Close
Un spectacle engagé pour la Journée nationale des Autochtones

Un spectacle engagé pour la Journée nationale des Autochtones

Plus de 2000 personnes étaient réunies pour le spectacle annuel du Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or afin de souligner la Journée nationale des Autochtones, le 21 juin. Le tout s’est déroulé dans une ambiance festive, tout en laissant une place prépondérante à un discours émancipateur.

 

Il y a beaucoup de préjugés basés sur la méconnaissance. C’est à nous d’arrêter de nous considérer comme supérieurs et de faire un pas vers l’avant pour apprendre à connaître l’autre

– Gabrielle Caron-Bouchard

 

Le spectacle intitulé « Ikwe. Hommage à l’amour » a souligné l’apport des femmes dans les communautés. «Il y a eu des événements cette année qui ont motivé ce choix. C’est en l’honneur des femmes, du combat des femmes, qu’on célèbre la vie», a expliqué Denise Caron, directrice du développement communautaire au Centre d’amitié, en marge du spectacle.

Le président du Centre, Oscar Kistabish, a souligné l’importance de la prise de parole des femmes. «Il faut qu’elles continuent à s’exprimer», a-t-il insisté.

Allochtones et Autochtones se rencontrent

L’auditoire était composé d’Allochtones et d’Autochtones provenant de plusieurs générations. Le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil, a participé aux cérémonies officielles et n’avait que de bons mots à dire sur l’événement.

«Le Centre d’amitié autochtone n’a pas ménagé les efforts pour offrir un bain culturel à la population. C’est pour cela qu’il y a autant de participants. Je pense que tout le monde est fier de participer à cette activité», s’est-il exclamé alors qu’il allait à la rencontre des citoyens.

Oscar Kistabish était ravi de la participation du maire, un geste qu’il considère comme un pas vers la réconciliation. Il s’est dit également heureux de la sortie publique du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors d’une cérémonie officielle à Ottawa. «Avant, il ne participait pas (le premier ministre). C’est une réconciliation avec le gouvernement. Il faut rebâtir les ponts», s’est-il exclamé.

Une programmation entièrement féminine

Diane Tell, Chantal Archambault et Melisa Pash (Crie), ainsi que Laura Niquay (Atikamekw) et Kathia Rock (Innue) ont monté sur la scène lors de cette 7e édition du spectacle.

Plusieurs kiosques étaient installés aux extrémités du site où les participants pouvaient entre autres se procurer des mets traditionnels. «Comme chaque année, les aînés de la communauté font une collecte de fonds. Donc, ils cuisinent pendant deux jours et ils vendent cela aux gens», a expliqué Denise Caron.

Des participantes engagées

Kathleen Ranou, une jeune spectatrice d’origine autochtone affirme avoir déjà participé à plusieurs éditions du spectacle. «C’est le fun de voir tout le monde réuni. Je trouve ça important pour moi et ma famille de venir ici», a-t-elle affirmé.

Gabrielle Caron-Bouchard qui assistait également aux festivités s’est dite contente de la thématique retenue cette année. «Je trouve que c’est pertinent qu’on parle des femmes. Il y a vraiment un mouvement politique de réappropriation autochtone et ça passe entre autres par elles», s’est-elle exclamée. Même son de cloche pour Camille Paradis qui affirme participer au spectacle pour appuyer les autochtones, pour célébrer et créer des liens.

 

Source : DESHAIES, Thomas. 2016 (22 juin). « Un spectacle engagé pour la Journée nationale des Autochtones », L’Écho Abitibien ; Le Citoyen. En ligne. < http://www.lechoabitibien.ca/actualites/2016/6/22/un-spectacle-engage-pour-la-journee-nationale-des-autochtones.html >. Consulté le 23 juin 2016.

0 Commentaires

Laisser un commentaire