Close
Quand le virtuel devient presque réalité

Quand le virtuel devient presque réalité

Passionné du 7e art et désireux d’explorer son territoire et les humains qui y vivent, le cinéaste et réalisateur Serge Bordeleau propose un projet de réalité virtuelle pour découvrir la région de façon originale.

 

Le Valdorien a mis sur pied le projet Abitibi 360 avec son entreprise Nadagam films (qui veut dire au bord de l’eau en Anishnabe, son surnom). Grâce à six caméras positionnées de manière stratégique, Serge Bordeleau parvient à filmer un lieu, un événement et des personnages comme si le spectateur faisait partie intégrante du décor.

Son prototype illustre le stock-car à Beaudry. Grâce à un casque de réalité virtuelle, le spectateur vit la course comme passager du pilote automobile et reçoit virtuellement des roches et de la bouette.

«Il s’agit d’une nouvelle façon de travailler. Quand on vit cette expérience, c’est très différent que d’aller au cinéma. On doit laisser le temps au spectateur d’apprivoiser la technologie et de s’imprégner du lieu pour comprendre l’histoire des personnages», estime le réalisateur.

Techniques différentes

La production d’un projet en réalité virtuelle diffère de celle du cinéma traditionnel. «Il faut sortir de la scène, sinon on nous voit. On a moins de contrôle sur le tournage et il faut anticiper la mise en scène davantage. On filme des plans-séquences en espérant qu’il se passe quelque chose, souligne Serge Bordeleau.

«Le montage devient moins évident, car contrairement aux films habituels, on va déstabiliser le spectateur si on coupe deux plans. Le travail d’assemblage doit être précis. Pour un jour de tournage, on parle d’une semaine de montage. Le travail sonore est aussi important afin de créer une ambiance plus vraie que nature et mettre en relief l’empathie que l’on veut transmettre», fait valoir le cinéaste.

Au cœur de l’Abitibi

Les paysages et habitants de l’Abitibi-Témiscamingue se trouvent au cœur du projet de Serge Bordeleau. «On découvre les décors, le mode de vie et l’identité des gens d’ici. On transporte les personnes dans des endroits de la région afin de comprendre le lien entre les humains et son territoire», conclut-il.

Concours Cuban Hat

Le cinéaste Serge Bordeleau participe au concours Cuban Hat, où plusieurs partenaires de l’industrie ont été sollicités pour offrir des prix à des réalisateurs.

«J’ai proposé L’Abitibien, où l’on suit Philippe Asselin et Yvon Beaudet à travers leurs projets. Les gens ont jusqu’au 18 octobre pour voter. Ce qui m’intéresserait, c’est de faire partie des cinq finalistes qui auront une formation de deux jours intensifs pour apprendre le pitch de vente d’un film», espère-t-il.

Pour voir la vidéo 360 du Festival de cinéma des gens d’ici (il suffit de cliquer et de bouger la souris!)

 

Source : GRENIER, Myriam. 2016 (16 octobre). « Quand le virtuel devient presqu’une réalité ; Serge Bordeleau propose une immersion 360 en Abitibi », L’Écho Abitibien ; Le Citoyen. En ligne. <http://www.lechoabitibien.ca/culture/2016/10/16/quand-le-virtuel-devient-presque-realite.html >. Consulté le 18 octobre 2016.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *