blanc (poésie, Mémoire d’encrier, 2012), L’amant du lac (roman érotique, Mémoire d’encrier, 2013), L’enfant hiver (roman, Mémoire d’encrier, 2014), Je te veux vivant (poésie, Éditions du Quartz, 2016).  En 2015, Virginia Pésémapéo Bordeleau a co-commissionné une exposition au MA Musée d’art (i.e. Centre d’exposition de Rouyn-Noranda), intitulée Dialogue II mettant en duo des artistes autochtones|allochtones.

Artiste | Vidéaste : Kevin Papatie (Anicinabe – Kitcisakik)

Kevin Papatie est originaire de Kitcisakik, une communauté Anicinabe située en Abitibi. Il a réalisé une douzaine de courts métrages.  Ses films sont concis, poétiques, engagés et militants, plaçant la transmission identitaire au cœur de sa démarche artistique. Son film Wabak (2006) a remporté le prix du meilleur film expérimental au Winnipeg Aboriginal Film Festival 2007 et le prix Jeune espoir «Main film» au Festival Présence autochtone (2007). L’Amendement (2008) a été présenté en première partie du film L’âge des ténèbres, de Denys Arcand, distribué dans 120 salles au Québec et a remporté le Prix du meilleur film en langue autochtone au Festival Imagine Native (2008). Nous sommes (2009), quant à lui, a été sélectionné dans de multiples festivals nationaux et internationaux et de nombreux événements de diffusion. Il a notamment remporté le prix « Découverte » au festival de films de Portneuf sur l’environnement. Il a été invité à participer à la Carte Blanche du Festival du nouveau cinéma en 2012, ce qui lui a permis de réaliser Sakitakwin – Liberté. Son dernier court métrage, Kokom,  fut réalisé dans le cadre de l’atelier 2014 du Wapikoni à Kitcisakik. Il fut invité a participé à des expositions en art contemporain dont Dialogue I et II et tout récemment, Pendant ce temps il y a… à Chicoutimi.

Artiste sculpteur : Jacques Baril (Québécois – Gallichan)

Depuis le début de sa carrière, Jacques Baril est fasciné par les notions d’éphémère en art, l’associant souvent à la nature propre de l’homme et à son environnement, ainsi qu’à la symbiose qui s’y crée. C’est pourquoi, il privilégie la sculpture sur neige et les installations conçues à partir d’éléments naturels. L’impact des changements environnementaux et humains dans l’univers qui l’entoure l’interpelle : les forêts qui s’épuisent et les travailleurs aussi, les fermes qui meurent et les fermiers aussi. Une carrière artistique tant au Canada (Winnipeg, Whitehorse ) qu’ailleurs ( Japon, Suisse, Italie, etc.), il a réalisé de nombreux projets dans le cadre de la politique du 1% qui intègre l’art a des lieux publics. Il a participé à des expositions et symposiums et est récipiendaire de plusieurs bourses et de récompenses.  Il a réalisé des sculptures monumentales en acier intempérique et en aluminium. Il a œuvré en duo de création autochtone|allochtone avec l’artiste Karl Chevrier dans le cadre de l’exposition Dialogue II.

Artiste | Performance : Véronique Doucet (Québécoise – Rouyn-Noranda)

Véronique Doucet vit présentement en Abitibi. Détentrice d’un Baccalauréat ès art (Majeur en arts plastiques) à l’Université de Montréal, elle est maintes fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Questionner l’environnement l’amène à se positionner en tant qu’artiste engagée et environnementaliste réfléchissant l’importance de la nature par rapport à l’humain. C’est à l’aide de deux langages, le brut et l’esthétique, la matière et la couleur qu’émerge le désir de confronter l’existence vers une quête de vérités. Artiste multidisciplinaire en peinture, photographie, installation hors les murs et aussi, militante performative dont les performances saccadées tissent une trame de paradoxe. Son projet Aldermac plantation minière, initiateur d’une grande victoire environnementale a mené à la restauration d’un site minier abandonné. Ses œuvres ont été diffusées dans les centres d’exposition, centres d’artistes du Québec et en Ontario. Ses œuvres figurent au sein de diverses collections dont celle de Loto-Québec.

Source | Centre d’exposition de Val-d’Or

Y’a longtemps qu’on n’a pas pêché ensemble

Y’a longtemps qu’on n’a pas pêché ensemble

Plusieurs personnes ont un membre de sa famille ou un ami avec qui elles ont partagé un moment spécial le temps d’une pêche. Pour ma part, les moments qui me manquent le plus sont ceux que je passais avec mon père. Pour le décrire, je vous dirais que c’était un gars de bois comme on dit par ici, un vrai de vrai. Il adorait la chasse et la pêche. Même faire la cueillette de petits fruits le rendait heureux tant qu’il se trouvait entouré d’épinettes ou d’eau. On n’avait pas le choix de suivre tant qu’on n’était pas assez vieux pour rester seuls à la maison. Il n’y avait qu’une option possible : suivre ses traces. Mais en fin de compte, ça ne nous dérangeait pas parce que c’était aussi un privilège de partir seuls avec lui pour une excursion dans le bois ou une expédition de pêche.

 

Je me souviendrai toujours de la fois où j’ai pêché mon premier poisson. On était en camping au lac Camille-Roy dans la réserve faunique La Vérendrye. Toute la famille y était, mes parents, mon frère et ma petite sœur. Un soir après le souper, mon père me demande si j’ai le goût d’aller trôler un peu avec lui -n’ayez pas d’arrières pensés, ici trôler n’a pas de 2e sens comme le veut l’expression signifiant flirter. Du haut de mes 8 ans et fière que mon père me propose une petite virée de pêche père- fille, je lui lance un « oui » rempli d’excitation. Sans plus attendre, je me dirige vers la chaloupe pour ne pas qu’il change d’idée ou que quelqu’un d’autre propose de venir avec nous.

lac Camille Roy réseve faunique La Vérendrye pêche

Photo | SÉPAQ, réserve faunique La Vérendrye

Le camping du lac Camille Roy dans la réserve faunique La Vérendrye permet d’unir camping et pêche.

Et c’est parti! On embarque dans la chaloupe et mon père me donne ses quelques consignes habituelles; mets ton gilet de sauvetage, reste assise et touche à rien. Après quelques minutes de navigation sur un lac miroir, mon père me prépare ma ligne avec une de ces trôles rouges et blanches que tout le monde connaît que je lance à l’eau sans plus attendre. Ça ne fait pas cinq minutes que nous avons commencées que je crie en panique : « Papa! Papa! Je pense que j’en ai un! Oui, j’en ai un! Ça tire fort… je pense que je vais l’échapper. Attrape ma canne papa! » Et lui me répond de son ton chaleureux, calme et autoritaire : « tiens bien ta canne ma belle faut pas que tu l’échappes… maintenant ramène le doucement et reste calme tout va bien aller… tu peux le faire toute seule ».

Facile à dire, mais pas facile à faire pour une petite puce de 8 ans qui est un poids plume; tenir une canne à pêche quand on a l’impression que c’est le monstre du Loch Ness qui est à l’autre bout. Au bout d’un moment, que je juge interminable, j’ai les bras en compote, mais j’ai réussi à le sortir toute seule de l’eau. Mon père était super fier de sa petite fille, ça se voyait dans ses yeux. Je venais de sortir de l’eau un énorme brochet qui devait faire au moins 8 livres. Mais l’histoire ne se finit pas là. On était tellement pressés de partir que nous avons oublié la chaîne à poissons pour l’accrocher. Le brochet était vigoureux, il gigotait tellement qu’il a failli passer par-dessus bord. C’est là que le gars de bois (mon père) sort son couteau qui est accroché à sa ceinture (toujours prêt comme un scout) et l’enfonce dans la tête du brochet pour mettre fin à ses jours. Je le regarde bouche bée. Mon père me répond alors en me voyant sans mot : « je n’avais pas le choix sinon il serait retombé dans l’eau ». Pour moi, le plus mémorable n’est pas la torture qu’il a infligée à ce brochet, mais ce moment père-fille le temps d’une chaude soirée d’été.

premier-poisson-nancy

Mon premier brochet pêché et sorti seule, à l’âge de 8 ans.

Des histoires de pêche, j’en ai d’autres, mais jamais seule avec lui. Comme il était de bonne compagnie, tout le monde voulait aller à la pêche avec lui. Comme il ne me sera plus possible de partager de nouveaux moments avec lui, je me promets de transmettre sa passion à ses petits-fils. Qui sait? Ils deviendront peut-être des gars de bois 😉